25e régiment de tirailleurs algériens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

25e régiment de tirailleurs algériens
image illustrative de l’article 25e régiment de tirailleurs algériens
Insigne régimentaire du 25e régiment de tirailleurs algériens

Création 1920
Dissolution 1950
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment de tirailleurs algériens
Rôle Infanterie
Effectif d
Ancienne dénomination 25e régiment de marche de tirailleurs algériens
Inscriptions
sur l’emblème
Noyon 1918
Somme-Py 1918
Maroc 1925-1926
Guerres Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1939-1945
deux palmes
Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs
une palme

Le 25e régiment de tirailleurs algériens (abrévié 25e RTA) était un régiment d'infanterie appartenant à l'Armée d'Afrique qui dépendait de l'armée de terre française.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • Le 5e R.M.T. reformé en janvier 1918.
  • 1919 : création du 25e R.T.
  • 1920 : création du 25e régiment de marche de tirailleurs algériens
  • 1921 : renommé 25e régiment de tirailleurs algériens
  • 1940 : dissolution
  • 1948 : reconstitué en 25e bataillon de tirailleurs algériens
  • 1950 : dissolution

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 1918 : 5e R.M.T. : lieutenant-colonel Fournié.
  • 1940 :
  • 1948-1949 : chef de bataillon Lagarrigue.

Historique des garnisons, campagnes et batailles du 25e tirailleurs algériens[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

Le 20 janvier 1916, le 1er bataillon du 5e tirailleurs du Commandant Sacquet, rejoint le 1er tirailleurs. Il vient du 7e régiment de marche de tirailleurs.

1917[modifier | modifier le code]

En mai 1917, le 6e bataillon du 1er tirailleurs est affecté en renfort au 1er bataillon du 5e tirailleurs.

1918[modifier | modifier le code]

En janvier 1918, le 1er bataillon du 5e tirailleurs passe au 5e R.M.T.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En 1920 le 25e R.T.A. est en Rhénanie. En 1928, il stationne a Sarrebourg. Moselle

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1939 le 25e régiment de tirailleurs algériens appartient à la 4e division d'infanterie nord-africaine. Cette division stationne dans la région de TrélonArlon, il est prévu qu'elle participe à la manœuvre Dyle au sein de la 9e armée[1]. Elle doit s'avancer en Belgique et se tenir en réserve dans la région de Philippeville pour intervenir au profit de l'aile gauche de l'armée sur la Meuse[1].

Depuis 1945[modifier | modifier le code]

Le 25e B.T.A opère en Indochine à partir du printemps de 1947, Il est organisé en un état major, une compagnie de commandement, et trois compagnies de fusiliers voltigeurs. Il est d'abord sous les ordres du chef de bataillon Lagarrigue, Il est au Tonkin en 1948-1949, secteur de Cao Bang son secteur postal est 55.823. En aout 1949, il participe à l'opération "PITON" aux côtés du 21e B.T.A.

Devise[modifier | modifier le code]

Insigne du 25e tirailleurs algériens[modifier | modifier le code]

Cigogne blanche passant sous croissant doré au sigle R 25 T sur fond bleu.

Inscriptions portées sur le drapeau du régiment[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[2]:

Fourragère CG.png

25e régiment de tirailleurs algériens - drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Yves Mary, Le corridor des Panzers : Par delà la Meuse 10 - 15 mai 1940, t. I, Bayeux, Heimdal, , 462 p. (ISBN 2-84048-270-3), p. 32.
  2. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anthony Clayton, Histoire de l'Armée française en Afrique. 1830-1962, éd. Albin Michel, Paris, 1994
  • Robert Huré, L'Armée d'Afrique : 1830-1962, éd. Charles-Lavauzelle, Paris, 1977

Liens externes[modifier | modifier le code]