3e régiment de chasseurs à pied

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 3e régiment.

3e régiment de Chasseurs à Pied
Création 30 mars 1831
Dissolution 1 juillet 1994
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Allégeance Coats of arms of Belgium Military Forces.svg Armée belge
Branche Force terrestre
Type infanterie
Garnison Tournai
Couleurs jaune et vert
Marche Marche du 3e Régiment de Chasseurs à Pied
Guerres Première Guerre mondiale, Seconde Guerre mondiale
Commandant historique Louis Ruquoy

Le 3e régiment de chasseurs à pied (néerlandais : 3de regiment jagers te voet) était une unité d'infanterie de la force terrestre des forces armées belges.

Historique[modifier | modifier le code]

Il fut officiellement créé en 1831 sur arrêté du régent par le regroupement de plusieurs corps-francs (dont le 2e bataillon de Tirailleurs de l'Escaut et du bataillon de Tirailleurs de la Meuse) de révolutionnaires belges.

Au moment de la mobilisation de 1914, le régiment est caserné à Tournai.

En , le 3e régiment de chasseurs est dédoublé pour constituer un régiment de forteresse ainsi que le 6e régiment de chasseurs à pied avec lequel il constitue la 17e brigade mixte. Il obtient 4 citations durant la grande guerre et la fourragère aux couleurs de l'Ordre de Léopold.

Le régiment reprend ses quartiers à Tournai en 1920 jusqu'en 1939, attaché à la 5e division d'infanterie du 1er corps d'armée.

Lors de la mobilisation de , il est de nouveau dédoublé pour former les 6e, 9e et 12e régiments de chasseurs à pied. Il effectue la campagne de mai 1940 intégré à la 10e division d'infanterie. La Belgique capitule le , le régiment est de facto dissous.

Le , le 3e bataillon de la 5e brigade d'infanterie est créé et hérite du nom et des traditions du régiment. Le bataillon est rapidement dissous comme unité d'active le . Il continue d'exister comme bataillon de réserve et est attaché à la 8e brigade d'infanterie.

Le , le régiment est reformé à Verviers et est intégré à la 12e brigade d'infanterie. Il est supprimé de nouveau le sauf son 1er bataillon qui passe à la réserve et effectue des rappels en 1957, 1959 et 1960.

Le , le bataillon devient, comme unité de réserve, officiellement le 3e bataillon de chasseurs à pied et est attaché à la 12e brigade d'infanterie. Après deux rappels, il est dissous le et reformé le 1er octobre de la même année au sein de la 12e brigade d'infanterie motorisée.

Il est définitivement supprimé en 1994.

Le , ses traditions et son drapeau sont transférés au camp de Marche qui devient le 3e régiment de chasseurs à pied - Camp de Marche jusqu'au ou le camp est renommé en Camp de Marche mais conserve le drapeau et les traditions.

Étendard[modifier | modifier le code]

Un premier étendard fut remis par le roi Léopold II le à Laeken en même temps que celui du 1er régiment de chasseurs. Auparavant, le drapeau régimentaire était constitué de l'emblème des corps francs. Le , il est brûlé à Handzame pour éviter d'être pris par l'ennemi. Une réplique de l'étendard est confectionnée et remise le au nouvellement créé 3e bataillon de chasseurs à pied. Le , à la suite de la dissolution du bataillon, il est déposé au Musée Royal de l'Armée. Il ne ressort que durant les périodes de rappel. Le , le camp de Marche reçoit le drapeau du 3e chasseurs.

Il porte les inscriptions suivantes :

  • Yser
  • Moorslede
  • Anvers
  • Beerst-Bloote

Il porte également la fourragère aux couleurs de l'Ordre de Léopold.

Marche[modifier | modifier le code]

Elle est écrite vers 1900 par Valéry Bury, inspecteur de la musique militaire de 1927 à 1932. Elle s'inspire largement de l'opéra Der Freischütz et notamment le Chœur des chasseurs. Au sein de l'armée belge, seules les marches du 1er régiment de chasseurs à pied et du 2e régiment de grenadiers empruntent également des thèmes à l'opéra.

Liens externes[modifier | modifier le code]