80e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis 5e bataillon de chasseurs)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

80e régiment d'infanterie
Image illustrative de l’article 80e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 80e régiment d’infanterie

Création 1854
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment
Rôle Infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
Arcole 1796
Wagram 1809
Lützen 1813
Sébastopol 1854-1855
Ypres 1914
Champagne 1915
Verdun 1916
La Serre 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
Trois palmes

Le 80e régiment d'infanterie (80e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française, à double héritage, créé sous la Révolution à partir du régiment d'Angoumois, un régiment français d'Ancien Régime, et du 5e régiment d'infanterie légère créé à partir des chasseurs Cantabres.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1684 à 1791 : régiment d’Angoumois
  • Le 80e régiment d’infanterie a la particularité, comme tous les régiments d’infanterie portant un numéro entre le 76e et le 99e, d’être l’héritier des traditions de deux régiments : le 80e, et le 5e d’infanterie légère.

Historique du 80e RI[modifier | modifier le code]

  • 1854-1856 : fait campagne en Crimée ; engagé notamment lors de la prise de Sébastopol
  • 1867 : il fait la guerre d'Italie et fait partie du corps d'occupation français dans les États du Pape.
  • 1870 : il est engagé aux batailles de Borny, Rezonville et Saint Privat, puis lors du siège de Metz. Son 4e bataillon participe au siège de Verdun.
  • 1871-1875 : envoyé en Algérie
  • 1881 : un de ses bataillons participe à la campagne de Tunisie.

Historique du 5e léger[modifier | modifier le code]

Colonels / Chefs de brigade[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, combats et batailles du 80e RI[modifier | modifier le code]

  • 1857 : stationné à Bastia. Dépôt à Toulon. Colonel Gabriel Louis Chardon de Chaumont.
  • 1861 : stationné à Belley. Colonel de Solignac.
  • 1875 : en Algérie, dépôt à Tulle. Colonel François Auguste Logerot.
  • 1884 : stationné à Tulle. Colonel C.A.H. Segard.

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Guerres de la Révolution et de l’Empire[modifier | modifier le code]

  •  : les officiers du régiment, sauf 11 d’entre eux, abandonnent leur régiment en garnison à Bayonne pour émigrer en Espagne[2]

Second Empire[modifier | modifier le code]

Le décret du 24 octobre 1854 réorganise les régiments d'infanterie légère les corps de l'armée française. A cet effet le 5e régiment d'infanterie légère prend le numéro 80 et devient le 80e régiment d'infanterie de ligne.

  • 1867 : le régiment fait partie du corps d'occupation français dans les États du Pape.

1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

  • Morhange ;
  • Flandres :
  • Wystchaete

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

Verdun : Fleury-sous-Douaumont

1917[modifier | modifier le code]

  • Verdun : Cote 304

1918[modifier | modifier le code]

  • Nampcel, Coucy-le-Château ; la Serre

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[3]:

Fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918

80e régiment d'infanterie de ligne - drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 avec trois citations à l'ordre de l'armée. (palmes)

Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918.

Personnalités ayant servi au 80e RI[modifier | modifier le code]

5e régiment d'infanterie légère

Charles Guéret

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archives militaires du Château de Vincennes.
  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française, Général Andolenko - Eurimprim 1969.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de l'infanterie en France de Victor Louis Jean François Belhomme Vol 5 page 150
  2. Caroline Darricau-Lugat, « L'émigration en pays basque pendant la Révolution française : une question spécifique ? », Histoire, économie et société. 2001, 20e année, no 2. La gloire à l'époque moderne, p. 237
  3. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  4. François Auguste Logerot sur military-photos.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]