47 Ursae Majoris c

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coordonnées : Sky map 10h 59m 28.0s, +40° 25′ 49″

47 Ursae Majoris c
Voici 47 Ursae Majoris c vue par Celestia
Voici 47 Ursae Majoris c vue par Celestia
Étoile
Nom 47 Ursae Majoris
Constellation Grande Ourse
Ascension droite 10h 59m 28,0s
Déclinaison +40° 25′ 49″
Type spectral G1V
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe (a) 3,79 ± 0,24  ua
Excentricité (e) 0,00 ± 0,12
Période (P) 2 594 ± 90  j
Argument du périastre (ω) 127 ± 56°
Époque (τ) 2 451 360 ± 500 JJ
Caractéristiques physiques
Masse >0,79 ± 0,13  MJ
Découverte
Découvreurs Fischer, Butler,
Marcy, et al.
Méthode Méthode des vitesses radiales
Date 2002
Statut confirmée[1]

47 Ursae Majoris c est une exoplanète en orbite autour de l'étoile 47 Ursae Majoris.

Orbites des planètes de 47 Ursae Majoris (en noir) comparés aux planètes du système solaire (en bleu)

La planète 47 Ursae Majoris b a été la première à période orbitale longue à être découverte en 1996, avec de plus une faible excentricité. Elle fait 2,63 fois la masse de Jupiter et réalise son orbite en 1089 jours.

Une seconde planète 47 Ursae Majoris c fut découverte en 2002, et réalise son orbite en 2594 jours[2].

Les deux planètes ont une configuration similaire à celle de Jupiter et Saturne, aussi bien du point de vue orbite que masse.

Les simulations suggèrent que la partie intérieure de la zone habitable pourrait abriter une planète tellurique, bien que la zone externe serait gênée par la proximité de 47 Ursae Majoris b qui de plus réduirait la quantité d'eau donnée pendant la phase d'accrétion[3],[4]. Cela pourrait signifier que cette planète serait petite et sèche.

Caractéristiques des planètes du système 47 Ursae Majoris.
Planète Masse (MJ)[5] Période orbitale (en jours) Axe semi-majeur (ua) Excentricité
47 Ursae Majoris b >2.63 ± 0.23 1089.0 ± 2.9 2.13 ± 0.12 0.061 ± 0.014
47 Ursae Majoris c >0.79 ± 0.13 2594 ± 90 3.79 ± 0.24 0.00 ± 0.12

Désignation[modifier | modifier le code]

47 Ursae Majoris c a été sélectionnée par l'Union astronomique internationale (IAU) pour la procédure NameExoWorlds, consultation publique préalable au choix de la désignation définitive de 305 exoplanètes découvertes avant le 31 décembre 2008 et réparties entre 260 systèmes planétaires hébergeant d'une à cinq planètes. La procédure, qui a débuté en juillet 2014, s'achèvera en août 2015, par l'annonce des résultats, lors d'une cérémonie publique, dans le cadre de la XIXe Assemblée générale de l'IAU qui se tiendra à Honolulu (Hawaï)[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A Bayesian Periodogram Finds Evidence for Three Planets in 47 Ursae Majoris, Philip C. Gregory et Debra A. Fischer, 2010.
  2. (en) Debra A. Fischer, Geoffrey W. Marcy, R. Paul Butler, Gregory Laughlin et Steven S. Vogt, « A Second Planet Orbiting 47 Ursae Majoris », The Astrophysical Journal, vol. 564, no 2,‎ 10 janvier 2002, p. 1028-1034 (DOI 10.1086/324336, résumé).
  3. (en) Barrie W. Jones, David R. Underwood et P. Nick Sleep, « Prospects for Habitable "Earths" in Known Exoplanetary Systems », The Astrophysical Journal, vol. 622,‎ avril 2005, p. 1091-1101 (DOI 10.1086/428108, résumé)
  4. (en) Sean N. Raymond, « The Search for other Earths: limits on the giant planet orbits that allow habitable terrestrial planets to form », The Astrophysical Journal Letters, vol. 643, no 2,‎ 1er juin 2006 (DOI 10.1086/505596, résumé, lire en ligne)
  5. Pour une masse jovienne, MJ= 1,8986×1027 kg.
  6. (en) « Liste des 305 exoplanètes sélectionnées » [html], sur NameExoWorlds (consulté le 14 décembre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]