2008 en Iran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article traite des événements qui se sont produits durant l'année 2008 en Iran.

Gouvernements[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

Mars[modifier | modifier le code]

Avril[modifier | modifier le code]

  • 4 avril : d'après des diplomates proches de l'Agence internationale de l'énergie atomique, deux lignes de 176 centrifugeuses IR-2, tournant deux fois plus vite que celles de la première génération, sont en production sur le site d'enrichissement de Natanz au sud-ouest de Téhéran et une troisième serait en cours d'installation. Les nouvelles centrifugeuses seraient capables d'atteindre le seuil d'enrichissement de 90 % et d'aller au-delà permettant d'obtenir de l'uranium de qualité militaire.
  • 8 avril : l'Iran célèbre la seconde fête du nucléaire et le président Mahmoud Ahmadinejad annonce, depuis le site nucléaire de Nantaz, l'installation prochaine de 6 000 centrifugeuses de nouvelle génération.
  • 8 avril : l'ancien porte-parole des négociateurs iraniens sur le nucléaire, Hassan Rohani, est condamné à deux ans de prison avec sursis.
  • 11 avril : l'Agence de presse de la République islamique, annonce la mise en service de 492 nouvelles centrifugeuses en plus de 3 000 déjà en service.
  • 12 avril : une explosion dans une mosquée chiite de la ville de Chiraz a causé la mort de 11 personnes et en a blessé 191. D'après la police, l’explosion aurait été causée par la présence d'une importante panoplie de munitions et d'explosifs dans le centre culturel de la mosquée qui abritait une exposition commémorant la guerre Iran-Irak (1980-1988).
  • 14 avril : Shirin Ebadi, prix Nobel de la paix 2003 et militante des droits de l'homme, fait état de nombreuses menaces contre elle et sa famille et, ce, depuis plusieurs mois.
  • 23 avril : trois importants ayatollahs, dont Naser Makarem Shirazi et l'ancien Président de la République islamique d'Iran Ali Akbar Hachemi Rafsandjani, critiquent la politique économique du gouvernement qui, selon eux, est responsable d'une inflation de 18,4 % en un an et des prix toujours plus élevés des logements (100 % en deux ans). Plusieurs députés et économistes ont déjà signalé la montée des mécontentements depuis plus d'un an. Le ministre des Finances démissionnaire, Davoud Danesh Jafari, dénonce le budget 2008-2009 très inflationniste, élaboré par Mahmoud Ahmadinejad. Depuis 2005, les pétro-dollars sont injectés en masse dans l'économie iranienne en multipliant les prêts à faible taux d'intérêt; or, ce volume de liquidités alimente une inflation de plus en plus incontrôlable. En réponse, le président Ahmadinejad accuse « les ennemis de l'intérieur » et une opposition contrôlant une « mafia économique ».
  • 30 avril : une quatrième militante féministe, Rezvan Moghadam, a été condamnée à une peine avec sursis de six mois de prison et à 10 coups de fouet par le tribunal révolutionnaire de Téhéran[4].

Mai[modifier | modifier le code]

Juin[modifier | modifier le code]

Juillet[modifier | modifier le code]

Août[modifier | modifier le code]

Octobre[modifier | modifier le code]

Novembre[modifier | modifier le code]

  • 5 novembre : Le Parlement adopte à une large majorité (188 sur 247 députés présents dans l'hémicycle) une motion de censure contre le ministre de l'Intérieur, Ali Kordan, accusé d'avoir un faux diplôme de la prestigieuse université britannique d'Oxford[6] Proche du président Ahmadinejad, il avait été nommé en août dernier, en remplacement de Mostapha Pour Mohammadi, lui aussi contraint à la démission. Il s'agit du dixième changement de ministre depuis 2005. Ali Kordan est un vétéran de la République islamique, ancien vice-président de la télévision d'État et ancien fonctionnaire aux ministères du Travail et du Pétrole. Un représentant du gouvernement, Mohammad Abassi, a été convaincu de la tentative d'acheter le vote de certains députés en leur versant des chèques.
  • 6 novembre : selon une décision du Trésor des États-Unis, désormais, plus aucun virement financier à destination de l'Iran ne pourra être fait par des banques américaines. Cette mesure est destinée « à révéler l'implication des banques iraniennes dans le soutien du régime de Téhéran au groupes terroristes et à la prolifération nucléaire et balistique. »
  • 19 novembre : l'Agence internationale de l'énergie atomique estime, dans deux rapports confidentiels, que l'Iran progresse dans son programme d'enrichissement de l'uranium en dépit de trois séries de sanctions imposées par le Conseil de sécurité des Nations unies et que son enquête sur le programme d'armes nucléaires de l'Iran était dans une impasse. L'agence souligne notamment le manque de progrès pour faire la lumière sur les tentatives présumées de l'Iran d'adapter son missile Shahab-3 en vue de l'équiper d'une charge nucléaire.
  • 22 novembre : un Iranien accusé d'espionnage pour Israël est pendu.
  • 25 novembre : la peine de mort est requise dans le procès de trois Iraniens accusés d'espionnage pour le compte d'Israël.
  • 26 novembre : dix Iraniens, dont une femme, sont pendus pour meurtre à la prison d'Evin à Téhéran.
  • 29 novembre : le président Mahmoud Ahmadinejad, présent à Doha au Qatar à l'occasion de la conférence internationale des Nations unies sur le financement du développement réunissant les représentants des 20 pays les plus riches du monde, déclare que la crise financière a mis un terme à un système capitaliste « impitoyable et injuste » et suggère que la crise pourrait être un « stratagème » des États-Unis pour « affaiblir leurs rivaux et attirer des richesses » dans leur propre économie. Il a renouvelé ses attaques contre Israël : « …j'annonce que le régime sioniste touche à sa fin et que davantage de crimes ne pourront le sauver […]dans un avenir proche, les concepts d'agression et de sionisme seront rayés de la carte ».

Décembre[modifier | modifier le code]

  • 7 décembre : un séisme de magnitude 5,6 a frappé la région de Dargahan dans la province d'Hormozgan dans le Sud de l'Iran.
  • 20 décembre : selon le journal italien La Stampa, l'Iran utilise des avions de la compagnie nationale vénézuélienne, la Conviasa, pour transporter, vers la Syrie, du matériel servant à fabriquer des missiles et ainsi contourner les sanctions des Nations unies. Une partie du matériel transporté tel que des ordinateurs et des composantes de moteurs proviendrait du groupe industriel iranien Shahid Bagheri inscrit à l'annexe de la résolution 1737 du Conseil de sécurité des Nations unies pour son implication dans le programme de missiles balistiques iranien. De son côté, la Syrie fait parvenir, depuis 2006, du matériel militaire destiné aux Gardiens de la révolution et le Venezuela bénéficie de la mise à disposition de certains Gardiens de la révolution et des membres de leur unité d'élite, l'al-Quds, pour former et renforcer les services secrets et la police vénézuélienne[7].
  • 21 décembre : le gouvernement fait fermer les bureaux du Cercle des défenseurs des droits de l'Homme dirigé par le prix Nobel de la paix Shirin Eladi.
  • 21 décembre : selon des observateurs, l'Iran est désormais durement touché économiquement et le président Mahmoud Ahmadinejad vient d'admettre qu'un baril à moins de 30 dollars contraindra l'Iran à « abandonner une grande partie des projets économiques ». La rente pétrolière représente 90 % des recettes d'exportation et près de 75 % des dépenses budgétaires du pays.
  • 29 décembre : journée de deuil national en solidarité avec les habitants du territoire palestinien. Des milliers de manifestants à Téhéran scandent « Mort à Israël », « Mort à l'Amérique », « Israël doit disparaître de la face du monde », « Nous devons tous nous mobiliser pour détruire Israël ». Un groupe islamiste étudiant annonce l'inscription de volontaires pour faire partie des brigades martyres combattantes contre Israël. Un bateau chargé de 2 000 tonnes d'aide humanitaire, a quitté le port de Bandar Abbas à destination de la bande de Gaza et deux autres bateaux sont en préparation.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Iranian vote in general election », sur BBC News, (consulté le 20 mai 2016)
  2. « Iran/législatives : l'UE critique », sur Le Figaro.fr, (consulté le 20 mai 2016)
  3. (en) « Conservatives win Iran election », sur BBC News, (consulté le 20 mai 2016)
  4. selon le quotidien modéré Kargozaran du 1er mai 2008
  5. « Irak/Iran : échange des restes de soldats », sur Le Figaro.fr, (consulté le 20 mai 2016)
  6. Le Figaro.fr - Iran : limogeage du ministre de l'intérieur
  7. Obs.com, Caracas aide au transport du matériel pour des missiles iraniens