Clément Dembélé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est la version actuelle de cette page, en date du 23 novembre 2020 à 11:14 et modifiée en dernier par 2a01:e35:2fde:e8a0:7c9b:4ce9:4ff8:59ba (discuter). L'URL présente est un lien permanent vers cette version.
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Clément Dembélé
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Homme politique, universitaireVoir et modifier les données sur Wikidata

Clément Dembélé, né le à Ouagadougou, est un universitaire et homme politique malien[1].

Il est l'auteur d'une thèse de littérature générale et comparée intitulée Littérarité du discours politique : le registre épique de l'Histoire dans le contexte des indépendances africaines, soutenue en 2010 à l'université Paul-Verlaine de Metz[2].

Il est candidat à l'élection présidentielle malienne de 2018[3], mais sa candidature n'est pas retenue[réf. souhaitée]. Militant contre la corruption, il est arrêté le 9 mai 2020[4], soupçonné d'atteinte à la sûreté de l'État[5]. Libéré le 23 mai, il doit comparaitre le 1er juillet pour incitation à la violence[6].

Le 10 juillet 2020, la coalition d'opposition Mouvement du 5-Juin - Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RPF) organise des manifestations contre le président Ibrahim Boubacar Keïta dans tout le Mali. À Bamako elle dégénère en émeute, l'Assemblée nationale est saccagée, les heurts avec la police font au moins 4 morts et plusieurs dizaines de blessés. Dans la soirée et le lendemain, 6 leaders et théoriciens de l'opposition sont arrêtés par les forces de sécurité maliennes, dont Dembélé (avec Choguel Maïga, Mountaga Tall, Issa Kaou Djim, Oumara Diarra et Adama Ben Diarra)[7]. S'ensuivent deux autres jours de manifestations violentes pour empêcher l'arrestation supposée de Mahmoud Dicko, le principal chef du M5-RPF qui fédère les autres, et de répressions policières qui feront 11 morts et 124 blessés[8], puis les leaders de l'opposition seront relâchés le 13 juillet[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Adama B. Sagara, « Malijet Qui est qui ! : Professeur Clément Mahamadou DEMBELE Bamako Mali », sur malijet.com, (consulté le )
  2. Mukanda, Université de Lorraine [1]
  3. Infos Soir, « Professeur Clément Dembélé, candidat à la présidentielle 2018 : « Je veux incarner l’espoir des Maliens » | maliweb.net » (consulté le )
  4. « Au Mali, la voix enfermée du militant anticorruption Clément Dembélé », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « Mali : que reproche-t-on à Clément Dembélé ? – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  6. « Mali : Clément Dembélé libéré mais bientôt jugé – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  7. « Mali : interventions policières contre l'opposition, fortes tensions à Bamako », sur france24.com, (consulté le )
  8. Matteo Maillard, « Onze morts et plus de cent blessés au Mali dans des manifestations contre le pouvoir », sur lemonde.fr, (consulté le )
  9. « Cible de la contestation au Mali, le fils du président Keïta quitte un poste clé », sur france24.com, (consulté le )