69e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
69e régiment d’infanterie
Image illustrative de l'article 69e régiment d'infanterie
Image illustrative de l'article 69e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 69e régiment d’infanterie de forteresse
Insigne régimentaire du 69e régiment d’infanterie

Création 1673
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Devise Vis nulla revellet
Qui s'y frotte s'y pique
Inscriptions
sur l’emblème
Castiglione 1796
Aboukir 1799
Elchingen 1805
Friedland 1807
Lorraine 1914
Verdun 1916
Somme 1916
Belgique 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Fêtel le 25 juillet (1799, Aboukir)
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles Bataille de Castiglione
bataille d'Aboukir
Bataille de Friedland
Bataille de Verdun
Bataille de la Somme
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Médaille militaire
Décorations Croix de guerre 1914-1918
4 palmes
2 étoiles de vermeil
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Waldner.

Le 69e régiment d’infanterie (ou 69e RI) est un régiment de l’armée de terre française dissous en 1940, et dont la tradition fait remonter la création en 1673, année de formation du régiment suisse de Gerder.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1673 : régiment suisse de Gerder
  • 1714 : régiment d'Affry
  • 1734 : régiment de Wittmer
  • 1757 : régiment de Waldner de Freudenstein
  • 1781 : régiment de Vigier
  • 1791 : 69e régiment d’infanterie
  • 1792 : Le 69e régiment d’infanterie de ligne a été licencié le 26 août 1792 mettant fin au régiment suisse. Plus de 600 suisses rejoignes volontairement les troupes françaises.
  • 1795 : 69e demi-brigade de bataille
  • 1796 : 69e demi-brigade d'infanterie de ligne, formée le 10 avril (21 germinal an IV) à partir des unités suivantes :
  • 1803 : 69e régiment d’infanterie de ligne
  • 1815 : dissous.
  • 1840 : recréation du 69e régiment d’infanterie de ligne.
  • 1882 : renommé 69e régiment d’infanterie
  • 1923 : dissolution
  • 1936 : création du 69e régiment d’infanterie de forteresse
  • 1940 : dissolution

Colonels et chefs de brigade[modifier | modifier le code]

  • 15.01.1691 Wolfgang de Greder
  • 08.12.1693 Louis de Greder
  • 28.02.1703 Balthazar de Greder
  • 22.12.1714 François d'Affry
  • 21.01.1734 Jean-Baptiste-André de Wittmer
  • 13.11.1757 Christian-Frédérice-Dagobert de Waldner de Freudenstein
  • 30.03.1783 François-Robert-Joseph-Guillaume de Vigier de Steinburgg
  • 18 germinal An III : Glandjean
  • 26 ventôse An IV : Riondet
  • 04.08.1793 Jean Urbain Fugière
  • 21 ventôse An V : Jean Dalons
  • 7 ventôse An V : Étienne-Joseph Barthélémy
  • 21 ventôse an VII : André Eysseautier
  • 14 prairial an VIII : Jean Antoine Brun
  • 10.02.1807 Joseph François Fririon
  • 22.06.1811 Guinand
  • 22.12.1813 Christophe Hervé
  • 22.03.1814 Jean-Pierre Monneret
  • 11.10.1840 Emmanuel-Ernest Dehaies de Montigny
  • 30.05.1848 Marie-Ambroise de Robillard
  • 02.04.1851 Jean-François-Ferninand Danner
  • 07.02.1854 Jean-Baptiste Mittenhoff
  • 12.04.1855 Emile-Gustave-Napoléon Domon
  • 30.12.1857 Marie-Emilien-Antoine Mathieu de Saint-Frémond
  • 14.03.1860 François-René-Place de Courson
  • 27.01.1866 Aristide-Amand-Jean-Baptiste Le Tourneur
  • 30.03.1871 Charles-François Ameller
  • 08.07.1871 Antoine-Philippe-Pierre-François-Xavier Biadelli
  • 08.02.1873 Pierre-François Louis
  • 02.11.1878 Léon de Poilloüe de Saint-Mars
  • 05.12.1883 Henri-Aldestan-La Hire Desfrançois de Ponchalon
  • 28.10.1885 Edouard-Yves Travailleur
  • 27.10.1890 Victor-Joseph Altmayer
  • 26.12.1893 Marie-Charles-Justin Tournier
  • 26.02.1894 Philibert Laplace
  • 02.03.1898 René-Marie-Julien-Auguste Hugot-Derville
  • 09.04.1903 Paul-Edouard Pouradier-Duteil
  • 24.09.1907 Alfred-Emile Hollender
  • 24.06.1909 Robert-Albert Duplessis
  • 25.10.1911 Denis-Auguste Duchêne
  • 1912-1914 : Colonel Duchêne
  • 20 mai 1914 - 26 août 1914 : Colonel Courtot de Cissey
  • 26 août 1914 - 1er septembre 1914 : Lieutenant-colonel Gustave Bernard
  • 1er septembre 1914 - 29 octobre 1914 : Lieutenant-colonel Louis Petitjean de Marcilly
  • 2 novembre 1914 - 19 mai 1917 : Lieutenant-colonel Charles Pesme
  • 20 mai 1917 - 24 octobre 1917 : Lieutenant-colonel Louis Rippert d’Alozier
  • 1er novembre 1917 - 10 juin 1918 : Lieutenant-colonel Albert Barthelemy
  • 12 juin 1918 - 20 août 1918 : Lieutenant-colonel Paul André Martin
  • 5 septembre 1918 - 11 novembre 1918 : Lieutenant-colonel Le Vilain
  • 1936-1938 : Colonel Balthazard
  • 1938-1939 : Colonel Rousset
  • 1939 - 4 avril 1940 : Lieutenant-colonel Jobin
  • 4 avril 1940 - ???? : Lieutenant-colonel Jean-Chrysostome Pinta

Historique des garnisons, combats et batailles du 69e RI[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Guerres de la Révolution et de l’Empire[modifier | modifier le code]

1815 à 1848[modifier | modifier le code]

Licencié après les Cent-Jours, le régiment est reformé en 1840. Pendant les journées de juin 1848, 6 compagnies sont envoyées sur Paris[4]. D'après Jeanne Gilmore le régiment était à Paris en février 1848.

  • 1855 Campagne de Crimée.

Second Empire[modifier | modifier le code]

1870 à 1914[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Régiment de marche.
  • « L'Assemblée Nationale vote des félicitations au 69e régiment de marche. » 1871

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le régiment a pour casernement Nancy et Toul. Il est rattaché à la 21e brigade, 11e division d’infanterie au 20e corps d'armée. Le régiment fait partie de la 11e division d'infanterie d'août 1914 à novembre 1918.

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

  • janvier - février : secteur de Lorraine.
  • mars - avril :Bataille de Verdun

Combats de Malancourt du 30 mars au 5 avril 1916, le régiment est complètement détruit (80 survivants sur les 1800) Le régiment reçoit la croix de guerre militaire. Presence d'une stèle commémorative a la sortie du village.

1917[modifier | modifier le code]

  • janvier - février : secteur de Lorraine.
  • avril - mai : secteur de l'Aisne.
  • juin - décembre : secteur de Lorraine.

1918[modifier | modifier le code]

  • janvier - avril : secteur de Verdun.
  • juin - août : secteur de Soisson.
  • septembre : secteur de l'Aisne.
  • octobre - novembre : secteur des Flandres.
  • « Régiment d'élite, au magnifique passé militaire, aux plus nobles et plus glorieuses traditions. » Maréchal Pétain, 1918.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

  • 1923 : Dissolution du 69e R.I (les traditions gardées par le 26e RI).
  • 1936 : Recréation du sous le nom de 69e régiment d’infanterie de forteresse.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Fait d'armes faisant particulièrement honneur au régiment[modifier | modifier le code]

Fourragère aux couleurs de la Médaille militaire

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[6] :

69e régiment d'infanterie de ligne - drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 avec 4 palmes et 2 étoiles de vermeil et de la fourragère aux couleurs du ruban Médaille militaire.

Personnages célèbres ayant servi au 69e RI[modifier | modifier le code]

Traditions et uniformes[modifier | modifier le code]

Insigne[modifier | modifier le code]

Devise[modifier | modifier le code]

Vis nulla revellet
Qui s'y frotte s'y pique

Refrain[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Vassias, Historique du 69e Régiment d'Infanterie (1672-1912), Librairie Chapelot, 1913.
  • Jeanne Gilmore, La République clandestine 1818-1848, Aubier, 1997, p. 346
  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française (Général Andolenko - Eurimprim 1969).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le 3e bataillon reste à Luxembourg.
  2. Seules les compagnies d'élite ont pris part au combat (Vassias, p. 101).
  3. Le 5 novembre 1807, le Corps d'Armée de l'Océan est créé avec une force de 3 divisions. Ces divisions sont composés de régiments provisoires en utilisant les 3e bataillons de régiments existants. La particularité est qu'ils n'ont pas de compagnies d'élites mais seulement 4 compagnies du centre.
  4. Vassias, p. 223.
  5. Opération du 13e corps et de la 3e armée durant le Siège de Paris (1870) par le général Vinoy, pages 7 et 15
  6. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  7. Site colonnel Adrien Henry
  8. « ? », sur Gallica (consulté en ?)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]