Aérodrome de Tarbes - Laloubère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tarbes - Laloubère
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Hautes-Pyrénées
Ville Tarbes
Coordonnées 43° 12′ 54″ nord, 0° 04′ 39″ est
Superficie 28 ha
Altitude 328 m (1 075 ft)

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
-
-

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
-
-
Pistes
Direction Longueur Surface
08/26 825 m (2 707 ft) Non revêtue
08/26 825 m (2 707 ft) Non revêtue
Informations aéronautiques
Code OACI LFDT
Nom cartographique LALOUBERE
Type d'aéroport Civil, ouvert à la CAP
Gestionnaire Comité de gestion de l’aérodrome de Tarbes Laloubère (CGATL)
Site web gestionnaire Consulter

L’aérodrome de Tarbes - Laloubère (code OACI : LFDT) est un aérodrome civil, ouvert à la circulation aérienne publique (CAP)[1], situé sur la commune de Laloubère à 2 km au sud de Tarbes dans les Hautes-Pyrénées (région Occitanie, France).

Il est utilisé pour la pratique d’activités de loisirs et de tourisme (aviation légère, vol à voile, parachutisme et aéromodélisme).

Histoire[modifier | modifier le code]

  • L'aérodrome de Tarbes-Laloubère est créé en 1936 sous l'égide de Pierre Cot, ministre de l'air dans le gouvernement Léon Blum et de M. Dastugue, président de la CCI. La réalisation et l'exploitation de l'aérodrome sont confiées à la Chambre de commerce de Tarbes et des Hautes-Pyrénées par la convention signée le 31 décembre 1936.
  • L'aéro-club de Bigorre créé en 1933, transfère ses activités du polygone de Juillan vers l'aérodrome de Laloubère.
  • L'aérodrome est homologué le 23 juillet 1937.
  • Le 20 novembre 1938 se déroule le dernier meeting aérien avant la Seconde Guerre mondiale.
  • L'aérodrome est fermé lors de l'occupation de la zone sud par les allemands.
  • L'activité de l'aérodrome reprend à la libération.
  • L'aérodrome accueille un groupement de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (ALAT), de 1952 à 1969.
  • En 1975, l'activité vol à voile reprend après avoir été interrompue en 1954.
  • Les servitudes aéronautiques en vigueur sont définies par l'arrêté ministériel du 1er septembre 1981.
  • Le premier janvier 1992, la CCI délègue la gestion de la plate-forme au Comité de Gestion de l'Aérodrome de Tarbes-Laloubère (CGATL), réunissant l'ensemble des associations aéronautiques et sportives agissant sur l'aérodrome.
  • En septembre 2003, 2007 et 2012, trois grands meetings aériens gratuits sont organisés avec la participation de la Patrouille de France.

Installations[modifier | modifier le code]

L’aérodrome dispose de deux pistes en herbe orientées est-ouest (08/26) :

  • une piste longue de 825 mètres et large de 50 ;
  • une piste longue de 825 mètres et large de 80, accolée à la première et réservée aux planeurs.

L’aérodrome n’est pas contrôlé. Les communications s’effectuent en auto-information sur la fréquence de 122,600 MHz.

S’y ajoutent :

  • une aire de stationnement ;
  • plusieurs hangars ;
  • une station d’avitaillement en carburant 100LL et UL91[2].

Activités[modifier | modifier le code]

Pôle aéronautique diversifié, l'aérodrome offre au travers de cinq associations, une palette d'activités permettant une formation orientée vers les métiers de l'aéronautique ou le loisir sportif:

  • Aéro-Modélisme Tarbes Bigorre;
  • Association vélivole de Tarbes;
  • Aéroclub de Bigorre;
  • Centre École de Parachutisme de la Bigorre;
  • Association Tarbaise de Constructeurs Amateurs d'Aéronefs.

La plate-forme accueille également le

  • Détachement aérien de gendarmerie de Tarbes

chargé entre autres missions, du secours en montagne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des aérodromes dont la création et la mise en service ont été autorisées, liste no 1 : Aérodromes ouverts à la circulation aérienne publique (Journal officiel du 27 mai 2010, p. 9575)
  2. N.B. : les informations aéronautiques contenues dans cette section sont citées sans garantie de mises à jour régulières. Seules les informations publiées par le Service de l'information aéronautique (SIA) et/ou le gestionnaire de l’aérodrome peuvent être utilisées pour la navigation aérienne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]