31 février

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre tombale dans le cimetière de l’église de la Vieille Mission à Upper Sandusky, Ohio (États-Unis)

Le 31 février est une date imaginaire du calendrier (à rapprocher des expressions familières voire populaires : « (tous) le(s) 36 du mois », les calendes grecques, la saint-Glinglin voire la semaine des quat' (quatre) jeudis), fausse date présente à ce titre dans plusieurs (sciences-) fictions souvent nimbées de fantastique et/ou de "mystère(s)" sinon d'humour.

Exemples[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Le 31 février, de Julian Symons (éditions "Plon", coll° "Nuit Blanche", n°11, année 1950, roman traduit de l'anglais The 31st of February par Henriette de Sarbois).
  • Le 32 juillet, par Kurt Steiner (édit° "Fleuve noir", coll. "Anticipation, n°146, année 1959) et ses dates plus ou moins à l'image du 31 février.
  • Un certain 31 février et autres nouvelles singulières, de Henri Maisongrande (éd° "Charles Corlet", coll. "Runes", 1994 (ISBN 2-85480-600-X)).
  • XXe ciel.com, œuvre graphique (bande dessinée) d'Yslaire en quatre tomes et une introduction dans lesquels ce quantième imaginé pour février (des années 1917, 1942, 1989 -date de publication du dernier numéro de la revue tout aussi imaginaire "Le XXè Ciel"-, 1997, 1998 et 1999 du XXè siècle) fait partie de plusieurs dates de 31 fictives (les 31 avril, 31 juin, 31 septembre, 31 novembre), contribuant ainsi à son étrangeté historico-fantastico-psychanalytique.

Télévision voire cinéma[modifier | modifier le code]

  • The Thirty-First of February (Le trente-et-un février), quinzième épisode de la série The Alfred Hitchcock Hour (série télévisée, 1962-1965).

Radio en ligne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « February 31 » (voir la liste des auteurs).