Aéroport d'Épinal-Mirecourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Épinal-Mirecourt
Image illustrative de l'article Aéroport d'Épinal-Mirecourt
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Épinal
Coordonnées 48° 19′ 31″ nord, 6° 04′ 00″ est
Altitude 330 m (1 084 ft)

Géolocalisation sur la carte : Vosges

(Voir situation sur carte : Vosges)
EPL
EPL

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
EPL
EPL
Pistes
Direction Longueur Surface
08/26 2 700 m (8 858 ft) revêtue
Informations aéronautiques
Code AITA EPL
Code OACI LFSG
Nom cartographique EPINAL Mirecourt
Type d'aéroport civil
Gestionnaire SEAEM Vosges Aéroport

L'aéroport d'Épinal-Mirecourt (code AITA : EPL • code OACI : LFSG) est un aéroport situé au sud de la Lorraine, dans la commune vosgienne de Juvaincourt.

Historique[modifier | modifier le code]

L'aérodrome a été créé en 1953[1], en tant que base de dispersion pour le compte de l'OTAN, et à ce titre, aucun avion n'y est basé.

Lors du retrait français du commandement intégré de l'OTAN en 1966, l'aéroport est remis aux autorités françaises qui l'exploitent peu. Il n'accueille pas d'unité de l'armée de l'air comme peuvent le faire Nancy-Ochey ou Toul-Rosières. En 1968, il fait l’objet d’une convention entre la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Épinal et le Conseil général des Vosges. Dès 1969, il accueille la compagnie Air Vosges, émanation de la CCI locale, qui inaugure des liaisons Épinal-Lyon et Épinal-Paris. La liaison avec Lyon, peu prisée, est rapidement abandonnée.

La ligne vers Paris a été reprise, lors du rachat d'Air Vosges, par Air Alsace, puis par la Compagnie Aérienne du Languedoc (CAL), Air Littoral, Flandre Air, Airlinair et Twinjet. Elle est finalement abandonnée en 2006, victime de la concurrence du TGV Est qui dessert Nancy et Epinal. Une ligne vers Nice a aussi été lancée et exploitée pour un moment (en collaboration avec l'aéroport de Sarrebrück) par Air Littoral à la fin des années 1990, mais là encore, cette liaison a été rapidement abandonnée.

En 2004, la CCI d'Épinal, en fusionnant avec la CCI de Saint-Dié, est devenue la CCI des Vosges, celle-ci étant gestionnaire de l'aéroport jusqu'en janvier 2010. À cette date, la SEAEM Vosges Aéroport (Société d'Exploitation de l'Aéroport d'Épinal-Mirecourt) a remplacé la CCI, à la suite d'un appel à marché pour une DSP (délégation de service public) demandé par le Conseil Général des Vosges, propriétaire de la plateforme depuis 2007.

Fin 2011, la plateforme n’enregistrait presque plus de trafic de voyageurs. Elle réalisait l'essentiel de son chiffre d'affaires grâce aux vols d’entraînement des grandes compagnies européennes qui trouvent à Épinal-Mirecourt un site de formation idéal : piste longue et environnement dégagé. Depuis le 1er janvier 2012, à l’initiative du Conseil Général qui souhaite faire revivre le site, la société indienne Super Airport Infrastructure acquiert 51 % des parts sociales initialement détenues par Keolis[Qui ?]. L’entreprise, qui projette la construction d’un aéroport dans le Sud de l’Inde, désire créer une escale vers les États-Unis à Épinal-Mirecourt.

Activités[modifier | modifier le code]

L'activité de l'aéroport se répartit entre l'aviation commerciale (lignes régulières saisonnières d'été, vols charters vacances, vols d'affaires et de fret léger). Elle est complétée par l'aviation privée (loisirs et aéroclubs) et l'entrainement au pilotage (formation d'équipage civil et militaire) avec tous types d'appareils, jusqu'à l'Airbus A340 au Boeing 747.

Parmi les compagnies venant régulièrement s'entraîner sur la plateforme, on peut noter : Easyjet Switzerland, Edelweiss Air, Helvetic Airways, Swiss International Air Lines ou encore TUI fly Belgium.

De mai 2012 à septembre 2013, une ligne charter est opérée en direction de Tunis à raison de deux allers-retours hebdomadaires l'été, un seul l'hiver mais avec possibilité offerte aux passagers de continuer sur Djerba par correspondance. En juin 2013, réouverture d'une liaison régulière (deux allers retours semaine) vers Nice opérée par la compagnie SkyTaxi (IGavion). Après l'arrêt des vols vers Tunis, le gestionnaire ouvre en 2015 une liaison hebdomadaire vers Izmir (Turquie). Malheureusement compte tenu du contexte géopolitique des "printemps arabes" et des attentats (Tunisie puis Turquie) les vols vers ces deux pays sont définitivement stoppés en 2016. Ceci a pour effet de faire chuter de moitié le trafic passager entre 2015 et 2016 [2].

En revanche la ligne vers Nice devient saisonnière à partir de 2017, et deux allers retours vers Naples, la Croatie et le Monténégro sont prévus en avril, mai et septembre de la même année.

Compagnies et destinations[modifier | modifier le code]

Compagnies Destinations
IGavion Nice (vol saisonnier)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]