25e division d'infanterie motorisée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 25e division d'infanterie.
25e division d'infanterie
puis
25e division d'infanterie motorisée
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Division d'Infanterie
Rôle Infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Batailles 1914 - bataille de Sarrebourg
1914 - bataille de la Mortagne
1914 - 1re bataille de l'Aisne
1914 - 1re bataille de Picardie
1916 - Bataille de Verdun
1916 - Bataille de la Somme
1917 - Bataille de Verdun
1918 - 2e Bataille de la Marne
1918 - Bataille de la ligne Hindenburg

La 25e division d'infanterie devenue 25e division d'infanterie motorisée (25e DIM) est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première et à la Seconde Guerre mondiale.

Les chefs de la 25e division d'infanterie[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition au cours de la guerre[modifier | modifier le code]

Mobilisée dans la 13e Région, la division appartient au 13e corps d'armée, au sein de la 1re armée française.

1914[modifier | modifier le code]

6 – 10 août

Transport par V.F. à l'ouest d'Épinal

10 – 21 août

Offensive en direction de Sarrebourg par Rambervillers, Baccarat et Cirey :
14, combats dans la région Montigny, Ancerviller
20 août, engagée dans la bataille de Sarrebourg : combats vers Schneckenbuch-Oberhammer et Brouderdorff.

21 – 25 août

Repli derrière la Mortagne, vers Romont, par Lorquin, Frémonville et Azerailles.

25 août – 10 septembre

Engagée dans la bataille de la Mortagne : combats dans la région, Romont, Saint-Maurice-sur-Mortagne, Roville-aux-Chênes.
À partir du 2 septembre, stabilisation vers Xaffévillers.

10 – 14 septembre

Retrait du front, vers Épinal, et transport par V.F. vers Creil.

14 – 25 septembre

Mouvement en direction de Dreslincourt.
À partir du 16 septembre, engagée dans la 1re bataille de l'Aisne, puis dans la 1re bataille de Picardie : combats à Ribécourt, hameau de l'Écouvillon à Élincourt-Sainte-Marguerite, Machemont et la ferme Attiche.

1915[modifier | modifier le code]

25 septembre 1914 – 30 septembre 1915

Stabilisation et occupation d'un secteur vers Lassigny et Beuvraignes :
3 - 14 octobre, limite gauche ramenée vers la lisière nord du bois des Loges. Combats du bois des Loges, de Plessis-de-Roye et de Beuvraignes.
18 juin 1915, front étendu, à droite, jusque vers Plémont.
À partir du 20 septembre, retrait partiel du front, et travaux en vue d'une attaque sur Dancourt.

30 septembre – 30 octobre

Relève progressive et repos vers Gournay-sur-Aronde.
À partir du 15 octobre, mouvement vers Moreuil ; repos.
À partir du 25 octobre, mouvement vers Maignelay ; repos.

30 octobre 1915 – 18 janvier 1916

Mouvement vers le front, et occupation d'un secteur entre le massif de Thiescourt et la lisière sud du bois des Loges.

1916[modifier | modifier le code]

18 janvier – 7 mars

Retrait du front et repos à l'ouest de Montdidier.
À partir du 1er février, mouvement par étapes et transport par chemin de fer vers Crépy-en-Valois, puis vers Vic-sur-Aisne et Chelles.
À partir du 23 février, transport par V.F. de Villers-Cotterêts, dans la région de Revigny, puis mouvement vers Fleury-sur-Aire ; repos.

7 – 19 mars

Mouvement vers le front.
Engagée dans la bataille de Verdun, vers Forges et Béthincourt : 14 et 16 mars, attaques allemandes.

19 mars – 21 avril

Retrait du front et mouvement vers Jubécourt, puis transport par camions vers Sermaize-les-Bains.
À partir du 29 mars, transport par V.F. dans la région de Crépy-en-Valois ; repos.

21 avril – 27 septembre

Mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Pernant et Hautebraye (commune d'Autrêches).

27 septembre – 15 octobre

Retrait du front et transport par V.F. dans la région de Crèvecœur-le-Grand.
Repos vers Froissy, et à partir du 3 octobre, instruction au camp de Crèvecœur.

15 octobre – 14 novembre

Transport par camions dans la région de Caix.
Engagée dans la bataille de la Somme, entre l'est de Lihons et l'est de la ferme Lihu : le 7 novembre, prise de Pressoire.

14 – 25 novembre

Retrait du front ; repos au sud de Montdidier.

25 novembre – 13 décembre

Occupation d'un secteur entre le sud de Maucourt et la voie ferrée d'Amiens à Chaulnes.

13 – 21 décembre

Retrait du front et mouvement vers Crépy-en-Valois ; repos.

21 décembre 1916 – 27 janvier 1917

Transport par V.F. vers Neufchâteau ; repos.
À partir du 21 janvier 1917, transport par V.F. de Damblain, dans la région de Verberie ; repos.

1917[modifier | modifier le code]

27 janvier – 16 mars

Transport par camions vers le front et occupation d'un secteur vers Plessis-de-Roye et Canny-sur-Matz.

16 – 23 mars

Poursuite de l'ennemi (repli allemand): progression suivant l'axe Lassigny, Lagny, Bussy, La Neuville-en-Beine.

23 mars – 1er avril

Retrait du front ; repos vers Guiscard.

1er – 16 avril

Mouvement vers le front et occupation d'un secteur dans la région le canal Crozat, Roupy : attaques fréquentes, particulièrement violentes, le 13 avril aux abords de Saint-Quentin.

16 avril – 7 mai

Retrait du front ; repos vers Nesle et Libermont ; (éléments en secteur du 20 au 25 avril).

7 mai – 1er juillet

Occupation d'un secteur vers Urvillers et Grugies.

1er – 25 juillet

Retrait du front ; repos vers Nesle.
10 juillet, transport par V.F. de la région Ham, Nesle, dans celle de Vitry-le-François ; repos et instruction.

25 juillet – 31 août

Transport par camions dans la région de Verdun, et occupation d'un secteur vers Avocourt et la route d'Esnes à Malancourt.
20 août, engagée à Avocourt, dans la 2e bataille offensive de Verdun.

31 août – 23 septembre

Retrait du front, transport par camions vers Dampierre-le-Château ; repos et instruction.

23 septembre – 8 décembre

Mouvement vers le front et occupation d'un secteur entre le Four de Paris (Vienne-le-Château) et l'Aire (Front de l'Argonne).

8 décembre – 16 décembre

Retrait du front ; repos vers Vaubécourt et Condé-en-Barrois.

16 décembre 1917 – 7 février 1918

Transport par camions sur la rive droite de la Meuse et occupation d'un secteur vers Bezonvaux et Damloup.

1918[modifier | modifier le code]

7 février – 21 mars

Retrait du front ; repos vers Sermaize-les-Bains.
À partir du 22 février, transport par V.F. en Argonne ; travaux.

21 mars – 6 avril

Occupation d'un secteur entre le Four de Paris et l'Aire.

6 – 14 avril

Retrait du front ; repos vers Rarécourt.

14 avril – 18 juillet

Mouvement vers le front, et, à partir du 18 avril, occupation d'un secteur sur les deux rives de la Meuse, vers la cote 344 et l'ouest de Forges, étendu à droite, le 12 juillet, jusque vers Beaumont.

18 – 26 juillet

Retrait du front et transport par V.F. de la région de Revigny, dans celle de Verberie ; repos vers Villers-Cotterêts.

26 juillet – 4 août

Engagée, vers Le Plessier-Huleu, dans la 2e bataille de la Marne : à partir du 29 juillet, combats aux abords de Grand-Rozoy, puis poursuite jusqu'à la Vesle, atteinte le 4 août.

4 août – 29 septembre

Organisation du front, sur la rive gauche de la Vesle, vers Braine et l'est de Vasseny.
Engagée à la fin d'août, et jusqu'au 20 septembre, dans la poussée vers la position Hindenburg :
4 septembre, franchissement de la Vesle, progression vers le canal latéral de l'Aisne, et, le 6 septembre vers Vailly.
16 septembre, prise de Vailly ; organisation des positions conquises vers Presles et l'ouest de Vailly. Puis progression jusque vers Ostel.

29 septembre – 31 octobre

Retrait du front ; puis transport par V.F. dans la région de Luzarches ; repos.

31 octobre – 11 novembre

Mouvement par étapes vers le front.
Se trouve vers Moncornet, lors de l'armistice.

Rattachement[modifier | modifier le code]

Affectation organique: 13e corps d'armée, d'août 1914 à novembre 1918

1re armée

2 août – 11 septembre 1914
13 décembre 1916 – 2 janvier 1917
21 janvier – 22 mars 1917

2e armée

21 septembre 1914 – 1er juillet 1915
27 février – 29 mars 1916
26 juillet 1916 – 19 juillet 1918

3e armée

23 – 27 février 1916
30 juin – 28 septembre 1916
22 mars – 10 juillet 1917
27 octobre – 11 novembre 1918

4e armée

10 – 26 juillet 1917

6e armée

11 – 21 septembre 1914
1er juillet 1915 – 23 février 1916

7e armée

2 – 21 janvier 1917

10e armée

29 mars – 30 juin 1916
28 septembre – 13 décembre 1916
19 juillet – 27 octobre 1918

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

La loi du 13 juillet 1927, sur l’organisation générale de l’armée et la loi des cadres et effectifs du 28 mars 1928, fixent le nombre des divisions d’infanterie métropolitaines à vingt. Ces dernières sont considérées comme des forces de territoire affectées à la défense du sol métropolitain.

Ces grandes unités d’infanterie sont de trois types, dix divisions d’infanterie de type « nord-est », sept divisions d’infanterie motorisées et trois divisions d’infanterie alpine.

En mars 1928, la 25e division d'infanterie devient la 25e division d'infanterie motorisée. Elle est stationnée à Clermont-Ferrand. Sa composition est la suivante :

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Le 10 mai 1940 la 25e DIM, sous les ordres du général Molinié, est rattachée au 1er Corps d'Armée qui est intégré à la 7e Armée.

À cette date la 25e division d'infanterie motorisée se compose de :

1940[modifier | modifier le code]

Dirigée en mai 1940 par le général Molinié, elle a fait partie des défenseurs de la Poche de Lille du 26 au 31 mai durant la bataille de France.

1945[modifier | modifier le code]

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les FFI du centre-ouest de la France (notamment ceux de la brigade Charles Martel, d'Indre-et-Loire, et de Loire-Inférieure[1]), sont incorporés dans la 25e DI, qui regroupe alors 15 000 hommes.

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 15 octobre 1945, la division absorbe les 1er et 2e RCP de la 24e division aéroportée (24e DAP) qui vient d'être dissoute. Cette nouvelle 25e DI devient à son tour une unité aéroportée sous le nom de 25e DAP par changement d'appellation le 1er février 1946.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Simonnet, Atlas de la Libération de la France, éd. Autrement, Paris, 1994, réimp. 2004 (ISBN 2-7467-0495-1) , p 51