43e division (armée impériale japonaise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 43e division.

43e division
第43師団
Création
Dissolution
Pays Drapeau de l'Empire du Japon Empire du Japon
Branche War flag of the Imperial Japanese Army.svg Armée impériale japonaise
Type Division d'infanterie
Garnison Nagoya
Surnom Division Honneur
Batailles Bataille de Saipan
Commandant Yoshitsugu Saitō
Kaya Tsunenori

La 43e division (第43師団, Dai-yon-jū-san shidan?) est une unité d'infanterie de l'armée impériale japonaise basée à Nagoya durant la Seconde Guerre mondiale. Son nom de code est Division Honneur (誉兵団, Homare-heidan?).

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle est créée le en tant que division triangulaire (en) en même temps que les 42e, 46e et 47e divisions. Elle est affectée le à la 27e armée. Le cœur de la formation est le quartier-général de la 3e division et de la 63e brigade d'infanterie indépendante. La 43e division est affectée à l'armée du district central dès sa création.

En avril 1944, la 43e division est affectée à la 31e armée et réorganisée en tant que division marine (mixte) avec des régiments d'artillerie et de génie absorbés par les régiments d'infanterie. De plus, Yoshitsugu Saitō est nommé commandant de la division à la place du prince Kaya Tsunenori.

La majeure partie de la 43e division part de Tateyama le et voyage sans problèmes jusqu'à Saipan qu'elle atteint le . Il s'agit du dernier transfert réussi (le 8e) du transport Pin (ja). Le 118e régiment part plus tard de Yokohama le avec le convoi 3530 (ja) et perd les deux tiers de son unité lors d'une attaque d'un sous-marin américain le avant d'arriver à Saipan le 9 juin.

Environ 9 000 hommes et 13 pièces d'artillerie de la 43e division se retranchent sur le mont Tapochau (en), et le reste se déploie dans la partie sud de l'île. Finalement, la division réussit à ajouter une ligne de tranchées aux défenses préexistantes avant l'arrivée de la flotte d'invasion américaine le .

La bataille de Saipan commence avec un débarquement américain le . Deux jours plus tard, à 2h30 du matin, la 43e division lance une grande contre-attaque avec le 9e régiment de chars de la 1re division blindée. Bien que la division réussisse à reprendre la colline Hinashita[1], les gains japonais sont radicalement inversés dans la matinée du lorsque les forces américaines re-capturent la colline Hinashita et un terrain d'aviation quasiment intact dans le sud de l'île. Le , la division est réduite à quatre bataillons d'infanterie et un demi-bataillon d'artillerie.

Le , comme les défenses du mont Tapochau sont rapidement détruites, le général Yoshitsugu Saitō envoie un message à Tokyo pour demander des renforts ou l'autorisation d'évacuer par avion. À ce stade, il estime que la résistance peut se poursuivre jusqu'au . Le 5 juillet, la position de la 43e division est suffisamment désespérée pour que Yoshitsugu Saitō ordonne de préparer une charge banzaï suicide qui a finalement lieu à l'aube le 7 juillet avec 3 000 hommes, dont la plupart sont déjà blessés. La 43e division est annihilée après cette charge, emportant avec elle 658 soldats américains.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • W. Victor Madej, Japanese Armed Forces Order of Battle 1939 - 1945. Volume I, Allentown, Game Marketing Company,
  • (en) Kengoro Tanaka, Operations of the Imperial Japanese Armed Forces in the Papua New Guinea Theater During World War II, Tokyo, Japan, Japan Papua New Guinea Goodwill Society, (OCLC 9206229)