Cliquez ici pour écouter une version audio de cet article.

2013 en Océanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Écouter cet article (info sur le fichier)
Chronologies
Années :
2010 2011 2012  2013  2014 2015 2016
Décennies :
1980 1990 2000  2010  2020 2030 2040
Siècles :
XXe siècle  XXIe siècle  XXIIe siècle
Millénaires :
IIe millénaire  IIIe millénaire  IVe millénaire
Années du thème Océanie
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Astronautique Astronomie Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Échecs Économie Élections Fantasy Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision TerrorismeThéâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Chronologie de l’Océanie

Cet article concerne les événements thématiques qui se sont produits durant l'année 2013 en Océanie.

Politique[modifier | modifier le code]

Élections[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

Politique intérieure[modifier | modifier le code]

  • 4 janvier : Élu Gouverneur des Samoa américaines le 20 novembre 2012, Lolo Matalasi Moliga entre en fonction[8].
  • 10 janvier : Dans le cadre de la préparation d'une nouvelle Constitution pour les Fidji, le gouvernement (issu du coup d'État de décembre 2006) rejette des aspects de la Constitution préparée par une commission indépendante, et annonce qu'il va préparer lui-même le nouveau document[9].
  • 15 janvier : Dans le cadre de la préparation des élections législatives de 2014 devant officiellement ramener le pays à la démocratie, le gouvernement militaire fidjien publie un décret annonçant les critères pour la reconnaissance de partis politiques[10].
  • 16 janvier : Gaston Flosse, sénateur de Polynésie française et ancien Président du pays, est condamné à cinq ans de prison et de privation des droits civils et civiques pour trafic d'influence passif et corruption active[11].
  • janvier : Les principaux partis politiques fidjiens (le Parti travailliste, le Soqosoqo Duavata ni Lewenivanua, le Parti des peuples unis et le Parti de la Fédération nationale) s'assemblent en un Front uni pour des Fidji démocratiques, en opposition au régime militaire[12].
  • 7 février : Kieren Keke, Ministre nauruan des Affaires étrangères et du Commerce, de la Santé, et des Sports, démissionne sans immédiatement donner (en public) de raison[13]. Il s'ensuit la démission du ministre des Finances Roland Kun, ainsi que le limogeage du ministre du Commerce Marcus Stephen, pour des raisons non-spécifiées. Cet éclatement du gouvernement serait dû à un désaccord autour du rétablissement d'un centre de détention australien sur l'île[14]. Fin février, alors que le gouvernement ne semble plus avoir de majorité, le Parlement est suspendu par son président Ludwig Scotty, malgré les protestations des députés d'opposition[15]. Le 15 mars, le Président de la Cour suprême, Geoffrey Eames, statue que Scotty n'avait pas autorité pour annoncer une suspension indéfinie du Parlement, dont Eames ordonne la réouverture[16].
  • 14 mars : Adam Giles (du Parti libéral rural) devient ministre en chef du Territoire du Nord en Australie. Il est le premier Aborigène à prendre la tête d'un gouvernement en Australie[17].
  • 20 mars : Benigno Fitial est le premier gouverneurs des îles Mariannes du Nord à démissionner de son poste, étant accusé de corruption et de plusieurs autres délits. Son lieutenant-gouverneur Eloy Inos lui succède, tandis que le président du Sénat, Jude Hofschneider, devient lieutenant-gouverneur[18].
  • 21 mars :
  • 22 mars : Le Premier ministre et amiral fidjien Voreqe Bainimarama, au pouvoir depuis un coup d'État en décembre 2006, annonce qu'il sera candidat aux élections législatives prévues pour septembre 2014, et qu'il compte fonder un parti politique à cet effet[24].
  • 3 avril : L'ancien Premier ministre fidjien Laisenia Qarase sort de prison après huit mois d'incarcération pour corruption[25].
  • 6 avril : Le Parlement du Vanuatu nomme Philip Boedoro à sa présidence, remplaçant George Wells qui était jugé trop proche du gouvernement précédent. Wells est ensuite suspendu du Parlement, pour avoir suspendu la séance en mars afin d'éviter d'être démis de ses fonctions. Il est suspendu de ses fonctions de député jusqu'en 2014[26].
  • 17 avril : Le Parlement de Nouvelle-Zélande adopte une proposition de loi autorisant le mariage homosexuel. La proposition avait été déposée par la députée travailliste Louisa Wall, et soutenue par le Premier ministre conservateur John Key. Après avoir autorisé les unions civiles en 2005, la Nouvelle-Zélande devient ainsi le treizième pays au monde (et le premier en Océanie) à légaliser le mariage pour les couples de même sexe[27].
  • 23 avril : Le Parlement de Nauru, divisé en trois factions, se réunit brièvement, mais les députés ne parviennent pas à s'accorder sur un président d'assemblée, à la suite de la démission de Ludwig Scotty. La vie politique du pays est paralysée[28]. Le 25 avril, Godfrey Thoma est élu à la présidence du Parlement[29].
  • 3 mai : Les autorités fidjiennes, qui avaient dissous tous les partis politiques du pays, autorisent la (re)formation de trois partis en vue des élections législatives de 2014 : le Parti travailliste fidjien, le Parti de la fédération nationale, et le Parti libéral social-démocrate[30].
  • 15 mai : À l'appel des principaux syndicats, une grève générale débute en Nouvelle-Calédonie, accompagnée d'une manifestation. Les grévistes protestent contre les prix des denrées dans les supermarchés, arguant que ces derniers s'octroient une marge de bénéfice excessive[31]. La grève s'achève par un accord de baisse et de gel des prix le 27 mai[32].
  • 23 mai : Fin du blocage politique à Nauru. Le Parlement, boycotté par les députés de la majorité présidentielle, tente une énième fois de siéger, toujours sans quorum, et le président du Parlement, Godfrey Thoma, accepte finalement de dissoudre l'assemblée sur demande du président de la république. Cette dissolution enclenche des élections législatives, qui doivent se tenir le 22 juin (environ)[4].
  • 28 mai : Le Parlement de Papouasie-Nouvelle-Guinée vote la mise en application concrète de la peine de mort pour les crimes les plus graves. Jusque lors, la peine de mort était prévue en principe, mais n'avait pas été appliquée depuis l'ère coloniale. La décision fait suite à une recrudescence de crimes violents, dont des viols collectifs et des meurtres particulièrement brutaux de femmes soupçonnées de sorcellerie[33]. Dans le même temps, la loi Sorcery Act remontant à l'ère coloniale (1971) est abrogée ; le meurtre d'un présumé 'sorcier' ne sera dorénavant plus traité avec davantage de clémence que le meurtre de toute autre personne[34].
  • 7 juin : Peter Dunne, ministre néo-zélandais du Revenu, démissionne du gouvernement, ayant été accusé d'avoir transmis secrètement à la presse un rapport confidentiel sur des activités des services de renseignement[35].
  • 24 juin : Le Parlement des Samoa adopte à l'unanimité un amendement constitutionnel réservant cinq sièges du Parlement aux femmes, à compter des prochaines élections[36].
  • 26 juin : Les députés travaillistes à la Chambre des Représentants australienne choisissent, par 57 voix contre 45, de ne plus accorder leur confiance à Julia Gillard comme chef du parti, et d'en confier la direction à Kevin Rudd. En accord avec les règles tacites du système de Westminster, Gillard démissionne du poste de Premier ministre, et conseille au Gouverneur général Quentin Bryce de nommer Rudd à la tête du gouvernement. Ce changement intervient alors que les sondages prédisent une défaite catastrophique pour les Travaillistes aux élections législatives de septembre si Gillard demeure à la tête du parti[37]. Rudd est nommé Premier ministre le lendemain[38].
  • 28 juin : Aux Tuvalu, l'opposition menée par Enele Sopoaga remporte une élection partielle cruciale à Nukufetau, et dispose dès lors d'une majorité de sièges au Parlement[39]. Face au refus du gouvernement de convoquer un Parlement où il n'a plus de majorité, le Gouverneur général Iakoba Italeli fait usage de ses prérogatives constitutionnelles pour convoquer le Parlement pour le 30 juillet[40].
  • 30 et 31 juillet : Le Parlement des Tuvalu se réunit pour voter une motion de censure à l'encontre du gouvernement Telavi, qui n'y dispose plus d'une majorité. Pour empêcher la tenue de ce vote, le ministre de la Santé Taom Tanukale démissionne de ses fonctions de député, laissant un siège vacant. Le président du Parlement Kamuta Latasi, favorable au Premier ministre, refuse la tenue du vote, et ajourne le Parlement jusqu'à ce qu'une élection partielle puisse être tenue pour le siège vacant. Le gouvernement Telavi, qui n'a plus de majorité claire depuis décembre 2012, conserve ainsi le pouvoir. L'opposition dénonce une crise constitutionnelle[41].
  • 1 août : Le Gouverneur général tuvaluan, Iakoba Italeli, fait usage de manière inédite de ses prérogatives constitutionnelles et démet le Premier ministre Willy Telavi, qui cherchait à conserver le pouvoir sans majorité parlementaire. Le chef de l'opposition officielle, Enele Sopoaga, est nommé Premier ministre par intérim[42]. Le 4 août, le Parlement confirme Sopoaga au poste de Premier ministre, par huit voix contre cinq. Il prête serment et nomme son gouvernement le lendemain[43].
  • 21 août : Wera Mori, député et vice-ministre des Mines en Papouasie-Nouvelle-Guinée, est arrêté et inculpé, accusé d'avoir détourné des millions de kina destinés à des travaux sur la Route des Hautes-Terres[44].
  • 22 août :
    • Le gouvernement transitoire fidjien, issu du coup d'État militaire de décembre 2006, publie la Constitution qui encadrera les élections de septembre 2014. Parmi les changements notables : les circonscriptions électorales sont abolies, faisant place à une système électoral à la proportionnelle ; le Sénat est aboli, en faveur d'un parlement monocaméral ; le droit de vote est désormais acquis à l'âge de 18 ans, au lieu de 21 ; le nombre de sièges au parlement est réduit à 50 ; la propriété autochtone des terres est garantie ; les Fidjiens expatriés obtiennent le droit de vote ; les trois langues du pays (l'anglais, le fidjien et le hindi) doivent être enseignées à l'école ; et les forces armées ont pour rôle de garantir « la sécurité, la défense et le bien-être » du pays et de ses habitants[45],[46].
    • Le chef de l'opposition officielle néo-zélandaise, le Travailliste David Shearer, démission de ses fonctions, estimant ne plus bénéficier de la confiance de son camp au Parlement[47].
  • 22 novembre : Quentin Bryce, Gouverneur général d'Australie, s'exprime publiquement en faveur d'une république australienne, ainsi que pour la légalisation du mariage homosexuel[48].

Diplomatie et relations internationales[modifier | modifier le code]

  • 1er janvier : L'Australie devient membre non-permanent du Conseil de sécurité des Nations unies[49].
  • janvier : Leviante Araki, porte-parole de la communauté rapanui (autochtone) de l'île de Pâques, « menace de déclarer [l']indépendance vis-à-vis du Chili », accusé de « s'approprier des terres, des emplois dans le tourisme » et de négliger l'économie de l'île. Il propose un rattachement de l'île de Pâques à la Polynésie française[50].
  • 15 janvier : Les Fidji prennent la direction du Groupe des 77 aux Nations unies[51].
  • 1er avril : Les dernières troupes papou-néo-guinéennes, présentes depuis dix ans aux îles Salomon dans le cadre de l'opération RAMSI, quittent le pays[52].
  • début mai : Les ministres de la Défense d'Australie (Stephen Smith), du Chili (Rodrigo Hinzpeter), de France (Jean-Yves Le Drian), de Nouvelle-Zélande (Jonathan Coleman), de Papouasie-Nouvelle-Guinée (Fabian Pok) et des Tonga (Lord Tuʻivakano, qui est également Premier ministre) se réunissent pour la toute première fois à Nukuʻalofa (aux Tonga), pour discuter d'une meilleure intégration de leurs politiques de défense dans la région, et d'une meilleure coordination face aux désastres naturels. Smith, le représentant australien, indique aux médias que l'influence croissante de la Chine dans le Pacifique sud est un sujet de discussion majeur pour cette réunion. Des représentants des États-Unis et du Royaume-Uni sont présents en qualité d'observateurs[53].
  • 16 mai : L'Assemblée de la Polynésie française se prononce contre la potentielle réinscription du pays sur la liste des territoires non autonomes, qui doit être débattue par l'Assemblée générale des Nations unies le lendemain[54]. Le 17 mai, l'Assemblée générale adopte par consensus la réinscription sur la liste de la Polynésie française, malgré l'opposition de celle-ci et de la France. La motion avait été déposée auprès des Nations unies par les Salomon, les Tuvalu et Nauru[55].
  • 31 mai : Ouverture d'une ambassade gilbertine à Taipei. Kiribati est l'un des rares États à accorder la reconnaissance diplomatique à la République de Chine (Taiwan)[56].
  • juin : Début du libre échange commercial entre les Fidji, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et le Vanuatu, dans le cadre du Groupe Fer de lance mélanésien[57].
  • 30 juin : Fin du volet militaire de la mission internationale RAMSI aux îles Salomon[58].
  • 19 juillet : Les premiers ministres australien et papou-néo-guinéen, Kevin Rudd et Peter O'Neill, annoncent que désormais tout demandeur d'asile arrivant en Australie par bateau clandestin serait expédié en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où sa demande serait examinée par les autorités papou-néo-guinéennes. Les clandestins étant de « vrais réfugiés » obtiendraient l'autorisation de rester en Papouasie-Nouvelle-Guinée, mais non pas en Australie. En contrepartie, l'Australie accroît l'aide au développement qu'elle fournit à la Papouasie-Nouvelle-Guinée, notamment dans les secteurs de la santé et de l'éducation. La question des clandestins arrivés en Australie par bateau avait été depuis longtemps un enjeu politique majeur. (Voir : Solution du Pacifique.)[59]
  • 3 août : Après la Papouasie-Nouvelle-Guinée (ci-dessus), Nauru, sous son président Baron Waqa, accepte (en échange d'une aide financière) d'accueillir de manière permanente des réfugiés politiques arrivés clandestinement en Australie par bateau[60]. Le gouvernement nauruan précise toutefois que ces éventuels immigrés ne pourront pas être naturalisés nauruans[61].
  • 9 octobre : Les Kiribati ouvrent une ambassade permanente auprès des Nations unies à New York[62].

Gouvernements[modifier | modifier le code]

Julia Gillard, première femme Premier ministre d'Australie, est destituée par son parti en juin.
Ayant remporté l'élection présidentielle le 6 novembre 2012, Tommy Remengesau doit devenir président de la République des Palaos le 17 janvier.

Environnement[modifier | modifier le code]

  • 2 janvier : le cyclone Freda frappe la Nouvelle-Calédonie, faisant au moins un mort[63].
  • 4 janvier : un incendie de brousse affecte grièvement treize villes ou villages dans le sud de la Tasmanie, menant à l'évacuation de près de 3 000 personnes[64],[65]. Au cours des jours qui suivent, facilités par une chaleur sèche et par le vent, de nombreux incendies se déclarent dans le Victoria et en Nouvelle-Galles du Sud ; un pompier est gravement blessé aux mains et au visage[66].
  • 26 janvier : à la suite du passage du cyclone Oswald, le Queensland est frappé par des inondations sans précédent, qui font au moins trois morts[67].
  • fin janvier : Des habitants du village de Fanalei dans la province de Malaita aux îles Salomon massacrent un millier de dauphins en quelques jours, affirmant ne plus recevoir les fonds que leur versait une ONG pour la préservation de ces animaux. Le ministre du Tourisme, Samuel Manetoali, visite le village, condamne cet événement et s'inquiète de la dégradation de l'image internationale du pays[68].
  • 1er février : Le débordement du fleuve Vaisigano provoque des inondations à Apia, la capitale des Samoa[69].
  • 6 février : à la suite d'un séisme sous-marin de magnitude 8,0, un tsunami, d'une hauteur estimée à 1,50 m, frappe des villages de la côte ouest de l'île de Nendo, aux Salomon, faisant au moins treize morts et « de nombreux disparus » et détruisant ou endommageant une centaine de foyers[70],[71],[72].
  • mars : Une expédition britannique annonce la découverte de plus de 80 nouvelles espèces animales et végétales, jusque lors inconnues du monde extérieur, dans une région reculée de Papouasie-Nouvelle-Guinée[73].
  • début mai : Le gouvernement des îles Marshall déclare un état de catastrophe naturelle, en raison de la sécheresse. Des milliers de personnes manquent d'eau potable, et la production agricole est fortement affectée[74].
  • début juillet : Pour assurer l'avenir des Kiribati, alors que les terres agricoles du pays sont petit à petit contaminées ou recouvertes par la montée de l'océan, le Président Anote Tong finalise l'achat de terres aux Fidji[75].

Sport[modifier | modifier le code]

Autres événements marquants[modifier | modifier le code]

  • 6 février : À Mount Hagen en Papouasie-Nouvelle-Guinée, une femme de vingt ans est torturée puis brulée vive en public ; ses agresseurs l'accusent d'être une sorcière et d'avoir provoqué, par sa magie, la mort d'un enfant. La police rapporte que des centaines de personnes assistent à la scène sans chercher à secourir la victime, et qu'ils tentent d'empêcher l'intervention de la police[77]. Le Post-Courier, dans un éditorial, rappelle la « fréquence de tels actes barbares », et appelle les autorités à prendre leurs responsabilités[78].
  • mars : La publication d'une vidéo montrant des gardiens de prison fidjiens torturant des prisonniers suscite les condamnations de la communauté internationale. Trois gardiens de prison, identifiés comme ayant participé aux sévices, sont licenciés, et une enquête de police est ouverte, mais le Premier ministre Voreqe Bainimarama refuse de les condamner, estimant qu'ils ont « fait leur devoir, veillant à la sécurité de cette nation et à ce que nous puissions dormir tranquilles la nuit »[79].
  • 22 juin : La ville de Levuka est inscrite au patrimoine mondial par l'UNESCO, devenant le premier site fidjien ainsi classé[80].

Naissances[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Élections micronésiennes de 2013, Union interparlementaire
  2. « Gaston Flosse remporte les élections territoriales en Polynésie », Libération, 6 mai 2013
  3. « Gaston Flosse réélu président de la Polynésie française », Le Monde, 18 mai 2013
  4. a et b (en) "Nauru parliament dissolved - elections in a month", Radio New Zealand International, 23 mai 2013
  5. (en) "New Nauru President prioritises stable government", Radio New Zealand International, 11 juin 2013
  6. (en) "Australian PM Kevin Rudd calls election for 7 September", BBC News, 4 août 2013
  7. (en) "https://www.bbc.co.uk/news/world-asia-24000133", BBC News, 7 septembre 2013
  8. (en) "Lolo sworn in as American Samoa governor", Radio New Zealand International, 4 janvier 2012
  9. (en) "Fiji dumps draft constitution", The Daily Telegraph, 11 janvier 2013
  10. (en) "Fiji decree restricts political participation", The Australian, 16 janvier 2013
  11. "Gaston Flosse condamné à cinq ans de prison ferme", AFP, 15 janvier 2013
  12. (en) "Political Parties Form Democratic Alliance In Fiji", Fijilive, 2à janvier 2013
  13. (en) "Nauru foreign minister Keke resigns", Radio New Zealand International, 8 février 2013
  14. (en) "Nauru in chaos as ministers quit", The Australian, 16 février 2013
  15. (en) "Nauru parliament dissolved and election date announced", Radio New Zealand International, 11 mars 2013
  16. (en) "Nauru court rules on parliament recall", Radio Australia, 15 mars 2013
  17. (en) "Electoral milestones for Indigenous Australians", Commission électorale australienne
  18. (en) "Gov Benigno Fitial steps down, Eloy Inos steps in", Islands Business, mars 2013
  19. (en) "Opposition 28, Government 21", Vanuatu Daily Post, 21 mars 2013
  20. (en) "Vanuatu Prime Minister, facing no confidence vote, resigns", Radio New Zealand International, 21 mars 2013
  21. (en) "Vanuatu MPs select Greens’ leader as new prime minister", Radio New Zealand International, 23 mars 2013
  22. (en) "Draft constitution out", Fiji Times, 21 mars 2013
  23. (en) "Australia PM Gillard sorry for 'shameful' forced adoptions", BBC News, 21 mars 2013
  24. (en) "PM to contest 2014 election", Fiji Times, 22 mars 2013
  25. (en) "Lau retreat for Qarase", Fiji Times, 3 avril 2013
  26. (en) "Former Vanuatu Speaker suspended because he acted unconstitutionally - Prime Minister", Radio New Zealand International, 8 avril 2013
  27. "La Nouvelle-Zélande dit «oui» au mariage pour tous", AFP, 17 avril 2013
  28. (en) "No progress in Nauru political standoff", Radio New Zealand International, 23 avril 2013
  29. (en) "Nauru parliament elects new speaker", Radio Australia, 25 avril 2013
  30. (en) "NFP, FLP AND SODELPA registered as political parties in Fiji", Islands Business, 3 mai 2013
  31. (en) "New Caledonia general strike set to last until prices drop", Radio New Zealand International, 15 mai 2013
  32. « Fin de la grève générale contre la vie chère en Nouvelle-Calédonie », Le Monde, 26 mai 2013. (La date de publication est antérieure à la date de l'événement en raison des fuseaux horaires.)
  33. (en) "NG parliament moves to re-establish death penalty", Australian Broadcasting Corporation, 29 mai 2013
  34. (en) "Death laws passed", The National, 29 mai 2013
  35. (en) "Dunne: I was unwise, even stupid", New Zealand Herald, 8 juin 2013
  36. (en) "Samoa women get five guaranteed seats in parliament", Radio New Zealand International, 24 juin 2013
  37. (en) "Kevin Rudd ousts Australian Prime Minister Julia Gillard", BBC News, 26 juin 2013
  38. (en) "Kevin Rudd sworn in as new Australian prime minister", BBC News, 27 juin 2013
  39. (en) "Tuvalu’s Opposition waiting to hear from GG", Islands Business, 1 juillet 2013
  40. (en) "Tuvalu’s parliament convenes July 30", Islands Business, 3 juillet 2013
  41. (en) "Tuvalu in constitutional crisis, says opposition", Radio New Zealand International, 31 juillet 2013
  42. (en) "GG appoints Sopoaga as Tuvalu’s caretaker PM", Islands Business, 1 août 2013
  43. (en) "ENELE SOPOAGA SWORN-IN TODAY AS TUVALU’S NEW PM", Islands Business, 5 août 2013
  44. (en) "PNG MP arrested", Islands Business, 22 août 2013
  45. (en) "Fiji Government releases final version of constitution, paving the way for 2014 elections", Australian Broadcasting Corporation, 22 août 2013
  46. (en) "New Fiji constitution a mixed bag says academic", ABC Radio Australia, 22 août 2013
  47. (en) "Shearer resignation: Labour leadership race begins", New Zealand Herald, 22 août 2013
  48. (en) "Governor-General Quentin Bryce backs gay marriage, Australia becoming a republic in Boyer Lecture", Australian Broadcasting Corporation, 23 novembre 2013
  49. (en) "Australia ready to take up new UN seat", Australian Broadcasting Corporation, 1er janvier 2013
  50. "L'île de Pâques tentée par l'indépendance", Le Monde, ' janvier 2013
  51. (en) "Fiji’s Bainimarama at UN to accept Chairmanship of G77 and China", Radio New Zealand International, 15 janvier 2013
  52. (en) "PNG troops withdraw from the RAMSI force in Solomon Islands", Radio Australia, 1er avril 2013
  53. (en) "China high on agenda at South Pacific Defence Summit", Radio Australia, 2 mai 2013
  54. (en) "Tahiti assembly votes against UN decolonisation bid", Radio New Zealand International, 17 mai 2013
  55. (en) "http://www.rnzi.com/pages/news.php?op=read&id=76113", Radio New Zealand International, 17 mai 2013
  56. (en) "Kiribati to open embassy in Taiwan", Focus Taiwan, 23 mai 2013
  57. (en) "Fiji, PNG and Vanuatu start MSG duty free trade", PacNews, 26 juin 2013
  58. (en) "RAMSI Defence Ends Mission", Solomon Times, 3 juillet 2013
  59. (en) "Australia announces Papua New Guinea asylum deal",BBC News, 19 juillet 2013
  60. « L'île de Nauru accepte de recevoir les expulsés australiens », Le Monde, 3 août 2013
  61. (en) "Asylum seekers can 'settle and reside' in Nauru but can't become citizens", The Guardian, 6 août 2013
  62. (en) "Kiribati's new diplomatic mission opens at the UN", PINA, 9 octobre 2013
  63. "Nouvelle-Calédonie : un noyé et un disparu après le passage de Freda", Le Parisien, 3 janvier 2013
  64. (en) "Australia bushfires: Tasmania search for 100 'missing'", BBC, 6 janvier 2013
  65. (en) "Tasmanian bushfire beaten back as no deaths recorded", Sydney Morning Herald, 7 janvier 2013
  66. (en) "Wildfires Rage Across Australia Amid Searing Heat", Associated Press, 8 janvier 2013
  67. (en) "Australia floods leave hundreds stranded in Bundaberg", BBC, 28 janvier 2013
  68. (en) "Solomons Tourism Minister to visit island where dophins were slaughtered", Radio New Zealand International, 1er février 2013
  69. (en) "Samoa hit by floods again", Stuff.co.nz, 1er février 2013
  70. "Les îles Salomon secouées par une série de puissants séismes", Le Monde, 8 février 2013
  71. (en) "Solomon Islands tsunami deaths confirmed", The Guardian, 7 février 2013
  72. (en) "Quake off Solomon Islands triggers deadly tsunami", BBC, 6 février 2013
  73. (en) "New species found in Papua New Guinea", BBC News, 11 mars 2013
  74. (en) "Humanitarian crisis looms in drought-stricken Marshall Islands", Radio New Zealand International, 13 mai 2013
  75. (en) "Kiribati buys land in Vanua Levu", Fiji Broadcasting Corporation, 8 juillet 2013
  76. (en) "New name on PNC trophy as Fiji take title", International Rugby Board, 23 juin 2013
  77. (en) "Prime suspect of murder flees, say police", The National, 11 février 2013
  78. (en) "PNG: Opinion - Time for leaders to condemn sorcery killings", Post-Courier, 10 février 2013
  79. (en) "New Zealand parliament condemns Fiji beatings", Radio Australia, 12 mars 2013
  80. « Ville portuaire historique de Levuka », UNESCO
  81. (en) "New Tongan heir, Prince Taufa'ahau Manumataongo born May 10 in Auckland", Matangi Tonga, 10 mai 2013
  82. « La duchesse de Cambridge a accouché d'un garçon », Le Monde, 22 juillet 2013
  83. (en) "PNG’s first speaker dies in Brisbane", Radio New Zealand International, 17 janvier 2013
  84. (en) "First female speaker Joan Child dies", Australian Broadcasting Corporation, 24 février 2013
  85. (en) "Ralph Hotere dies, age 81", Stuff.co.nz, 25 février 2013
  86. (en) "Former PNG Governor General Sir Tore Lokoloko Dies", Post Courier, 14 mars 2013
  87. (en) "Former MP dies", Solomon Star, 13 March 2013
  88. (en) "Fiji paramount chief dies at sea", Radio New Zealand International, 19 avril 2013
  89. (en) "The funeral of Solomon Islands journalist Walter Nalangu", Radio Australia, 30 avril 2013
  90. (en) "Melbourne lawyer who held top Supreme Court role in Nauru", The Age, 2 août 2013
  91. (en) "Yothu Yindi frontman Mandawuy Yunupingu dies at 56", Associated Press, 2 juin 2013
  92. (en) "Artist Jeffrey Smart dead at 91", The Australian, 21 juin 2013
  93. (en) "In Memoriam: MEAMEA THOMAS 1987-2013", Oceania Sport Information Centre, 24 juin 2013
  94. "Nation mourns loss of great leader", Solomon Star, 10 July 2013
  95. (en) "Death of former health minister of Samoa", Radio New Zealand International, 21 juillet 2013
  96. (en) "Lord (Tu‘a) Taumoepeau-Tupou dies in Tonga", Matangi Tonga, 14 août 2013
  97. (en) "Former PNG Defence Minister killed in violent attack", Radio New Zealand International, 23 août 2013
  98. (en) "Angry PNG villagers kill 'Black Jesus' cult leader", Australian Broadcasting Corporation, 30 août 2013
  99. (en) "Samoan rugby legend Peter Fatialofa dies", Stuff.co.nz, 6 novembre 2013
  100. "Décès à Nouméa d’une figure francophone de la politique vanuatuane", Tahiti Infos, 27 décembre 2013

Annexe[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]