Aéroport de Brive-Souillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brive - Souillac
Brive-Vallée de la Dordogne
Image illustrative de l'article Aéroport de Brive-Souillac
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Corrèze, Lot
Ville Brive-la-Gaillarde, Souillac
Date d'ouverture 15 juin 2010
Coordonnées 45° 02′ 23″ nord, 1° 29′ 08″ est
Superficie 200 ha
Altitude 310 m (1 016 ft)

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
BVE
BVE

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
BVE
BVE

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
BVE
BVE
Pistes
Direction Longueur Surface
11/29 2 100 m (6 890 ft) Revêtue
Informations aéronautiques
Code AITA BVE
Code OACI LFSL
Nom cartographique BRIVE
Type d'aéroport Civil, ouvert à la CAP
Gestionnaire Régie personnalisée de l’aéroport de Brive - Souillac
Site web aéroport Consulter
Aérogare de l'aéroport de Brive Vallée de la Dordogne, France
Aérogare de l'aéroport de Brive-Vallée de la Dordogne.
British Aerospace Avro RJ-85 Cityjet, vol Brive London City
Vol Brive Londres City Airport sur Avro RJ-85 Cityjet.

L'aéroport de Brive - Souillac (code AITA : BVE • code OACI : LFSL), également dénommé commercialement aéroport de Brive-Vallée de la Dordogne, est un aéroport ouvert le 15 juin 2010, à proximité de Brive-la-Gaillarde en Nouvelle-Aquitaine et de Souillac en région Occitanie, en bordure des départements de la Corrèze et du Lot sur les communes de Nespouls et de Cressensac, et à proximité de celui de la Dordogne. Plus adapté au trafic international, en particulier l'accueil de compagnies à bas coût vers la Grande-Bretagne, il a remplacé l'aérodrome de Brive-Laroche.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'aérodrome de Brive-Laroche[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2010, l'aérodrome de Brive-Laroche était la plateforme aéronautique de Brive-la-Gaillarde. La compagnie aérienne Airlinair effectuait des rotations vers Paris-Orly en ATR 42. L'aéroport a été fermé le 15 juin 2010, la piste étant trop petite pour accueillir des avions récents ; il était impossible de l'agrandir car l'aérodrome était entouré d'une zone industrielle. Tous les vols ont alors été reportés sur l'aéroport de Brive-Souillac.

Construction[modifier | modifier le code]

Le chantier a débuté fin 2005 pour un coût de 48,7 millions d'euros[1], sur le site de Nespouls/Cressensac. La première pierre de l'aérogare a été posée le 9 juillet 2009[2] et la mise en service s'est effectuée le 15 juin 2010[3]. Il a été inauguré officiellement le 9 juillet 2010.

L'unique piste, d'une longueur initialement prévue de 1 900 m, a finalement été portée à 2 100 m sur 45 m de largeur.

Choix du nom commercial de l'aéroport[modifier | modifier le code]

En septembre 2009, le syndicat mixte chargé de sa gestion, présidé par Jean-Louis Nesti, décide de donner à « Brive - Souillac » (nom de l'aérodrome d'un point de vue aéronautique) le nom commercial de Brive-Vallée de la Dordogne[4]. Cette décision provoque de nombreuses protestations d'élus lotois et de la région Midi-Pyrénées, qui y voient une tentative de favoriser Brive et son bassin aux dépens de Souillac et du département du Lot[5],[6].

Installations[modifier | modifier le code]

Piste(s)[modifier | modifier le code]

L’aéroport dispose d’une piste bitumée orientée est-ouest (11/29), longue de 2 100 mètres et large de 45. Elle est dotée :

  • d’un balisage diurne et nocturne (feux basse et haute intensité) ;
  • d’un indicateur de plan d’approche (PAPI) pour chaque sens d’atterrissage ;
  • d’un système d’atterrissage aux instruments (ILS/DME) pour le sens d’atterrissage 29.

Prestations[modifier | modifier le code]

L’aérodrome est contrôlé ou dispose d’un service d’information de vol (AFIS)[7]. Dans les deux cas, les communications s’effectuent sur la fréquence de 121,125 MHz. Il est agréé pour le vol à vue (VFR) de nuit et le vol aux instruments (IFR).

S’y ajoutent :

  • une aire de stationnement pour l'aviation commerciale ;
  • une aire de stationnement pour l'aviation générale ;
  • une aérogare passagers de 2 300 m2 (capacité de traitement de 200 000 passagers par an) ;
  • des hangars ;
  • une station d’avitaillement en carburant (100LL et Jet A1) et en lubrifiant[8].

Activités[modifier | modifier le code]

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Dès le 25 juin 2010, l'aéroport a été relié à l’aéroport de Londres City par trois vols par semaine avec la compagnie CityJet par des Avro RJ 85[9]. Portée à quatre rotations en août 2011, elle est réduite d'octobre à avril à deux rotations hebdomadaires. En 2015, il n'existe plus que deux rotations hebdomadaires, uniquement en juillet-août, souvent assurées par des Fokker F50 de 50 places, contre 95 pour l'Avro RJ 85.

Cette ligne avec Londres entrait en concurrence avec celle quotidienne à l'aéroport de Rodez-Marcillac et celle de Ryanair à l'aéroport de Limoges.

Pour l'été 2011, une nouvelle liaison vers Manchester est lancée par Jet2.com à raison de deux rotations par semaine[10]. Elle est abandonnée rapidement, après seulement quatre mois d'activité.

La compagnie irlandaise Ryanair ouvre en 2013 une ligne vers Maastricht, aux Pays-Bas, avant de la fermer l'année suivante, faute de remplissage.

L’aéroport est aussi relié à celui de Paris-Orly par trois vols quotidiens (un seul le dimanche ; aucun le samedi) par la compagnie Hop ! qui assure également la rotation du samedi sur Ajaccio.

L’aéroport fut aussi relié à celui de Porto, avec une rotation tous les jeudis ou vendredis durant les mois de juillet-août 2014 et 2015 par la compagnie Europe Airpost, aujourd'hui ASL Airlines France.

Depuis 2016, l'aéroport ne propose que trois destinations (Londres-Stansted, Paris et Ajaccio), contre six encore l'année précédente.

Loisirs et tourisme[modifier | modifier le code]

  • Aéroclub de Brive
  • Aéroclub des trois provinces
  • Aéroclub de Tulle
  • Aquar'ailes
  • Association vélivole Cavok

Statistiques[modifier | modifier le code]

L'aéroport est conçu pour atteindre 250 000 passagers annuels en 2019[11]. Après une forte augmentation l'année de l'ouverture de l'aéroport, en 2010 et 2011, le trafic évolue peu et en 2016, il est inférieur à 67 000 passagers[12], soit quatre fois moins que ce qui est prévu pour 2019. L'aéroport devrait également perdre de nombreux passagers, à la suite de la fermeture en 2016 des lignes vers Londres-City, Amsterdam et Porto et Lyon en 2017.

Évolution du trafic l'aéroport de Brive-Vallée de la Dordogne (Source : Site des aéroports français Statistiques annuelles de trafic aérien)
Année Passagers dont
low-cost
Mouvements
commerciaux
Mouvements
non commerciaux
2016 66 870 19 189 2 058 11 032
2015 68 775 21 642 1 941 11 905
2014 71 461 23 992 2 091 11 008
2013 63 877 19 832 2 020 10 256
2012 57 083 13 747 1 981 10 082
2011 61 011 17 916 1 978 12 029
2010 35 444 6 295 1 538 9 035
2009 20 512 0 962 5 852
2008 21 631 0 969 7 561
2007 22 692 0 976 8 966
2006 24 357 0 1 051 9 541
2005 24 728 0 1 133 9 204
2000 35 668 0 1 332 14 270
1997 34 001 0 à renseigner à renseigner

Les chiffres de 1997 à 2009 concernent l'aéroport de Brive-Laroche. En 2010, l'aéroport de Brive-Vallée de la Dordogne a accueilli 23 031 passagers[13].

Compagnies aériennes et destinations[modifier | modifier le code]

Compagnies Destinations
Hop! Paris–Orly

Saisonnière : Ajaccio

Ryanair Saisonnière : Londres-Stansted

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.sudouest.fr/2010/04/24/ca-va-bientot-decoller-74415-4625.php Nancy Ladde, Ça va bientôt décoller ! , Sud Ouest, édition 24 avril 2010
  2. Journal Sud Ouest, édition Périgueux du 10 juillet 2009
  3. Nancy Ladde, Premier atterrissage depuis Paris, Sud Ouest édition Périgueux du 16 juin 2010.
  4. La Dépêche du Midi, édition Lot, 25 septembre 2009, L'aéroport s'appellera « Brive Vallée de la Dordogne »
  5. La Dépêche du Midi, édition Lot, 27 septembre 2009, Aéroport du nord : Souillac révoltée !
  6. La Dépêche du Midi, édition Lot, 30 septembre 2009, Alain Chastagnol : « Il s'agit d'une usurpation d'identité »
  7. Le contrôle est activé lorsque des vols internationaux sont programmés (annoncé par NOTAM).
  8. N.B. : les informations aéronautiques contenues dans cette section sont citées sans garantie de mises à jour régulières. Seules les informations publiées par le Service de l'information aéronautique (SIA) et/ou le gestionnaire de l’aérodrome peuvent être utilisées pour la navigation aérienne.
  9. (fr) Laurent Benayoun, « Aéroport Brive-Souillac : des vols vers Londres », sur La Dépêche du Midi,
  10. http://www.aeroport-brive-vallee-dordogne.com/sites/aeroport-brive-vallee-dordogne.com/files/images/tourisme/CP%20JET2.pdf Communiqué de presse de l'aéroport du 26 août 2010.
  11. http://www.lot-cci-magazine.fr/modele.php?mag=148 journal de la CCI du Lot édition de 2010
  12. http://www.aeroport.fr/view-statistiques/brive-vallee-de-la-dordogne Statistiques annuelles de trafic aérien de l'aéroport, consulté le 8 mars 2017.
  13. http://www.aeroport-brive-vallee-dordogne.com/sites/aeroport-brive-vallee-dordogne.com/files/images/tourisme/Bilan%20Activit%C3%A9%20BVE.pptx Bilan 2010 de l'aéroport. Diapositive 5 sur 7

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]