5 minutes au paradis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
5 minutes au paradis

Album de Bernard Lavilliers
Sortie
Enregistré 2017
Durée 41,5 minutes
Genre Chanson française
Pop-rock
Label Universal - Barclay

Albums de Bernard Lavilliers

5 minutes au paradis est le 22e album de Bernard Lavilliers enregistré en studio.

Pour construire cet album « à dominante pop-rock »[1], il s'entoure d'artistes avec qui il a déjà collaboré sur des projets précédents comme Romain Humeau (Eiffel) ou Fred Pallem, et sollicite aussi Benjamin Biolay, Florent Marchet ou encore le groupe Feu! Chatterton, qui représentent selon L'Humanité « la nouvelle génération de la chanson française »[1]. C'est d'ailleurs le titre Charleroi, créé avec Feu! Chatterton, qui sera le premier single de l'album. Jeanne Cherhal est aussi présente pour chanter L'Espoir, titre qui clôture l'album[2],[1].

Liste des titres[modifier | modifier le code]

L'album comprend onze chansons[3] :

No TitreParolesMusique Durée
1. La GloirePierre SeghersBernard Lavilliers - Fred Pallem 3:07
2. Croisières méditerranéennesBernard LavilliersBernard Lavilliers - Romain Humeau 4:03
3. CharleroiBernard LavilliersBernard Lavilliers 4:54
4. Montparnasse - Buenos AiresBernard LavilliersPascal Arroyo 3:39
5. MuseBernard LavilliersBernard Lavilliers 4:29
6. 5 minutes au paradisBernard LavilliersBernard Lavilliers - Fred Pallem 3:21
7. Vendredi 13Bernard LavilliersBernard Lavilliers - Michaël Lapie 4:22
8. Paris la griseBernard LavilliersXavier Tribolet 3:17
9. Fer et défaireBernard LavilliersBernard Lavilliers - Fred Pallem 3:02
10. Bon pour la casseBernard LavilliersBernard Lavilliers - Michaël Lapie - Clément Doumic - Raphaël de Pressigny - Antoine Wilson - Sébastien Wolf 3:14
11. L'Espoir (en duo avec Jeanne Cherhal)Bernard LavilliersBernard Lavilliers 4:03

La version en "édition limitée" contient le DVD Le Comptoir des voyageurs avec des extraits du concert du 22 juillet au Festival de Thau à Mèze qui comprend 5 titres: San Salvador, Betty, Les Barbares, Les Mains d'or et Est-ce ainsi que les hommes vivent en duo avec Dominique Mahut[4].

Musiciens[3][modifier | modifier le code]

  • Xavier Tribolet : Piano et Orgue Hammond.
  • Nicolas Bonnière : Guitare électrique et percussions.
  • Ludovic Bruni : Guitare électrique, acoustique et barytone.
  • Nicolas Fiszman : Guitare et basse
  • François Poggio : Guitares
  • Hugo Cechosz : Basse et percussions.
  • Estelle Humeau : Percussions, piano et traverso.
  • Raphaël Chassin, Denis Benarrosh, Guilaume Marsault, Emiliano Turi : Batterie
  • Abraham Manfaroll, Thomas Ostrowiecki : Percussions
  • Rémi Sciuto : Saxophone Baryton
  • Sylvain Bardiau : Trompette
  • Frederic Gastard : Saxophone Ténor
  • Mathias Malher : Trombone
  • Richard George, Everton Nelson, Ian Humphries, Tom Pigott-Smith, Emil Chakalov : Violon
  • Ian Burdge et Jonny Byers : Violoncelle
  • Rachel Robson, Frances Dewar et Reiad Chibah : Alto
  • Richard Pryce et Lucy Shaw : Contrebasse

Critique[modifier | modifier le code]

Selon Culturebox, l'album est « souvent mélange d'indignation et de colère, face aux turpitudes du monde actuel », mais comporte « deux boléros légèrement jazzy qui apportent un peu de rêverie nostalgique, en contrepoint du reste de l'album ». Il s'agit de Montparnasse Buenos-Aires et Paris la grise, deux titres auxquels Benjamin Biolay a apporté sa contribution[2].

Ventes[modifier | modifier le code]

L'album est certifié disque d'or, en France, le pour une équivalence de 50 000 ventes[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Bernard Lavilliers : "C'est normal qu'un artiste fasse passer, et des idées et la dimension esthétique de l'art" », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Bernard Lavilliers nous emmène bien plus que "5 minutes au paradis" », Culturebox,‎ (lire en ligne)
  3. a et b Livret du CD
  4. « Bernard Lavilliers : “5 Minutes au Paradis” en version Collector », sur site d'Universal Music France, (consulté le 25 décembre 2017).
  5. « Les Certifications », sur SNEP (consulté le 25 décembre 2017).