6e régiment de parachutistes d'infanterie de marine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

6e régiment de parachutistes d'infanterie de marine
Centre de formation initiale des militaires du rang de la 11e brigade parachutiste
Image illustrative de l’article 6e régiment de parachutistes d'infanterie de marine
Insigne régimentaire du 6e RPIMa.

Création 1948
Dissolution 1998
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Centre de formation initiale des militaires du rang
Rôle Instruction
Fait partie de 11e brigade parachutiste de la 3e division
Garnison Caylus
Ancienne dénomination 6e bataillon colonial de commandos parachutistes
Surnom Bataillon Zatopek
Couleurs Rouge et bleu
Devise « Croire et Oser »
Inscriptions
sur l’emblème
INDOCHINE 1949-1954
AFN 1952-1962
Anniversaire La Saint-Michel
Bazeilles
Guerres Guerre d'Indochine
Guerre d'Algérie
Fourragères Médaille militaire
Croix de guerre TOE
Décorations Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs
cinq palmes
Commandant historique Chef de bataillon Marcel Bigeard

Le 6e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (en abrégé 6e RPIMa) est un régiment de parachutistes français créé à Quimper le sous le nom de 6e bataillon colonial de commandos parachutistes (6e BCCP) et dont la filiation remonte aux 1re et 2e demi-brigades coloniales de commandos parachutistes SAS.

Cette unité s'est particulièrement illustrée lors des guerres d'Indochine et d'Algérie.

Le régiment est dissous en 1998 à la suite de la professionnalisation des armées et de la suppression du service militaire obligatoire.

En 2019, le centre de formation initiale des militaires du rang (CFIM) de la 11e brigade parachutiste, centre installé à Caylus, change d’appellation et devient le CFIM de la 11e brigade parachutiste - 6e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (soit en abrégé : le CFIM de la 11e BP - 6e RPIMa)[1].

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  •  : création à Quimper du 6e BCCP (6e bataillon colonial de commandos parachutistes).
  •  : le 6e BCCP devient le 6e GCCP (6e groupement colonial de commandos parachutistes).
  •  : le 6e GCCP devient 6e BPC (6e bataillon de parachutistes coloniaux).
  •  : dissolution du bataillon lors de son embarquement pour la métropole.
  •  : le 6e BPC est reformé à Saint-Brieuc et devient le fameux bataillon Bigeard.
  •  : nouvelle dissolution du bataillon après la chute de Diên Biên Phu.
  •  : le reliquat du bataillon renforcé par des éléments du IV/6e RTS forment le 6e RPC (6e régiment de parachutistes coloniaux) à Marrakech au Maroc puis est transféré en Algérie.
  •  : le 6e RPC intègre la 10e DP (10e division parachutiste).
  •  : le 6e RPC devient le 6e RPIMa ; en 1961, il intègre la nouvelle 11e DLI (11e division légère d'intervention) qui devient la 11e division puis la 11e DP (11e division parachutiste) puis la 11e brigade parachutiste.
  •  : dissolution du régiment dans le cadre de la restructuration et de la professionnalisation de l'armée de terre.
  •  : le drapeau du 6e RPIMa est confié au Centre de formation initial des militaires du rang (CFIM) de Caylus[2].
  •  : le CFIM, par l'ordre du jour no 18 du général commandant la 11e BP, porte désormais le nom du 6e RPIMa[3].

Historique des garnisons, campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Garnisons successives[modifier | modifier le code]

Des bataillons
Des régiments

Guerre d'Indochine[modifier | modifier le code]

Les parachutistes coloniaux tirent leur origine des 1re et 2e demi-brigades coloniales de commandos parachutistes implantées en Bretagne et elles-mêmes héritières des parachutistes de la France libre, de la demi-brigade SAS.

Le 6e BCCP, embarque le et débarque à Saïgon le . Il se distingue à Pho Trach et à Chaple en Centre-Annam, puis à Mao Khé au Tonkin, où, le , le bataillon résiste pendant toute une nuit aux attaques de quatre régiments vietminh. Après cinq heures de combat au corps à corps, l'adversaire se retire en abandonnant 400 tués, le 6e BPC perd quant à lui 148 hommes (51 tués et 97 blessés[4]).

Le bataillon est dissous le lors de son embarquement pour la métropole.

Recréé le , sous les ordres du chef de bataillon Marcel Bigeard, le bataillon s'illustre à Tu Lê en , pendant la deuxième offensive du Vietminh sur Nghia Lo et la Moyenne Région (après celle de 1951), puis à Langson en (opération Hirondelle).

Le 6e BPC saute deux fois sur Dien Bien Phu : le , sur la DZ (drop zone) « Natacha » lors de l'opération Castor pour l'investissement de la « cuvette », et le 16 mars 1954 en pleine bataille de Dien Bien Phu. Malgré des combats héroïques sur les PA « Eliane » et « Huguette » le 6e BPC est anéanti à la fin de la bataille et à nouveau dissous. Il reste dans l'histoire comme ayant été le « Bataillon Bigeard ».

Guerre d'Algérie[modifier | modifier le code]

Le 6e régiment de parachutistes coloniaux (6e RPC) est créé à Marrakech le à partir du reliquat du 6e BPC en provenance de Bayonne et de renforts provenant du 4e bataillon du 6e régiment de tirailleurs sénégalais.

En , le régiment fait mouvement sur l'Algérie et s'installe en 1957 à Chréa près de Blida qu'il quitte en pour Philippeville à la dissolution de la 10e division parachutiste.

Auparavant, il participe à l'opération Kabylie 16, dans la région de Bordj Menaïel, du 6 au , où 330 combattants indépendantistes sont mis hors de combat et qui voit la mort du capitaine Graziani [5] Puis, le , dans le secteur de Djelfa-Bou Saâda, au cours d'un violent engagement, en mettant hors de combat le chef de la wilaya III le colonel Amirouche capturé par le capitaine Jean-Louis Gallet, commandant de la 1re compagnie du régiment[6], Amirouche est reconnu par ses anciens combattants ralliés a la France. Il en est de même du colonel Si El Haouès capturé par les capitaines Louis Bole de Chaumont et Claude Mademba Sy, alors qu'il est à la tête de 200 combattants indépendantistes [7] Le régiment est parachuté en dans l'Akfadou, en lever de rideau de l'opération Jumelles.

Depuis 1962[modifier | modifier le code]

RPIM-img 1026.jpg

Le , le 6e RPIMa quitte l'Algérie pour Verdun avant d'être transféré le à Mont-de-Marsan dans l'ancienne base d'instruction de la brigade de parachutistes coloniaux. Il est alors intégré à la 11e division légère d'intervention (la 11e DLI) qui devient ensuite la 11e divisionparachutiste (11e DP).

Le régiment est engagé en 1995, en ex-Yougoslavie. Les parachutistes occupent l'aéroport de Sarajevo.

Le 6e RPIMa est dissous à Mont-de-Marsan le à la suite de la nouvelle structuration de l'armée et à sa professionnalisation.

À l'été 2017, le Centre de formation initiale des miliaires du rang du camp de Caylus devient « CFIM, le 6e RPIMa » puis, en , il est officiellement récréé sous le nom de 6e RPIMa[8].

Traditions[modifier | modifier le code]

La fête des troupes de marine est célébrée à l'occasion de l'anniversaire de la bataille de Bazeilles, ce village qui a été quatre fois repris et abandonné sur ordres, les et .

Et au Nom de Dieu, vive la coloniale, les Marsouins et les Bigors ont pour saint patron Dieu lui-même. Ce cri de guerre termine les cérémonies intimes qui font partie de la vie des régiments. Son origine est une action de grâces du révérend père Charles de Foucauld, missionnaire, voyant arriver à son secours les unités coloniales un jour où il était en difficulté avec une tribu locale.

La Saint-Michel, du nom de l'archange saint Michel, patron des parachutistes, est fêtée le , selon le calendrier commun.

Devise[modifier | modifier le code]

« CROIRE ET OSER »

Insigne[modifier | modifier le code]

Dans une rondache noire ornée d'or, un parachute blanc, des ailes et une ancre de marine amarante entourée du chiffre 6 en bleu marine symbolisent son appartenance aux troupes aéroportées d'infanterie de marine. Une épée basse et une inscription SAS gravée sur sa garde rappelle sa filiation avec la demi-brigade d' Indochine.

Son insigne n'a jamais été modifié, mis à part l'inscription dans un cartouche dans la partie basse, « NS LAT » qui a été successivement « BCCP » puis « RPC » et enfin « RPIMa ».

Drapeau[modifier | modifier le code]

Le régiment est l'héritier du 6e BCCP créé en 1948 et du 6e RPC. Le drapeau du 6e RPIMa, héritier du 6e bataillon parachutiste porte l'inscription « INDOCHINE » avec cinq citations à l'ordre de l'armée pour les faits suivants :

6e régiment parachutiste d'infanterie de marine - drapeau.svg
  • 1950 : Pho Trach et à Chaple ;
  • 1951 : Mao Khé ;
  • 1952 : Tu Lé ;
  • 1953 : Langson ;
  • 1954 : Dien Bien Phu.

Le drapeau du régiment a été remis au colonel Romain-Desfossés à Blida le par le général Gilles

En onze ans de campagne, il a perdu 23 officiers, 70 sous-officiers et 480 marsouins parachutistes.

Il porte, peintes à la main en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[9],[10] :

  • INDOCHINE 1949-1954 ;
  • AFN 1952-1962.

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs avec cinq palmes et s'orne de la fourragère aux couleurs du ruban de la médaille militaire avec olive aux couleurs du ruban de la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

6e BCCP - 6e GCCP - 6e BPC[11]
6e RPC - 6e RPIMa
  • 1955-1958 : lieutenant-colonel Jacques Romain-Desfossés[16]
  • 1958-1959 : lieutenant-colonel Ducasse [17]
  • 1959-1962 : lieutenant-colonel Balbin
  • 1962-1963 : lieutenant-colonel Picherit [18]
  • 1963-1965 : lieutenant-colonel Bley
  • 1965-1967 : lieutenant-colonel Jean Le Guillou [19]
  • 1967-1969 : lieutenant-colonel Jean Ziegler [20]
  • 1969-1971 : lieutenant-colonel Charles de Llamby
  • 1971-1973 : lieutenant-colonel Vincendon
  • 1973-1975 : lieutenant-colonel de Tonquedec
  • 1975-1977 : lieutenant-colonel Béal
  • 1977-1979 : lieutenant-colonel Dentin
  • 1979-1981 : colonel Bertin
  • 1981-1983 : lieutenant-colonel Serpol
  • 1983-1985 : lieutenant-colonel Urwald
  • 1985-1987 : lieutenant-colonel Quadri
  • 1987-1989 : lieutenant-colonel Bordron
  • 1989-1991 : lieutenant-colonel Gandouly
  • 1991-1993 : lieutenant-colonel Perrin
  • 1993-1995 : lieutenant-colonel Champenois
  • 1995-1997 : lieutenant-colonel Caille
  • 1997-1998 : lieutenant-colonel Dumousseau
CFIM / 6e RPIMa
  • 2016-2019 : lieutenant-colonel René Mercury[21]
  • depuis 2019 : lieutenant-colonel Hervé Oldra

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment[modifier | modifier le code]

Personnalités ayant servi au sein du régiment[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Histoire des parachutistes français, Société de Production Littéraire, 1975.
  • Colonel Roger Flamand, Paras de la France libre, Éditions Presses de la Cité, 1976, (ISBN 978-2-258-00036-0).
  • Henry Corta, Les bérets rouges, Amicale des anciens parachutistes SAS, 1952.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « De l’importance du patrimoine », sur le site de l'Armée de terre, le 1er juillet 2019.
  2. « Les emblèmes de dix unités dissoutes attribués à des organismes de formation », sur lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr (consulté le 1er juillet 2017)
  3. http://www.opex360.com/2019/04/21/le-centre-de-formation-initiale-des-militaires-du-rang-de-la-11e-brigade-parachutiste-prend-le-nom-du-6e-rpima/
  4. In Histoire des parachutistes français page 231
  5. selon des sources algériennes, le lieutenant Chassin et le capitaine Graziani furents capturés vivants, selon des fonts françaises les deux officiers furent blessés pendant la bataille, Chassin est decédé le 6 janvier et Graziani est evacué pour avion à l’hôpital de Tizi-Ozou où il décède le 7 Javier
  6. https://tenes.info/nostalgie/6RPIMAMORTAMIROUCHE
  7. « N°47 Bulletin Aout 2014 », sur calameo.com (consulté le 14 août 2020).
  8. http://www.opex360.com/2019/07/01/pour-insuffler-lesprit-guerrier-larmee-de-terre-donne-des-noms-de-regiments-dissous-a-ses-unites-non-operationnelles/#
  9. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  10. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie
  11. In Histoire des parachutistes français pages 230, 315 et 525
  12. https://antoniolyon.skyrock.mobi/636160857-6-BCCP-N-4.html: "Le 6° Bataillon Colonial de Commandos Parachutistes, est créé le 16.05.1948 à QUIMPER, commandé par le chef de bataillon Paul VERNIERES."
  13. https://ita.calameo.com/read/001425117c772bb290c55; https://tenes.info/nostalgie/SIXRPIMA/Balbin_capitaine_au_6_me_BCCP_en_1951
  14. "1953: Porcher (Pierre-Henri-Jean-Marie), lieutenant (T.C.), 6 bataillon de parachutistes coloniaux. Ces nominations composent l'attribution de la Croix de guerre des operations externes"
  15. « Il PRIT LE DESTIN DU REGIMENT », sur J.B -CENTURION A LA RETRAITE, (consulté le 14 août 2020).
  16. Site officiel
  17. "Le colonel Ducasse, commandant le 6e régiment de parachutistes d'infanterie de marine, qui dirigeait l'opération au cours de laquelle fut tué Amirouche, vient d'être promu commandeur de la Légion d'honneur sur proposition de M. Guillaumat, ministre des armées. Les insignes lui seront remis par le général Challe.": https://www.lemonde.fr/archives/article/1959/04/03/le-colonel-ducasse-est-promu-commandeur-de-la-legion-d-honneur_2162907_1819218.html
  18. "Au grade de colonel. Pour prendre rang du 1" juillet 1962. ...M. Picherit (Claude-Francis), B. P., en remplacement de M. Pechberty, promu. "
  19. Commandant Jean LE GUILLOU, Une pacification réussie : la réduction de la rébellion upéciste en Sanaga maritime (Cameroun 1957-1958); https://www.chemin-de-memoire-parachutistes.org/t14732-deces-du-general-jean-le-guillou
  20. https://www.ouest-france.fr/bretagne/le-deces-du-general-jean-ziegler-1966925
  21. « Passation de commandement au CFIM », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]