28. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division Wallonien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

28e division SS « Wallonie »
Appellation allemande :
28. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division « Wallonien »
Image illustrative de l’article 28. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division Wallonien
Insigne de la 28e SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division « Wallonien ».

Création Août 1941
Dissolution
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Allégeance Flag of Germany (1935–1945).svg Allemagne nazie
Branche Waffen-SS
Type Division
Rôle Infanterie
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles Gromovaia Balka
Bataille de Tcherkassy
Offensive Vistule-Oder
Commandant historique Lucien Lippert (pl)
Léon Degrelle

La 28e division SS « Wallonie » ou la division « Wallonie » ou encore la légion Wallonie[a] (appellation allemande : la 28. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division « Wallonien »[1]) est l'une des 38 divisions de la Waffen-SS durant la Seconde Guerre mondiale, composée de volontaires belges francophones issus du rexisme.

Historique[modifier | modifier le code]

Affiche de recrutement de la division SS « Wallonie ».

La division SS « Wallonie » était composée de volontaires wallons. Elle est issue de la légion « Wallonie » formée en sous les auspices conjugués de Fernand Rouleau, bras droit de Léon Degrelle, de l'occupant (Kommandostab Z de l'administration militaire - Militärverwaltung) et du mouvement rexiste de Léon Degrelle.

En mai 1942, les volontaires wallons de la légion Wallonie combattent dans la région du Donetz, principalement contre des partisans soviétiques. En juin 1943, la légion est versée dans la Waffen-SS devenant la 5. Sturmbrigade « Wallonien » (5e brigade d'assaut « Wallonie »). Entre décembre 1943 et février 1944, elle combat en Ukraine, subissant d'énormes pertes dans la poche de Tcherkassy.

Engagée en Estonie sur le front de Narva en août 1944, elle devient la 28. SS-FreiwilligenPanzergrenadier-Division en . Le , la légion Wallonie intégrera une compagnie d'une centaine de volontaires espagnols issus de la División Azul.

De février à avril 1945, la division se bat à Stargard, Stettin et Altdam en Poméranie et sur les rives de l'Oder. Les survivants capitulent dans la région de Schwerin le .

Après la Seconde Guerre mondiale, dès les années 1950, d'anciens volontaires de la légion et de la division « Wallonie » se sont retrouvés dans des amicales de soutien social. En 1978, l'ABSL Les Bourguignons sera fondée. En 1994, la majorité des membres de celle-ci - opposée à son dirigeant Jean Vermeire - fonderont l'amicale le Dernier Carré. En 2009, ces deux amicales d'anciens combattants belges, wallons et bruxellois du front de l'Est étaient toujours actives[2].

Désignations successives[modifier | modifier le code]

  • Juillet -  :
    • Corps franc « Wallonie »
    • Légion Wallonie
    • Légion belge Wallonie
  • - mai 1945 :
    • Légion Wallonie/Wallonisches Infanterie-Bataillon 373

Elle fut attachée temporairement à :

  • 1942 :
  • 1943 :
    • SS-Freiwilligen-Brigade « Wallonien » du au  ;
    • SS-Sturmbrigade Wallonien du à  : temporairement attachée à la 5e Panzerdivision SS « Wiking » de à  ;
  • 1944 :
    • 5. SS-Freiwilligen-Sturmbrigade « Wallonien » de au  : temporairement attachée au Gruppe Wagner/III. SS-Panzerkorps,  ;
    • SS-Freiwilligen Grenadier Division « Wallonien » (créée le suivant l'ordre du ) ;
    • 28. SS-Freiwilligen-Grenadier-Division « Wallonien », [3] : temporairement attachée au III. SS-Panzerkorps - Steiner, de à  ; puis au SS-Divisiongruppe Müller en date du .

Liste des commandants successifs[modifier | modifier le code]

Début Fin Grade Nom
Hauptmann puis SS-Hauptsturmführer Lucien Lippert (pl)
SS-Obersturmbannführer Lucien Lippert (pl)
SS-Hauptsturmführer Léon Degrelle
SS-Sturmbannführer Léon Degrelle
SS-Obersturmbannführer Léon Degrelle
SS-Standartenführer Léon Degrelle

[réf. nécessaire]

Théâtres d'opérations[modifier | modifier le code]

Affiche de recrutement.

L'unité participe sous le nom de légion Wallonie :

  •  : Front de l'est, secteur sud.
  •  : combats sur le Donetz

En elle est versée dans la Waffen SS sous le nom de SS-Sturmbrigade « Wallonien » et participe :

  • à aux combats en Ukraine, et en particulier aux combats de Tcherkassy où la brigade est décimée.
  •  : Recomplétée, elle participe aux combats en Estonie

En elle devient la 28e SS Panzer Grenadier Division (28. SS Pz Gren Div) et est engagée en :

[4],[5] Historique de la légion Wallonie, document anonyme rédigé par d'anciens cadres de la légion pendant leur captivité après la guerre (réserve précieuse de la bibliothèque du Ministère de la Défense belge [6]




Ordre de bataille[modifier | modifier le code]

Drapeau de la 28e division SS « Wallonie » arborant la croix de Bourgogne.

Bataillon d'infanterie wallon 373 - Bassin du Donetz, novembre 1941[modifier | modifier le code]

  • État-major
    • Commandant : capitaine Georges Jacobs
    • Aide de camp : 1er lieutenant L. Lippert
    • Officier d'ordonnance : lieutenant L. Thys
    • Peloton transmission : adjudant d'Hayer
    • Officier d'intendance : lieutenant Du Welz
    • Aumônier : abbé Salesse
    • Service de santé : 1er lieutenant Jacquemin (médecin), lieutenants Albert (médecin) et Miesse (chirurgien)
    • Service vétérinaire : lieutenant Boullienne (vétérinaire)
  • 1re compagnie
    • Commandant : capitaine Vanrutten
    • Chefs de peloton : lieutenant J. Vermeire, adjudants J. Mathieu et A. Lassois
  • 2e compagnie
    • Commandant : 1er lieutenant Heyvaert
    • Chefs de peloton : lieutenant P.S. Daulie, adjudants C. Brasseur et A. Godsdeel
  • 3e compagnie
    • Commandant : capitaine G. Tchekhoff
    • Chefs de peloton : 1er lieutenants A. Buydts et H. Renier, adjudant G. Ruelle
  • 4e compagnie
    • Commandant : capitaine R. Dupre (tué à Grichino le )
    • Chefs de peloton : 1er lieutenant Baron R. Sloet, adjudants A. Lisein et C. Bosquion

Les compagnies 1 à 3 sont des compagnies de fusiliers. La 4e compagnie est celle des mitrailleuses et mortiers.

Bataillon d'infanterie wallon 373 - Lors des combats de Gromovaia Balka, février 1942[modifier | modifier le code]

  • État-major
    • Commandant : capitaine B.E.M. Pierre Finfe
    • Aide de camp : 1er lieutenant L. Lippert
    • Officier d'ordonnance : lieutenant L. Thys jusqu'au , puis le 1er lieutenant A. Renier
    • Peloton transmission : adjudant d'Hayer
    • Officier d'intendance : lieutenant R. Du Welz
    • Service de santé : 1er lieutenant Jacquemin (médecin), lieutenants A. Albert (médecin) et S. Miesse (chirurgien)
    • Aumônier : abbé Salesse
    • État-major de liaison : Hauptman von Lehe et Leutnant Sluck
  • 1re compagnie
    • Commandant : lieutenant A. Lisein
    • Chefs de peloton : adjudants J. Mathieu, A. Lassois et L. Closset
  • 2e compagnie
    • Commandant : lieutenant J. Daulne
    • Chefs de peloton : adjudants A. Godsdeel (blessé le ), Nicolas (tué le à Gromovaia Balka) et C. Brasseur (tué le à Gromovaia Balka)
  • 3e compagnie
    • Commandant : capitaine G. Tchekhoff (jusqu'au ), lieutenants L. Thys (tué le à Gromovaia Balka) et S. Miesse
    • Chefs de peloton : 1er lieutenant H. Renier (jusqu'au ), adjudant G. Ruelle
  • 4e compagnie
    • Commandant : 1er lieutenant A. Buydts (tué le à Gromovaia Balka), adjudant C. Bosquion (jusqu'au )
    • Chefs de peloton : adjudants C. Bosquion, Vervloet et P. Dengis, 1er sergent Matton

Lors des combats de Gromovaia Balka, la légion Wallonie est attachée au groupement tactique du lieutenant-Colonel Tröger qui comprend également le 1er bataillon du SS-Inf. Rgt. « Germania », un bataillon d'infanterie croate, une compagnie d'éclaireurs sur traîneaux, un groupe d'obusiers de 105 mm, une compagnie de canons d'infanterie de 75 mm et quelques Panzer. Ce Kampfgruppe est rattaché à la 100e division légère du Generalmajor Werner Sanne.

La légion Wallonie est citée à l'ordre du jour de la 100e division légère et gagne 37 croix de fer de 2e classe.

Léon Degrelle est promu adjudant candidat-officier.

Bataillon d'infanterie wallon 373 - Offensive de printemps, mars à juin 1942[modifier | modifier le code]

En date du , la légion Wallonie est rattachée à la 97e division légère du Generalmajor Ernst Rupp qui deviendra division de chasseurs en .

  • État-major
    • Commandant : capitaine Georges Tchekhoff
    • Aide de camp : 1er lieutenant L. Lippert
    • Officier d'ordonnance : lieutenant L. Degrelle
    • Peloton transmission : adjudant d'Hayer
    • Peloton pionnier : adjudant J. Migrain
    • Service d'intendance : lieutenant R. Du Welz
    • Service de santé : 1er lieutenant Jacquemin (médecin), lieutenant A. Albert (médecin), 1er adjudant C. Petre (pharmacien)
    • État-Major de liaison : Hauptman Von Lehe, Leutnant Schulk et Winterscheid
  • 1re compagnie
    • Commandant : adjudant J. Mathieu
    • Chefs de peloton : adjudants A. Lassois, L. Closset et F. Daras
  • 2e compagnie
    • Provisoirement dissoute.
  • 3e compagnie
    • Commandant : adjudant G. Ruelle
    • Chefs de peloton : adjudant C. Dohet, 1er adjudant Thirionnet
  • 4e compagnie
    • Commandant : lieutenant J. Daulne
    • Chefs de peloton : adjudants C. Bosquion, P. Dengis et Rorive, sergent M. Bonnivier.

Le lieutenant Vermeire est devenu l'officier de liaison avec la 97. Jäger-Division.

Bataillon d'infanterie wallon 373 - Campagne du Kouban (Caucase), juillet à novembre 1942[modifier | modifier le code]

  • État-major
    • Commandant : 1er lieutenant L. Lippert
    • Aide de camp : lieutenant A. Lassois
    • Aide de camp a.i. : Chenot
    • Officier d'ordonnance : lieutenant L. Degrelle et lieutenant J. Vermeire (du au )
    • Peloton transmission : adjudant d'Hayer
    • Officier d'intendance : lieutenant R. du Welz
    • Service de santé : 1er lieutenant Jacquemin (médecin), lieutenant A. Albert (médecin), Candidat médecin Lambrichts, 1er adjudant C. Petre (pharmacien)
    • État-major de liaison : Hauptman von Lehe, Rittm. von Rabenau (instructeur), Leutnant Schluck et Winterscheid
  • 1re compagnie
    • Commandant : lieutenant J. Mathieu
    • Chefs de peloton : lieutenants H. Thyssens (jusqu'au ) et J. Dumont, adjudants F. Daras et Verporten (après le )
  • 2e compagnie
    • Commandant : lieutenant J. Vermeire (jusqu'au ) et remplacé par le lieutenant L. Closset
    • Chefs de peloton : lieutenant H. Thyssens (après le et blessé le ), adjudants Daras et Palque
  • 3e compagnie
    • Commandant : lieutenant G. Ruelle (jusqu'au ) et remplacé par le lieutenant J. Vermeire
    • Chefs de peloton : adjudants R. Denie, P. Mezetta (blessé le ) et Verpoorten (jusqu'au ), sergent Ch. Generet (après le )
  • 4e compagnie
    • Commandant : lieutenants J. Daulne (jusqu'au ) et C. Bosquion (jusque fin ), adjudant J. Migrain (après )
    • Chefs de peloton : adjudants M. Bonnivier (MG), Rorive (MG), J. Graff (Gr.W.), Migrain (Pi) et P. Dengis (Pak)

5e Sturmbrigade « Wallonien » - Campagne d'Ukraine, 1943 - 1944 (Tcherkassy)[modifier | modifier le code]

Organigramme de la brigade d'assaut « Wallonie ».

[7]historique de la légion Wallonie rédigée en captivité par des cadres anonymes (bibliothèque du ministère de la défense nationale belge)


  • État-major
    • Commandant : Major L. Lippert (tué le à Novo-Buda)
    • Aide de camp : adjudant R. Wastiau (jusqu'au ), puis le lieutenant A. Lassois (jusque fin ), puis le capitaine F. Anthonissen et l’Obersturmführer Drekesel (après le )
    • Officier de renseignements : lieutenant H. Forsteneichner
    • Officier d'ordonnance : 1er lieutenants N. Kamsky et L. Degrelle
    • Service judiciaire : Hstuf. Dr Flechsig et lieutenant A. Godsdeel
    • Aumônier : abbé Fierens
    • Service social : Hauptsturmführer Reinfhart
    • Quartier maître : non identifié
    • Service intendance : Obersturmführer Yehn et Hauptsturmführer Schluck
    • Service de santé : Hauptsturmführer Schultz (hongrois), lieutenant Stahl (médecin), Candidat médecin P. Roekens, lieutenant R. Lejeune (dentiste) et 1er adjudant C. Petre (pharmacien)
    • Service technique : lieutenant St. Devrees
    • Officier de liaison : Ostubaf. Wegener (jusqu'au ), puis le lieutenant Winterscheid
  • Compagnie d'État-major
    • Commandant : 1er lieutenant Baron Sloet (jusqu'au ), puis capitaine F. Anthonissen (tué le à Derrenkowez)
    • Peloton moto : adjudant M. Deravet et le 1er lieutenant Renier (à partir du )
    • Peloton transmission : 1er lieutenant Renier (jusqu'au ), puis adjudant Lantiez
    • Peloton pionnier : lieutenant J. Migrain
    • Peloton musique : adjudant Deltenre
  • 1re compagnie - grenadiers
    • Commandant : lieutenant Jules Mathieu
    • Chefs de peloton :
      • 1er - lieutenant Van Eyser (tué le à Kom Kuom)
      • 2e - adjudant d'Aoust
      • 3e - adjudant Vernier
      • 4e - adjudant Van Ischot
  • 2e compagnie - grenadiers
    • Commandant : 1er lieutenant Derriks
    • Chefs de peloton :
      • 1er - lieutenant A. Wehinger
      • 2e - 1er sergent Guelton (jusqu'au ), puis le sergent V. Vanderwalle
      • 3e - sergent Muller (jusqu'en ) puis l'adjudant Sapin
      • 4e - sergent Regibeau (jusqu'au ), puis le sergent R. Ladriere
  • 3e compagnie - grenadiers
    • Commandant : 1er lieutenant Degrelle (honorifique) et lieutenant R. Denie (effectif)
    • Chefs de peloton :
      • 1er - adjudant Philips puis le sergent Hellin
      • 2e - adjudant L. Michaux (jusqu'au ), puis l'adjudant E. Muller (tué le à Teklino)
      • 3e - adjudant H. Declercq (blessé en ) et remplacé par l'adjudant G. Quoidbach
  • 4e compagnie - mitrailleuses et mortiers
    • Commandant : lieutenant Bonnivier
    • Chefs de peloton :
      • 1er - adjudant Lempereur
      • 2e - adjudant Blavier
      • 3e - lieutenant N. Zavadsky (tué le )
      • 4e - adjudant Marliere
  • 5e compagnie - Pak
    • Commandant : lieutenant M. Lamproye
    • Chefs de peloton :
      • 1er - lieutenant F. Darss (tué le à Kamarov)
      • 2e - adjudant L. Gillis
      • 3e - adjudant Falque
  • 6e compagnie - Li.Flak
    • Commandant : 1er lieutenant L. Calonne
    • Chefs de peloton :
      • 1er - lieutenant Thyssens
      • 2e - lieutenant Hannicq (jusqu'en ), puis adjudant Bastin (jusqu'en ) et après le sergent Stagier
      • 3e - sergent Debruxelles F
  • 7e compagnie - Schw.Flak
    • Commandant : lieutenant J. Dumont
    • Chefs de peloton : lieutenant P. Foulon, adjudant L. Basrin (jusqu'en ) et le sergent J. Nignon
  • 8e compagnie - Inf.Kanone
    • Commandant : lieutenant J. Graff
    • Chefs de peloton : adjudant G. Dupire et sergent Grisay
  • 9e compagnie - StuG
    • Commandant : lieutenant P. Dengis
    • Chefs de peloton : adjudants Paquot et Rossi
  • 10e compagnie - train automobile
    • Commandant : lieutenant G. Ruelle
    • Chef de peloton : sergent Salengros

Léon Degrelle est promu capitaine le . À la mort du Major L. Lippert en date du , le commandement est remis provisoirement au 1er lieutenant Mathieu. À ce moment, Degrelle se trouve à Chadérovka où il soigne ses blessures. Les rescapés du Kessel seront commandés par le capitaine Degrelle et le 1er lieutenant Mathieu. Le capitaine Degrelle sera promu commandant de la brigade d'assaut « Wallonie » avec effet rétroactif à la date du .

Kampfgruppe « Wallonien » - Campagne d'Estonie, août à septembre 1944[modifier | modifier le code]

  • État-major
    • Commandant : capitaine G. Ruelle puis le Major L. Degrelle (à partir du )
    • 1er adjoint : capitaine J. Mathieu
    • 2e adjoint : capitaine G. Ruelle (blessé le )
    • Aide de camp principal : lieutenant Sandron
    • Officier d'ordonnance : lieutenant J. Wauthelet (blessé le )
    • Peloton de Commandement : lieutenant J. Wauthelet, puis le lieutenant J. Theatre (à partir du )
    • Transmission : sergent Kaison
  • 1re compagnie - grenadiers
    • Commandant : lieutenant J. Capelle
    • Chefs de peloton : lieutenant M. Thomas (blessé le ), adjudants P. Chenut et Dolhen
  • 2e compagnie - grenadiers
    • Commandant : lieutenant M. Willem (tué le à Patska)
    • Chefs de peloton : lieutenant M. Capoen (tué le à Patska), adjudants Cabaret, Foucart et Philippet.
  • 3e compagnie
    • Non constituée
  • 4e compagnie - lourde
    • Commandant : 1er lieutenant M. Bonnivier (blessé le )
    • Groupe de commandement : adjudant Lietard
    • Chefs de peloton : lieutenant R. Verenne (tué le à Liivia), adjudants Lempereur et Deschrijver
    • Peloton mortiers : adjudant Liebart
    • Peloton antichar : Chefs de peloton : lieutenant Fillis (blessé le ), adjudant Tilburgs
Organigramme de la 28.Division « Wallonien ».

28. SS-Freiwilligen-Grenadier-Division « Wallonien » - à partir d'octobre 1944[modifier | modifier le code]

Le , la décision d'ériger la brigade « Wallonie » en division a été prise. Les prescriptions concernant son organisation et son équipement sont émises le . Elles sont très largement optimistes. Pour le type de division projeté, quelques 10.000 hommes sont nécessaires. La « Wallonie » en dispose d'environ 4.000 dont 1.000 récemment arrivés. Peut-être les autorités allemandes ont-elles espéré voir arriver des milliers de volontaires. Plus probablement ont-elles eu l'idée d'utiliser le renom de la « Wallonie » à des fins de propagande et projetèrent de compléter les effectifs avec des troupes d'autres provenances.

Mais bien d'autres problèmes entravent la constitution de la division « Wallonie ». Parmi les 4.000 hommes présents, beaucoup n'ont pas reçu d'instruction spécialisée et ont été envoyés aux quatre coins du Reich pour suivre des formations dans les écoles d'armes (en particulier des artilleurs). Le matériel, la charroi et les armes lourdes font défaut également.

N'ayant jamais pu être entièrement constituée et les éléments existants n'ayant jamais été tous réunis pour une action commune, le titre de "Division" restera un instrument de propagande. Seul le 69e régiment d'infanterie participera, avec quelques sous-unités, aux derniers combats, sur le sol allemand, côte à côte, pour la première et la dernière fois, avec leurs collègues volontaires belges flamands de la division Langemark.

Division « Wallonie » - Combats sur l'Oder entre Stargard et Stettin février à mai 1945[modifier | modifier le code]

Les éléments de la division qui sont constitués : l'état-major divisionnaire, un groupement d'appui de services logistiques et techniques, une compagnie de transmissions, une compagnie anti-char et une batterie anti-aérienne légère, ainsi que les 69e et 70e Régiments d'infanterie sont envoyés au Front sur l'Oder. Toutefois, le 69e Régiment qui a bien 2 bataillons de fusiliers au complet, dont un bataillon cycliste, n'a pas ses compagnies d'appui. Et le 70e Régiment, ne possède qu'un seul bataillon au lieu de deux et ce bataillon ne comprend que 3 compagnies au lieu de 4. La division Langemark sera engagée avec 2 bataillons d'infanterie, une compagnie anti-chars et une compagnie anti-aérienne ainsi qu'une batterie de canons d'infanterie (telle que celles qui équipait les Brigades d'assaut).

Les deux Divisions seront engagées dans de violents combats et lanceront, sur ordre, plusieurs contre-attaques, aussi courageuses qu'inutiles et sans espoir. Elles feront honneur à leur réputation et à leur serment et les troupes subirent de très lourdes pertes. La dernière unité constituée appartenant à la division « Wallonie » et qui comptait 400 hommes, s'est présentée en bon ordre devant les avant-postes américain, le , pour déposer les armes. Aucune unité wallone n'a été poursuivie pour crime de guerre perpétré sur le Front de l'Est durant leur engagement.

Drapeaux[modifier | modifier le code]

La croix de Bourgogne fut le symbole utilisé par les rexistes sur les étendards de leur division SS durant la Seconde Guerre mondiale. Léon Degrelle rêvait en effet de restaurer les anciens États bourguignons. Le premier drapeau de la légion Wallonie fut remis le , dans la Salle de Marbre du Palais des Beaux Arts de Bruxelles.

Il s'agissait d'un drapeau à champ noir, à croix de saint André écarlate (croix de Bourgogne) et frange d’or c'est-à-dire aux trois couleurs de la Belgique. Ce drapeau ne respectait pas les règles de l'héraldique du fait de la superposition du noir et du rouge (règle de contrariété des couleurs).

Lors du départ du second contingent de la légion Wallonie, le , Victor Mathys remit un nouvel étendard. Celui-ci était blanc, découpé à deux pointes, avec croix de saint André rouge et orné sur ses deux faces d’une banderole avec la devise « Dur et Pur Rex vaincra ». À cette occasion, furent également remis quatre fanions de compagnie reprenant l’étendant mais sans la devise et avec en plus un dextrochère sortant d'un nuage brandissant un glaive représentant le bras de Dieu. L’étendard et les fanions avaient été dessinés par John Hagemans, prévôt de la Jeunesse Rexiste.

Le , un nouvel étendard et quatre fanions furent remis aux légionnaires. Les fanions de compagnie étaient identiques à ceux remis en , mais numérotés de 5 à 8. L’étendard était identique à celui de 1942, mais avec une nouvelle devise sur la banderole : « Qui s’y frotte s’y pique ».

Dans leur retraite, des officiers de la légion Wallonie auraient confié les drapeaux au bourgmestre d’un village allemand, aux alentours de Lübeck. Plusieurs années plus tard, quelques anciens seraient retournés dans ce village où le bourgmestre les aurait soigneusement conservés. Ils auraient alors été remis à Léon Degrelle en Espagne. De fait, Léon Degrelle exposa de tels drapeaux dans son bureau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. S'agissant d’une division principalement composée de Belges francophones, ce sont des appellations simplifiées en français, couramment employées.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Note classifiée secret de la direction générale de la SS no 3712/44 g.Kdos du .
  2. Selon une enquête réalisée par Paris Match-Belgique et RésistanceS.be du 3 décembre 2009.
  3. L'appellation 28. SS-Freiwilligen-Panzer-Grenadier-Division « Wallonien » n'aurait jamais existé.
  4. Tableaux organiques des unités wallones( KstN und KAN ) au Militärbundesarchiv Freiburg
  5. Correspondances avec MM. Mathieu et Lemaire, anciens officiers de la légion Wallonie.
  6. Mémoires du Maj Jules Mathieu ( Bibliothèque du Ministère de la Défense belge )
  7. Note de service de la direction générale de la Waffen SS no 820/43 du 03 juillet 1943

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eddy de Bruyne, For Rex and Belgium.
  • Saint-Loup, Les SS de la Toison d'Or, Presses de la Cité, 1978.
  • Front de l'Est 1941-1945, La Table Ronde, 1969.
  • Paul Terlin, La neige et le sang, Pensée Moderne, 1972
  • Jean Mabire, Légion Wallonie au front de l'Est 1941 - 1944, Presses de la Cité, 1987
  • Jean Mabire et Eric Lefevre, Leon Degrelle et la légion Wallonie 1941 - 1945, Art et histoire d'Europe 1988
  • Anonymes, Historique de la légion wallonie 1941 - 1945, bibliothèque du ministère de la Défense Nationale Belge 1946

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :