Aéroport d'Alger - Houari Boumédiène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aéroport
d’Alger - Houari Boumédiène
Aéroport d'Alger
Aéroport d'Alger
Localisation
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Ville Alger
Date d'ouverture 1924
Coordonnées 36° 41′ 40″ nord, 3° 13′ 01″ est
Altitude 25 m (82 ft)

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
ALG
ALG
Pistes
Direction Longueur Surface
05/23 3 500 m (11 483 ft) Béton bitumineux
09/27 3 500 m (11 483 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA ALG
Code OACI DAAG
Nom cartographique Alger/Houari Boumédiène[1]
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire EGSA d'Alger

L’aéroport international d'Alger - Houari Boumédiène[2], (code AITA : ALG • code OACI : DAAG), anciennement aéroport d'Alger-Maison Blanche, communément appelé « Alger - Houari Boumédiène », est un aéroport algérien, situé sur la commune de Dar El Beïda à 16 km à l'est d'Alger. Premier aéroport algérien par son importance et le meilleur aéroport d’Afrique en 2015, le classement est déterminé par un vote des voyageurs, et basé sur l’expérience globale dans l’aéroport[3],[4].

Présentation[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

L'entrée du nouvel aérogare.

L’aéroport d’Alger est un aéroport civil international desservant la capitale algérienne et sa région (wilayas d'Alger, de Tipaza, de Blida, de Médea, d'Aïn Defla Boumerdès et de Tizi Ouzou). Il s'agit du plus important de tous les aéroports algériens. Sa capacité actuelle est d'environ 9 millions de passagers par an[réf. nécessaire] pour un flux réel de plus ou moins 6 millions en 2013[5].

Il est composé d'un terminal pour les vols internationaux, inaugurée le , d'un terminal pour les vols domestiques, et d'un troisième pour les vols charters, utilisé notamment pour les pèlerinages.

Un nouveau terminal d'une capacité de 12 millions de passagers annuels[réf. nécessaire] est en construction depuis 2015 pour ouvrir au public au second semestre 2018[6].

L’aéroport est géré depuis par la Société de gestion des services et infrastructures aéroportuaires (SGSIA), filiale de l'EGSA Alger.

Situation[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Plan de l'aéroport.

L'accès a l'aéroport d'Alger est diversifié :

  • par route : l'aéroport est accessible par la Rocade Sud d'Alger qui mène de la banlieue ouest (Zéralda) à Dar El Beïda, la 2e Rocade Sud d'Alger reliant la banlieue est d'Alger (Boudouaou) à la banlieue ouest (Staoueli) et la Rocade Nord d'Alger qui mène du centre d'Alger à Dar El Beïda ;
  • par bus : la ligne 100 de l'ETUSA relie l'aéroport au centre-ville d'Alger toutes les 30 minutes ;
  • en travaux : l'extension du métro d'Alger actuellement en construction reliera l’aéroport d’Alger au reste du réseau à l'horizon 2020.

Principaux opérateurs[modifier | modifier le code]

La compagnie aérienne nationale Air Algérie est la principale opératrice à l'aéroport international d'Alger, elle l'utilise comme Plate-forme de correspondance aéroportuaire et exploite plusieurs lignes vers l'Europe, l'Afrique, le Canada, la Chine, le Moyen-Orient. Quant à la Tassili Airlines filiale de la compagnie pétrolière Sonatrach, elle desserte à partir de cet aéroport le Maroc, l’Espagne, la France, la Turquie et les Émirats arabes unis. Plusieurs compagnies aériennes étrangères assurent des vols vers Alger comme Air France, Aigle Azur, Tunisair, Royal Air Maroc, Qatar Airways, Emirates, Turkish Airlines, Lufthansa, British Airways, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne aérogare de l'aéroport, vue depuis les pistes.

Créé en 1924 pour des activités militaires et de loisirs et connu sous le nom de base aérienne 149 Maison Blanche, l'aérodrome de Maison Blanche commence à se développer et se tourner vers l'aviation civile en 1940.

Après avoir servi en 1942 pour le débarquement des alliés, il deviendra l'aéroport d'Alger Maison Blanche juste après la fin de la Seconde Guerre mondiale, du nom français de la commune (Maison Blanche) où il est situé.

Il deviendra Aéroport d'Alger - Dar El Beïda en 1962, puis prendra le nom de Houari Boumédiène le [7], quelques semaines après le décès du chef de l'État algérien.

Le , l'ancien terminal international a été visé par un attentat qui a coûté la vie à neuf personnes.

C'est sur le tarmac de l'aéroport d'Alger que débuta le la prise d'otages du Vol 8969 Air France. À la suite de cette prise d'otage, la compagnie Air France décide l'arrêt de tous ses vols vers l'Algérie. Les vols de la compagnie Air France ont repris en 2003.

En 2006, la nouvelle aérogare d'une capacité de six millions de passagers est inaugurée.

L'aéroport d'Alger a été classé meilleur aéroport africain en 2011[8].

2015 : une troisième aérogare[modifier | modifier le code]

Devant l'augmentation rapide du trafic passager, les travaux d'une troisième aérogare d'une capacité de dix millions de passagers sont entamés en 2015. Le coût de cette extension de l'aéroport est estimé alors à près de 74 milliards de dinards algériens (DA)[9]. Dans le projet initial, les responsables annoncent que l'extension occupera une superficie de 20 hectares. Iil est également prévu qu'il y aura un parking pour les véhicules d'une capacité de plus de 4 500 places. Sont prévus egalement trois parkings avions et des voies de circulation sur une superficie de plus de 424 000 m2[10].

De plus il aura plus de 120 points d`enregistrement, de 84 guichets de contrôle et de neuf tapis roulants. La réalisation de ce projet a été confié à China State Construction Engineering (CSCEC), une entreprise de construction publique chinoise[11]. Il est financé par l`Entreprise de gestion des aéroports d`Alger (45 milliards de DA) et par le Trésor public algérien.

La livraison de cette nouvelle aérogare est prévue pour [6].

En avril 2017, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, chargé de l'intérim du ministère des Travaux publics et des Transports, Abdelmalek Boudiaf, annonce que 70 % des travaux sont réalisés[12].

Infrastructures liées[modifier | modifier le code]

Pistes[modifier | modifier le code]

L’aéroport dispose de deux pistes d'une longueur de 3 500 m chacune ; la première en béton bitumineux, la deuxième en asphalte.

Aérogares[modifier | modifier le code]

Trois terminaux accueillent les passagers de l'aéroport :

  • Le terminal 1, inauguré en 2006, dédié aux vols internationaux.
  • Le terminal 2, ancien terminal international, rénové, dédié aux vols nationaux.
  • Le terminal 3, ancien terminal national, dédié aux vols charters.

Aérogare internationale (2006)[modifier | modifier le code]

  • Inauguré le 5 juillet 2006, le nouveau terminal (terminal 1) de l'aéroport Houari Boumédiène, d'une capacité de 6 millions de passagers a remplacé l'ancien terminal international construit dans les années 1950.
  • Sur le modèle de l'aéroport de Francfort le nouveau terminal, géré par la société Aéroports de Paris (ADP) pour une durée de quatre ans, a été construit selon les normes internationales les plus récentes, ce qui en fait l'un des plus modernes d'Afrique avec notamment 14 passerelles télescopiques (satellites) qui permettent de débarquer directement de l'avion vers le terminal et vice-versa. Jusqu'alors, dans l'ancien terminal, les passagers débarquaient sur le tarmac, puis étaient transférés en autocar vers le terminal.

Aérogare domestique[modifier | modifier le code]

Construite dans les années 1950, la première aérogare de l'aeroport d'Alger a été rénovée avec réaménagement des espaces, la création de nouvelles boutiques, de bureaux et d’un nouveau grand hall d’embarquement[13] a été rouverte le 3 novembre 2007, sous le nom de terminal 2 qui assure désormais les liaisons domestique. Elle a une capacité de trafic de 2,5 millions de passagers par an[2].

Autres infrastructures[modifier | modifier le code]

L'aéroport dispose en outre :

  • d'une aire d'atterrissage d'hélicoptères ;
  • d'un pavillon d’honneur, permettant la réception de chefs d'État et autres responsables politiques de tous pays lors de leurs déplacements aéroportés ;
  • d'une zone de fret ;
  • d'une zone et de hangars pour la maintenance des avions ;
  • d'une zone d’activités aéroportuaires telles que des bureaux de la compagnie aérienne nationale Air Algérie.

Compagnies aériennes et destinations[modifier | modifier le code]

Compagnies Destinations
Aigle Azur Bâle-Mulhouse, Lille Lesquin, Lyon, Marseille, Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly, Toulouse
Saisonnier : Bordeaux
Air Algérie Afrique : Abidjan, Bamako, Le Caire, Casablanca, Dakar-L. Sédar Senghor, Niamey, Nouakchott, Ouagadougou, Tunis-Carthage
Amérique du Nord : Montréal-P. E. Trudeau
Asie : Pékin-Capitale, Canton-Baiyun
Europe : Alicante, Bâle-Mulhouse, Barcelone-El Prat, Bordeaux-Mérignac, Bruxelles-National, Budapest-Ferenc Liszt, Francfort, Genève-Cointrin, Lille Lesquin, Lisbonne-H. Delgado, Londres-Heathrow, Lyon-Saint-Exupéry, Madrid-Barajas, Marseille-Provence, Metz/Nancy, Milan-Malpensa, Montpellier-Méditerranée, Moscou Chérémétiévo, Nice-Côte d'Azur, Palma de Majorque, Paris-Charles de Gaulle, Paris-Orly, Rome Léonard-de-Vinci/Fiumicino, Toulouse-Blagnac, Vienne-Schwechat
Moyen Orient : Amman-Reine Alia, Beyrouth - Rafic Hariri, Dubaï, Médine-Prince M. Bin Abdulaziz, Istanbul-Atatürk, Djeddah - Roi-Abdelaziz, Istanbul-Sabiha Gökçen
Saisonnier : Porto
National : Adrar, Annaba, Batna, Bechar, Béjaïa (Bougie), Biskra, Bordj Badji Mokhtar, Chlef, Constantine, Djanet, El Bayadh, El Golea, El Oued, Ghardaïa, Hassi Messaoud, Hassi R'Mel, Illizi, In Amenas, In Salah, Jijel, Laghouat, Mascara, Oran, Ouargla, Sétif, Tamanrasset, Tébessa, Tiaret, Tindouf, Tlemcen, Touggourt
Air Canada Rouge Saisonnier: Montréal-P. E. Trudeau
Air France Paris-Charles de Gaulle, Montpellier-Méditerranée
Alitalia Rome Léonard-de-Vinci/Fiumicino
ASL Airlines France Paris-Charles de Gaulle
Atlas Atlantique Airlines Paris-Vatry
British Airways Londres-Gatwick
EgyptAir Le Caire
Saisonnier : Charm el-Cheikh
Emirates Dubaï
Iberia Madrid-Barajas
TUIfly Charleroi Bruxelles-Sud
Lufthansa Francfort
Nouvelair Tunisie Tunis-Carthage
Qatar Airways Doha-Hamad
Royal Air Maroc Casablanca-Mohammed V
Royal Jordanian Amman-Reine Alia
Saudia Djeddah - Roi-Abdelaziz, Médine-Prince M. Bin Abdulaziz
Syrian Air Damas
TAP Portugal
opéré par Portugália
Lisbonne-H. Delgado
Tassili Airlines International : Marseille-Provence, Paris-Charles de Gaulle, Strasbourg, Nantes Atlantique
National : Adrar, Annaba, Batna, Bechar, Biskra, Constantine, Djanet, El Bayadh, El Oued, Ghardaïa - Noumérat - Moufdi Zakaria, Hassi Messaoud, Hassi R'Mel, Illizi, In Amenas, Oran, Sétif, Tamanrasset, Tindouf, Tlemcen
Transavia.com
Saisonnier : Lyon-Saint-Exupéry, Nantes Atlantique
Tunisair Tunis-Carthage
Turkish Airlines Istanbul-Atatürk
Saisonnier : Antalya
Vueling Alicante, Barcelone-El Prat, Valence,

Marseille-Provence

Statistiques[modifier | modifier le code]

Capacités[modifier | modifier le code]

Sa capacité est de 12 millions de passagers par an, ce qui en fait le quatrième terminal africain de par sa capacité derrière celui de Johannesbourg (18 millions), Casablanca (16.4 millions) et du Caire (16 millions). En termes de trafic par contre il ne pointe que vers le dixième rang devancé notamment par les destinations touristiques comme Sharm El Sheikh ou Nairobi.

Trafic[modifier | modifier le code]

Statistiques en nombre de passagers pour l'aéroport Houari Boumediène
Année Intérieur Évolution % International Évolution % Total Évolution %
2015[14] 1 883 565 en augmentation8,1 % 4 996 065 en augmentation5,4 % 6 879 630 en augmentation6,1 %
2014[15] 1 730 128 en augmentation2,5 % 4 727 667 en augmentation11,8 % 6 457 795 en augmentation9,1 %
2013[16] 1 688 727 en augmentation7,3 % 4 229 405 en augmentation10,6 % 5 918 132 en augmentation9,6 %
2012[16] 1 574 261 3 824 009 5 398 270 en augmentation13,7 %
2011[17]

4 745 854

en augmentation9,1 %
2010[17]

4 350 000

en diminution4,4 %
2009[18],[17] 1 640 196 en augmentation6,3 % 2 907 859 en augmentation11,1 % 4 548 055 en augmentation9,35 %
2008[18] 1 543 101 en augmentation11,3 % 2 616 257 en augmentation7,8 % 4 159 358 en augmentation9 %
2007[19] 1 386 708 2 427 847 3 814 555 en augmentation9,6 %
2006[17]

3 480 000

en augmentation2,4 %
2005[17]

3 400 000

en diminution21,1 %
2004[20]

4 308 054

en augmentation44,6 %
2003[17]

2 980 000

en diminution30,7 %
2002[17]

4 300 000

en augmentation26,5 %
2001[17]

3 400 000

en augmentation23,3%
2000[17]

2 760 000

1958[21]

745 343

1950[22]

247 256

en augmentation8,7 %
1949[22]

227 410

en augmentation11,3%
1948[22]

204 288

Classement[modifier | modifier le code]

Après un classement de quatrième place en 2014, l’aéroport international Houari Boumediene d’Alger a été classé troisième meilleur aéroport du continent africain en 2015 par le site Sleeping in Airports. Le classement est déterminé par un vote des voyageurs, et basé sur l’expérience globale dans l’aéroport, « pour sa grande taille, l'organisation et l'efficacité de ses terminaux et la facilité a naviguer » écrit le site Sleeping in Airports, qui ajoute que « le sol semble être perpétuellement tenu parfaitement propre »[3],[4]

Projets en cours[modifier | modifier le code]

Construction d'une nouvelle aérogare internationale d’une superficie de 73 hectares qui devrait permettre l'accueil de 10 millions de passagers supplémentaires par an et sera capable d'accueillir les avions de type Airbus A380[23]. Une nouvelle tour de contrôle est également en construction.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. fiche AIP de l'aéroport d'Alger sur le site internet du SIA. Consulté le 17 décembre 2010.
  2. a et b Site officiel de l'aéroport international d'Alger Houari Boumédiène
  3. a et b Best Airports in Africa 2015, sur sleepinginairports.net
  4. a et b L’aéroport d’Alger troisième meilleur aéroport d’Afrique en 2015, TSA du 21 octobre 2015
  5. http://www.leconews.com/fr/actualites/nationale/transport/6-millions-de-passagers-en-2013-10-04-2014-168715_294.php
  6. a et b « Nouvelle aérogare d’Alger : Sa réception prévue pour fin 2018 Partagé par Mustapha BRAHIM DJELLOUL », La Voix De Sidi Bel Abbes,‎ (lire en ligne)
  7. Décret n° 80-02 du 05 janvier 1980 - MINISTERE DES TRANSPORTS - JO N° 2 du 08 janvier 1980, Page 16Portant dénomination de l'aérodrome international d'Alger Dar El Beïda
  8. [1]
  9. « doc PDF »
  10. « L'extension du métro jusqu'à l'aéroport international d'Alger sera prête en 2020 », sur Al Huffington Post (consulté le 13 avril 2017)
  11. (en) « source »
  12. « Le taux de réalisation de la nouvelle aérogare d'Alger a atteint 70% », sur Al Huffington Post (consulté le 13 avril 2017)
  13. SGSIA lance un appel d'offres - Exploitation des activités commerciales de l'aérogare domestique d'Alger - Le Maghreb - 30-12-2008
  14. http://www.afraa.org/index.php?view=download&alias=672-afraa-annual-report-2016&category_slug=annual-reports-1&option=com_docman&Itemid=497
  15. http://www.afraa.org/index.php?view=download&alias=644-afraa-annual-report-2015&category_slug=annual-reports-1&option=com_docman&Itemid=148
  16. a et b http://www.afraa.org/index.php?view=download&alias=566-afraa-annual-report-2014&category_slug=annual-reports-1&option=com_docman&Itemid=148
  17. a, b, c, d, e, f, g, h et i ICAO
  18. a et b http://www.djazairess.com/fr/elwatan/151796
  19. EGSA
  20. [2]
  21. Maison Blanche, bientôt à Alger le vol régulier des Caravelles - Alger-Revue - Philippe Groutsch- Printemps 1959
  22. a, b et c Alger, Algérie : documents algériens / série économique ; transports, l'aviation civile en Algérie - n°79 - 31 mai 1951
  23. Article du site Algérie 360 du 24-12-2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]