Aérodyne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un aérodyne est le terme générique désignant tout aéronef dont la sustentation est principalement assurée par des forces aérodynamiques. Les aérodynes regroupent tous les appareils « plus lourds que l’air », dont la sustentation est assurée grâce à la portance d'une voilure fixe (avion, planeur) ou tournante (hélicoptère, autogire).

En ce sens les aérodynes diffèrent des aérostats, utilisant la poussée d'archimède pour se maintenir en l'air.

Types d'aérodynes[modifier | modifier le code]

Les types d’aérodynes sont nombreux. Ils se regroupent en deux catégories principales et une catégorie intermédiaire.

Aérodynes à voilure fixe[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Avion.

Le plus répandu est l’avion[1]. La masse de ces appareils varie de l'ULM de moins de 450 kg (plus 5 % en cas d'équipement particulier) propulsé par un moteur de quelques dizaines de kW jusqu'à l'avion de transport de plusieurs centaines de tonnes nécessitant une poussée de 1 200 kN obtenue par quatre réacteurs.

Les planeurs n'ont pas de propulseur ; ils utilisent leur énergie potentielle pour maintenir leur vitesse et donc leur portance.

Aérodynes à voilure tournante[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Voilure tournante.

Le plus répandu est l'hélicoptère[2], dont la voilure tournante assure à la fois la portance et la translation.

L'autogire, qui a connu un développement significatif dans les années 1930, dispose d'une voilure tournante entrainée par le mouvement de translation généré par une hélice.

Convertibles[modifier | modifier le code]

Les convertibles utilisent simultanément ou séparément les deux modes de sustentation. La voilure tournante est utilisée pour le décollage ou l'atterrissage vertical ; celle-ci est ensuite escamotée ou basculée pour assurer la propulsion.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le terme "aéroplane" utilisé au début du XXe siècle n'est plus usité.
  2. Le terme "girodyne" ou "gyrodyne" utilisé au début du XXe siècle n'est plus usité.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :