2C-H

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

2C-H
Image illustrative de l’article 2C-H
2C-H-3D-balls.png2C-H-3D-spacefill.png
Identification
Nom UICPA 2-(2,5-dimethoxyphenyl)ethanamine
No CAS 3600-86-0
3166-74-3 (chlorhydrate)
No ECHA 100.153.556
No CE 625-021-8
PubChem 76632
SMILES
InChI
Apparence Poudre blanche (chlorhydrate)[1]
Propriétés chimiques
Formule brute C10H15NO2  [Isomères]
Masse molaire[2] 181,2316 ± 0,0099 g/mol
C 66,27 %, H 8,34 %, N 7,73 %, O 17,66 %,
Propriétés physiques
fusion 138,9 °C (chlorhydrate)[1]
Solubilité 2C-H chlorhydrate[3] :
Précautions
Inhalation Sortir la personne intoxiquée à l'air libre. Si elle ne respire pas, placer sous respiration artificielle ou faire donner de l'oxygène par du personnel qualifié. Consulter immédiatement un médecin[4].
Peau Laver immédiatement la peau au savon et à grande eau pendant au moins 15 minutes. Enlever les vêtements contaminés. Consulter un médecin si des symptômes se déclarent. Ne pas remettre les vêtements avant de les avoir lavés[4].
Yeux Tenir les paupières écartées et laver les yeux à grande eau pendant au moins 15 minutes. Faire examiner et tester les yeux par un médecin[4].
Ingestion Rincer la bouche avec de l'eau si la personne intoxiquée est consciente. Ne jamais mettre quoi que ce soit dans la bouche d'une personne inconsciente. Consulter immédiatement un médecin. Ne PAS forcer le vomissement, sauf sur l'avis d'un médecin[4].
Caractère psychotrope
Catégorie probable psychédélique
Mode de consommation

Sublingual[5]

Composés apparentés
Autres composés

2C-B, 2C-C, 2C-I, 2C-N, 25H-NBOMe


Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le 2C-H est une phényléthylamine, découverte par Alexander Shulgin et décrite pour la première fois dans son livre PiHKAL[6].

Chimie[modifier | modifier le code]

Le 2C-H fait partie de la famille de drogues 2C-x, des phényléthylamines hallucinogènes de synthèse découvertes par Alexander Shulgin. Contrairement à toutes les autres molécules de cette famille, il n'est substitué ni en position 3 ni en position 4 de son cycle aromatique.

Il est donc tout naturellement un précurseur de plusieurs autres 2C-x, notamment le 2C-B, le 2C-C, le 2C-I et le 2C-N[6].

Pharmacologie[modifier | modifier le code]

D'après Shulgin, le 2C-H serait détruit par l'organisme avant toute action pharmacologique[6], ce qui tend à être confirmé expérimentalement, étant donnée la très faible activité du 2C-H comparée à d'autres molécules de sa famille[7].

Cependant, des témoignages suggèrent qu'il pourrait être actif en prise sublinguale[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « 2C-H monograph », sur Scientific Working Group for the Analysis of Seized Drugs, (consulté le 20 mars 2017).
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. (en) « 2C-H (hydrochloride) product information », sur Cayman Chemicals, (consulté le 20 mars 2017).
  4. a b c et d (en) « 2C-H (hydrochloride) safety data sheet », sur Cayman Chemicals, (consulté le 20 mars 2017).
  5. a et b (en) PandaDoom, « So Happy, Very Happy », sur Erowid, (consulté le 20 mars 2017).
  6. a b et c (en) Alexander Shulgin et Ann Shulgin, PiHKAL : A Chemical Love Story, Transform Press U.S., , 978 p. (ISBN 0963009605, lire en ligne).
  7. (en) Anna Ricklia, Dino Luethia, Julian Reinischa, Danièle Buchyb, Marius C. Hoenerb et Matthias E. Liechtia, « Receptor interaction profiles of novel N-2-methoxybenzyl (NBOMe) derivatives of 2,5-dimethoxy-substituted phenethylamines (2C drugs) », Neuropharmacology, vol. 99,‎ , p. 546-553 (lire en ligne).