Aérodrome de Peleliu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aérodrome de Peleliu
Peleliu Airfield
Photo aérienne de l'aérodrome le 16 mars 1945 (une des pistes a désormais disparu).
Photo aérienne de l'aérodrome le 16 mars 1945 (une des pistes a désormais disparu).
Localisation
Pays Drapeau des Palaos Palaos
État Drapeau de Peleliu Peleliu
Date d'ouverture 1944
Coordonnées 6° 59′ 54″ nord, 134° 13′ 58″ est
Altitude 3 m (9 ft)

Géolocalisation sur la carte : Palaos

(Voir situation sur carte : Palaos)
Aérodrome de Peleliu
Aérodrome de Peleliu
Pistes
Direction Longueur Surface
4/22 1 828 m (5 997 ft) gravier
Informations aéronautiques
Type d'aéroport civil
Gestionnaire A. Suzuky

L’aérodrome de Peleliu (code FAA : C23[1]) est un petit aérodrome de l'État de Peleliu, situé sur l'île du même nom aux Palaos. Il s'agissait également d'un aéroport utilisé durant la Seconde Guerre mondiale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

L'aérodrome a été construit par les Japonais en 1944 sous la forme de deux pistes qui se coupaient. Deux villages ont été détruit pour sa construction : Ngerkeukl et Teliu[2].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Peleliu.
Carte de la bataille de Peleliu.

Durant la bataille de Peleliu du 15 septembre 1944, 11 000 Japonais défendirent l'île quand la 1re division des Marines prit d'assaut l'île depuis son extrémité sud-ouest, juste à l'ouest de l'aérodrome. Le lendemain, le 5e régiment de Marines se déplaça afin de prendre l'aérodrome et capturer la côte est. Le régiment parcouru rapidement l'aérodrome sous les projectiles d'artillerie lourde positionnée dans les hautes terres plus au nord, ce qui entraîna de lourdes pertes. Après avoir pris l'aérodrome, ils avancèrent vers l'est de Peleliu, laissant les défenses japonaises du sud de l'île au 7e régiment de Marines. La zone fut fortement défendue par les Japonais, qui occupaient encore certaines poches. La température s'élevait à 46 °C ce qui entraîna de nombreuses pertes due à la chaleur du côté des Marines et la seule source d'eau disponible pour les forces américaines avait été contaminée par du pétrole. Finalement, huit jours après leurs débarquements, les 5e et 7e régiments de Marines atteignirent leurs objectifs en sécurisant la portion sud de l'île et l'aérodrome.

Ayant rapidement capturé l'aéroport, les forces américaines l'utilisèrent dès le 18 septembre comme base. Les VMO-1 commencèrent alors leurs missions de reconnaissance et de ciblage pour l'artillerie des Marines et navale. Le 26 septembre 1944, les Corsairs de la VMF(AW)-114 atterrit sur l'aérodrome. Les Corsairs entamèrent des bombardement en plongé sur Peleliu et apportèrent deux nouvelles armes utiles pour combattre les fortifications japonaises. Les Corsairs tiraient des missiles pour ouvrir l'entrée des grottes pour l'infanterie et menaient des attaques au napalm (dont il s'agissait de la deuxième utilisation dans le Pacifique). Le napalm permit de brûler la végétation afin de découvrir des abris et en tuer les occupants.

Après sa libération, l'aérodrome fut réparé et devint une base américaine. En décembre 1944, les deux pistes ont été mesurées et mesuraient : 1 829 × 91 m (6 000 × 300 ft) et 1 189 × 79 m (3 900 × 260 fr). Un PBY ayant décollé de Peleliu le 3 août 1945 fut le premier appareil à localiser les survivants de l'USS Indianapolis, coulé le 30 juillet 1945.

La Seventh Air Force des forces aériennes américaines y déplacèrent le 28e escadron de reconnaissance photographique, équipé de F-5, vers Peleliu le 5 octobre 1944 (depuis Kwajalein) afin de mener des missions photographiques longue distance au dessus des Philippines. L'escadron de reconnaissance resta jusqu'en août 1945, date à laquelle il fut transféré à Okinawa[3].

Depuis la fin de la guerre[modifier | modifier le code]

L'aérodrome aujourd'hui.

Après le fin de la guerre, Peleliu et son aérodrome furent abandonnés par les Américains.

Entre le 23 mai 1986 et le 23 mai 1987, l'aéroport a eu 1 500 opérations de taxi aérien, soit en moyenne 125 par mois[1].

La végétation de l'île, qui avait presque entièrement brûlé durant la bataille, a repoussé et caché les traces du conflit. L'aérodrome existe encore mais son usage est limité. Seule la piste sud-ouest/nord-est est encore utilisable par les avions légers.

Capacités[modifier | modifier le code]

The airport se trouve à environ 3 m (9 ft) au-dessus du niveau de la mer moyen. Il a une piste désignée 4/22 avec une surface en gravier mesurant 1 828 × 12 m (6 000 × 40 ft).

Compagnies aériennes et destinations[modifier | modifier le code]

Les compagnies et destinations suivantes sont disponibles

Compagnies Destinations
Belau Air Angaur
Pacific Mission Aviation Koror

Culture[modifier | modifier le code]

Dans Call of Duty: World at War, les forces américaines doivent sécuriser l'aérodrome, éliminer les forces ennemis et repousser une contre-attaque après la capture de l'île.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]