269 Life France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
269 Life France
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
But Informer sur la condition animale dans nos sociétés
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 2015
Identité
Siège 1 rue des sœurs 67400 Illkirch-Graffenstaden
Affiliation internationale 269 Life
Méthode Actions de rue, happenings, stands d'information, campagnes d'information.
Financement Dons
Slogan « Nous vaincrons car notre cause est juste », « Stop spécisme, libération animale »
Site web 269life-france.com

269 Life France est une association à but non lucratif de défense des droits des animaux, créée le .

Objectifs[modifier | modifier le code]

269 Life France dit militer pour la reconnaissance des intérêts fondamentaux de tous les êtres sensibles, sans discrimination arbitraire[1], et a pour objectifs la défense de la cause animale, l'information et la sensibilisation du public à l'exploitation et l'oppression animales par le biais d'actions et happenings[2],[3] ainsi que la promotion d'un mode de vie respectueux des animaux le véganisme[1],[4],[5]. Les militants de 269 Life France se revendiquent des mouvements antispéciste[6],[7],[5] et abolitionniste[2],[5].

Historique[modifier | modifier le code]

Stand de 219 Life France lors d'un village de Noël végan à Paris, le 21 décembre 2013.

Créé en 2012 en Israël, le collectif antispéciste 269 Life tire son nom du numéro attribué à un veau (en) sauvé des abattoirs[6]. Rapidement, de nombreux collectifs reprenant la charte graphique et bénéficiant d'une patente se créent dans plus de 40 pays à travers le monde, notamment en France en décembre 2012[1],[8],[9]. Après son implémentation en France, le collectif se scinde en deux associations complètement indépendantes : 269 Life France qui représente le « canal historique » jugé plus mesuré, alors que 269 Libération animale « revendique de son coté l’activisme politique, la désobéissance civile et l’action directe »[6],[1].

Le , sur la place du Palais-Royal à Paris, le collectif dénonce l'exploitation animale et plus particulièrement les abattages d'animaux et la cruauté régnant dans les abattoirs, à travers une mise en scène représentant un abattoir à ciel ouvert[2].

Le , 269 Life France organise au cœur de Nancy une action choc sous la forme d'une « boucherie humaine » à ciel ouvert, afin de dénoncer la manière et les raisons de tuer les animaux[10].

Le , à l'occasion de la journée mondiale pour la fin de la pêche (initiative créée en 2017 par une association suisse antispéciste), quatre militants de l'association réalisent un sit-in sur une place de Strasbourg, un hameçon planté dans la joue pour dénoncer la souffrance des poissons[11],[12].

Le , date en référence au nom de l'association (26-9), l'association L269 lance une campagne d'affichage dans plusieurs villes, établissant un comparatif direct entre les abattoirs et les centres d'extermination nazis[13].

Le , des militants[Note 1] 269 Life France manifestent devant le cirque Arlette Gruss, à Nancy, afin de sensibiliser le public à ce qu’ils considèrent comme une exploitation infondée et non naturelle des animaux[14],[15]. Les dirigeants du cirque évoquent un combat injuste[15].

Suites judiciaires[modifier | modifier le code]

En juin 2019, deux militants de 269 Life France, reconnus coupables d’avoir participé à une action perpétrée contre un boucher bio et son étal du marché Saint-Quentin début mai 2019, sont condamnés par le tribunal correctionnel de Paris à respectivement six mois de prison avec sursis pour « dégradations et violences en réunion », et à trois mois de prison avec sursis pour « dégradations en réunion », ainsi qu'à des dommages et intérêts[16],[17]. Les militants reconnaissent avoir versé du faux sang sur l'étal et la marchandise du boucher, mais rejettent les accusations de violences[18].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. entre 40 et 80 militants selon les sources.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Eddy Fougier, La Contestation animaliste radicale, Fondation pour l'innovation politique, , 56 p. (lire en ligne [PDF]), p. 26.
  2. a b et c AFP, « Happening macabre à Paris contre l'exploitation animale », L'Express, (consulté le ).
  3. « Des antispécistes dénoncent un « zoocide » face aux boucheries », sur L'Express.fr avec AFP, .
  4. « Défense des animaux : une nuit debout devant l’abattoir Elivia du Lion-d’Angers la veille d’Halloween », sur Actu.fr, .
  5. a b et c Isabelle Bris, « Montpellier : les anti-spécistes s'en prennent aussi aux boucheries « bio » », sur France Info.fr, .
  6. a b et c Sarah Finger, « Antispécisme : « Il ne faut pas avoir peur de se dire qu’on est en guerre » », sur Libération.fr, .
  7. [vidéo] France 3 Centre-Val de Loire, Tours : manifestation de l'association vegan « 269 Life France » sur YouTube, mise en ligne le .
  8. « Fer rouge, faux sang, « shoah » et poussins morts : 269Life, les pro-animaux de l'extrême », L'Obs (consulté le ).
  9. Paul Sugy, « Les mouvements animalistes sont-ils en train de se radicaliser ? », sur Le Figaro.fr, .
  10. « Nancy : un combat arrosé de (faux) sang », sur L'Est républicain.fr, .
  11. « Strasbourg : des militants antispécistes hameçonnés (au sens littéral) pour dénoncer la cruauté de la pêche », Dernières Nouvelles d'Alsace (consulté le ).
  12. Aurélia Abdelbost, « À Strasbourg, une mise en scène choc de militants antispécistes contre la pêche et l’exploitation des animaux marins », sur France Info, .
  13. Noémie Gaschy, « Spécisme = nazisme : la campagne choc de l’association animaliste L269 à Strasbourg », sur France Info.fr, .
  14. « Ils veulent bien du cirque… mais sans les animaux », sur L'Est républicain.fr, .
  15. a et b Isabelle Baudriller, « Manifestation contre les animaux de cirque à Nancy : « Les animaux ne sont pas des clowns ! » », sur France Bleu.fr, .
  16. Aude Bariéty, « Boucher bio agressé à Paris: deux militants antispécistes condamnés à des peines avec sursis. », sur Le Figaro.fr, .
  17. Cécile Beaulieu, « Agression d’un boucher à Paris : prison avec sursis pour les militants antispécistes », sur Le Parisien.fr, .
  18. Justine Chevalier, « Agression d'un boucher bio : deux militants condamnés à 3 et 6 mois de prison avec sursis », sur BFM TV.fr, .