Aéroport de Rimouski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aéroport de Rimouski
Aéroport de Rimouski
Localisation
Pays Drapeau du Canada Canada
Ville Rimouski (Québec)
Coordonnées 48° 28′ 40″ nord, 68° 29′ 47″ ouest
Altitude 25 m (82 ft)

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
YXK
YXK

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
YXK
YXK

Géolocalisation sur la carte : Agglomération de recensement de Rimouski

(Voir situation sur carte : Agglomération de recensement de Rimouski)
YXK
YXK
Pistes
Direction Longueur Surface
07/25 1 402 m (4 600 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA YXK
Code OACI CYXK
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire Ville de Rimouski

L'aéroport de Rimouski (AITA : YXK, OACI : CYXK) est un aéroport commercial exploité par la ville de Rimouski et situé à 3 km du nord-est du centre-ville de Rimouski, au Québec (Canada). Il est un point de desserte pour des liaisons inter-rives et Montréal et sert de base pour l'aviation d'affaires, la formation des pilotes et l'aviation récréative.

Historique[modifier | modifier le code]

Les débuts de l'aéroport de Rimouski sont liés au développement du premier service aéropostal pan-canadien. En 1926, le gouvernement fédéral canadien envisage la création d'un service expérimental pour accélérer la distribution des dépêches étrangères qui arrivent par paquebot à Pointe-au-Père. La desserte Rimouski-Montréal constitue une première étape d'une route postale qui s'étendrait d'un bout à l'autre du Canada. Bien que les conditions météorologiques compliquent les premiers essais, une première expérience est réussie le 16 septembre 1927. Un service régulier est établi à compter du 5 mai 1928, alors que Roméo Vachon devient le premier pilote à effectuer la liaison. Au cours de la première année d'opération, 30 tonnes de courrier sont acheminés en 97 vols[1].

À compter de 1946, la ville de Rimouski loue l'aéroport du gouvernement fédéral, permettant à des hommes d'affaires de l'endroit de créer et de développer le transporteur Quebecair, qui a utilisé Rimouski comme base jusqu'en 1969. La ville devient officiellement propriétaire et gestionnaire de l'aéroport le 19 avril 2002[2].

Le 29 mai 1973, un Douglas C-47A CF-QBB d'Air Gaspé s'écrase lors de son approche, tuant les quatre personnes à bord[3].

En 2002, Transport Canada cède la gestion de l'aéroport régional à la ville de Rimouski[4].

Installations[modifier | modifier le code]

Hangars de l'aéroport.

L'aéroport est doté d'une piste de 4 600 pieds (1 400 m) par 150 pieds 46 m, suffisante pour recevoir des appareils turbo-propulsés ainsi que certains réactés de plus de 50 passagers et d'un poids supérieur à 22 680 kg (50 000 livres). Deux hangars reliés par un bâtiment de service offrent une aire de stationnement et d'entreposage de 3 158 m2[2].

Construite sur deux niveaux, l'aérogare Paul-Émile Lapointe dispose d'une salle commune, d'une aire d'attente et de bureaux administratifs. L'édifice possède une superficie de 1 126 m2. Depuis 2005, elle porte le nom de Paul-Émile Lapointe (1922-1975), pionnier de l'aviation québécoise. Ancien pilote de chasse, Lapointe a fondé deux entreprises, le Syndicat d'aviation du Golfe et Air Rimouski, qui fusionnent en 1953 pour donner naissance à Quebecair[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bianca Gendreau, « Ouverture de la route aérienne Rimouski-Montréal », Cap-aux-Diamants : la revue d'histoire du Québec, no 52,‎ , p. 51 (lire en ligne)
  2. a, b et c « Aéroport », sur Ville de Rimouski, (consulté le 6 mars 2013)
  3. (en) « CF-QBB Accident description », sur Aviation Safety Network (consulté le 6 mars 2013)
  4. « Transport Canada - Rapport d'étape des cessions d'aéroports », sur Transport Canada, (consulté le 6 mai 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Larrivée Jean, « L'aéroport de Rimouski: quelques notes historiques », Revue d'histoire du Bas-Saint-Laurent, vol. 21, no 1,‎ , p. 27-29 (ISSN 0319-0730, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]