Aérodyne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un aérodyne est le terme générique désignant tout aéronef dont la sustentation est principalement assurée par des forces aérodynamiques. Les aérodynes regroupent tous les appareils « plus lourds que l’air », dont la sustentation est assurée grâce à la portance d'une voilure fixe (avion, planeur) ou tournante (hélicoptère, autogire).

En ce sens les aérodynes diffèrent des aérostats, utilisant la poussée d'Archimède pour se maintenir en l'air.

Types d'aérodynes[modifier | modifier le code]

Les types d’aérodynes sont nombreux. Ils se regroupent en deux catégories principales et une catégorie intermédiaire.

Aérodynes à voilure fixe[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Aéroplane, Avion et Planeur.

La portance des avions et des planeurs est fournie par leur vitesse. Citation de Ferdinand Ferber : "L'ascension (la portance) est une fleur qui naît de la vitesse".
Le plus répandu est l’avion[1]. La masse de ces appareils varie de l'ULM de moins de 450 kg propulsé (motorisé) par un moteur de quelques dizaines de kW jusqu'à l'avion de transport de plusieurs centaines de tonnes[2].
Les planeurs n'ont pas de propulseur (pas de moteur) ; ils avancent sous l'effet de la composante de poussée (opposée à la traînée) de la portance de leur aile. Une aile est un système propulsif quand la résultante des forces aérodynamiques passe en avant de la verticale et fournit une poussée (avions et planeurs en descente)[3]. En descente, leurs ailes transforment leur énergie potentielle en vitesse et en portance.

Aérodynes à voilure tournante[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Aérogire et Voilure tournante.

Le plus répandu est l'hélicoptère[4], dont la voilure tournante assure à la fois la portance et la poussée nécessaire à la translation.

L'autogire, qui a connu un développement significatif dans les années 1930, dispose d'une voilure tournante entrainée par le mouvement de translation généré par la poussée d'une hélice.

Convertibles[modifier | modifier le code]

Les convertibles utilisent simultanément ou séparément les deux modes de sustentation. La voilure tournante est utilisée pour le décollage ou l'atterrissage vertical ; celle-ci est ensuite escamotée ou basculée pour assurer la propulsion.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le terme "aéroplane" utilisé au début du XXe siècle n'est plus usité.
  2. Antonov An-225, 600 tonnes
  3. Steven Vogel, "Comparative Biomechanics : life's Physical World", About Lift, pages 225 et 252 "In short, it will have a component of thrust..."
  4. Le terme "girodyne" ou "gyrodyne" utilisé au début du XXe siècle n'est plus usité.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :