27e brigade d'infanterie de montagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

27e brigade d’infanterie de montagne
Image illustrative de l’article 27e brigade d'infanterie de montagne
Insigne de la 27e Brigade d’Infanterie de Montagne
Image illustrative de l’article 27e brigade d'infanterie de montagne
Unités de la 27e BIM à Chambéry le 10 novembre 2018.

Création 1999 (en tant que brigade)
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre française
Effectif 6 500[1]
Fait partie de 1re division
Composée de 7e BCA
13e BCA
27e BCA
4e RCh
93e RAM
2e REG
27e CCTM
Garnison Quartier Reyniès
Varces-Allières-et-Risset
Ancienne dénomination 27e Division d'Infanterie
27e Division d'Infanterie Alpine
27e Division d'Infanterie de Montagne

La 27e brigade d'infanterie de montagne (27e BIM) est une unité de l'Armée de terre française qui regroupe aujourd'hui l'ensemble des troupes de montagne françaises. Elle est créée en 1999 par changement d'appellation de la 27e division d'infanterie alpine (27e DIA) dont elle est l'héritière.

Composition de la 27e BIM[modifier | modifier le code]

En 2016, la 27e brigade d'infanterie de montagne comprend les unités suivantes :

Avant 1999, la 27e DIA comprenait aussi :

Historique[modifier | modifier le code]

Différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • septembre 1944 : création de la "division alpine FFI" en septembre pour encadrer les FFI des alpes[3]
  • décembre 1944 : devient 27e division d'infanterie alpine (27e DIA) héritière de la 27e division d'infanterie (27e DI)
  • décembre 1962 : devient 27e brigade alpine (27e BA)[4]
  • août 1976 : devient 27e division alpine (27e DA)[4], par fusion de la 27e BA et de la 17e BA[2]
  • 1983 : elle est rattachée à la Force d'action rapide (FAR)[4],[2]
  • juillet 1994 : devient la 27e division d'infanterie de montagne (27e DIM)[4]
  • juillet 1999 : elle devient la 27e brigade d'infanterie de montagne (27e BIM) lors de la professionnalisation de l'Armée de terre.

La Libération des Alpes (1944-1945)[modifier | modifier le code]

  • Durant l'hiver 1944 - 1945, sous le commandement du lieutenant-colonel Jean Vallette d'Osia, la division constitue le "Détachement d'Armée des Alpes" intégré dans le 6e Groupe d'Armée U.S. Elle a pour mission de protéger les vallées des Alpes contre les troupes de l'Axe qui tiennent les cols. Elle endure de rudes combats au Roc Noir, au Mont Froid, au Col de Larche, à l'Authion. Selon certains, "La ténacité et l'élan des troupes permettent, quand même, à la France d'obtenir ses seuls gains territoriaux à l'issue de la deuxième Guerre Mondiale grâce aux rectifications de frontière donnant à la France la possession des crêtes. Mais l'avance des forces du détachement d'Armée des Alpes en direction de Milan et jusque dans les faubourgs de Turin est stoppée brutalement par le commandement américain qui donne l'ordre de repli immédiat." (site UTDM).

Autriche et Algérie (1945-1962)[modifier | modifier le code]

Depuis 1962[modifier | modifier le code]

Exercice interarmes d'entraînement au combat en montagne et au tir organisé en 2011.
  • 1962 : après le retour de la guerre d'Algérie, les troupes alpines sont regroupées dans les 17e brigade et 27e brigade ;
  • 1976 : la 27e division alpine est recréée sous les ordres du général Michel Thénoz. Elle donne aux troupes de montagne leur insigne actuel. Sont également créés le Groupe militaire de haute montagne (GMHM), implanté à Grenoble puis à Chamonix à l'École militaire de haute montagne (EMHM) qui se fait connaître par des exploits sportifs (Pôle Nord, Everest et Pôle Sud) ;
  • 1983 : la division intègre la force d'action rapide. Elle compte alors 10 000 hommes, majoritairement des appelés. 20% des 2 000 cadres (officiers et sous-officiers) sont alors des appelés. À cette époque, elle est chargée de la défense des sites de missiles nucléaires du plateau d'Albion, du combat dans les Alpes et si nécessaire dans d'autres massifs montagneux et enfin est apte à servir comme infanterie classique[2].
  • 1994 : devient la 27e division d'infanterie de montagne (27e DIM) et rejoint le 3e corps d'armée[5] ;
  • 1999 : à la suite de la professionnalisation de l'Armée de terre en 1996 et de la réorganisation des forces terrestres, la 27e division d'infanterie de montagne (27e DIM) devient la 27e brigade d'infanterie de montagne (27e BIM) ;
  • Les "Alpins" de la 27e brigade d'infanterie de montagne sont intervenus au Liban, Tchad, Bosnie-Herzégovine, Côte d'Ivoire et Afghanistan ;
  • 2016 : rattachée à la 1re division.

Commandants de l'unité[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

" Troupes de montagne, combattants d'altitude " présente toutes les composantes de la 27e BIM. Editions Mission Spéciale Productions.

Revue Assaut, HS n° 2 page.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « De Sadi Carnot à Macron, les troupes de montagne, 130 ans d'une "belle et longue histoire" », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 18 mars 2018)
  2. a b c d e f et g Stéphane Ferrard, « La 27e division alpine », Gazette des Armes, no 126,‎ , p. 33-37 (lire en ligne)
  3. Design: Wolfgang (www.1-2-3-4.info) / Modified: Matthieu Marcillaud pour CMS SPIP, « La CAMPAGNE des ALPES 1944-45 », sur www.museemilitairelyon.com (consulté le 29 mai 2016)
  4. a b c et d Yvick Herniou et Jean-Claude Sanchez, Bataillons de chasseurs : les diables bleus, une troupe d'élite, Boulogne-Billancourt, E-T-A-I, , 183 p. (ISBN 978-2-7268-8923-7)
  5. « Terre Magazine » numéro 95, Juin/Juillet 1998, p. 26-27

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]