1896 au Manitoba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chronologie du Manitoba

Chronologies
Années :
1893 1894 1895  1896  1897 1898 1899
Décennies :
1860 1870 1880  1890  1900 1910 1920
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Automobile Chemins de fer Cinéma Droit Football Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain



Cette page concerne des événements d'actualité qui se sont produits durant l'année 1896 dans la province canadienne du Manitoba.

Politique[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

  • 11 janvier : à Ottawa, plusieurs ministres du gouvernement de Mackenzie Bowell démissionnent après son annonce de faire adopter une loi réparatrice recréant un système d'écoles séparées au Manitoba[1].
  • 11 février : le projet de loi sur les écoles du Manitoba est déposé à la Chambre des communes. Il prévoit la création d'un conseil d'instruction des écoles séparées composée de personnes catholiques qui aura le pouvoir de les administrer. Ce projet a l'aval de tout le clergé québécois[1].
  • 3 mars : à la Chambre des communes, le chef libéral Wilfrid Laurier dépose une motion proposant la création d'une commission d'enquête chargée de concilier les différents points de vue dans l'affaire des écoles du Manitoba. Il se prononce contre la loi réparatrice car il juge que le gouvernement légifère dans une question de juridiction provinciale[2].
Article détaillé : Question des écoles du Manitoba.
  • 14 avril : l'adoption du projet de loi sur les écoles du Manitoba est reportée à cause de l'obstruction de l'opposition[3].
  • 19 novembre : le gouvernement fédéral rend public le Règlement Laurier-Greenway qu'il a conclu avec le gouvernement manitobain sur le problème des écoles du Manitoba. Les écoles séparées ne sont pas rétablies et seule subsistera l'école publique. Une demi-heure d'enseignement religieux par jour sera donnée. Dans les écoles contenant 40 enfants catholiques, les parents peuvent obtenir au moins un instituteur catholique[4].
  • Décembre : la plupart des journaux québécois dénoncent le Règlement Laurier-Greenway[5].

Naissances[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jacques Lacoursière, Histoire populaire du Québec. Tome 3, Québec, Septentrion, , p. 476
  2. Rumilly, op. cit., p. 30
  3. Lacoursière, op. cit., p. 479.
  4. Lacoursière, op. cit., p. 11-12.
  5. Rumilly, op. cit., p. 127-133.