8th Canadian Hussars (Princess Louise's)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

8th Canadian Hussars (Princess Louise's)
Création
Dissolution Toujours actif
Pays Drapeau du Canada Canada
Allégeance Forces armées canadiennes
Branche Armée canadienne
Type Reconnaissance blindée
Effectif 175 soldats
Fait partie de 37e Groupe-brigade du Canada
Garnison Moncton et Sussex (Nouveau-Brunswick)
Devise Regi Patriaque Fidelis (« Fidèle à mon roi et à ma patrie »)
Marche Marche rapide : The Galloping 8th Hussars
Marche lente : The 8th Hussars
Guerres Seconde Guerre mondiale
Commandant Lieutenant-colonel Tom Peppard
Colonel en chef Son Altesse Royale la princesse royale Anne
Emblème 8th-canadian-hussars-badge.png

Les 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) sont un régiment blindé de la Première réserve de l'Armée canadienne. Il fait partie du 37e Groupe-brigade du Canada au sein de la 5e Division du Canada. Son quartier général est stationné à Moncton et il comprend également un détachement à Sussex au Nouveau-Brunswick. Il s'agit du plus ancien régiment de cavalerie toujours actif au Canada.

L'unité a été créée en 1869 à Apohaqui (en) au Nouveau-Brunswick sous le nom de « New Brunswick Regiment of Yeomanry Cavalry ». En 1872, elle fut renommée « 8th Regiment of Cavalry » et, en 1884, « 8th Princess Louise's New Brunswick Regiment of Cavalry ». La mention de hussars fut ajoutée à son nom en 1893 lorsqu'elle fut renommée en « 8th "Princess Louise's New Brunswick Hussars" ». Durant la Seconde Guerre mondiale, en 1941, le régiment fut converti à l'arme blindée et renommé « 5th Armoured Regiment, 8th Princess Louise's (New Brunswick) Hussars ». En 1949, il fut renommé « 8th Princess Louise's (New Brunswick) Hussars (5th Armoured Regiment) » » et, en 1957, « 2/8th Canadian Hussars (Princess Louise's) ». Il adopta son nom actuel, « 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) », en 1960.

En plus de leur propre histoire, les 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) perpétuent l'héritage des 1er et 2e Bataillon du Westmorland County Regiment qui ont servi durant la guerre de 1812 et du 6th Regiment, Canadian Mounted Rifles, CEF qui a servi au sein du Corps expéditionnaire canadien de la Première Guerre mondiale.

Rôle et organisation[modifier | modifier le code]

Un rectangle rouge
Insigne distinctif de la 5e Division du Canada

8th Canadian Hussars (Princess Louise's) sont un régiment du Corps blindé royal canadien. Il fait partie du 37e Groupe-brigade du Canada, un groupe-brigade de la Première réserve de l'Armée canadienne qui fait lui-même partie de la 5e Division du Canada. Son quartier général est stationné à Moncton et il comprend également un escadron à Sussex au Nouveau-Brunswick[1]. L'effectif du régiment est de 175 soldats[2]. Le commandant du régiment est le lieutenant-colonel Tom Peppard[1],[2].

Tout comme c'est le cas pour les autres unités de la Première réserve de l'Armée canadienne, le rôle des 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) est de former des soldats à temps partiel afin de servir de renfort lors des opérations des Forces armées canadiennes ainsi que d'être prêts pour le service actif pour appuyer les autorités civiles lors de catastrophes naturelles dans la région locale. Par exemple, des membres du régiment ont servi lors de missions de l'OTAN ou de l'ONU au Moyen-Orient, en Extrême-Orient et à Chypre[1].

Équipement[modifier | modifier le code]

Les véhicules utilisés par le régiment incluent le véhicule utilitaire léger à roues (G Wagon), le système de véhicules de soutien moyen (en) (SVSM) et le véhicule blindé tactique de patrouille (en) (VBTP)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

La princesse Louise dont le nom a été ajouté à celui du régiment en 1884

L'unité a officiellement été créée à Apohaqui (en) au Nouveau-Brunswick le sous le nom de « New Brunswick Regiment of Yeomanry Cavalry ». Bien qu'une unité ait existée avant la Confédération canadienne en 1867, d'un point de vue légal, celle-ci a automatiquement cessée d'exister puisqu'elle n'a pas été ré-enrôlée au sein de la milice du Dominion du Canada[3].

Néanmoins, on peut retracer les origines du régiment au Saunders Horse. En effet, le capitaine John Saunders avait formé une troupe à cheval dans le comté Princess Anne (en) en Virginie en 1775 afin de combattre les rebelles en étant loyal au souverain britannique. Après la guerre d'indépendance des États-Unis et la défaite des Loyalistes, le régiment s'embarqua, en septembre 1783, pour la Nouvelle-Écosse et arriva à Saint-Jean le 27 septembre. Ses soldats s'établissèrent alors dans les vallées du fleuve Saint-Jean et de la rivière Kennebecasis. En 1848, il existait 11 troupes de cavalerie distinctes dans la région. Par une ordonnance de la milice datée du , celles-ci furent regroupées pour former le régiment New Brunswick Yeomanry Cavalry. Les 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) utilisent donc cette date comme celle de fondation du régiment[1],[2],[4].

Le , elle fut renommée « 8th Regiment of Cavalry »[3].

En 1879, le régiment a monté la garde pour le gouverneur général du Canada et son épouse, la princesse Louise. Ainsi, ils furent autorisé à ajouter le nom de cette dernière au nom du régiment le et devinrent le « 8th Princess Louise's New Brunswick Regiment of Cavalry »[3],[4].


Le , elle fut à nouveau renommée pour devenir « 8th "Princess Louise's New Brunswick Hussars" »[3].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dans la foulée de la Seconde Guerre mondiale, le , le régiment mobilisa une unité appelée « 4th Canadian Motorcycle Regiment, CASF (8 NBH) » pour le service actif. Le , celle-ci fut convertie à l'arme blindée et renommée « 8th Princess Louise's (New Brunswick) Hussars) CAC, CASF »[3].

Le , le régiment fut renommé en « 5th Armoured Regiment (8th Princess Louise's (New Brunswick) Hussars » et l'unité en service actif fut également renommée ainsi[3].

Le , cette dernière s'embarqua pour la Grande-Bretagne. Le , elle débarqua à Naples en Italie où elle combattit comme composante de la 5e Brigade blindée de la 5e Division blindée canadienne. Le , elle fut envoyée dans le Nord-Ouest de l'Europe où elle continua à combattre jusqu'à la fin du conflit. Elle fut officiellement dissoute le [3]. Ses soldats arrivèrent à Halifax en Nouvelle-Écosse le et se rendirent à Sussex au Nouveau-Brunswick le lendemain où ils furent finalement démobilisés[2].

Histoire récente[modifier | modifier le code]

Le , le régiment fut renommé en « 8th Princess Louise's (New Brunswick) Hussars (5th Armoured Regiment) » et, le , en « 2/8th Canadian Hussars (Princess Louise's) »[3].

En 1950, le régiment fournit des soldats pour servirent avec la force spéciale déployée pour la guerre de Corée[2]. L'année suivante, il fournit une troupe pour servir en Allemagne[2].

Le , il fut à nouveau renommé pour devenir « 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) (Militia) » avant de finalement adopter son nom actuel, « 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) », le [3].

Le , le régiment a célébré son 150e anniversaire. Pour l'occasion, la colonel en chef du régiment, la princesse royale Anne a présenté un nouveau guidon au régiment. L'ancien guidon a été déposé à l'église anglicane St. Michael's à Hampton au Nouveau-Brunswick en septembre de la même année[2].

Lors de la crise d'Oka au Québec en 1990, le régiment a envoyé une troupe[2]. Lors de la tempête de verglas de 1998, le régiment a envoyé un peloton à Saint-Stephen au Nouveau-Brunswick pour appuyer à la réparation des infrastructures[2]. La même année, il a envoyé des soldats pour appuyer à la récupération suite à l'écrasement du vol Swissair 111[2].

Perpétuations[modifier | modifier le code]

En plus de leur propre histoire, les 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) perpétuent l'héritage des 1er et 2e Bataillon du Westmorland County Regiment qui ont servi durant la guerre de 1812[3].

De plus, le , ils ont été autorisés à perpétuer l'héritage du 6th Regiment, Canadian Mounted Rifles, CEF. Celui-ci a été créé dans la foulée de la Première Guerre mondiale, le , pour servir au sein du Corps expéditionnaire canadien. Le , il s'embarqua pour la Grande-Bretagne. Le suivant, il débarqua en France pour continuer à s'entraîner. Le , son personnel fut transféré aux 4e et 5e Bataillon des Canadian Mounted Rifles. Le régiment fut officiellement dissous le [3].

Honneurs de bataille[modifier | modifier le code]

Guidon des 8th Canadian Hussars (Princess Louise's)

Les honneurs de bataille sont le droit donné par la Couronne au régiment d'apposer sur ses couleurs les noms des batailles ou des conflits dans lesquels il s'est illustré.

Honneurs de bataille des 8th Canadian Hussars (Princess Louise's)[3]
Première Guerre mondiale
Mont Sorrel (*) Somme, 1916 (*)
France et Flandres, 1915-16 (*)
Seconde Guerre mondiale
Vallée du Liri (*) Traversée de la Melfa (*)
Ceprano Ligne gothique (*)
Montecchio (*) Tomba di Pesaro
Coriano (*) Passage du Lamone (*)
Crête de Misano Conventello-Comacchio
Italie, 1944 1945 (*) Ijsselmeer (*)
Poche de Delfzijl (*) Nord-Ouest de l'Europe, 1945 (*)
Guerre d'Afghanistan[5]
Afghanistan
(*) Indique un honneur de bataille qui est blasonné sur le drapeau consacré du régiment.

En plus des honneurs de bataille ci-dessus, The Halifax Rifles (RCAC) détient la distinction honorifique non blasonnable « Défense du Canada – 1812-1815 – Defence of Canada »[3].

Traditions et patrimoine[modifier | modifier le code]

Drapeau de camp des 8th Canadian Hussars (Princess Louise's)
Son Altesse Royale la princesse royale Anne, colonel en chef des 8th Canadian Hussars (Princess Louise's)

Les traditions et les symboles des 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) sont les éléments essentiels à l'identité régimentaire. Le symbole le plus important est l'insigne du régiment qui est composé des chiffres romains « VIII », signifiant « 8 », entourés d'un surfait noué d'azur liséré d'or portant l'inscription « Canadian Hussars - Princess Louise's » en lettres majuscules d'or, sommé de la couronne d'un enfant cadet du souverain également d'or et soutenu d'un listel rouge liséré d'or portant l'inscription « Regi Patriaque Fidelis » aussi en lettres majuscules d'or. « Regi Patriaque Fidelis » est la devise du régiment et signifie « Fidèle à mon roi et à ma patrie » en latin[3],[2].

Un autre élément important de l'identité d'un régiment sont les marches régimentaires. La marche rapide des 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) est The Galloping 8th Hussars tandis que leur marche lente est The 8th Hussars[3].

Outre sa structure opérationnelle, le régiment possède une gouvernance cérémonielle. La position la plus importante de cette gouvernance est celle de colonel en chef. Historiquement, le colonel en chef d'un régiment était son mécène, souvent royal. Le colonel en chef des 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) est Son Altesse Royale la princesse royale Anne[3]. Elle a été nommée par Sa Majesté la reine le [2]. Elle a rendu visite au régiment à plusieurs reprises, incluant pour célébrer son 150e anniversaire à Moncton en 1998[4].

Les 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) sont affiliés avec The Queen's Royal Hussars (The Queen's Own and Royal Irish) (en), le plus ancien régiment blindé du Royaume-Uni. Ils sont également affiliés avec The Queen's York Rangers, RCAC, un autre régiment du Corps blindé royal canadien[3],[2].

Le régiment est également affilié avec cinq corps des Cadets royaux de l'Armée canadienne à Moncton, Port Elgin, Sussex, Shédiac et Dieppe au Nouveau-Brunswick[2].

Musée régimentaire[modifier | modifier le code]

La gare de Sussex qui comprend le musée des 8th Hussars

Le musée des 8th Hussars est situé dans la gare de Sussex, une gare patrimoniale à Sussex au Nouveau-Brunswick[6]. Il est associé aux musées de la Fundy Heritage Zone[7].

Ordre de préséance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) », sur Armée canadienne (consulté le 1er septembre 2020).
  2. a b c d e f g h i j k l m et n (en) « History Of The Hussars », sur The Association of the 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) Inc. (consulté le 1er septembre 2020).
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p et q « 8th Canadian Hussars (Princess Louise’s) », sur Lignées officielles des régiments blindés (consulté le 1er septembre 2020).
  4. a b et c (en) « A Brief History of the Regiment », sur The Association of the 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) Inc. (consulté le 1er septembre 2020).
  5. (en) « Canadian Army Units Receiving the Battle Honour "Afghanistan" », sur The Regimental Rogue (consulté le 1er septembre 2020).
  6. (en) « Welcome to the 8th Hussars Museum », sur The Association of the 8th Canadian Hussars (Princess Louise's) Inc. (consulté le 1er septembre 2020).
  7. « 8th Hussars Military Museum », sur Saint John Fundy Heritage Zone (consulté le 3 septembre 2020).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Harold Aage Skaarup, New Brunswick Hussar : Corporal Harold Jorgen Skaarup, G753, 5th Armored Regiment (8th Princess Louise's New Brunswick Hussars), Iuniverse Inc, , 154 p. (ISBN 978-0595190461).
  • (en) Lee Windsor, Steel Cavalry : The 8th (New Brunswick) Hussars and the Italian Campaign, Goose Lane Editions, , 200 p. (ISBN 978-0864926579).
  • (en) M. R. Stefaniuk, 8th Canadian Hussard (Princess Louise's) 1957 - 1967, 8th Canadian Hussars, .
  • (en) Marteinson Crook, Major E.D. et Major J.K., A Pictorial History of the 8th Canadian Hussars (Princess Louise's), 8th Canadian Hussars Regimental Association, .

Liens externes[modifier | modifier le code]