Aller au contenu

500 miles d'Indianapolis 1992

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est la version actuelle de cette page, en date du 1 janvier 2021 à 20:36 et modifiée en dernier par Ggal (discuter | contributions). L'URL présente est un lien permanent vers cette version.
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
La Galmer-Chevrolet de Al Unser Jr., victorieuse de l'édition 1992 des 500 miles d'Indianapolis.

Les 500 miles d'Indianapolis 1992, organisés le sur l'Indianapolis Motor Speedway, ont été remportés par le pilote américain Al Unser Jr. sur une Galmer-Chevrolet.

Grille de départ[modifier | modifier le code]

Ligne Intérieur Milieu Extérieur
1 Roberto Guerrero Eddie Cheever Mario Andretti
2 Arie Luyendyk Gary Bettenhausen Michael Andretti
3 Scott Brayton Danny Sullivan Rick Mears
4 Bobby Rahal Emerson Fittipaldi Al Unser Jr.
5 Stan Fox John Andretti Eric Bachelart
6 Philippe Gache Scott Pruett John Paul Jr.
7 Paul Tracy Jeff Andretti Jim Crawford
8 Al Unser A. J. Foyt Buddy Lazier
9 Raul Boesel Brian Bonner Lyn St. James
10 Jimmy Vasser Dominic Dobson (en) Gordon Johncock
11 Tom Sneva Ted Prappas Scott Goodyear

La pole a été réalisée par Roberto Guerrero à la moyenne de 374,142 km/h. Il s'agit également du meilleur chrono des qualifications.

Classement final[modifier | modifier le code]

no  Pilote Voiture Tours Temps/Abandon
1 Al Unser Jr. Galmer-Chevrolet 200
2 Scott Goodyear Lola-Chevrolet 200
3 Al Unser Lola-Buick 200
4 Eddie Cheever Lola-Ford 200
5 Danny Sullivan Galmer-Chevrolet 199
6 Bobby Rahal Lola-Chevrolet 199
7 Raul Boesel Lola-Chevrolet 198
8 John Andretti Lola-Chevrolet 195
9 A. J. Foyt Lola-Chevrolet 195
10 John Paul Jr. Lola-Buick 194
11 Lyn St. James (R) Lola-Chevrolet 193
12 Dominic Dobson (en) Lola-Chevrolet 193
13 Michael Andretti Lola-Ford 189 pression d'essence
14 Buddy Lazier Lola-Buick 139 moteur
15 Arie Luyendyk Lola-Ford 135 accident
16 Ted Prappas (R) Lola-Chevrolet 135 boite de vitesses
17 Gary Bettenhausen Lola-Buick 112 accident
18 Jeff Andretti Lola-Chevrolet 109 accident
19 Brian Bonner (R) Lola-Buick 97 accident
20 Paul Tracy (R) Penske-Chevrolet 96 moteur
21 Jimmy Vasser (R) Lola-Chevrolet 94 accident
22 Scott Brayton Lola-Buick 93 moteur
23 Mario Andretti Lola-Ford 78 accident
24 Emerson Fittipaldi Penske-Chevrolet 68 accident
25 Jim Crawford Lola-Buick 75 accident
26 Rick Mears Penske-Chevrolet 74 accident
27 Stan Fox Lola-Buick 63 accident
28 Philippe Gache (R) Lola-Chevrolet 61 accident
29 Gordon Johncock Lola-Buick 60 moteur
30 Scott Pruett Truesports-Chevrolet 52 moteur
31 Tom Sneva Lola-Buick 10 accident
32 Eric Bachelart (R) Lola-Buick 4 moteur
33 Roberto Guerrero Lola-Buick 0 accident

Un (R) indique que le pilote était éligible au trophée du "Rookie of the Year" (meilleur débutant de l'année), attribué à Lyn St. James.

Notes[modifier | modifier le code]

  • Le Colombien Roberto Guerrero, auteur de la pole position, rentre dans l'histoire de la pire des manières en partant à la faute et en abandonnant dès le tour de chauffe. À sa décharge, la course est marquée par des températures quasi hivernales rendant l'adhérence particulièrement précaire.
  • Parti de la dernière place sur la grille (à l'origine non qualifié, il a pu prendre le départ sur la voiture de son coéquipier Mike Groff), Scott Goodyear parvient à remonter vers le haut du peloton et gratifie le public d'un intense duel avec Al Unser Jr. pour le compte de la victoire dans les derniers tours. Le dernier mot revient à "Little Al", qui s'impose de 0,043 seconde, soir le plus petit écart de l'histoire de l'épreuve. Il est d'ailleurs probable que le véritable écart entre les deux hommes était encore plus faible dans la mesure où le transpondeur (boitier électronique qui déclenche un signal au passage de la ligne et déclenche le chronomètre) de Unser Jr. était situé dans le nez de sa monoplace, alors que celui de Goodyear était au milieu de la voiture.
  • Les essais sont marqués par deux graves accidents : celui mortel du Philippin Jovy Marcelo et celui du triple champion du monde de F1 Nelson Piquet qui, les jambes broyées, échappe de peu à l'amputation et qui après une douloureuse convalescence, fera son retour à la compétition tout juste un an plus tard, à l'occasion de l'Indy 500 1993.

Sources[modifier | modifier le code]