A'lienor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une entreprise image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant une entreprise française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

A'lienor
logo de A'lienor
Création Aout 2006 (07)
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan Une nouvelle dynamique économique et touristique pour le sud-ouest.
Siège social Drapeau de France Pau ( 4 , rue Johannes Kepler ) (France)
Actionnaires Eiffage 65 %, Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France 35 %.
Activité Concessionnaire Autoroutier Français
Produits Autoroute A65
Effectif N/C
Site web a65-alienor.com
Fonds propres 40 000 € (12/2006)
Dette 10,85 M€ (12/2006)
Chiffre d’affaires N/C
Résultat net N/C

A'lienor SAS est un concessionnaire français d'autoroute, consortium qui réunit les groupes BTP Eiffage et Sanef. Il a été chargé par décret public de construire et d'exploiter l'autoroute A65 de 150, 6 kilomètres entre Langon et Pau. La concession est valable jusqu'au 19 décembre 2061.

Création[modifier | modifier le code]

Dans le cadre d'un appel d'offres européen, A'lienor a concouru et remporté le contrat de concession pour la construction et l'exploitation de l'autoroute A65 entre Pau et Langon. À la suite de cet appel d'offre, le 18 décembre 2006 par décret, la concession a été établie pour une durée de 55 ans. Controversée en raison de problèmes environnementaux (dont notamment la présence de nombreuses espèces protégées), le projet a été modifié pour éviter certaines zones sensibles, le Ministère de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire, dirigé par Jean-Louis Borloo, n'a donné son feu vert qu'au début des travaux, le 6 mois 2008[1].

En raison d'un retard de six mois dans la mise en œuvre des travaux, dû aux contraintes liées à l'environnement, les coûts totaux s'élèvent encore de 300 millions d'euros (les premières estimations faisaient état de 1,2 milliard d'euros) [1].

En 2014, Alienor a lancé un appel d'offre dans le but de réaliser un système de SI permettant la fidélisation de ses clients réguliers. Le principal problème de l'entreprise SIinfo (qui a remporté l'appel d'offre) a été l'ensemble des statistiques d'accès aux bornes de péages, étant des données protégées par la CNIL.

Le contrat passé avec l'État, en juin 2006, stipule que « le financement, la construction et l'exploitation de l'autoroute A65 seront assurés aux risques et périls du concessionnaire, sans nécessiter de subvention publique. » [1]. Cependant, A'lienor essaie de récupérer de l'État 300 millions d'euros supplémentaires en raison du retard des travaux[1].

En septembre 2008, une mixture de matériaux que l'on a cru être de la chaux qui a coulé dans une rivière a failli faire disparaître des lieux une espèce protégée, l'écrevisse à pattes blanches[1],[2].

Exploitation[modifier | modifier le code]

Sanef, en tant qu'actionnaire, comme EIFFAGE sera chargée de l'exploitation de l'autoroute, tout au long de la durée de la concession.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Canard enchaîné, « L'autoroute de l'après-Grenelle dérape », 8 octobre 2008, p.5
  2. A65 A'lienor poursuivie par la pollution du riumayou

Liens[modifier | modifier le code]