25e Panzerdivision

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

25e Panzerdivision
Création Février 1942
Dissolution Mai 1945
Pays Drapeau de l'Allemagne nazie Allemagne
Branche Wehrmacht
Type Division Blindée
Fait partie de District militaire (Wehrkreis) VI
Guerres Seconde Guerre mondiale

La 25e Panzerdivision était une division blindée de la Wehrmacht durant la Seconde Guerre mondiale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Insigne de la Division

La 25e Panzerdivision a été créée le à Eberswalde en Allemagne puis transférée en Norvège pour être renforcée avec des éléments de la garnison d'Oslo: la Panzerabteilung zur besonderer Verwendung 40. En , la division est renforcée et en , elle est finalement définie comme une division blindée. Elle est transférée en France sur les ordres de l'inspecteur-général des troupes blindées, Heinz Guderian comme une unité de renfort pour l'invasion hypothétique des alliés en France. Paradoxalement, elle n'a jamais servi sur le front occidental.

La qualité de l'équipement était variée, puisque le régiment de Panzer reçut des chars français dépassés : Renault R35, Hotchkiss H39 et B1 bis, ainsi que des chars allemands modernes Panzer IV (une compagnie) et Tiger (une compagnie). Le régiment d'artillerie avait des pièces d'artillerie moderne, mais de la taille d'un bataillon. Le bataillon de reconnaissance n'avait pas de voitures blindées et a été entièrement composé de motocyclettes.

La division a été transférée sur le front de l'Est, malgré l'opposition de Guderian. Elle est alors rattachée à la 4e armée de Panzer (4. Panzerarmee) (Groupe d'armées Nord Ukraine) et participe à de violents combats à Jytomyr den . La 25e Panzerdivision est écrasée à proximité de Kamianets-Podilskyi sur la rivière Dniestr au cours de sa retraite (printemps 1944).

À l'été 1944, les restes de la division sont rejoints par des unités de la garnison du Danemark et la division est réactivée au Danemark et en France. À ce moment, la Wehrmacht aux abois n'a pu lever qu'un semblant de Panzerdivision pour être réorganisée en kampfgruppe. La formation est envoyée pour combattre l'Armée rouge et elle combat pour la défense des points de passage de la Vistule. Certaines parties de la division ont également participé à la répression de l'Insurrection de Varsovie. Elle subit de lourdes pertes pendant la retraite de l'Oder en .

Pendant l'hiver de 1945, la division est réduite à la taille d'un régiment. À la fin et , elle est engagée, au sein du Groupe d'armées Ostmark, dans la défense de l'Autriche où elle a été presque complètement détruite. Puis elle se rend aux forces soviétiques[réf. nécessaire].

Commandants[modifier | modifier le code]

Début Fin Grade Nom
Generalleutnant Johannes Haarde
Generalleutnant Adolf von Schell
Generalleutnant Gorg Jauer
Generalmajor
puis, Generalleutnant
Hans Tröger
Generalmajor Oswin Grolig
Mai 1945 Oberst
puis, Generalmajor
Oskar Audorsch

Ordre de batailles[modifier | modifier le code]

1942[modifier | modifier le code]

  • Schützen-Regiment 146
    • Schützen-Bataillon I
    • Schützen-Bataillon II
    • Schützen-Bataillon III
  • Panzer-Abteilung 214
    • Panzerjäger-Kompanie 514
  • Artillerie-Abteilung 91 (motorisé)
  • Panzer-Jäger-Kompanie 87

Juin 1943[modifier | modifier le code]

  • Panzer-Grenadier-Regiment 146
    • Panzergrenadier-Bataillon I
    • Panzergrenadier-Bataillon II
  • Panzer-Grenadier-Regiment 147
    • Panzergrenadier-Bataillon I
    • Panzergrenadier-Bataillon II
  • Panzer-Regiment 9
    • Panzer-Abteilung I
    • Panzer-Abteilung II
  • Panzer-Artillerie-Regiment 91
    • Panzer-Artillerie-Abteilung I
    • Panzer-Artillerie-Abteilung II
    • Panzer-Artillerie-Abteilung III
  • Panzer-Jäger-Abteilung 87
  • Kradschützen-Battalion 87
  • Panzer-Pionier-Battalion 87
  • Panzer-Nachrichten-Abteilung 87
  • Kdr-Panzer-Division Naschsch.Tr.87
  • Felders-Battalion 87

Décembre 1943, Ukraine[modifier | modifier le code]

  • Panzer-Regiment 9
    • Panzer-Abteilung I
    • Panzer-Abteilung II
  • Panzer-Grenadier-Regiment 146
    • Panzergrenadier-Bataillon I
    • Panzergrenadier-Bataillon II
  • Panzer-Grenadier-Regiment 147
    • Panzergrenadier-Bataillon I
    • Panzergrenadier-Bataillon II
  • Kradschützen-Battalion 87
  • Feldersatz-Battalion 87
  • Panzer-Artillerie-Regiment 91
    • Panzer-Artillerie-Abteilung I
    • Panzer-Artillerie-Abteilung II
    • Panzer-Artillerie-Abteilung III
  • Heeres-Flak-Artillerie-Abteilung 279
  • Panzer-Jäger-Abteilung 87
  • Panzer-Pionier-Battalion 87
  • Panzer-Nachrichten-Abteilung 87
  • Panzer-Versorgungstruppen

Théâtres d'opérations[modifier | modifier le code]

  • Norvège ( - )
    • Entrainement et force d'occupation
  • Danemark ( - )
  • France ' - )
  • Front Est secteur central ( - )
    • Ouest de l'Ukraine (destruction)
  • Danemark ( - )
    • Réorganisation
  • Pologne ( - )
  • Allemagne de l'Est ( - )

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr + en) François de Lannoy et Josef Charita, Panzertruppen : les troupes blindées allemandes, Bayeux, Heimdal, , 272 p. (ISBN 978-2-840-48151-5, OCLC 1015457546)
  • French Maclean - Quiet Flows the Rhine: German General Officer Casualties in World War II
  • Samuel W. Mitcham Jr - The Panzer Legions: A guide to the German Army Tank Divisions of WWII and Their Commanders

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]