3e division blindée (Wehrmacht)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis 3e Panzerdivision)
Aller à : navigation, rechercher
3e division blindée (Wehrmacht)
3. Panzer-Division
Création
Dissolution
Pays Flag of the German Reich (1935–1945).svg Allemagne
Branche Wehrmacht
Type Panzer Division
Fait partie de District militaire (Wehrkreis) III
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles

La 3e division blindée (en allemand : 3. Panzer-Division), également appelée 3e Panzerdivision dans des textes historiques en français, est une division blindée de la Wehrmacht Heer, créée le [1] ; elle a participé à toute la Seconde Guerre mondiale.

Emblèmes divisionnaires[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un Panzer IV de la 3e division blindée en Russie.

La 3e Panzerdivision est formée sur le camp de Wundsdorf près de Berlin le , comme la 1re et la 2e Panzerdivision. Elle est surnommée la « Division de l'Ours », emblème présent sur ses véhicules et c’est également l'emblème de la ville de Berlin.

En , la division prend part à l'annexion d’une partie de la Tchécoslovaquie, puis en à l'invasion de la Pologne en étant rattachée au XIX. Armeekorps du général Heinz Guderian. Elle franchit la Pologne jusqu'à Brest-Litovsk où elle prend contact avec le XXII. Panzerkorps et encercle l'armée polonaise.

Au cours de la Bataille de la France de la division est rattachée au XVI. Panzerkorps du Général Erich Hoepner, elle-même faisant partie du groupe d'armées B de Fedor von Bock de la VIe armée sous le commandement de Walter von Reichenau. Son objectif est d'attirer les forces franco-anglaises hors de France vers les Pays-Bas pour laisser le champ libre aux autres divisions blindées engagées. Elle combat au sud de Bruxelles (Gembloux) où elle est engagée contre la 3e division mécanisée française. Au moment de l'armistice, elle est aux portes de Paris.

De retour en Allemagne, elle est rééquipée et restructurée en perdant la « Panzer-Regiment 5 » au profil de la V. Leichte Division de la nouvelle unité Afrikakorps.

À la veille de l'opération Barbarossa (l'invasion allemande de l'Union soviétique), la 3e Panzerdivision avait une force totale de 215 blindés :

Le , affectée au groupe d'armées Centre, elle participe aux combats de Barbarossa. Elle prend part à la bataille de Minsk et franchit le Dniepr. Elle participe à l'encerclement de l'armée soviétique pendant la première bataille de Kiev. Elle participe à la bataille de Moscou puis subit la contre-offenvive russe pendant l'hiver 1941-1942 et doit colmater les brèches du dispositif allemand.

En , la division est transférée à la VIe armée allemande et défend Kharkov contre une attaque russe (seconde bataille de Kharkov, ). En , elle fait partie du dispositif de l'offensive d'été de l'opération Fall Blau au sein du XL. Panzerkorps. Initialement rattachée à la VIe armée elle tente d'encercler les forces russes dans la région de Millerovo, elle est ensuite rattachée au groupe d'armées A et prend la route vers les champs pétrolifères du Caucase, où elle subit de lourdes pertes à Mozdok.

En , elle bat en retraite à travers le Kouban et la mer d'Azov gelée, puis prend part aux combats sur le Donetz avec le III. Panzerkorps. Restructurée, la 3e Panzerdivision participe à la bataille de Koursk, au sein du XLVIII. Panzerkorps du groupe d'armées Sud, aux côtés de la 11e Panzerdivision, la 167e division d'infanterie et de la Panzergrenadier Division Grossdeutschland. Lors de la bataille, la 3e Panzerdivision est utilisée pour réaliser la percée initiale et inflige de lourds dommages aux forces soviétiques. Elle est ensuite utilisée pour protéger les flancs de la XLVIII Panzer-Korps. Après la contre-attaque soviétique, dans lequel la 3e Panzerdivision tente en vain de défendre Kharkov où elle est durement éprouvée, elle se retire car les forces allemandes sont repoussées vers l'ouest.

Commence la retraite de la Wehrmacht tout au long de l'année 1944 à travers l'Ukraine ; la division combat à Tcherkassy, puis est transférée dans le groupe d'armées Südukraine pour participer à des combats défensifs dans le secteur de Baranov et de Kischinev. Elle finit l'année en poursuivant sa retraite à travers la Pologne avec le XXIII. Panzerkorps.

En , elle se retrouve en Hongrie où elle combat pendant l'opération Frühlingserwachen, puis se retire sur l'Autriche où elle se rend aux forces américaines à Steyr en .

Commandants[modifier | modifier le code]

Début Fin Grade Nom
Generalleutnant Ernst Fessmann
Generalleutnant Leo Geyr von Schweppenburg
Generalmajor Horst Stumpff
Generalmajor Friedrich Kuhn
Generalmajor Horst Stumpff
Generalleutnant Walter Model
Generalmajor Hermann Breith
Generalmajor Franz Westhoven
Generalmajor Fritz Bayerlein
Oberst Rudolf Lang
Generalleutnant Dipl.Ing. Wilhelm Philipps
Oberst, puis Generalmajor Wilhelm Söth
Oberst Volkmar Schöne

Ordres de bataille[modifier | modifier le code]

Composition en octobre 1935[modifier | modifier le code]

  • Schützen-Brigade 3 « Eberswalde »
    • Schützen-Regiment 3
  • Panzer-Brigade 3 « Berlin »
    • Panzer-Regiment 5 « Wundorf »
    • Panzer-Regiment 6 « Neuruppin »
  • Kradschutzen-Bataillon 3
  • Panzerjäger-Abwehr 39
  • Pionier-Abteilung 39
  • Artillerie-Regiment 75
  • Naschr-Abteilung 39
  • Versorgungsdienste 83

Composition en janvier 1939[modifier | modifier le code]

  • Schützen-Brigade 3 « Eberswalde »
    • Schützen-Regiment 3
  • Panzer-Brigade 3 « Berlin »
    • Panzer-Regiment 5 « Wundorf »
    • Panzer-Regiment 6 « Neuruppin »
  • Kradschutzen-Bataillon 3
  • Panzerjäger-Abwehr 39
  • Pionier-Abteilung 39
  • Artillerie-Regiment 75
    • Artillerie-Abteilung I
    • Artillerie-Abteilung II
  • Naschr-Abteilung 39
  • Versorgungsdienste 83

Composition en août 1943[modifier | modifier le code]

  • Panzer-Grenadier-Regiment 3
  • Panzer-Grenadier-Regiment 394
  • Panzer-Regiment 6
  • Panzer-Aufklarung Abteilung 3
  • Panzerjäger-Abwehr 543
  • Pionier-Abteilung 39
  • Artillerie-Regiment 75
    • Artillerie-Abteilung 3
    • Artillerie-Abteilung 714
  • Flak-Regiment 314
  • Naschr-Abteilung 39
  • Feldersatz-Abteilung 75
  • Versorgungsdienste 83

Théâtres d'opérations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Panzertruppen: Les Troupes Blindées Allemandes 1935-1945 de Francois De Lannoy et Josef Charita, Editions Heimdal, (ISBN 978-2-84048-151-5)
  • Les divisions blindées de la Wehrmacht 1939-45 : Le guide d'identification des blindés de Jorge Rosado et Chris Bishop, Editions de Lodi, (ISBN 978-2-84690-287-8)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Panzerbefehlswagen » : engin blindé de commandement, généralement de type SdKfz 250 ou SdKfz 251.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tessin, Georg. Verbände und Truppen der deutschen Wehrmacht und der Waffen-SS im Zweiten Weltkrieg 1939-1945. t. 2, p. 173.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]