Aérodrome de Besançon - La Vèze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Besançon - La Vèze
Image illustrative de l'article Aérodrome de Besançon - La Vèze
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Ville Besançon
Coordonnées 47° 12′ 21″ nord, 6° 04′ 50″ est
Altitude 387 m (1 270 ft)

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Franche-Comté)
Besançon - La Vèze
Besançon - La Vèze

Géolocalisation sur la carte : Besançon

(Voir situation sur carte : Besançon)
Besançon - La Vèze
Besançon - La Vèze
Pistes
Direction Longueur Surface
054/234 1 400 m (4 593 ft) Asphalte
Informations aéronautiques
Code AITA QBQVoir et modifier les données sur Wikidata
Code OACI LFQM
Nom cartographique La Vèze
Type d'aéroport Civil
Gestionnaire Syndicat Mixte de l'aérodrome de Besançon La veze

L'aérodrome de Besançon-La Vèze (code OACI: LFQM) est un aérodrome de Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'aérodrome de La Vèze (de la communauté d'agglomération du Grand Besançon) se situe à 14 km au sud-est de Besançon dans le Doubs en Franche-Comté sur la RN57 de Besançon-Pontarlier-Lausanne. Il se trouve sur les communes de Saône et La Vèze et Morre.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le gestionnaire de l'aérodrome (également propriétaire du terrain) est le Syndicat Mixte de l'aérodrome de Besançon la Vèze. L'aérodrome comprend une piste de 1 400 mètres en bitume. Le parking présente 60 places. En 2011, le trafic s'est élevé à 86 passagers[1].

En 1994, la CCI du Doubs a investi 14 millions de francs (un peu plus de 2 millions d'euros) pour pouvoir accueillir des avions d'affaire sur l'aérodrome[2].

En 2011 des travaux de rénovation sont entrepris[3]. Ces travaux garantiront le classement actuel de l'aérodrome en catégorie 2B. Le revêtement de la piste (1 400m x 23m), des taxiways et du parking seront complètement revus. Une zone de sécurité a également été mise en place pour la piste 05 et en 2012, des travaux seront menés pour le déplacement de la RD 246 (actuellement très proche du seuil de la piste)[4]. Le 29 octobre 2011, le nouvel aérodrome est opérationnel.

Aérodrome de Besançon-La Vèze pendant les travaux de rénovation de 2011
Tour de contrôle
Vue de la piste 05 depuis la RD 246 (seuil de sécurité)

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Syndicat Mixte de l'aérodrome de Besançon-La Vèze[modifier | modifier le code]

Le Syndicat Mixte de l'aérodrome de Besançon-La Vèze est financé et géré par le Conseil général du Doubs et la Chambre de commerce et d'industrie du Doubs, et la CAGB.

L'aérodrome de La Vèze est fondé en 1967 par le commandant Claude Domergue et Jean Michel.[réf. nécessaire]

L'aérodrome héberge :

Aérodrome La Vèze 001.jpg
Aérodrome La Vèze 023.jpg

Accidents[modifier | modifier le code]

  • Le 19 octobre 2006 à 22h40, un Beechcraft 90 (immatriculé F-GVPD) de la compagnie Flowair s'écrase quelques minutes après son décollage de l'aérodrome de Besançon-La Vèze. Ce vol devait transporter Pierre-Olivier Denué et Benjamin Ramus (chirurgiens au CHU de Besançon) à Amiens pour prélever un foie pour une greffe hépatique[5]. Lors de ce crash, le pilote Barthélemy Maresma et le copilote Fabien Parot perdent également la vie. Le 26 octobre 2011, le juge d'instruction Julien Retailleau reçoit les familles des victimes, et selon ces dernières « Le juge nous a fait part de l’avancement de l’instruction, encore inachevée. On retient que le pilote n’avait pas à être aux commandes de l’appareil. C’est une étape importante, le juge s’est donné les moyens de faire la lumière ». Le rapport d'enquête du BEA[6] isole deux causes probables de l'accident :
    • Un manque de contrôle de l’avion par le pilote, soit par mauvais réglage du compensateur de profondeur soit parce que son attention aurait été focalisée à l’intérieur du cockpit par un événement quelconque, sans réaction du passager pilote assis en place droite. Ce scénario est cohérent avec son inexpérience relative sur le type d’avion.
    • Une décision inappropriée de recherche importante de vitesse après le décollage ou d’instruction improvisée, aucun des deux pilotes n’étant conscient des contraintes d’obstacles de l’aérodrome.
  • Le 29 septembre 1993 à 06h45, un Dassault Falcon 10 (immatriculé F-GJGB) exploité par Chaillotine Air Service à destination de Bordeaux Mérignac heurte un remblai de 2.40 m situé 30 m après l'extrémité de la piste. L'avion se disloque après le choc et prend feu immédiatement. Sur les 3 personnes présentes à bord, seul le passager parviendra à s'extraire de l'appareil par une brèche dans le fuselage. Le pilote âgé de 47 ans (13 050 heures de vol) et le copilote âgé de 33 ans (1 210 heures de vol) y perdront la vie. Le rapport d'enquête du BEA[7] conclura aux faits suivants :
    • L'équipage était titulaire des brevets et licences nécessaires à l'accomplissement du vol.
    • L'aéronef était certifié, équipé et entretenu conformément aux règlements en vigueur. Les chargement et centrage étaient à l'intérieur des limites autorisées.
    • Le roulage et le décollage ont été entrepris avec un cran de frein de secours/parc serré.
    • Les conditions réglementaires de visibilité n'étaient pas réalisées.
    • La piste n'était pas limitative pour un décollage dans des conditions normales.
    • La check list n'a pas été totalement appliquée.
    • Conclusion : L'accident serait selon le bureau d'enquête, dû à une décision tardive d'interrompre le décollage avec un cran de frein de parc serré.

Autre aérodrome de Besançon[modifier | modifier le code]

Aérodrome de Besançon-Thise à Thise à 5 km au nord-est de Besançon avec club d'aviation de loisirs, de planeurs, d'ULM et de modélisme aérien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]