300 : La Naissance d'un empire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 300 (homonymie).
Page d'aide sur les redirections Pour le western d'Allan Dwann sorti en 1929, voir La Naissance d'un empire.
300 : La Naissance d'un empire
Titre original 300: Rise of an Empire
Réalisation Noam Murro
Scénario Kurt Johnstad
Zack Snyder
Acteurs principaux
Sociétés de production Atmosphere Entertainment MM
Cruel & Unusual Films
Hollywood Gang Productions
Legendary Pictures
Warner Bros. Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Péplum
Durée 102 minutes
Sortie 2014

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

300 : La Naissance d'un empire (300: Rise of an Empire) est un péplum américain de Noam Murro, sorti au cinéma le . Il s'agit à la fois d'une préquelle et d'une suite de 300, l'action se passant à la fois avant, pendant et après la bataille des Thermopyles.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 490 avant J.-C., au cours de la bataille de Marathon, le roi perse Darius Ier est mortellement blessé par le général athénien Thémistocle sous les yeux de son fils Xerxès. De retour en Perse, le commandant de sa flotte la reine Artémise Ire le convainc de se venger des Grecs et en fait un dieu-roi. Dix ans plus tard, il envahit la Grèce. Alors que Léonidas et ses 300 Spartiates arrêtent Xerxès aux Thermopyles, les Athéniens, Thémistocle à leur tête, combattent sur mer au cap Artémision. Quelques jours plus tard les flottes s'affrontent lors de la grande bataille de Salamine qui se déroule peu avant celle de Platées. Les Grecs gagnent la bataille.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

• Classification : interdiction aux moins de 12 ans avec avertissement lors de sa sortie en salles en france

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légendes : version française (VF) selon le carton de doublage et sur RS Doublage[1] version québécoise (VQ) sur Doublage Québec[2]

Accueil[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • Les Inrockuptibles : « on peut certes critiquer le relatif manque d’envergure de ce cinéma populaire […]. Mais la raréfaction de ces blockbusters subversifs n’est pas imputable au seul Zack Snyder, qui reste un entertainer sans pareil. »[3]
  • 20 minutes : « Les répliques qui tuent et les affrontements semblant tout droit sortis d’un roman graphique de Miller amusent, bien que l’élément de surprise du premier volet soit envolé. Ceux qui aiment les films de gladiateurs ou assimilés lèveront cependant leur glaive en signe de liesse devant cette série B assumée. »[4]
  • Télé 7 jours : « scénario simplissime, déluge d'hémoglobine et un héros athénien un peu fade […]. Reste la beauté des batailles navales en 3D, les tablettes de chocolat des guerriers hellènes et la troublante Eva Green […]. »[5]
  • Le Monde : « Que le second volet de la franchise à succès soit encore plus bête que son prédécesseur, passe encore. Mais la médiocrité du travail sur l'image lui ôte tout intérêt. »[6]
  • Le Parisien : « si le premier épisode de 300, réalisé par Zack Snyder, avait été un choc visuel, dépoussiérant les vieux péplums, ce nouveau chapitre est malheureusement raté. »[7]
  • TéléCinéObs : « c’est un film où il y a trois fois cent gugusses (c’est le titre), trois héros (dont une héroïne méchante), trois dimensions (lunettes assorties) et trois adjectifs qualificatifs : médiocreux, médiocrissime, médiocrapoteux. »[5]
  • Culturebox - France Télévisions : « c’est bien connu, plus le méchant est réussi, plus le film l’est aussi. Cet adage d’Alfred Hitchcock s’applique à 300 : naissance d’un empire. »[8]
  • Mad Movies : « Ponctué de scènes de pure fantasy et généreux dans le gore au point d'évoquer le bis italien, 300 : la naissance d'un empire n'est pas seulement une suite réussie : c'est une réussite inattendue et un poème guerrier d'une fureur épique inouïe, où un instant suspendu au milieu du carnage devient un sublime élan de romantisme tragique et donne l'impression de voir éclore une rose au milieu d'un charnier. »[5]
  • Metro : « Bénéficiant à nouveau d’une direction artistique soignée, toujours dopé à la testostérone et toujours aussi kitsch, 300 : la naissance d’un empire a tout pour plaire aux fans du premier film. Si vous ne faites pas partie de ceux-là, inutile d’insister en revanche. »[9]
  • Première : « cette Naissance d'un empire, que l'on aura le droit de préférer à l'original, est plus courte de quinze minutes. Mais, en l'occurrence, qui peut le moins… peut le plus. »[10]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Box-office arrêté le… Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis 106 580 051 $[11],[12] 12
Drapeau de la France France 1 563 297 entrées[12] 8
Monde Monde 331 114 051 $[11] -

Différence historique[modifier | modifier le code]

Le film prend de grandes libertés par rapport à l'Histoire, notamment face aux textes d'Hérodote, principale source historique. Parmi les nombreuses différences :

  • Lors de la bataille de Marathon, Miltiade le Jeune suggéra une charge frontale depuis les hauteurs jusqu'à la plage[13], et non Thémistocle, qui dirigeait la phalange centrale. De plus celle-ci eut lieu cinq jours après le débarquement perse, et non en plein pendant celui-ci.
  • Le roi Darius Ier n'est pas mort à Marathon mais quelques années plus tard en Égypte. Dans la principale source historique, celle d'Hérodote, celui-ci ne mentionne pas qu'il fut blessé ni même présent à la bataille de Marathon.
  • Artémise Ire est née princesse puis reine de la cité d'Halicarnasse, avant de prêter allégeance au roi de Perse. Elle n'a jamais été esclave dans sa jeunesse.
  • Si effectivement Hérodote rapporte qu'Artémise se battait aux côtés de ses hommes, elle a néanmoins survécu à la bataille de Salamine.
  • Eurybiade commandait la flotte spartiate et les écrits d'Hérodote ne mentionnent pas la présence de la reine Gorgô à Salamine.

Suite[modifier | modifier le code]

En 2015, aucune suite n'a été annoncé, mais l'acteur Sullivan Stapleton a déclaré vouloir jouer dans la suite de ce deuxième volet. Car selon Sullivan Stapleton, vu les chiffres au box-office qui sont plutôt élevé, une suite devrait voir le jour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche du doublage français du film » sur RS Doublage, consulté le 18 mars 2014
  2. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage Québec, consulté le 13 janvier 2015
  3. « 300 : La naissance d’un Empirz: une remarquable fabrique d’orgasmes », sur lesinrocks.com (consulté le 17 mai 2015).
  4. « Du sang et du cuir pour 300: La naissance d'un Empire », sur 20 minutes.fr (consulté le 17 mai 2015).
  5. a, b et c « Critique de 300 : La Naissance d'un empire », sur allociné.fr (consulté le 17 mai 2015).
  6. « 300 : La Naissance d'un empire : sombre crétin », sur lemonde.fr (consulté le 17 mai 2015).
  7. « 300 : la Naissance d’un empire : Raté », sur leparisien.fr (consulté le 17 mai 2015).
  8. « Critique de 300 : La Naissance d'un empire », sur francetvinfo.fr (consulté le 17 mai 2015).
  9. « 300, la naissance d’un empire : ou l'art du copier-coller réussi », sur metronews.fr (consulté le 17 mai 2015).
  10. « Critique de 300 : La Naissance d'un empire », sur Premiere.fr (consulté le 17 mai 2015).
  11. a et b « 300: Rise of An Empire », sur Box Office Mojo
  12. a et b « 300: Rise of An Empire », sur JP's Box Office
  13. Hérodote, VI, 110

Liens externes[modifier | modifier le code]