7e division d'infanterie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 7e division.
7e division d'infanterie
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Division d'infanterie
Rôle Infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1914 - Bataille des Ardennes
1914 - Bataille de la Marne
(Bataille de l'Ourcq)
1914 - 1re Bataille de Picardie
1915 - 1re Bataille de Champagne
1916 - Bataille de Verdun
1917 - Bataille de Verdun
1918 - Bataille de la Lys
1918 - Bataille de Champagne

La 7e division d'infanterie est une division d'infanterie (DI) de l'Armée de terre française qui prit part à la Première Guerre mondiale.

Les chefs de la 7e DI[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

  • Infanterie
101e régiment d'infanterie d'août 1914 à juin 1915
102e régiment d'infanterie d'août 1914 à l'armistice
103e régiment d'infanterie d'août 1914 à l'armistice
104e régiment d'infanterie d'août 1914 à l'armistice
315e régiment d'Infanterie de juin 1915 à l'armistice
34e régiment d'infanterie territoriale d'août 1918 à l'armistice
  • Cavalerie
1 escadron du 14e régiment de hussards d'août 1914 à janvier 1915
1 escadron du 13e régiment de hussards de janvier 1915 à janvier 1917
2 escadrons du 14e régiment de hussards de janvier 1917 à novembre 1918
  • Artillerie
3 groupes de 75 du 26e régiment d'artillerie d'août 1914 à novembre 1918
123e batterie de 58 du 44e régiment d'artillerie de juillet 1916 à juillet 1917
101e batterie de 58 du 26e régiment d'artillerie de juillet 1917 à novembre 1918
5e groupe de 155 du 104e régiment d'artillerie de juillet à novembre 1918
  • Génie
compagnie 4/1 du 1er régiment du génie

Historique[modifier | modifier le code]

Mobilisée dans la IVe région.

1914[modifier | modifier le code]

25 août : combat de Marville.
26 août : arrêt derrière la Meuse, dans la région de Romagne-sous-Montfaucon, puis vers Beauclair.
30 - 31 août : combats vers Beauclair et Tailly.
1er septembre : reprise du mouvement de repli, par Saint-Juvin et Vienne-le-Château, vers Sainte-Menehould.
8 - 10 septembre : Bataille de l'Ourcq : combats vers Bouillancy et vers Silly-le-Long. À partir du 10, poursuite, par Retheuil et Attichy, jusque dans la région Tracy-le-Val, Carlepont.
4 novembre : attaque sur Andechy.
  • 27 décembre 1914 – 14 janvier 1915 : retrait du front et transport par V.F., de la région de Montdidier, dans celle de Courtisols ; repos.

1915[modifier | modifier le code]

  • 14 janvier – 5 février : transport par V.F. dans la région de Bazoches ; repos. (Du 27 janvier au 6 février, éléments en secteur vers Paissy).
  • 5 – 18 février : transport par V.F. de Fismes à Châlons-sur-Marne, stationnement vers Courtisols.
  • 18 février – 21 mars : mouvement vers le nord. À partir du 23 février, engagée, par fractions, dans la première bataille de Champagne (aux ordres de la 33e D.I.), vers Perthes-lès-Hurlus. Puis, éléments en secteur au nord de Perthes-lès-Hurlus.
  • 21 mars – 30 octobre : retrait du front, et, à partir du 23 mars, occupation d'un secteur vers la ferme des Wacques et Auberive-sur-Suippe (guerre des mines). À partir du 29 août, occupation d'un nouveau secteur vers Auberive-sur-Suippe et à l'ouest.
25 septembre-6 octobre : engagée dans la seconde bataille de Champagne : attaques françaises en direction d'Auberive-sur-Suippe.
30 septembre - 4 octobre : en 2e ligne.
12 octobre : extension du front, à gauche, jusqu'à la ferme de Moscou.
  • 30 octobre – 7 novembre : retrait du front et repos vers Possesse.
  • 7 novembre 1915 – 10 avril 1916 : transport par camions vers le front et occupation d'un secteur, dans la région Ville-sur-Tourbe, l'Aisne.

1916[modifier | modifier le code]

  • 10 – 26 avril : retrait du front ; repos à l'est de Sainte-Menehould.
  • 26 avril – 19 août : mouvement vers le nord et occupation d'un secteur dans la région de la Main de Massiges, l'Aisne.
28 juin : mouvement de rocade et occupation d'un nouveau secteur vers la Main de Massiges et Maisons de Champagne.
3 septembre : attaque française sur Thiaumont.
4 septembre : attaque allemande.
6 septembre : attaque française sur Thiaumont.
20 septembre : nouvelle attaque française.
  • 25 septembre – 22 octobre : retrait du front, transport par camions dans la région de Laheycourt ; regroupement et repos.
  • 22 octobre – 14 décembre : mouvement vers la région de Verdun. En seconde ligne pendant la 1re bataille offensive de Verdun.
28 octobre : occupation d'un secteur vers le bois d'Haudromont et le village de Douaumont (exclu).
  • 14 – 28 décembre : retrait du front et transport par V.F. dans la région de Saint-Dizier ; repos.
22 décembre : transport par V.F. vers Baccarat ; repos.

1917[modifier | modifier le code]

le 27 juin : transport par V.F. dans celle de Verdun.
20 août : éléments engagés dans la deuxième bataille offensive de Verdun : prise de la côte de Talou.
  • 27 août – 5 novembre : occupation d'un secteur vers Haudiomont et Damloup (éléments détachés aux Éparges jusqu'au 17 septembre).
  • 5 – 26 novembre : retrait du front et transport par camions vers Tours-sur-Marne ; repos et instruction.
  • 26 novembre 1917 – 1er mai 1918 : mouvement vers le front, puis occupation d'un secteur vers le mont Cornillet et la ferme des Marquises.

1918[modifier | modifier le code]

  • 1er – 6 mai : retrait du front et repos vers Vadenay et Bouy.
  • 6 – 21 mai : transport par V.F. dans la région de Saint-Omer ; repos.
11 mai : transport par V.F. dans celle de Cassel ; repos vers l'Abeel.
27 mai : attaque allemande (Bataille de la Lys).
2 juin : extension du front à gauche, jusqu'au nord du mont Kemmel.
5 - 7 octobre : repos dans la région du camp de Châlons puis transport par camions vers la butte de Souain.
8 octobre : attaque vers Saint-Clément-à-Arnes et progression au-delà ; le 12 octobre, franchissement de la Retourne ; le 13 octobre, occupation de Givry et du front Givry, Ambly-Fleury.
  • 20 octobre – 6 novembre : retrait du front ; repos vers Bouy.
  • 6 – 11 novembre : mouvement vers la région de Suippes ; à partir du 10, engagée dans la poussée vers la Meuse : poursuite vers la région de Sauville, Vendresse, où la 7e D.I. se trouve lors de l'armistice.

Rattachements[modifier | modifier le code]

Affectation organique : 4e CA d'août 1914 à novembre 1918

21 septembre – 27 décembre 1914
30 octobre 1915 – 4 janvier 1916
29 août – 21 décembre 1916
23 juin – 5 novembre 1917
2 – 27 août 1914
29 août – 2 septembre 1914
28 août 1914
28 décembre 1914 – 13 janvier 1915
6 février - 29 octobre 1915
5 janvier – 28 août 1916
6 novembre 1917 – 5 mai 1918
18 août - 20 octobre 1918
4 – 11 novembre 1918
14 janvier – 5 février 1915
4 – 5 juillet 1918
8 juillet – 17 août 1918
21 octobre – 3 novembre 1918
7 – 20 septembre 1914
2 janvier – 22 juin 1917
6 – 7 juillet 1918
  • Groupement MP
2 – 6 septembre 1914
22 décembre 1916 – 1er janvier 1917
6 mai – 30 juin 1918
2 – 3 juillet 1918

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Le , la 7e division d'infanterie, sous les ordres du général Hupel, est intégrée à la 3e Armée.

À cette date la 7e division d'infanterie se compose de :

1940[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]