2009 en Grèce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chronologie de la Grèce

2007 en Grèce - 2008 en Grèce - 2009 en Grèce - 2010 en Grèce - 2011 en Grèce
2007 par pays en Europe - 2008 par pays en Europe - 2009 par pays en Europe - 2010 par pays en Europe - 2011 par pays en Europe
2007 en Europe - 2008 en Europe - 2009 en Europe - 2010 en Europe - 2011 en Europe
Chronologies
Années :
2006 2007 2008  2009  2010 2011 2012
Décennies :
1970 1980 1990  2000  2010 2020 2030
Siècles :
XXe siècle  XXIe siècle  XXIIe siècle
Millénaires :
IIe millénaire  IIIe millénaire  IVe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Astronautique Astronomie Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Échecs Économie Élections Fantasy Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision TerrorismeThéâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Chronologie[modifier | modifier le code]

Janvier 2009[modifier | modifier le code]

Costas Caramanlis
(juillet 2005)
  • Jeudi  : Dans la nuit du 31 décembre au 1er, de violents affrontements ont opposé des groupes de jeunes aux forces de police dans le centre de Thessalonique. Des engins incendiaires de fabrication artisanale ont été déposés devant plusieurs succursales de banques et devant la devanture de grands magasins provoquant des incendies qui ont été maîtrisés par les sapeurs-pompiers.
  • Mercredi  : Le premier ministre Costas Caramanlis procède à un large remaniement de son gouvernement, miné par des scandales de corruption et critiqué pour la récente vague de violences urbaines. Dix ministères changent de titulaire, la plupart des nouveaux ministres ont déjà participé au précédent cabinet. Le ministre de l'Économie et des finances, Georgios Alogoskoufis est remplacé par Yannis Papathanassiou, jusqu'alors secrétaire d'État à l'Économie. La ministre des Affaires étrangères, Dora Bakoyannis et celui de la Défense, Evanguélos Meimarakis, conservent leur portefeuille.
  • Lundi  : L'armateur Péricles Panagopoulos (74 ans), fondateur de la plus grosse compagnie de ferries de Grèce, Attica, est enlevé avec son chauffeur par trois inconnus armés de kalachnikovs qui ont bloqué avec une camionnette la voiture dans laquelle il venait de quitter son domicile à Kavouri, une banlieue résidentielle de la capitale grecque.
  • Mardi  : Une secousse tellurique d'une magnitude de 5,3 sur l'échelle ouverte de Richter a été enregistrée au sud-est de l'île de Crète à 6h13 GMT. L'épicentre du séisme a été localisé en mer, à 340 km au sud-est d'Athènes, située au nord de Sitia et à l'ouest de Carpathos. Aucune victime ni dégâts ne sont à déplorer.
  • Mercredi  : 56 immigrés clandestins, dont des enfants et des personnes âgées, se trouvant en difficulté sur une embarcation de dix mètres de long entre Milos dans les Cyclades et la Crète ont été récupérés par un navire battant pavillon du Panama et débarqués en Crète. Des milliers de migrants en provenance d'Asie ou du Moyen-Orient tentent de gagner chaque année l'Europe de l'Ouest via la mer Égée, dans des conditions souvent périlleuses. Pendant l'année 2008, les garde-côtes grecs ont arrêté 15 315 migrants clandestins aux frontières de la zone maritime nationale.
  • Mardi  : L'armateur Péricles Panagopoulos (74 ans), fondateur de la plus grosse compagnie de ferries de Grèce, Attica, qui avait été enlevé avec son chauffeur lundi 12, a été libéré après que sa famille eut versé une rançon de l'ordre de 15 à 20 millions d'euros.
  • Samedi  : Plusieurs centaines de manifestants anarchistes et gauchistes se sont affrontés aux forces de l'ordre dans le centre d'Athènes lors d'une manifestation destinée à réclamer la libération de personnes interpellées lors des émeutes du mois de décembre et qu'ils considèrent comme des « prisonniers politiques ».

Février 2009[modifier | modifier le code]

  • Jeudi  : Une bombe artisanale, composée de petites cartouches de gaz, a explosé devant un local du ministre adjoint de l'Intérieur, Christos Markoyannakis (el), au quatrième étage d'un immeuble du centre d'Athènes, provoquant des dégâts matériels mineurs. Les mini-attentats aux engins incendiaires ou explosifs artisanaux, qui n'ont fait jusqu'ici que des dégâts matériels, sont fréquents en Grèce et sont attribués par la police à la mouvance anarchiste ou d'extrême gauche.
  • Mercredi  : Le conseil de la concurrence grec a condamné le groupe suisse Nestlé à une amende de 29 millions d'euros pour abus de position dominante sur le marché du café instantané.
  • Mardi  : selon l'ONG Transparency International, La corruption s'est aggravée en Grèce en 2008, avec un total de 27,6 % des foyers affirmant avoir déjà été confrontés à des demandes de pots-de-vin, surtout pour de meilleurs soins, contre 26,4 % en 2007. Les services publics les plus gangrenés par la corruption sont les hôpitaux, les services d'urbanisme et les bureaux du fisc, mais le privé n'est pas en reste, avec des médecins, employés de banques et avocats vénaux.
  • Jeudi  : À l'appel de la Fédération hellénique des transports internationaux routiers (OFAE), des dizaines de poids lourds grecs bloquent trois postes frontières au nord de la Grèce — les postes de Evzoni (en) et de Doïranis à la frontière macédonienne et celui de Promachonas (en) à la frontière bulgare — pour réclamer le renforcement des contrôles des cargaisons et des mesures contre l'immigration clandestine. Des routiers ont été condamnés à de lourdes peines, à des amendes et à la saisie de leurs véhicules lorsque les autorités ont découvert des migrants dissimulés dans leurs camions, et pourtant entrés à leur insu. De longues queues de centaines de camions s'étirent de chaque côté des postes frontières, mais ils laissent circuler les voitures particulières, les motos et les autocars.
  • Lundi  : Spectaculaire évasion par hélicoptère de deux détenus particulièrement dangereux, Vassilis Paléocostas (43 ans), et son complice albanais, Alket Rizaï (32 ans). Ils auraient bénéficié de complicité en prison. 5 personnes sont inculpés dont le pilote de l'hélicoptère et 4 gardiens de la prison.

Mars 2009[modifier | modifier le code]

  • Lundi  : Dans la soirée, les forces de l'ordre ont dû affronter des centaines d'immigrés qui protestaient dans le port de Patras après qu'un Afghan eut été grièvement blessé en tentant de sauter sur un camion qui s'apprêtait à embarquer sur un ferry en partance pour l'Italie.
  • Mardi  : Un groupe d'anarchistes grec, comportant une vingtaine de jeunes cagoulés et masqués, revendique l'attaque menée à coups de cocktail Molotov et en jetant des bidons d'essence, contre neuf wagons d'une rame de métro dans la nuit de lundi à mardi dans la station de Kifissia, au nord d'Athènes. Le groupe dédie cette action à une syndicaliste bulgare récemment agressée et à Julien Coupat, un Français emprisonné.
Olympic Airlines Logo 11.gif
  • Vendredi  : Le ministre grec du Développement Costas Hadzidakis annonce un accord avec le groupe gréco-émirati d'investissements Marfin (en) (MIG) pour le rachat de la compagnie nationale endettée Olympic Airlines après accord de la commission interministérielle des privatisations et de la Commission européenne. Marfin avait déposé le 13 septembre, après l'échec d'un appel d'offres international lancé par le gouvernement en septembre dernier, une offre s'élevant à 45,7 millions d'euros pour le rachat des activités de vol d'Olympic Airlines.
  • Vendredi  : À midi, une cinquantaine de jeunes anarchistes cagoulés et armés de barres de fer ont brisé des vitrines de banques et commerces, et endommagé des voitures dans deux rues commerçantes du quartier chic de Kolonaki, au centre d'Athènes. Le groupe a dévalé les rues en brisant les vitrines puis a pris la fuite avant que la police n'arrive sur les lieux et s'est réfugié dans la faculté de droit au centre d'Athènes un des foyers contestataires de la capitale. Les assaillants ont laissé sur leur passage des tracts demandant la libération d'un jeune arrêté en 2007 pour un braquage de banque à Athènes, et considéré par la police comme appartenant à la mouvance anarchiste.
  • Mercredi  : Le ministre de l'Économie et des Finances, Yannis Papathanassiou, annonce qu'aucune augmentation de salaires ne sera accordée en 2009 aux fonctionnaires qui gagnent plus de 1 700 euros par mois, ce qui concerne 478 000 personnes. Cette mesure s'applique également aux députés, aux magistrats et aux médecins. De même, les retraites supérieures à 1 100 € mensuels ne seront pas revalorisées et des prélèvements fiscaux rétroactifs de 1 000 à 3 000 € seront opérés sur les revenus annuels 2008 de plus de 60 000 €. Ce coup de frein aux augmentations de salaires dans le secteur public et aux retraites a pour but d'aider à réduire les déficits et faire face à la crise financière mondiale. Les limitations de salaires doivent permettre d'économiser 350 millions d'euros. Cependant des primes exceptionnelles non imposables seront versées aux salariés et aux retraités ayant les revenus les plus bas[1].
  • Lundi  : Un pêcheur grec a attrapé dans ses filets le torse d'une statue antique en bronze représentant un cavalier entre les îles de Kos et de Kalymnos. Daté de la période hellénistique tardive, entre la fin du IIe et le début du Ier siècle avant l'ère chrétienne, le torse est revêtu d'une tunique et d'une demi-cuirasse. Le cavalier tenait une épée dont l'étui est orné d'une représentation de Niké (déesse de la victoire)[2].
  • Lundi  : Dans la soirée, les bureaux de six députés situés dans le centre de Thessalonique (nord), la deuxième ville du pays, sont endommagés dans une vague d'attentats incendiaires.
  • Mardi  : De petits groupes à moto ou à pied ont lancé dans la nuit onze attaques incendiaires et coordonnées dans le centre d'Athènes et dans les grandes banlieues du nord-est de Koropi et Spata, endommageant banques et voitures dans la nuit peu après 01H00 locales. Les attaquants ont utilisé des cocktails molotov et des engins incendiaires confectionnés à l'aide de cartouches de gaz. La police impute ces attentats à la mouvance anarchiste locale.

Avril 2009[modifier | modifier le code]

  • Jeudi  : Succès de la grève générale dans tout le pays dont l'activité économique est paralysée pendant 24 heures. Les compagnies aériennes ont annulé une centaine de vols et les bateaux sont restés à quai. Les manifestants protestent contre la politique sociale du gouvernement de droite.

Mai 2009[modifier | modifier le code]

  • Dimanche  : Le Panathinaïkos Athènes remporte sa 5e Euroligue de basket-ball en battant en finale à Berlin le CSKA Moscou par 73 à 71.
  • Samedi  : Violents affrontements dans le centre d'Athènes entre part un groupe de quelque 300 membres du groupe néo-nazi Chryssi Avghi (Aube d'Or) et un groupe d'environ 500 immigrés retranchés dans un squat de la place centrale d'Omonia, l'ancienne Cour d'appel d'Athènes abandonnée depuis 2000, « pour libérer Athènes et la Grèce des hordes des immigrés clandestins ». D'autre part un groupe de 150 jeunes anarchistes qui protestaient contre « le rassemblement raciste » ont attaqué les forces de l'ordre à coup de cocktails Molotov dans le quartier proche de l'école Polytechnique. 14 personnes, dont 5 immigrés ont été blessés lors des affrontements.
  • Mardi  : Attentat à l'explosif contre une succursale de la banque grecque Eurobank dans une banlieue d'Athènes. La police indique qu'elle orientait son enquête vers la piste du groupe Lutte Révolutionnaire (EA), classé sur la liste des organisations terroristes de l'Union européenne.
  • Lundi  : Premier cas confirmé de grippe H1N1 sur un jeune de 19 ans rentré récemment des États-Unis.
  • Mardi  : Attentat à l'explosif contre un commissariat de police en construction dans une banlieue d'Athènes. Les États-Unis ont annoncé ajouter à leur liste des organisations terroristes le groupe grec d'extrême gauche Lutte révolutionnaire à l'origine d'attaques contre des intérêts commerciaux et diplomatiques américains, grecs et d'autres pays depuis 2003[3].
  • Lundi  : 17 touristes femmes britanniques arrêtées hier sur l'île de Crète pour s'être travesties en nonnes catholiques et portant des lingeries aguichantes et accusées par la police et le procureur d'avoir provoqué un scandale dans le centre de la ville côtière de Malia, sont relaxées par le tribunal de Héraklion.

Juin 2009[modifier | modifier le code]

  • Vendredi  : Dans la nuit de jeudi à vendredi, une bombe a explosé près d'un centre d'impôts dans le quartier nord de Psychiko à Athènes sans faire de victime et causant des dégâts mineurs. L'attentat serait dû à un groupe d'extrême gauche déjà responsable de plusieurs actions de ce type « l'Action révolutionnaire armée ».
  • Lundi  : Des échauffourées se sont produites dans la soirée entre jeunes anarchistes et un groupe d'extrême droite et se sont poursuivies avec les forces de l'ordre, faisant un policier blessé.
  • Mercredi  : Un policier grec en civil a été tué à l'arme automatique par des deux inconnus qui circulaient à moto à Ano Patissia, une banlieue populaire du nord d'Athènes. Il a été atteint d'une quinzaine de balles et transféré dans un hôpital où les médecins ont constaté son décès. Le policier protégeait le domicile de l'épouse qui avait témoigné dans le procès du groupe terroriste grec Lutte révolutionnaire populaire (ELA) en 2004 contre son ex-mari, membre de ce groupe qui a commis quelque 250 attentats, visant pour l'essentiel des cibles américaines, policières, des banques et des organismes publics.
  • Samedi  : Un séisme d'une magnitude de 5,0 sur l'échelle ouverte de Richter a été enregistré sur l'île de Samos (Est de la mer Égée).

Juillet 2009[modifier | modifier le code]

  • Mercredi  : Un séisme de magnitude 5,9 sur l'échelle ouverte de Richter a eu lieu en Méditerranée en mer au large de la Crète à 129 km au sud d'Heraklion et à une profondeur de 38 km.
  • Jeudi  : Le nombre de cas de grippe A(H1N1) se monte à 201 enregistrés, alors que la saison touristique amène des millions d'étrangers dans le pays, cependant « même si la maladie a pris le caractère d'une pandémie, les symptômes de la maladie continuent d'être bénins » selon le ministère de la Santé.
  • Dimanche  : La police a démantelé un campement habité par des centaines de migrants notamment afghans dans la ville portuaire grecque de Patras. Environ 100 personnes dont 30 mineurs ont été interpellée.
  • Jeudi  : Le secrétaire d’État français chargé des Affaires européennes, Pierre Lellouche, estime que l'Union européenne doit aider la Grèce à faire face à l'afflux migratoire et faire pression sur la Turquie pour qu'elle contrôle mieux ses frontières. Plus de 150 000 immigrés clandestins avaient été interpellés en 2008 par les autorités grecques en provenance de Turquie, « par où transite une grande partie des clandestins avant d'arriver, par voie maritime ou terrestre, en Grèce ». La Commission européenne a récemment averti les pays membres de l'UE que l'afflux de migrants et de réfugiés menaçait de déstabiliser certains pays comme la Grèce si leurs partenaires de l'UE les laissaient seuls face à ce problème[4].

Août 2009[modifier | modifier le code]

Septembre 2009[modifier | modifier le code]

Octobre 2009[modifier | modifier le code]

Novembre 2009[modifier | modifier le code]

Décembre 2009[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Figaro.fr, Grèce : coup de frein sur les salaires
  2. Le Figaro.fr, Mer égée : Un torse antique de cavalier pêché
  3. Le Figaro.fr, USA : un groupe grec sur la liste terroriste
  4. Le Figaro.fr, Immigration: l'UE doit aider la Grèce

Voir aussi[modifier | modifier le code]