6e régiment de tirailleurs sénégalais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

6e régiment de tirailleurs sénégalais
Image illustrative de l’article 6e régiment de tirailleurs sénégalais
Image illustrative de l’article 6e régiment de tirailleurs sénégalais
Insignes régimentaires du 6e Régiment de Tirailleurs Sénégalais.

Création 1913
Dissolution 1958
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type régiment de tirailleur sénégalais
Rôle Infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Décorations Croix de guerre 1939-1945
une palme

Le 6e Régiment de Tirailleurs Sénégalais (ou 6e RTS) est un régiment constitué sous la IIIe République. Il se distingua lors de la libération de Toulon (1944).

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Colonels/chef-de-brigade[modifier | modifier le code]

(*) Officier qui devint par la suite général de brigade. (**) Officier qui devint par la suite général de division.

Rattachements[modifier | modifier le code]

9e Division d'Infanterie Coloniale : 15 juillet 1943 - 1er novembre 1944.

Historique des garnisons, combats et batailles du 6e RTS[modifier | modifier le code]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • novembre 1942 : garnison à Fès et Marrakech
  • 1943 : stationne en Corse
  • 17-18 juin 1944 : débarquement à l'île d'Elbe
  • 15 août 1944 : débarquement de Provence
  • 20-26 août 1944 : libération de Toulon
  • mi-novembre 1944 : liquidation de la poche du Doubs
  • fin novembre-début décembre : élimination des dernières poches de résistance allemande dans le Haut-Rhin (Village-Neuf, Huningue, Loechle et Kembs)
  • fin janvier-début février 1945 : liquidation de la poche de Colmar (flanc sud)

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment[modifier | modifier le code]

  • Libération de Toulon : il ouvre la route à la libération de Toulon, appuyé par le régiment d'artillerie coloniale du Maroc et le groupement de chars Beaufort, de la 1re DB. Les combats durent 6 jours (20-26 août 1944), et le régiment a 107 tués et 467 blessés. Le 27, c'est le 6e RTS qui ouvre le défilé de la libération à Toulon. Cela lui vaut une citation à l'ordre de la Ire armée par le général de Lattre :

« Unité ardente et manœuvrière qui, sous les ordres du colonel Salan, chef d'une haute intelligence tactique, d'un sang froid et d'un courage remarquables, a, dès son débarquement en France, du 20 au 21 août 1944, en six jours de combat ininterrompus et d'une violence sans cesse accrue, vaincu la défense nord-est de Toulon, rejetant l'ennemi de Solliès-Ville, Solliès-Pont, La Farlède, La Valette, le poursuivant jusque dans la place et lui imposant au sixième jour la reddition du fort d'Artigues, dont la chute marqua un moment décisif dans l'enlèvement de la place forte[1]. »

Devise[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1939-1945 avec une palme (une citation à l'ordre de l'armée).

Personnalités ayant servi au 6e régiment de tirailleurs sénégalais[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Citation à l'ordre de l'Armée attribuée au 6e RTS après la libération de Toulon en août 1944. Décision n° 124, le 7 novembre 1944, Charles de Gaulle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]