Aéroport de Charleroi-Bruxelles-Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aéroport de Charleroi Bruxelles-Sud
Image illustrative de l'article Aéroport de Charleroi-Bruxelles-Sud
Localisation
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Ville Charleroi
Coordonnées 50° 27′ 36″ nord, 4° 27′ 20″ est
Superficie 1 245 ha
Altitude 187 m (614 ft)

Géolocalisation sur la carte : Charleroi

(Voir situation sur carte : Charleroi)
CRL
CRL

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
CRL
CRL
Pistes
Direction Longueur Surface
07/25 2 550 m (8 366 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA CRL
Code OACI EBCI
Nom cartographique Charleroi
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire Brussels South Charleroi Airport (BSCA)

L'aéroport de Charleroi Bruxelles-Sud (ou Brussels South Charleroi Airport) (code AITA : CRL • code OACI : EBCI) est un aéroport belge situé dans le nord de la ville de Charleroi. Il est localisé à environ 45 kilomètres au sud de Bruxelles - et à 50 km de l'aéroport international de Bruxelles, principal aéroport du pays -, d'où le qualificatif « Bruxelles-Sud » ajouté à son nom, afin de le rendre plus visible et attractif.

Charleroi Bruxelles-Sud est le deuxième aéroport du pays, avec 7 698 767 passagers en 2017, et le premier de la Région wallonne en termes de trafic de passagers (tandis que l'aéroport de Liège est numéro un belge en termes de fret). Il est surtout dévolu aux compagnies aériennes à bas prix, notamment Ryanair, et à l'aviation légère.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premières activités aériennes à Gosselies remontent à 1919 : une école de pilotage est ouverte sur le Mont des Bergers - point culminant de la région - puis, l'année suivante, la SEGA (Société Générale d’Aéronautique) débute des activités de maintenance aéronautique. Son activité consiste essentiellement en l’entretien et la réparation des machines volantes utilisées par les nombreux aéro-clubs de la région. Quatre cents pilotes militaires et civils destinés à l’aéronautique militaire sont formés à l’école d’aviation. En 1931, les statuts de la société Avions Fairey S.A. sont signés. Cette société allait faire de Gosselies un centre de l’industrie aéronautique belge.

Après la Seconde Guerre mondiale, Gosselies est classée dans la catégorie des aérodromes publics et son exploitation est assurée par la Régie des voies aériennes (RVA). En 1954, associée à Fairey, la Société Anonyme Belge de Construction Aéronautique (S.A.B.C.A) installée à Haren crée une seconde usine à Gosselies.

Dans les années 1970, Liège et Charleroi sont reliés quotidiennement à Londres-Heathrow. L’expérience sera rapidement abandonnée en raison de résultats décevants. L’aérodrome de Gosselies sera pratiquement sans aucun trafic passagers et sera utilisé principalement pour les vols privés, les vols d’entraînements et parfois quelques vols charters. En 1978, la SONACA, Société Nationale de Construction Aéronautique, est créée pour reprendre les activités de Fairey.

C’est le que la société anonyme Brussels South Charleroi Airport (BSCA) voit le jour. Cette opération s’inscrit directement dans le cadre du transfert effectif, de l’État aux Régions, des pouvoirs de gestion et d’exploitation des aéroports régionaux, transfert qui aura lieu le . Au cours des années 1992 et 1993 sont mis en place un ensemble de procédures de gestion qui commencent à prendre effet en 1995 et plus encore en 1996.

Le , la compagnie à bas prix Ryanair lance la liaison Bruxelles Sud Charleroi – Dublin, première légitimation du nouveau nom. Le succès est immédiatement au rendez-vous, l’aéroport enregistre un trafic de 200 000 passagers par an. Le , l’aéroport de Bruxelles Sud Charleroi devient la première base continentale de Ryanair et enregistre 800 000 passagers en 2001. Le phénomène low-cost en Belgique prend des parts de marché [1].

  • Pour faire face au trafic en rapide augmentation :
    • un nouveau terminal (T1), d'une capacité annuelle de 3,5 millions de passagers, est inauguré le  ;
    • le terminal T2, opérationnel en février 2017, portera la capacité annuelle de l'aéroport à 10 000 000 passagers.
  • Pour permettre des opérations aériennes en condition de très basse visibilité, l'aéroport est équipé d'un "Instrument Landing System" en 2009. En d’autres termes, les avions peuvent décoller et atterrir malgré des conditions météorologiques peu favorables.

De nombreuses compagnies s’installent au sein de l’aéroport : en 2004 la compagnie aérienne hongroise Wizz Air, en 2006 la compagnie Jet4you (intégrée dans TUI fly Belgium), en 2007 Private Wings, en 2009 Jetairfly (devenue TUI fly Belgium) et Air Arabia Maroc (qui a quitté l'aéroport), en 2014 Pegasus Airlines et Thomas Cook (qui a quitté l'aéroport), en 2017 Air Corsica et Belavia.

Début décembre 2016, l'aéroport a dépassé les 7 millions de passagers annuels. Jean-Jacques Cloquet, l’Administrateur Délégué de l'aéroport, déclare le 7 novembre sur la radio privée Bel RTL avoir profité de 150 000 passagers supplémentaires suite aux Attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles, qui avait paralysé Brussels Airport, qui était fermé pendant au moins 2 semaines.

Fin décembre 2016, l'aéroport a inauguré le Terminal 2, destiné à désengorger le Terminal 1 lors des heures de pointe et ainsi atteindre 10 000 000 de passagers annuels[2]. Le nouveau terminal est entré en service le 30 janvier 2017[3].

Le 21 décembre 2017, l'aéroport annonce l'arrivée prochaine de la nouvelle compagnie Air Belgium qui démarrera ses opérations vers Hong-Kong. Dans le même temps, le gouvernement wallon annonce déposer une demande de permis unique pour l'allongement de la piste à 3200 mètres. Les travaux devraient être effectués fin 2018 et s'accompagneront d'une extension de l'aire de stationnement pour permettre le développement de destinations long-courrier.

En projet[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, plusieurs projets visent au développement du trafic de l'aéroport :

  • Allongement de la piste à 3 200 mètres prévu pour 2022 pour accueillir des vols long-courriers [4] ;
  • Construction d'une gare ferroviaire reliée à Bruxelles, via Fleurus. Ce projet est prévu pour 2027[5] ;

Terminaux[modifier | modifier le code]

Aérogare du terminal 1 de l'aéroport de Charleroi Bruxelles Sud, vu depuis le tarmac.
Terminaux Compagnies aériennes Remarques
T1 Drapeau de la Belgique Air Belgium Base
Drapeau de la France Air Corsica
Drapeau de la Biélorussie Belavia
Drapeau de la Turquie Pegasus Airlines
Drapeau de l'Irlande Ryanair Base
Drapeau de la Belgique TUI fly Belgium Base
Drapeau de la Hongrie Wizz Air
T2 Drapeau de l'Irlande Ryanair Base
Drapeau de la Belgique TUI fly Belgium Base
Executive terminal Drapeau de la Belgique Air Belgium Pour les voyageurs business et premium

Terminal 1[modifier | modifier le code]

Le terminal 1 – ou T1 – est le principal terminal de l'aéroport. Situé au Nord de la piste, à proximité immédiate de l'Aéropôle, il a été inauguré le 12 janvier 2008, et mis en service le 29 janvier de la même année. Il remplace l'ancienne aérogare, située au Sud de la piste, et qui avait atteint les limites de sa capacité. Son coût est estimé à 110 millions €, pour une capacité initiale de 5 millions de passagers par an, laquelle peut être portée ultérieurement à 8 millions. Il comporte 24 desk d'accueil et une vingtaine de bornes automatiques, et dispose de 1 500 m² de surface commerciale, et de 12 portes d'embarquement[6].

Durant l'été 2010, l'aérogare arrive progressivement à saturation. La décision est prise d'augmenter la capacité du terminal, dès 2011 avec l'ajout de quatre portes d'embarquement supplémentaires, au rez-de-chaussée[7]. Alors que l'aéroport termine l'année 2010 avec une fréquentation record de plus de 5 millions de passagers, le permis pour la construction de ces nouvelles portes d'embarquement est délivré en janvier 2011[8]. Par la suite, un appel d'offre a été lancé, en vue de sélectionner un bureau d'études chargé de se pencher sur une extension de l'aéroport[9]. Le 27 juin 2011, les quatre nouvelles portes d'embarquement sont inaugurées, pour un coût des travaux s'élevant à 4 millions €. Elles permettent à l'aéroport de traiter seize avions simultanément, contre douze auparavant[10].

En juillet 2014, une enquête publique concernant l'extension de l'aérogare est lancée. On parle alors d'étendre le bâtiment d'environ 30 000 m², avec de nouvelles portes d'embarquement, et de séparer le terminal des départs de celui des arrivées[11]. En décembre 2014, la Ville de Charleroi délivre le permis d'extension. Celui-ci porte sur une surface de 26 500 m²[12]. Cependant, une décision de la Commission européenne imposant à l'aéroport de payer un loyer annuel de 15 millions € – contre 3 millions € auparavant – vient limiter ses capacités financières. L'agrandissement « XXL » de l'aéroport, dont le coût est estimé à 80 millions €, est reporté. En mars 2015, la direction de l'aéroport lui préfère un « petit » agrandissement, à faible coût (15 millions €) et à réaliser rapidement[13]. En avril, le ministre wallon en charge des aéroport, Carlo Di Antonio, confirme cette orientation, parlant d'un « petit terminal bis ». Le président du conseil d'administration de BSCA, Laurent Levêque, évoque quant à lui une « croissance maîtrisée » pour les années à venir[14]. Ce « petit terminal bis » deviendra le Terminal 2. Parallèlement à la construction de ce terminal, une extension du terminal 1 est construite, et destinée aux destinations non-Schengen[15].

Depuis les attentats de Bruxelles du 22 mars 2016, qui touchèrent notamment l'Aéroport de Bruxelles-National, un poste de pré-contrôle a été installé devant l'aérogare. À l'avenir, un bâtiment en dur remplacera les installations provisoires[16].

À la suite du déménagement des services administratifs et de direction vers le bâtiment Éole, dans l'Aéropôle, l'espace libéré à l'étage du terminal 1 permettra d'y développer des surfaces commerciales et horeca. Ces nouvelles installations devraient être inaugurées en juillet 2019[17].

Terminal 2[modifier | modifier le code]

Le terminal 2 – ou T2 – est le second terminal de l'aéroport.

Initialement, le masterplan original prévoyait une plus grande extension de l'aéroport. Mais la décision de la Commission européenne imposant une augmentation du loyer versé par l'aéroport auprès de la Région wallonne, de 3,5 millions à 15,5 millions €[18], a obligé la direction de l'aéroport à revoir ses ambitions à la baisse[14]. La demande de permis est déposée en juillet 2015[19]. Quant au financement du projet, malgré un refus des actionnaires privés (et minoritaires), le Conseil d'administration donne son feu vert en novembre 2015 pour entamer des démarches auprès des banques ; la moitié du financement se faisant sur fonds propres, et l'autre moitié par emprunt bancaire[20]. Le permis d'urbanisme est délivré en décembre 2015[21], et les travaux commencent en mars 2016[22].

Le 30 janvier 2017, le terminal 2 est inauguré, après dix mois de chantier seulement[23]. Le bâtiment a coûté environ 15 millions €[15]. Situé à l'Est du terminal 1, le terminal 2, d'une superficie de 5 800 m², dispose de huit comptoirs d'enregistrement, trois portes d'embarquement et deux bandes pour la collecte des bagages aux arrivées, ainsi que d'un espace Duty Free et d'un café. Il n'accueille que des vols à destination des pays membres de l'Espace Schengen. Dans un premier temps, il n'est ouvert que de 4h à 11h30 et de 21h à 23h30, afin de désengorger le terminal 1 aux heures de pointes. Toutefois, d'ici 2020 à 2022, le terminal 2 devrait ouvrir de façon permanente, soit de 4h à 23h30. Il pourrait alors accueillir entre 20 et 25 vols par jour, soit une capacité d'environ trois millions de passagers. L'aéroport atteindra ainsi une capacité de dix millions de passagers[24].

Executive terminal[modifier | modifier le code]

À la suite de l'ouverture du terminal 1 en 2008, l'ancien terminal, situé au Sud de la piste, s'est retrouvé inutilisé. En 2014, la direction de l'aéroport lance un appel à projet destiné à l'exploitation du bâtiment. L'occupation des lieux par le secteur horeca (hôtellerie, restauration et café) est alors envisagée, ainsi que l'implémentation d'une salle de sport[25].

En mars, la direction de l'aéroport décide d'affecter l'ancien terminal à l'aviation d'affaires ainsi que le petit cargo[26],[27]. Le bâtiment est dès lors rebaptisé « Executive terminal »[28]. Plusieurs espaces VIP ont ainsi été aménagés, et un nouvel hangar pourrait être affecté à l'aviation d'affaires en cas de succès[29]. Avec l'arrivée d'Air Belgium en 2018, l'aéroport annonce vouloir implanter un terminal premium au niveau de l'Executive terminal, afin de satisfaire les besoins des voyageurs des classes business et premium. Ces passagers pourront y bénéficier d'un parking dédié avant de s'enregistrer, passer la douane et embarquer dans l'avion en 20 minutes[30].

En outre, le terminal accueille également une clinique de jour, en association avec l'ISPPC (Intercommunale de Santé Publique du Pays de Charleroi), afin notamment d'y traiter l'avionophobie[31].

Situation[modifier | modifier le code]

Accès terrestre[modifier | modifier le code]

En voiture[modifier | modifier le code]

L'aéroport international de Charleroi Bruxelles-Sud est situé à 7 kilomètres du centre ville de Charleroi, à 45 kilomètres de la Région de Bruxelles-Capitale et à 55 kilomètres de Bruxelles. Il faut environ 40 minutes en voiture pour rejoindre l'aéroport à partir de Waterloo (sud de Bruxelles), 1 heure à partir de centre-ville de Bruxelles. L'accès à l'aéroport en voiture est payant : Le parking express ayant été supprimé, il faut passer par les parkings classiques qui offrent 15 minutes de gratuité. Passé ce délai de 15 minutes, on passe au tarif normal de 3 euros pour l'accès normal (parkings P1 à P4, auxquels s'ajoutent 3 euros de l'heure.

Le parking[modifier | modifier le code]

L’aéroport de Charleroi offre un large choix de parking très cher et/ou des solutions alternatives pour tous ceux qui recherchent une zone de stationnement à l’aéroport. Il est également possible de réserver une place de parking lowcost en ligne depuis chez soi à toute heure du jour ou de la nuit et ce 24/24.

Le parking P1 est le privilégié pour les courtes ou moyennes durées. Le parking « Lock Park » est une zone couverte et clôturée située à l’intérieur même du parking P1. Séparée par une grille, cette zone exclusive du parking P1 assure un emplacement clôturé pour le véhicule. En tout, P1 comporte 3076 places de parking à Charleroi. Il y a également la possibilité d'avoir accés à des parkings lowcost sur des comparateurs à des prix super intéressant (voir le site allopark[32] pour plus de détail). Vous avez également la possibilité d'aller au P2 de l'aéroport qui comporte plus de 7000 places à 10 minutes à pied de l'aéroport.

En train[modifier | modifier le code]

La gare la plus proche de l'aéroport est Charleroi-Sud, gare SNCB reliée à toutes les localités du pays et lieu de correspondance avec les bus A de la TEC Charleroi. Le voyageur peut se procurer un titre combiné train + navette à un prix forfaitaire (voir site de la SNCB pour plus de détails sur l'offre). Le temps de trajet entre Bruxelles-Central et l'aéroport est de 1 h 37 (semaine) ou 1 h 34 (week-end).

En bus[modifier | modifier le code]

L'aéroport est desservi par le bus A des TEC Charleroi circulant de la gare de Charleroi-Sud à l'aéroport. La ligne a une tarification spécifique de 6 par trajet. Le temps de parcours est d'environ 20 minutes entre les deux terminus[33].

L'aéroport est également desservi par :

  • Brussels City Shuttle. C'est le moyen le plus facile pour venir à l’aéroport au départ de Bruxelles. Les horaires des navettes sont adaptés aux horaires des vols, elles circulent à.p.d. 03h30 du matin. Un départ est assuré toutes les 30 minutes. Pour profiter du meilleur tarif, achat préalable du billet sur internet.
  • des lignes d'autocar de la compagnie privée luxembourgeoise « Flibco ». Ces lignes relient plusieurs fois par jour Lille, Bastogne, Arlon, Luxembourg-Ville, Thionville, Maizières-les-Metz, Metz et Bruges. Le tarif entre l'aéroport et Bruxelles-Midi est de 14 euros ou 28 euros aller-retour; les autres villes peuvent être accessible dès 5 l'aller simple [34].

À pied et à vélo[modifier | modifier le code]

L'accès pédestre à l'aéroport est depuis peu autorisé, un chemin pédestre ayant été aménagé parallèlement à la route (depuis la pompe à essence jusqu'au terminal T1). Il n'y a pas de piste cyclable réservée aux cyclistes, qui doivent donc emprunter les routes d'accès.

Compagnies aériennes et destinations[modifier | modifier le code]

Chaque semaine, les avions de six compagnies relient l'aéroport à 150 destinations régulières[35]en Europe, en Turquie et en Afrique du Nord.

Les destination desservies depuis l'aéroport sont les suivantes[36] :

Compagnies Destinations
Drapeau de la Belgique Air Belgium
Drapeau de la France Air Corsica En saison:
Drapeau de la Biélorussie Belavia
Drapeau de la Turquie Pegasus Airlines
Drapeau de l'Irlande Ryanair
En saison:
Drapeau de la Belgique TUI fly Belgium[39]
En saison:
Drapeau de la Hongrie Wizz Air

Statistiques d'opérations[modifier | modifier le code]

Mouvements d’aéronefs[modifier | modifier le code]

Nombre de mouvements par année[41]

Année Mouvements Évolution
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998 62 539
1999 60 060 en diminution 3,96 %
Année Mouvements Évolution
2000 57 042 en diminution 5,02 %
2001 57 216 en augmentation 0,31 %
2002 64 237 en augmentation 12,27 %
2003 63 140 en diminution 1,71 %
2004 65 952 en augmentation 4,45 %
2005 61 212 en diminution 5,67 %
2006 66 480 en augmentation 8,61 %
2007 70 725 en augmentation 6,39 %
2008 79 487 en augmentation 12,39 %
2009 81 726 en augmentation 2,82 %
Année Mouvements Évolution
2010 80 009 en diminution 2,10 %
2011 85 597 en augmentation 6,98 %
2012 84 313 en diminution 1,50 %
2013 83 933 en diminution 0,45 %
2014 76 135 en diminution 9,29 %
2015 73 912 en diminution 2,92 %
2016 75 038 en augmentation 1,52 %
2017 78 386 en augmentation 4,46 %
2018
2019

Passagers[modifier | modifier le code]

Trafic passagers par année[41]

Année Passagers Évolution
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998 210 727
1999 235 549 en augmentation 11,78 %
Année Passagers Évolution
2000 255 317 en augmentation 8,39 %
2001 773 431 en augmentation 202,93 %
2002 1 271 979 en augmentation 64,45 %
2003 1 803 587 en augmentation 41,19 %
2004 2 034 797 en augmentation 12,81 %
2005 1 873 349 en diminution 8,61 %
2006 2 166 360 en augmentation 15,64 %
2007 2 458 255 en augmentation 13,47 %
2008 2 957 026 en augmentation 20,28 %
2009 3 937 187 en augmentation 33,14 %
Année Passagers Évolution
2010 5 123 404 en augmentation 30,12 %
2011 5 901 007 en augmentation 15,18 %
2012 6 516 427 en augmentation 10,43 %
2013 6 786 163 en augmentation 4,14 %
2014 6 439 957 en diminution 5,10 %
2015 6 956 302 en augmentation 8,02 %
2016 7 303 720 en augmentation 4,99 %
2017 7 698 767 en augmentation 5,41 %
2018
2019

Entreprises présentes sur le site[modifier | modifier le code]

Principaux opérateurs et motivations[modifier | modifier le code]

Boeing 737 de la compagnie Ryanair sur le tarmac de l'aéroport en 2011.

Bien qu'objet de polémique au sujet des aides accordées par la Région wallonne à l'installation de la compagnie, Ryanair a régulièrement décidé l'ouverture de nouvelles liaisons au départ de Charleroi (ainsi que la suppression de certaines liaisons, notamment vers Liverpool et Londres-Stansted). Ryanair a été rejointe à Charleroi par d'autres compagnies à bas tarifs, comme Wizz Air et Air Service Plus. La compagnie polonaise Air Polonia a également ouvert une ligne Charleroi-Varsovie avant de se déclarer en faillite. Plus tard, Air Service Plus a été remplacée par Fly On Air, en proposant pour unique destination Pescara, sur la côte adriatique italienne.

Wizz Air a ouvert une ligne Charleroi-Ljubljana le . La compagnie aérienne Jet4You a ouvert une ligne Charleroi-Casablanca le . Blue Air, une compagnie à bas prix roumaine, a également ouvert une ligne Bucarest-Charleroi le , mais cette compagnie opère désormais depuis Bruxelles.

Ryanair annonce la fermeture de la ligne Charleroi-Salzbourg le . Par contre, elle rouvrira la ligne Chareroi-Londres-Stansted le . Wizz Air lancera une liaison entre Charleroi et Katowice le et étudie aussi de nouvelles destinations au départ de Charleroi.

Ryanair a révélé, dans une étude, que l'aéroport de Charleroi pouvait accueillir jusqu’à dix avions de sa flotte[réf. nécessaire].

Le ministre wallon chargé des aéroports, André Antoine, a révélé que l'aéroport pourrait rallonger sa piste de 650 mètres pour la porter à 3 200 mètres. L'allongement de la piste était un projet vieux de 20 ans. Ce projet s'accompagnerait de l'homologation CAT III du système d'atterrissage aux instruments (ILS) ainsi que de la construction d'une nouvelle tour de contrôle et du développement de voies de roulage (taxiway) au nord de la piste. L'ILS CAT III a été mis en service début 2009, permettant désormais des opérations à visibilité quasi nulle, et réduisant donc largement les risques de déroutement d'avions pour cause de mauvais temps.

David Gering, directeur des ventes de Ryanair pour le Benelux (entre-temps embauché par BSCA comme directeur du développement), a annoncé le , que l'inauguration du nouveau terminal passagers en septembre ou octobre 2007 permettrait le lancement de nombreuses liaisons aériennes car la compagnie a pas mal d'ambitions pour l'aéroport...

Accidents et incidents[modifier | modifier le code]

  • Le , un Boeing 737-229C (immatriculé OO-SDH) de la compagnie belge Sabena, qui effectuait des vols d'entraînement et des Posé-décollé ((en)touch-and-go) est pris dans un groupe d'oiseaux au moment du décollage. Le décollage est avorté mais l'avion ne parvient pas à s'arrêter avant la fin de la piste et quitte l'enceinte de l'aéroport, arrachant l'antenne de l'ILS (système d'aide à l'atterrissage) sur son passage avant de s'immobiliser en bordure de l'autoroute A54. L'avion est détruit dans l'incendie qui s'ensuit, mais aucun des trois membres d'équipage n'est tué.
  • Le vers 18 h 00, un Boeing 737-204A (immatriculé EI-CJC) de la compagnie irlandaise Ryanair assurant un vol pour Dublin est victime d'un problème hydraulique au décollage. L'avion réalise un atterrissage d'urgence quelques instants plus tard et s'immobilise en bout de piste 25, les passagers étant évacués par les toboggans d'urgence à la suite d'un incendie du train d'atterrissage principal tribord. L'aéroport sera fermé le temps nécessaire aux remplacements des pneumatiques et du système de freinage endommagé. L'avion quittera la piste vers 5 h 00 le lendemain matin après le nettoyage de la piste, du liquide hydraulique ayant été répandu. L'incident n'a pas fait de victimes et l'avion a été remis en service quelque temps après.
  • Le , un Boeing 737-800 de la compagnie Ryanair en vol depuis Venise Trévise vers Dublin a atterri d'urgence à Charleroi. Une passagère italienne de 24 ans était victime des symptômes d'un malaise cardiaque. Malgré la rapide intervention des secours de l'aéroport et une tentative de réanimation de 40 minutes, la passagère est décédée au pied de l'avion sur le tarmac de l'aéroport.
  • Le vers 8 h, un Canadair CRJ 200 de la Lufthansa assurant la liaison Cologne-Paris a dû se poser en urgence à l'aéroport. Un des moteurs de l'avion a surchauffé puis pris feu en vol, le pilote a donc demandé de pouvoir atterrir d'urgence à Charleroi, ce qui s'est fait sans autre problème. Tous les passagers ont été évacués par la sortie avant et pris en charge par les services de secours. Quand l'alerte a été donnée, plusieurs ambulances ont convergé vers l'aéroport mais elles n'ont pas dû intervenir. L'incident n'a fait aucun blessé.
  • Samedi dans l'après-midi, un Boeing 737 de la compagnie Ryanair a dû effectuer un atterrissage d'urgence à l'aéroport de Charleroi. Au moment où il décollait, un de ses pneus a éclaté. L'appareil a donc achevé son décollage puis fait demi-tour. La procédure d'atterrissage d'urgence fut déclenchée et l'appel fut lancé au service d'incendie de l'aéroport, ainsi qu'aux pompiers de la caserne de Jumet et à plusieurs ambulances. L'atterrissage s'est cependant passé sans difficultés et les 170 passagers ont pu quitter l'avion sans autre dommage, peu après 16 heures.
  • Vendredi , un F-16 néerlandais a dû se poser en urgence à l'aéroport de Charleroi. Le train d’atterrissage ne s'est pas verrouillé et l'avion s'est arrêté au bout de la piste 25. Des débris ont jonché la piste sur une centaine de mètres. Le pilote en est sorti indemne. De l'hydrazine, substance hautement toxique, s'est toutefois répandue sur la piste nécessitant l'intervention des pompiers de l'aéroport et de renforts provenant des casernes avoisinantes. Un périmètre de sécurité a été installé autour de l'appareil et des perturbations de vols ont été enregistrées durant 3 heures.
  • Samedi , un avion léger privé de type Cessna P210N s'est écrasé à cause d'un problème après décollage, sûrement de givrage[42]. Les 5 occupants, 2 adultes et 3 enfants, périrent dans l'accident. La piste fut occupée par les débris, et les vols furent annulés, déportés ou reportés jusqu'aux alentours de 16 heures[43].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.charleroi-airport.com/corporate/lhistorique/index.html/Page consultée le 26 décembre 2016
  2. Belga, « Voici le nouveau terminal de l’aéroport de Charleroi (photos et vidéo) », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  3. lanouvellegazette.be, « Aéroport de Charleroi: le nouveau terminal T2 en service dès ce lundi », lanouvellegazette,‎ (lire en ligne)
  4. Belga (2014). En ligne sur le site de la libre. http://www.lalibre.be/actu/belgique/charleroi-airport-allongera-sa-piste-5406a1c0357030e6103d625a, page consultée le 08/05/2015
  5. RTBF.be – info (2013). La Région wallonne confirme: le train vers l'aéroport carolo est une priorité. En ligne sur le site de la RTBF.be. https://www.rtbf.be/info/regions/detail_un-train-pour-desservir-l-aeroport-de-charleroi-des-2027-cela-se-precise?id=8130341, page consultée le 09/06/2015
  6. Martial Dumont, « Welcome to Charleroi Bruxelles-Sud », L'Avenir,‎ (lire en ligne)
  7. Belga, « Charleroi sature », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne)
  8. Rédaction, « Permis accordé pour les « gates » », L'Avenir,‎ (lire en ligne)
  9. Daniel Barbieux, « L'aéroport de Charleroi va s'étendre », RTBF,‎ (lire en ligne)
  10. Daniel Barbieux et Jean-Christophe Adnet, « L'aéroport de Charleroi ne cesse de s'agrandir », RTBF,‎ (lire en ligne)
  11. Daisy Gérard et Daniel Barbieux, « Début de l'enquête publique pour l'agrandissement du BSCA », RTBF,‎ (lire en ligne)
  12. François Nemeth, « Charleroi: feu vert pour l'extension de l'aérogare », RTBF,‎ (lire en ligne)
  13. Alain Vaessen, « Charleroi: la direction de l'aéroport voudrait agrandir l'aérogare », RTBF,‎ (lire en ligne)
  14. a et b Belga, « Aéroport de Charleroi: le projet de "terminal bis" comme solution ? », RTBF,‎ (lire en ligne)
  15. a et b Rédaction, « Aéroport de Charleroi : prolongement de piste et nouveau terminal en vue », RTBF,‎ (lire en ligne)
  16. Didier Albin, « Quatre millions d’euros pour le parking du BSCA », La Dernière Heure/Les Sports,‎ (lire en ligne)
  17. M-G. D., « L’extension commerciale du BSCA est en marche », La Nouvelle Gazette,‎ (lire en ligne)
  18. Jean-Claude Verset, « Jean-Jacques Cloquet: "Charleroi devrait perdre de 50 à 60 000 passagers sur un an" », RTBF,‎ (lire en ligne)
  19. Rédaction, « Aéroport de Charleroi: demande de permis déposée pour le nouveau terminal », RTBF,‎ (lire en ligne)
  20. Rédaction, « Charleroi: l'extension du terminal de l'aéroport "recalée" par les actionnaires privés », RTBF,‎ (lire en ligne)
  21. Luciano Arcangeli, « Le permis d'urbanisme pour l'extension de l'aéroport carolo a été octroyé », RTBF,‎ (lire en ligne)
  22. Sarah Devaux et Daniel Barbieux, « Aéroport de Charleroi: les travaux du nouveau terminal ont commencé ce lundi », RTBF,‎ (lire en ligne)
  23. Belga, « Le nouveau terminal de l'aéroport de Charleroi en service à partir du 30 janvier », La Dernière Heure/Les Sports,‎ (lire en ligne)
  24. N. M., « Le nouveau terminal de l'aéroport de Charleroi est désormais accessible », RTBF,‎ (lire en ligne)
  25. Luciano Arcangeli, « L'ancien aérogare de Charleroi recherche des investisseurs », RTBF,‎ (lire en ligne)
  26. M-G. D., « Charleroi: vols d’affaires et petit fret en piste », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  27. Didier Albin, « Charleroi: une seconde vie pour l’ancien terminal », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  28. Didier Albin, « L’aéroport de Gosselies réinvestit son ancien terminal », L'Avenir,‎ (lire en ligne)
  29. Benoit Gilson, « L’aéroport de Charleroi développe l’aviation d’affaires », Air & Cosmos,‎ (lire en ligne)
  30. Belga, « Air Belgium: sept destinations d'ici fin juin et l'ambition d'atteindre 500.000 passagers par an », La Dernière Heure/Les Sports,‎ (lire en ligne)
  31. Luciano Arcangeli et Daniel Barbieux, « Aéroport de Charleroi: une clinique de jour pour oublier la peur de l'avion », RTBF,‎ (lire en ligne)
  32. « Parking aéroport Charleroi - Zaventem - Roissy - Orly », sur www.allopark.com (consulté le 20 mai 2017)
  33. http://www.charleroi-airport.com/acces/train-bus/index.html/Page consultée le 27 décembre 2016
  34. http://www.charleroi-airport.com/acces/navettes/index.html/Page consultée le 27 décembre 2016
  35. Au 24 décembre 2016, selon déclaration de J-J. Cloquet (administrateur délégué de BSCA) au micro de la RTBF Radio Vivacité
  36. « Destinations », Brussels South Charleroi Airport,
  37. https://www.ryanair.com/gb/en/timetable
  38. http://airlineroute.net/2016/01/27/fr-tls-nov16/
  39. (en) « Jetairfly Flight Plan », Jetairfly
  40. (en) « WIZZ AIR ADDS 6TH AIRCRAFT TO GDANSK - New routes to Aberdeen, Brussels Charleroi and Billund », Wizz Air,
  41. a et b http://www.charleroi-airport.com/laeroport/statistiques/index.html
  42. RTBF - "Crash à Charleroi: l'avion avait-il été mal dégivré ?"
  43. « Crash d’un avion de tourisme à l’aéroport de Charleroi: cinq personnes tuées », Le Soir,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]