3e régiment de tirailleurs tonkinois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le 3e Régiment de Tirailleurs Tonkinois (ou 3e RTT) est un régiment constitué sous la IIIe République. Il combattit notamment lors de la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle il disparut, anéanti par les forces japonaises.

3e Régiment de Tirailleurs Tonkinois
Période 28 Juillet 18852 Avril 1945
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment de Tirailleurs Tonkinois
Rôle Infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
Sontay 1883
Bac-Ninh 1884
Langson 1884
Tuyen-Quan 1885
Hoa-Moc 1885
Guerres Seconde Guerre mondiale

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1880 : Création de compagnies de tirailleurs tonkinois
  • 28 juillet 1885 : création du 3e Régiment de Tirailleurs Tonkinois, avec un encadrement du 4erégiment d'infanterie coloniale ;
  • 1er octobre 1929 : le 4e bataillon est détaché du régiment pour former le Bataillon de Montagnards Thôs
  • 2 avril 1945 : considéré comme dissous après l'attaque surprise des Japonais au Nord de l'Indochine, et la destruction du régiment.

Colonels/chef-de-brigade[modifier | modifier le code]

Octobre à novembre 1892 : colonel Joseph Galliéni[1]** . (*) Officier qui devint par la suite général de brigade. (**) Officier qui devint par la suite général de division.

Historique des garnisons, combats et batailles du 3e RTT[modifier | modifier le code]

De 1885 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • 1er septembre 1939 : garnison à Bắc Ninh, Lạng Sơn, Cao Bằng, et Sept Pagodes
  • 22-29 septembre 1940 : défense du secteur de Lạng Sơn contre l'Empire japonais
  • 1er décembre 1940-28 janvier 1941 : campagne contre la Thaïlande (au sein de la division Cochinchine)
  • 1942 : garnison à Ðáp Cầu, Lạng Sơn, Cao Bằng, et Kỳ Lừa
  • 1er mars 1945 : plusieurs compagnies occupent la ligne Mordant, à la frontière chinoise
  • 9 mars-13 mars 1945 : destruction d'une grande partie du 3e RTT par une attaque surprise des Japonais, dans le secteur de Lạng Sơn. Des éléments du 2e bataillon résistent au poste de Binhi jusqu'au 2 avril

Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[2]:

Devise[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire militaire de l’Indochine française, dir général Puypéroux, Hanoï-Haiphong, imprimerie d'Extrême-Orient, 1931, Exposition coloniale internationale de Paris de 1931, tome II, p46
  2. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007

Sur les autres projets Wikimedia :


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]