500 Miles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

500 Miles

Chanson de Bobby Bare
extrait de l'album 500 Miles Away From Home
Sortie
Genre Musique country, folk
Compositeur Hedy West
Producteur Chet Atkins
Label RCA Victor

500 Miles (également connu sous le nom 500 Miles Away from Home ou Railroaders' Lament) est une chanson rendue populaire aux États-Unis et en Europe lors du renouveau de la musique folk dans les années 1960. Les paroles simples et répétitives offrent une lamentation d'un voyageur qui est loin de chez lui, sans argent et trop honteux pour revenir.

Histoire[modifier | modifier le code]

La chanson est généralement créditée comme étant écrite par Hedy West[1],[2], et un copyright de 1961 est détenu par Atzal Music, Inc.[1],[3] Certains enregistrements ont également crédité Curly Williams ou John Phillips en tant que co-auteurs[4] bien que Phillips admette qu'il l'avait seulement réarrangé et « ne méritait pas le crédit »[5]. David Neale écrit que 500 Miles peut être lié à la chanson folklorique plus ancienne 900 Miles[6], qui peut elle-même avoir des origines dans les airs de violon sud-américains Reuben's Train et Train 45[4],[7]. Johnny Cash est connu pour avoir placé 500 Miles sur sa liste de 100 chansons country essentielles au début des années 1970[8].

La version la plus connue commercialement est celle de Bobby Bare en 1963. Sa version est devenue un hit dans le Top 10 du Billboard Hot 100 américain, ainsi qu'un Top 5 dans les charts Country et Adult Contemporary.

Classements[modifier | modifier le code]

Classement (1963) Meilleure
position
US Billboard Hot 100[9] 10
US Billboard Adult Contemporary[10] 4
US Billboard Country 5
US Cash Box Top 100[11] 15

Reprises de la chanson[modifier | modifier le code]

Reprise étrangères[modifier | modifier le code]

En France, le titre a été repris par Richard Anthony sous le titre J'entends siffler le train en 1962[20]. Il atteint le numéro 1 des charts avec ce titre.

En 1963, une version allemande, "Und dein Zug fährt durch die Nacht", fut un succès pour Peter Beil. Toujours en allemand, Santiano sortent en 2012 une version sur le thème marin, 500 Meilen, sur leur album Bis ans Ende der Welt.

En finnois, la chanson a été enregistrée sous au moins cinq titres différents[21]. En 1963, Erkki Pohjanheimo a enregistré la chanson sous le titre "Juna jättää laiturin". L'année suivante, un quatuor vocal finlandais Neljä Penniä a enregistré un single qui se composait de deux chansons : sur la face A et sur le revers, il y avait une version finlandaise de 500 Miles sous le titre Pitkät illat, paroles de Sauvo Puhtila[22]. Aussi en 1964, une autre version de la chanson fut enregistrée par le trio folklorique Anki, Bosse & Robert et intitulée Viimeinen vihellys, paroles de Juha Vainio. En 1979, la chanson est à nouveau enregistrée par Jukka Raitanen. Cette fois, elle s'appelle Liian kaukana.

La chanson compte une version slovène (1965)[23], tchèque (1967)[24], japonaise (1989)[25], bengali (1997), chinoise (2017).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Blood, Peter and Annie Patterson (eds), Rise Up Singing, Sing Out Corporation, Bethlehem, Pennsylvania , United States, 1992, p. 232
  2. Anderson, Yohann (ed), Songs, Songs and Creations, Inc., San Anselmo, California, United States, 1983, p. 29
  3. a et b Ken Hunt, « Obituary: Hedy West », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le 17 septembre 2009)
  4. a et b « Archived copy » [archive du ] (consulté le 8 septembre 2008)
  5. Phillips, John: Papa John. An Autobiography, Doubleday & Co. 1986, (ISBN 978-0440167839), p. 118
  6. « Five Hundred Miles / Nine Hundred Miles », sur Mainly Norfolk: English Folk and Other Good Music (consulté le 24 mars 2020) : « Nine Hundred Miles is a lament of a traveller far from home that is from the beginning of the last century or earlier. Hedy West rewrote this song as Five Hundred Miles with a different tune but several overlapping verses. »
  7. Cohen, Norm, Long Steel Rail: The Railroad in American Folksong, 2nd Ed., Urbana, University of Illinois Press, , 503–517 p. (ISBN 0-252-06881-5, lire en ligne)
  8. Terry Gross, « Rosanne Cash Runs Down Her Father's 'List' », sur npr.org, NPR, (consulté le 13 juillet 2020)
  9. Joel Whitburn's Top Pop Singles 1955-1990 - (ISBN 0-89820-089-X)
  10. Joel Whitburn, Top Adult Contemporary: 1961–1993, Record Research, , p. 24
  11. « Cash Box Top 100 Singles, November 23, 1963 » [archive du ] (consulté le 10 septembre 2017)
  12. « The Most Trusted Place for Answering Life's Questions », Answers, (consulté le 26 septembre 2016)
  13. Bruce Eder, « Peter, Paul and Mary - Peter, Paul and Mary | Songs, Reviews, Credits », AllMusic (consulté le 26 septembre 2016)
  14. « Top Selling Folk Artists », Nielsen Business Media, Inc.,‎ , p. 18 (ISSN 0006-2510)
  15. « Dick & Dee Dee* - Turn Around (Vinyl, LP, Album) at Discogs », sur Discogs.com (consulté le 26 septembre 2016)
  16. Mike Joyce, « 25 Years of The Country Gentlemen », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mars 2020) :

    « John Duffey's whispery tenor graces ... 500 Miles »

  17. Ronnie D., Jr. Lankford, « Act 1 - The Seldom Scene », sur ALLMUSIC (consulté le 24 mars 2020) : « bluegrass fans would not have objected to "Darling Corey" or "500 Miles" »
  18. « Zig Zag - The Hooters | Songs, Reviews, Credits | AllMusic », sur AllMusic (consulté le 28 novembre 2018)
  19. « Hedy West », AllMusic (consulté le 26 septembre 2016)
  20. « Archived copy » [archive du ] (consulté le 31 décembre 2011)
  21. https://secondhandsongs.com/work/8308/versions#nav-entity
  22. https://www.discogs.com/artist/1796982-Nelj%C3%A4-Penni%C3%A4
  23. « Iz naftalina: Lado Leskovar – Poslednji vlak - siol.net », Siol.net (consulté le 13 juillet 2017)
  24. http://www.studio-ld.net, Helena Vondráčková | Tisíc mil (lire en ligne)
  25. « Ikimonogakari Vocalist Kiyoe Yoshioka Announces Debut Solo Album "Uta Iro" », sur JPop Asia (consulté le 25 octobre 2018)

Lien interne[modifier | modifier le code]