111e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

111e régiment d'infanterie
Création 1795
Dissolution 1916
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type régiment d'infanterie
Rôle infanterie
Devise À moi, soldats du 111e
Inscriptions
sur l’emblème
Austerlitz 1805
Auertaedt 1806
Friedland 1807
Wagram 1809
Moskowa 1812
Extrême-Orient 1884-1885
La Marne 1914
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Campagne de Russie
Première Guerre mondiale
Décorations Le 111e régiment d'infanterie n'a reçu aucune distinctions ou décorations.
insigne de béret d'infanterie

Le 111e régiment d'infanterie (111e RI), est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir du régiment colonial de l'Île de Bourbon un régiment français d'Ancien Régime.

Le drapeau, en 1905, porte cette devise : « Honneur Patrie ».

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1745 : Création du Régiment des volontaires royaux
  • 1768 : Renommé « Légion Royale »
  • 1776 : Renommé « 3e légion de volontaires étrangers de la marine »
  • 1793 : Renommé « 111e régiment d'infanterie »
  • 1794 : Renommé « 111e demi-brigade de bataille »
  • 1802 : Renommé « 111e demi-brigade de ligne »
  • 1803 : Renommé « 111e régiment d'infanterie de ligne »
  • 1815 : Dissolution
  • 1870 : Recréation
  • 1882 : Renommé « 111e régiment d'infanterie »
  • 1914 : À la mobilisation il donne naissance au 311e régiment d'infanterie
  • avril 1916 : Le régiment est renforcé par des hommes provenant du 402e régiment d'infanterie qui vient d'être dissout.
  • juin 1916 : Dissolution : une partie de ses hommes formera le 3e bataillon du 216e régiment d'infanterie

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Grandes unités d'appartenance[modifier | modifier le code]

Historique des garnisons, combats et batailles du 111e RI de ligne[modifier | modifier le code]

Guerre d'indépendance des États-Unis sous l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

La 3e légion de volontaires étrangers de la marine figure sur la liste des régiments français de la guerre d'indépendance américaine du Comité d'Histoire de la Société des Cincinnati :

Des 300 cavaliers, 225 fantassins, et 75 artilleurs de la 3e légion de volontaires étrangers de la marine, les 2/3 sont morts de 1782 à 1783, sur terre et sur mer, pendant les campagnes aux Indes orientales du bailli de Suffren.

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]

  • 1805 :
2 décembre : Bataille d'Austerlitz
  • 1806 :
Bataille d'Auerstaedt
  • 1807 :
8 février : Bataille d'Eylau
Bataille de Friedland
  • 1809 :
Bataille de Wagram
Bataille de la Moskova
16-19 octobre : Bataille de Leipzig
Colonels tués ou blessés en commandant le régiment pendant cette période 

Officiers blessés ou tués en servant au 111e entre 1808 et 1814 :

  • Officiers tués :
  • Officiers morts de leurs blessures :
  • Officiers blessés :

De 1815 à 1848[modifier | modifier le code]

Lt Boutaire officier du 111e en Indochine par Maurice Mahut.

Deuxième République[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Rattachements : 57e Brigade d'Infanterie, 15e corps d'Armée, 3e armée.

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

Le 21 février 1916, lorsque les Allemands déclenchent la bataille de Verdun en rive droite de la Meuse, le 111e RI - qui fait partie avec le 258e RI d'Avignon de la 57e brigade de la 29e division de la 3e Armée du général Humbert - est en 1re ligne dans le bois de Malancourt entre Avocourt et Malancourt. Le général Pétain - chef de la 2e Armée - est alors chargé par Joffre du commandement de la région fortifiée de Verdun (RFV). Les 26-27 février, Pétain organise en rive gauche de la Meuse, un « secteur ouest de Verdun » commandé par le « Groupement Ouest du général de Bazelaire » qui a sous ses ordres deux sous-secteurs : « gauche » avec le général Alby et « droit » avec le général Aimé. C'est ainsi que le 111e Ri est intégré avec sa 29e division (commandée par le général de Salins) en 1re Position du Groupe du général Alby. N'ayant pas réussi à s'emparer de Verdun par la rive est, les Allemands attaquent en rive ouest de la Meuse à partir du 6 mars mais dans le sous-secteur de droite à Forges. N'ayant pas réussi à s'emparer de la cote 295 (Mort-Homme), ils décident - le 20 mars - d'attaquer par le bois de Malancourt pour s'emparer ensuite du plateau stratégique limitrophe de la cote 304.

20 mars : la tragédie du bois de Malancourt. À l'aube, la situation dans le bois de Malancourt avant l'attaque allemande est la suivante : les 3/4 ouest de la 1re ligne longue de 2 000 mètres sont défendus par les 1 200 hommes (au maximum) de six des 12 compagnies du 111e régiment. Le 1/4 restant de la 1re ligne (soit 500 mètres) étant défendu par les 400 hommes (au maximum) de deux compagnies du 258e RI d'Avignon. Et les 1 800 mètres de la 2e ligne sont alors défendus par 1 000 hommes seulement : les 600 de trois compagnies du 106e RIT (Territoriaux âgés) avec leur section de mitrailleurs et les 400 de deux compagnies du 258e RI d'Avignon. Soit en tout, pour la défense du bois de Malancourt, 2 600 hommes (au maximum) très inégalement répartis. Le secteur du 111e RI est proportionnellement en sous effectif de moitié et ne comporte aucun ouvrage défensif. Le petit secteur du 258e RI est bien mieux pourvu avec en plus deux ouvrages défensifs en bordure du bois. Et dans le bois, les 1re et 2e lignes ne comportent aucun ouvrage défensif digne de ce nom. Ces faiblesses d'organisation dans la défense du bois vont être magistralement exploitées par le commandement allemand.

Après un terrible bombardement matinal, l'ennemi va réussir son assaut par infiltration avec fumigènes, lance flammes et les milliers d'hommes des 3e, 10e et 22e régiments d'infanterie bavarois et du 120e régiment d'infanterie territoriale de Wurtemberg qui s'emparent de tout le bois de Malancourt en un temps record[2]. Le magistral stratagème de l'ennemi a réussi. Quasiment tous les hommes présents dans le bois sont mis hors de combat y compris le général de la 57e brigade et les chefs des 111e et 258e RI : un grand nombre tués et les autres, blessés ou pas, faits prisonniers. Et notamment les 1 200 défenseurs du 111e RI : de son chef (avec son PC et donc son JMO et son drapeau) aux commandants de bataillon, officiers subalternes, sous-officiers et soldats. Logiquement, la 3e compagnie du 111e assurant la défense du centre défensif des Rieux - à découvert en bordure N.O. du bois - n'a pas été attaquée. Et, affaiblies par leurs quelque 200 hommes mis hors de combat lors de la contre-attaque victorieuse du détachement Spiesz le 11 mars (reprenant à l'ennemi le boyau stratégique de liaison entre béthincourt et la Cote 295 Mort-Homme), les quatre compagnies du bataillon du 111e RI au repos à Esnes seront envoyées d'urgence en soirée pour attaquer (avec des pertes non précisées) puis sécuriser - en relation avec le centre défensif des Rieux (3e Compagnie du 111e) - la bordure N.O. du bois et ainsi empêcher dans leur secteur les Allemands d'en sortir. Ils seront rejoints en pleine nuit par un bataillon du 105e RI (de la 26e Division en 2e position) avec qui ils formeront le groupement Verdet. Le 20 mars, six des 12 compagnies du 111e RI n'ont donc pas été mises hors de combat même si elles devront continuer à affronter les assauts allemands dans les jours qui suivront avant qu'elles ne soient relevées[3].

À Verdun - entre ennemis - la guerre psychologique est telle que la propagande allemande - pour humilier les Français et vanter le courage et la supériorité des leurs - va claironner que « 2 900 Français non blessés se sont rendus sans combattre ». Sans mentionner le total des pertes françaises (tués, blessés, disparus), le général de la 29e division reprend à son compte textuellement[4] l'assertion infamante de la propagande ennemie pour accuser les hommes (officiers compris) de ses 13 compagnies de trahison collective : « les prisonniers non blessés devant à la fin de la guerre être traduits en Conseil de guerre ». Cette thèse accusatoire - bien que démentie par Philippe Pétain en 1929 - sera reprise par beaucoup d'historiens comme Pierre Miquel[5] contrairement aux autres comme André Payan-Passeron qui en 2017 - à la fin de sa démonstration scientifique de 37 pages (avec tableau et cartes de sa main) - précise page 129 cartographie à l'appui que « le commandement français a bel et bien sacrifié les soldats de la 1re Position pour arrêter l'ennemi sur sa 2e Position de défense d'Esnes à Chattancourt et Marre[3] ».

Du 20 mars au 15 juillet 1916 : la fin du 111e RI avec, fin mars, son détachement de la 29e Division puis, début avril, sa reconstitution en 3 bataillons (aux dépens du 402e RI dissous) et, trois mois plus tard, le 26 juin, sa suppression (en même temps que deux autres régiments : les 238e et 292e) suivie de son démembrement du 1er au 15 juillet qui ne relève pas d'une sanction.

Le 20 mars 1916, la magistrale et surpuissante offensive allemande sur le bois de Malancourt a donc mis « hors de combat » les quelque 1 200 hommes (au maximum) de six des 12 compagnies du 111e RI. Soit quelque 1 200 hommes tous « disparus » c'est-à-dire tués ou faits prisonniers (blessés ou non) avec le colonel commandant le 111e RI et son état-major (PC du 111e), ses commandants de bataillons, ses officiers subalternes (capitaines, lieutenants et sous-lieutenants), ses sous-officiers (sergents) et ses soldats. En ce qui concerne les six autres compagnies du 111e RI, la no 3 défendait le centre des Rieux non attaqué. Les no 5-6-7-8 du bataillon ayant fait partie du détachement Spiez ont eu quelque 200 mis hors de combat lors de la contre-attaque du 11 mars pour reprendre le boyau entre Béthincourt et la cote 295 (Mort-Homme). Deux cents auxquels s'ajoutent ceux de leur contre-attaque du 20 mars pour porter secours à leurs camarades du bois de Malancourt. Sur les quelque 2 400 hommes valides (au grand maximum) du 111e à la date du 10 mars, il ne doit plus rester que quelque 800 hommes valides (au grand maximum) vers le 23-24 mars lors de leur relève. En une dizaine de jours, le 111e RI a donc perdu près des 2/3 de ses effectifs. Pour ce régiment, il s'agit d'une véritable hécatombe : le 111e RI du 10 mars est quasiment décimé car réduit à un seul petit bataillon[6].

Les pertes des 111e et 258e RI (57e Brigade) sont telles que le 28 mars 1916 le GQG de Joffre les retire de la 29e Division et les remplace par les 165e et 351e RI[7]. La composition de la 29e Division est ainsi modifiée : les 141e et 165e RI forment la 57e Brigade et les 3e et 351e RI forment la 58e Brigade.

Après les très graves accusations (injustifiées[3]) portées contre lui, quel sort va être réservé au 111e RI et à ses 800 hommes encore valides ? Deux possibilités s'offrent au GQG de Joffre. La première est de sanctionner le 111e RI et de le dissoudre en intégrant ses quelque 800 hommes encore valides dans d'autres régiments en sous-effectif. La seconde est de recréer un 111e RI sur la base de trois bataillons de près de 800 hommes chacun (au lieu de 1 000 normalement) en lui intégrant un nouveau colonel (et son état-major), deux nouveaux commandants de bataillon et au moins 1 600 hommes prélevés sur les réserves (ou sur d'autres unités) avec leurs officiers subalternes et leurs sous-officiers.

C'est la seconde solution que le commandement français va mettre en œuvre. C'est ainsi que le 5 avril 1916, le 111e RI d'Antibes est réorganisé[8] avec le renfort des hommes du 402e régiment d'infanterie[9] dissous[10] par décision du GQG de Joffre mise en œuvre par le général Dubail commandant alors le Groupement des armées de l'est (GAE). Sous le commandement provisoire du commandant Denis, le nouveau 111e RI d'Antibes est ainsi réorganisé sur la base de 3 bataillons cantonnés à 17-20 km au sud-est de Belfort.

Le 20 avril 1916, le lieutenant-colonel Blanc[11] prend le commandement du 111e RI. Le 6 juin 1916, les 3 bataillons du 111e RI sont positionnés dans trois communes limitrophes (Ballersdorf, Mertzen et Fulleren[11]) situées à 20 km à l'est de Belfort. Le « 18 juin, une relève générale des troupes est effectuée pour permettre au 111e RI de retourner à l'instruction à l'arrière (région de Reppe-Vauthiémont-Menoncourt) » à 10-12 km au nord-est de Belfort. Ensuite, le 111e relève - au CR de Largitzen[12] (à 32 km au sud-est de Belfort) - les 102e et 116e BCP avec 2 bataillons en 1re ligne et 1 bataillon en soutien.

Le 26 juin intervient la décision no 19.319[13] du GQG de Joffre qui concerne en II la réorganisation du 321e RI en 3 bataillons et son affectation au 34e Corps d'armée « en lieu et place du 111e Régiment ». En III la suppression de trois régiments - les 111e, 238e et 292e - dont les drapeaux seront envoyés aux dépôts. Et en IV « le personnel du 111e sera réparti également entre les 216e, 298e, 305e et 321e RI ». Cette décision concernant la reconstitution du 321e RI - qui n'a rien d'exceptionnel - se fait donc aux dépens du 111e RI qui est supprimé et, dans une moindre mesure, du 292e. En effet, le 292e RI va seulement passer son 5e bataillon au 321e alors que le 111e va être progressivement démembré entre le 1er et le 15 juillet.

Le « 1er juillet, par ordre particulier no 51, le 321e relève au CR de Largitzen le 111e dissous[14]. Le personnel et ses éléments dispersés dans divers régiments; notamment 600 hommes qui resteront au 321e... qui aura désormais 4 bataillons. La relève s'effectue du 1er au 15 juillet[15]. »

Le 111e RI est certes rattaché à la caserne Gazan d'Antibes mais son recrutement s'est opéré d'abord dans les départements des Alpes-Maritimes et du Var. Très rapidement, compte tenu de ses pertes en Lorraine puis à Verdun notamment, sa composition d'origine va s'étioler au profit de recrutements extérieurs à la XVe Région militaire. Si le GQG avait eu l'intention de sanctionner le 111e - réduit à un seul bataillon à la suite de ses pertes au bois de Malancourt - il l'aurait fait à ce moment là comme il l'a fait pour le 258e RI[16] de sa 57e Brigade. Non seulement, il ne l'a pas fait mais il l'a alors reconstitué à 3 bataillons aux dépens du 402e RI à 3 bataillons qui lui est dissous[17] (402e créé en 1915 dans le département de l'Ain). La décision prise plus de trois mois plus tard par le GQG de Joffre ne relève donc pas d'une sanction mais d'une pratique habituelle concernant ces unités décimées ou reconstituées et utilisées pour en reconstituer ou compléter d'autres.

Avant que les raisons de cette réorganisation du 111e puis - trois mois plus tard - de son démembrement ne soient éclaircies par le chercheur André Payan-Passeron[18], un petit groupe de passionnés avait tenté de réhabiliter l'honneur du 111e ainsi que celle du 15e corps d'armée[19],[20],[21] auquel le 111e RI appartenait en août 1914.

La réhabilitation du 111e RI d'Antibes[modifier | modifier le code]

Malgré le démenti apporté par le général Pétain en 1929, l'assertion infamante de la propagande ennemie (prise alors en compte par le général de la 29e Division) a été reprise jusqu'en 2017 par la plupart des historiens et commentateurs. Cependant un petit groupe de passionnés avait tenté de réhabiliter l'honneur du 111e ainsi que celle du 15e corps d'armée[19],[20],[21] auquel le 111e RI appartenait en août 1914.

Et c'est ainsi qu'après l'historien Maurice Mistre [22], le chercheur en sciences sociales André Payan-Passeron (auteur de Quelques vérités sur la guerre de 1914-18 édité par L'Harmattan) est lui aussi intervenu pour réhabiliter le 111e RI notamment dans deux articles de Nice-Matin [23] puis dans une allocution officielle[24] le 27 octobre 2017 à la caserne du 111e RI (la caserne Gazan d'Antibes) et enfin le 20 novembre 2017 à la radio RCF [25].

Campagnes[modifier | modifier le code]

Côtes 1793. Belgique 1794 et 1815. Allemagne 1795, 1805-1809, 1813. guerre franco-allemande de 1870 1870-1871. Tunisie 1881. Extrême-Orient 1884-1886. Grande Guerre 1914-1916

Devise et uniformes[modifier | modifier le code]

  • Devise : « À moi, soldats du 111e ! » Sergent Combet, 1805
  • Fête : 14 octobre (1806 : Auerstaedt)
  • Refrain : « Le 111e ne connaît pas la peur. Il a de bonnes jambes et surtout très bon cœur. »

Uniformes d'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Uniformes sous la Révolution et le Premier Empire[modifier | modifier le code]


Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[26] :

drapeau du 111e régiment d'infanterie de ligne

Décorations du régiment[modifier | modifier le code]

Le 111e régiment d'infanterie n'a reçu aucune distinctions ou décorations.

Personnages célèbres ayant servi au 111e RI[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seigneur de Raillicourt et de Barbaise.
  2. Philippe Pétain, La bataille de Verdun, Éditions Payot, Paris, 1929, 156 pages, réédité par les Éditions Perrin, Paris, 2015, 182 pages, (ISBN 978-2-262-06405-1). Page 69 : « L'ennemi... enlevait, du 20 au 22 mars, nos points d'appui... du bois de Malancourt [...]. Il devait ce premier succès réel sur la rive gauche à la brillante conduite de la 11e division bavaroise, unité d'élite, dont l'irruption soudaine avait surpris nos troupes. »
  3. a b et c André Payan-Passeron, pages 92 à 129 et 284 à 290, Quelques vérités sur la guerre de 1914-18 avec 85 cartes et plans explicatifs de l'auteur, éditions L'Harmattan, Paris, 2017, 298 pages, (ISBN 978-2-343-12515-2)
  4. Ordre du 27 mars 1916 du général de Salins (29e Division) dans le JMO 26N693/6 en date du 30 mars du 141e RI de Marseille (58e Brigade de la 29e Division)
  5. Pierre Miquel, pages 139 à 141 de Mourir à Verdun, Tallandier, 2011, 317 pages, (ISBN 978-2-84734-839-2)
  6. JMO 26N545/5 de la 214e Brigade d'infanterie. En date du 3 avril : « Ordre de fusionner sous le no 111 les restes du 402e RI et ceux du 111e RI (Antibes) qui a perdu 2 bataillons sous Verdun (bois de Malancourt). Arrivée du 111e. »
  7. Ordre no 18.750 du GQG en date du 28 mars 1916 reproduit en date du 1er avril 1916 page 93 du JMO 26N512/3 de la 58e Brigadde de la 29e Division
  8. JMO 26N545/5 de la 214e Brigade. En date du 5 avril : « Fusion du 111e et du 402e RI sous le commandement (provisoire) du commandant Denis du 402e. » Les trois bataillons du 111e Ri ainsi reconstitués sont cantonnés à 17-20 km au sud-est de Belfort : « 1er Bataillon (commandant Denis) à Romagny, 2e Bataillon (commandant Camaners) à Suarce et 3e Bataillon (commandant Berrieu) à Chavannes. »
  9. JMO 26N766/5 page 12 : fin mars 1916, le 402e RI dissous détache de son 1er Bataillon 277 hommes au 164e RI et de son 2e Bataillon 387 hommes au 165e RI. Le reste (?) sera ultérieurement « fusionné » avec le 111e RI. À savoir, l'état-major du 402e RI, sa CHR et les effectifs ainsi réduits de ses 3 bataillons qui vont d'abord cantonner début avril dans 3 communes limitrophes situées à 17-20 km au sud-est de Belfort : Chavannes, Romagny et Suarce
  10. Pages 12 et 13 du JMO 26N766/5 du 402e RI : page 12 « fin mars 1916, le Général chef du Groupement des Armées de l'Est dissout le 402e RI » et page 13 « Le 5 avril à minuit, le 402e RI cesse d'exister, ce régiment étant fusionné avec le 111e RI (Antibes) »
  11. a et b JMO 26N545/5 de la 214e Brigade d'infanterie
  12. Largitzen situé sur le front alsacien à 32 km au sud-est de Belfort
  13. JMO 26N382/1 de la 63e Division en date du 28 juin 1916 qui inclut la copie intégrale de ladite décision no 19.319 signée par Joffre : « II - Le 321e RI sera formé à 3 bataillons et affecté au 34e Corps d'Armée au lieu et place du 111e Régiment »
  14. JMO 26N749/11 du 321e RI en date du 1er juillet 1916
  15. JMO 26N749/11 du 321e RI. le 3 juillet, le 111e fournit 200 hommes et gradés au 321e qui, par ailleurs, effectue une journée de reconnaissance du secteur occupé par le 111e dans le centre de résistance de Largitzen. Dans la nuit du 5 juillet, le 5e bataillon du 321e relève le 1er bataillon du 111e qui lui fournit 239 hommes et gradés (45 à sa CHR, 70 à sa CM et 124 à don dépôt divisionnaire. Le 7 juillet, par ordre du 34e CA, un officier passe du 111e au 321e et 6 officiers du 321e rejoignent le 111e positionné sur le territoire de la commune de Bretagne (Territoire de Belfort). « Le 12 juillet, par ordre du 34e CA, 157 hommes et gradés venus du 111e retournent à ce régiment. Ils sont dirigés sur Bretagne. » À partir de cette date, ledit JMO ne mentionne plus le 111e RI. Recherches effectuées les 14 et 15 octobre 2017 par André Payan-Passeron auteur de « Quelques vérités sur la guerre de 1914-18 » publié par L'Harmattan
  16. JMO 26N730/5 du 258e RI du 1er janvier 1916 au 3 avril 1916 veille de sa dissolution par le GQG de Joffre
  17. JMO 26N766/5 du 402e RI pages 12 et 13 : « fin mars 1916, le Général chef du Groupement des Armées de l'Est dissout le 402e RI » et « le 5 avril à minuit, le 402e RI cesse d'exister »
  18. Pages 102 à 121 de Quelques vérités sur la guerre de 1914-18 publié par les éditions L'Harmattan en juillet 2017, (ISBN 978-2-343-12515-2)
  19. a et b André Payan-Passeron, pages 31 à 77, Quelques vérités sur la guerre de 1914-18 avec 85 cartes et plans explicatifs de l'auteur, éditions L'Harmattan, Paris, 2017, 298 pages, (ISBN 978-2-343-12515-2)
  20. a et b Maurice Mistre, La légende noire du 15e Corps, C'est-à-dre Éditions, Forcalquier, 2009, 239 pages, (ISBN 978295275647-1)
  21. a et b Jean-Yves Le Naour, La légende noire des soldats du Midi, Vendémiaire, 2013, 192 pages, (ISBN 978-2-36358-075-7)
  22. 20 mars 1916 - 111e RI au bois de Malancourt [1]
  23. https://www.pressreader.com/france/nice-matin-antibes-juan-les-pins/20171007/281547996103506
  24. http://boisdemalancourt.monsite-orange.fr/
  25. https://rcf.fr/culture/livres/emission-du-22-novembre-avec-andre-payan-et-paule-lapeyre
  26. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Il 111e di linea dal 1800 al 1814 - Eugenio De Rossi
  • Le 111e de ligne en Russie - Alain Pigeard, Tradition Magazine no 208, Febbraio 2005
  • Napoleon's Regiments - Digby Smith, Greenhill Books 2000
  • 111e de Ligne, site italien
  • Henri Guichard, La Grande Guerre du Soldat Guichard : Itinéraire peu commun d'un poilu. Carnets de route 1916-1919, Presses de Valmy
  • Historique du 111e régiment d'infanterie depuis le 2 août 1914 jusqu'au 1 juillet 1916, Antibes, Impr. de Fugairon, , 20 p., disponible sur Gallica.
  • André Payan-Passeron, Quelques vérités sur la guerre de 1914-18 visible sur la page du site Books Google [2], avec 85 cartes et plans explicatifs de l'auteur, éditions L'Harmattan, Paris, 2017, 298 pages, (ISBN 978-2-343-12515-2).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • [3] « Pour la réhabilitation du 111e RI d'Antibes », allocution prononcée le 27 octobre 2017 par André Payan-Passeron à la caserne Gazan d'Antibes
  • Le drapeau du 111e