Aéroport de Mostar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aéroport international de Mostar
Међународни аеродром Мостар
Međunarodna zračna luka Mostar
Tour de contrôle de l'aéroport dans les années 2000.
Tour de contrôle de l'aéroport dans les années 2000.
Localisation
Pays Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine
Date d'ouverture 1935
Coordonnées 43° 16′ 58″ nord, 17° 50′ 45″ est

Géolocalisation sur la carte : Bosnie-Herzégovine

(Voir situation sur carte : Bosnie-Herzégovine)
OMO
OMO
Pistes
Direction Longueur Surface
à renseigner 2 400 m (7 874 ft) à renseigner
Informations aéronautiques
Code AITA OMO
Code OACI LQMO
Type d'aéroport Public

L'aéroport de Mostar (Međunarodni aerodrom Mostar/Међународни аеродром Мостар, Međunarodna zračna luka Mostar, Međunarodni aerodrom Mostar/Међународни аеродром Мостар (code AITA : OMO • code OACI : LQMO)) est un aéroport près de Mostar, Bosnie et Herzégovine, situé dans le village de Ortiješ, 7 km au sud-est de Mostar.[1]

Les aéroports internationaux à proximité sont Dubrovnik en Croatie 120 kilomètres au sud-est de Mostar; et Sarajevo-Butmir à 138 kilomètres au nord-est.

Historique[modifier | modifier le code]

Un premier aérodrome est construit en 1935 et servait initialement exclusivement à des fins militaires pour l’armée royale yougoslave. L'aéroport est construit en 1950.

Durant la période yougoslave, l’usine aéronautique de l'avionneur SOKO se situe à proximité de l’aéroport qui lui sert de base d'essais. Il est utilisé pour un usage civil à partir de 1965[2]. En 1984, le statut d'aéroport international lui a été attribué dans le cadre des Jeux olympiques d'hiver de 1984 à Sarajevo.

ll abrite la base aérienne de Mostar-Ortijes qui est une des installations de la force aérienne yougoslave. À partir de novembre 1973, elle devient la garnison du 107e régiment d'hélicoptères (renommé, en 1988, 107e régiment d'aviation puis, en 1991, 107e régiment d'aviation mixte) équipé de SOKO Gazelle et de Mil Mi-8 et devient un centre de formation de pilotes d'hélicoptères jusqu’à l'indépendance de la Bosnie-Herzégovine. Un hangar souterrain a été construit sous une colline secrètement pour servir d'abri anti-atomique pour les aéronefs de la base[3]

Alignement d'hélicoptères de la 1re division d'infanterie des États-Unis en 2003.

Suite aux combats de la guerre de Bosnie, le trafic aérien en Bosnie-Herzégovine est interrompu. Le dernier vol civil date de novembre 1991 et l'aéroport est dévasté. Dans le cadre du processus de paix, il est remis le 11 novembre 1995 à 11h aux forces françaises de l'Implementation Force par les autorités bosno-croato-serbes (6 personnes de chaque faction) de la base aérienne. La piste est coupée par 26 fossés perpendiculaires, nombre de bâtiments sont sans toits, installations techniques vandalisées, et le site est remplie de munitions non explosées qui feront l'objet d'un déminage par, en autre, des unités de l'armée russe. Le 14 décembre, le premier détachement du Génie de l'air arrive qui commence à remettre en état le site. Le 31 décembre 1995, on assiste à l'atterrissage du premier C-160 Transall sur POM (Piste Ops Mini de 1 000 m) et le janvier 1996 l'aéroport déclaré opérationnel avec piste de 2 400 m et moyens électroniques de guidage aérien.

Elle est une base militaire multinationale de 1995 à avril 2007, elle dispose au départ d'installations préfabriquées dont une tour de contrôle escamotable et les troupes logent sous des tentes et dans des hangars[4], sa sécurité est assurée par un contingent des forces armées marocaines[5].

Le 7e régiment d'artillerie de l’armée de terre française y utilise des drones de reconnaissance Crécerelle de février 1996 à février 1996[6].

La Force de stabilisation (Stabilization Force, SFOR) prend le relais en décembre 1996 de l’IFOR et sera elle-même remplacé par la Force européenne Althea (Eufor) en juillet 2004. En 1998, il rouvre pour le trafic civil.

Sa restitution officielle par l'Eufor de la base aux autorités militaires de Bosnie-Herzégovine à lieu le 27 octobre 2007[7]. La France offrant les 2,5 millions d'euros investit en équipements et infrastructures dans cette base[8]

Situation[modifier | modifier le code]

Compagnies et destinations[modifier | modifier le code]

CompagniesDestinations
Drapeau de l'Italie AlbaStar En saison charter: Bergame-Orio al Serio, Glasgow, Milan-Malpensa
Aviro Air En saison charter: Naples-Capodichino
Drapeau de l'Italie Blue Panorama Airlines En saison charter: Rome Léonard-de-Vinci/Fiumicino
Drapeau de la Croatie Croatia Airlines Zagreb-Pleso[9]
En saison charter: Beyrouth-Rafic Hariri
Drapeau de l'Allemagne Eurowings En saison: Düsseldorf, Stuttgart
Drapeau de la Jordanie Fly Jordan En saison charter: Amman-Reine-Alia[10]
Cobrex Trans En saison charter: Naples-Capodichino, Rome Léonard-de-Vinci/Fiumicino[11]

Édité le 25/07/2018

Statistiques[modifier | modifier le code]

L'année record date de 1990 avec 86 000 passagers.

Statistiques passagers[12]
Année/Mois Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Total année Changement
2019 163 294 289 1.291 2.423 4.029 - - - - - - 8.489 en diminution-6,39%
2018 0 171 448 1.557 3.881 4.004 3.173 7.561 4.963 1.654 570 481 28.463 en diminution-33,9%
2017 290 493 1.014 3.741 5.406 5.765 5.201 8.876 7.437 4.121 379 395 43.118 en diminution-19,5%
2016 226 24 1.122 3.797 6.139 7.178 8.411 10.788 10.225 4.692 n/a n/a 53.618 en diminution-28,5%
2015 775 186 2.425 6.680 11.867 9.696 9.715 13.305 11.502 6.718 852 1.303 75.024 en augmentation+10,3%
2014 395 117 1.575 5.817 9.689 9.288 8.831 10.691 10.499 7.731 1.426 1.921 67.980 en diminution-1,3%
2013 155 7 2.453 7.737 9.082 9.146 6.665 11.103 9.599 7.602 3.339 2.058 68.939 en diminution−13,2%
2012 177 318 2.139 9.169 8.677 11.922 9.921 13.737 10.839 6.360 2.923 1.873 78.055 en augmentation+212,0%
2011 554 0 696 2.193 4.029 5.087 4.343 4.644 8.432 4.265 1.086 1.478 36.807 en augmentation+206,0%
2010 986 1.800 4.255 3.712 1.879 544 17.833 N/A

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]