5e division SS Wiking

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

5e division SS « Wiking »
Appellations allemandes successives :
SS-Division « Wiking »
SS-Panzergrenadier-Division « Wiking »
5. SS-Panzer-Division « Wiking »
Image illustrative de l’article 5e division SS Wiking
Emblème de la division.

Création Novembre 1940
Dissolution Mai 1945
Pays Flag of Germany (1935–1945).svg Allemagne
Branche Flag of the Schutzstaffel.svg Waffen-SS
Type division blindée, dans sa forme finale
Fait partie de Waffen-SS
Marche SS-marschiert in Feindesland ("Marche SS en territoire ennemi")
Guerres Seconde Guerre mondiale (Front de l'Est)
Batailles Opération Barbarossa:
- Bataille de Rostov
- Bataille de Kiev
- Bataille de Kharkov
Opération Fall Blau
Seconde bataille de Kharkov
Bataille de Koursk
Insurrection de Varsovie
Opération Polkovodets Roumiantsev
Opération Frühlingserwachen
Bataille de Budapest
Décorations 55 décorés de la croix de chevalier de la croix de fer
Commandant historique Obergruppenführer Felix Steiner
Obergruppenführer Herbert Gille
Oberführer Eduard Deisenhofer
Standartenführer Johannes Mühlenkamp
Oberführer Karl Ullrich

La 5e division SS « Wiking » ou la division « Wiking » (appellations allemandes successives : la SS-Division « Wiking », puis la SS-Panzergrenadier-Division « Wiking » et enfin la 5. SS-Panzer-Division « Wiking ») est l'une des 38 divisions de la Waffen-SS durant la Seconde Guerre mondiale, constituée de volontaires étrangers, en grande partie scandinaves mais également d'autres pays européens.

Elle est formée en novembre 1940 sous le nom de « Germania », son nom change et devient « Wiking » peu après, fin 1940[1]. Dans les rangs de cette division, 55 hommes ont été décorés de la croix de chevalier de la croix de fer, au cours du conflit.

Historique[modifier | modifier le code]

PzKpfw III Ausf. J lang de la division Wiking sur le front russe en juin 1941.

Formée en novembre 1940, la division part à l'est en juin 1941, elle passe par Tarnopol, Jitomir, Tcherkassy en novembre 1941. La division participe à la shoah par balle, et massacre au moins 15 000 juifs après la prise de Ternopil (Tarnopol)[2]. Des combats défensifs ont lieu sur les rives du Don en novembre 1942. À la même époque, la division est renommée SS Panzer Grenadier Division.
Lors de son déploiement en Ukraine, la division massacre 600 Juifs galiciens[3]. Notamment à Zolotchiv où le bataillon Nachtigall composé de nationalistes ukrainiens issus du OUN(B) de Stepan Bandera et la division SS Wiking ont massacré les Juifs et les Polonais de la ville[4] jusqu'à ce que les généraux allemands de la 17e armée mettent fin provisoirement aux massacres[5].

Au printemps 1942, la division quitte ses positions défensives du Mius. Pendant l'été, elle prend part à la profonde pénétration du front Sud pour sécuriser les puits de pétrole du Caucase. À la fin de l'année 1942, avec le retour du terrible hiver russe, la progression des SS est stoppée. Malgré cela, elle est néanmoins élevée au statut de Panzergrenadierdivision. Elle s'installe par la suite en position défensive le long de la rivière Terek dans le Caucase. Après la chute de Stalingrad, en , et le lancement de la contre-offensive soviétique d'hiver sur le front sud, la Wiking est repoussée jusqu'à Manych, et jetée dans de lourdes actions défensives autour d'Izym.

En , un bataillon de volontaires estoniens rejoint la division en tant que SS-Freiwilligen Panzergrenadier Bataillon Narwa. En , la division perd le régiment Nordland qui doit servir de noyau à la 11. SS-Division Nordland en cours de formation. En , la Wiking est transformée en Panzerdivision, c'est la première formation non allemande à acquérir ce statut. De facto, si un nombre significatif de volontaires germaniques étrangers y servent, la division compte tout de même un contingent d'Allemands de souche et de l'étranger. Les unités blindées de la division sont finalement encerclées et détruites dans la poche de Tcherkassy. Mais la division est reformée et participe alors aux combats en Pologne sur le front de la Vistule, de juillet à décembre 1944.

Le , des membres de la Wiking ainsi que la gendarmerie militaire allemande assassinent une soixantaine de Juifs dans ce qu'on appellera le massacre de Deutsch Schützen-Eisenberg.

La division prend part à de durs combats en Hongrie pour reconquérir Budapest en janvier 1945 avant de battre en retraite vers la Tchécoslovaquie où elle rend les armes à l'armée américaine en mai 1945.

Formation et entraînement[modifier | modifier le code]

Liste des commandants successifs[modifier | modifier le code]

Le général SS commandant la division « Wiking », Herbert Gille, devant ses cartes en 1944.


Début Fin Grade Nom
SS-Obergruppenführer Felix Steiner
SS-Obergruppenführer Herbert Otto Gille
SS-Oberführer Eduard Deisenhofer
SS-Standartenführer Johannes Mühlenkamp
SS-Oberführer Karl Ullrich

Ordre de bataille[modifier | modifier le code]

SS-Division Germania, décembre 1940[modifier | modifier le code]

  • Stab
  • SS-Regiment Germania
  • SS-Regiment Nordland
  • SS-Regiment Westland
  • SS-Artillerie-Regiment 5
  • SS-Nachrichten-Abteilung 5
  • SS-Pionier-Bataillon 5
  • SS-Panzerjäger-Abteilung 5
  • SS-Aufklärungs-Abteilung 5
  • 1. und 2. Sanitärs-Kompanie
  • 1-3 Werkstatt-Kompanie

SS-Division (Mot.) Wiking, [modifier | modifier le code]

  • Stab
  • SS-Infanterie-Regiment Germania
  • SS-Infanterie-Regiment Nordland
  • SS-Infanterie-Regiment Westland
  • SS-Artillerie-Regiment 5
  • SS-Artillerie-Meßbatterie
  • SS-Nachrichten-Abteilung 5
  • SS-Pionier-Bataillon 5
  • SS-Panzerjäger-Abteilung 5
  • SS-Aufklärungs-Abteilung 5
  • SS-Fla-MG.-Bataillon
  • Nachschub-Dienste
  • Sanitäts-Dienste
  • Ordnungsdienste

SS Panzergrenadier Division Wiking, février 1943[modifier | modifier le code]

Panzer III de la division « Wiking » progressant dans la steppe caucasienne, durant l'été 1942.
  • SS-Panzergrenadier-Regiment Germania
  • SS-Panzergrenadier-Regiment Nordland (retiré fin 1943)
  • SS-Panzergrenadier-Regiment Westland
  • Finnisches Freiwilligen-Battalion der Waffen-SS (retiré en 1943)
  • SS-Panzer-Abteilung Wiking
  • Artillerie-Regiment 5
  • Panzerjäger-Abteilung
  • Aufklärungs-Abteilung
  • Flak-Abteilung
  • Pionier-Bataillon
  • Nachrichten-Abteilung
  • Feldersatz-Bataillon
  • Versorgungseinheiten

SS Panzergrenadier Division Wiking, [modifier | modifier le code]

  • Stab
  • SS-Panzer-Regiment 5
  • SS-Panzer-Grenadier-Regiment 9 Germania
  • SS-Panzer-Grenadier-Regiment 10 Westland
  • Estnisches SS-Freiwilligen-Panzer-Grenadier-Bataillon "Narwa"
  • SS-Panzer-Artillerie-Regiment 5
  • SS-Panzerjäger-Abteilung 5
  • SS-Sturmgeschütz-Abteilung 5
  • SS-Flak-Abteilung-5
  • SS-Werfer-Abteilung 5
  • SS-Panzer-Nachrichten-Abteilung 5
  • SS-Panzer-Aufklärungs-Abteilung 5
  • SS-Panzer-Pionier-Bataillon 5
  • SS-Dina 5
  • SS-Instandsetzungs-Abteilung 5
  • SS-Wirtschafts-Bataillon 5
  • SS-Sanitäts-Abteilung 5
  • SS-Feldlazarett 5
  • SS-Kriegsberichter-Zug 5
  • SS-Feldgendarmerie-Trupp 5
  • SS-Feldersatz-Bataillon 5

5.SS-PanzerDivision Wiking, avril 1944[modifier | modifier le code]

  • SS-Panzergrenadier Regiment 9 Germania
  • SS-Panzergrenadier Regiment 10 Westland
  • SS-Panzer Regiment 5
  • SS-Panzer Artillerie Regiment 5
  • 20th Waffen Grenadier Division of the SS (1er Estonien) (retiré en 1944)
  • SS-Sturmbrigade Wallonien (retiré en 1944)
  • SS-Panzerjager-Abteilung 5
  • SS-Sturmgeschutz-Abteilung 5
  • SS-Sturmgeschutz-Batterie 5
  • SS-Flak-Abteilung 5
  • SS-Werfer-Abteilung 5
  • SS-Panzer-Nachrichten-Abteilung 5
  • SS-Panzer-Aufklarungs-Abteilung 5
  • SS-Panzer-Pionier-Battalion 5
  • SS-Dina 5
  • SS-Instandsetzungs-Abteilung 5
  • SS-Wirtschafts-Battalion 5
  • SS-Sanitats-Abteilung 5
  • SS-Feldlazarett 5
  • SS-Kriegsberichter-Zug 5
  • SS-Feldgendarmerie-Trupp 5
  • SS-Feldersatz-Battalion 5

Effectifs[modifier | modifier le code]

Juin 1941 19 377
Décembre 1942 15 928
Décembre 1943 14 647
Juin 1944 17 368
Décembre 1944 14 800

Notes et références[modifier | modifier le code]

(de)/(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu des articles intitulés en allemand « 5. SS-Panzer-Division „Wiking“ » (voir la liste des auteurs) et en anglais « 5th SS Panzer Division Wiking » (voir la liste des auteurs).
  1. Guido Knopp, Jens Afflerbach, Stefan Brauburger, Christian Deick et al. (trad. Danièle Darneau), Les SS un avertissement de l'Histoire [« Die SS »], Paris, Presses de la Cite, coll. « D. Document », , 439 p. (ISBN 978-2-258-06417-1), p. 288.
  2. August von Kageneck, Lieutenant de panzers, , p. 124.
  3. Guido Knopp et al. 2006, p. 296.
  4. (en) David Bankier et Israel Gutman, Nazi Europe and the Final Solution, Jerusalem/New York, Berghahn Books, , 572 p. (ISBN 978-1-84545-410-4, lire en ligne).
  5. Michaël Prazan, Einsatzgruppen : Sur les traces des commandos de la mort nazis, Seuil, , 576 p. (ISBN 978-2-02-102631-3, lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La 5. SS-Panzer-Division Wiking, in Batailles & Blindés - Histoire de la guerre mécanisée et des engins militaires, no 35, février-, 82 p., (ISSN 1765-0828).
  • (en) Rupert Butler, SS-Wiking : the history of the fifth SS Division 1941-45, Staplehurst, Spellmount, , 192 p. (ISBN 978-1-86227-174-6, OCLC 861854791).
  • (en) Robert J. Clifton, "What made this man Mengele", The New York Times Company, 1985, extrait le .
  • (de) Fritz Hahl, Mit "Westland" im Osten, Munin Verlag, 2000.
Compte-rendu d'expérience personnelle.
Compte-rendu d'expérience personnelle, avec une préface d'Erich Mende.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :