1871 en Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chronologies
Années :
1868 1869 1870  1871  1872 1873 1874
Décennies :
1840 1850 1860  1870  1880 1890 1900
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Chemins de fer Droit Football Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Santé et médecine Science Sociologie Sport Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Chronologie de la Lorraine



Cette page concerne les événements qui se sont produits durant l'année 1871 en Lorraine.

Éléments contextuels[modifier | modifier le code]

  • La ville de Metz, qui comptera pendant la période de l'annexion une trentaine de sociétés musicales et chorales[1], et de nombreux cafés-concerts[2], connaît alors une vie musicale intense.

Événements[modifier | modifier le code]

Carte du nord-est de la France montrant la frontière de l'Empire germanique séparant le Haut-Rhin de l'actuel Territoire-de-Belfort, rajoutant deux cantons vosgiens au Bas-Rhin, coupant l'ancien département de la Meurthe en son tiers nord-est et l'ancien département de la Moselle en son quart ouest. Les deux territoires nord-est ont formé le département actuel de la Moselle et ceux du sud-ouest l'actuel département de Meurthe-et-Moselle.
Départements lorrains avant 1871, figurés par les différentes couleurs. En noir, le tracé des limites actuelles de départements
  • Début des travaux qui feront de Metz le plus grand camp retranché d'Europe[4].
  • Les habitants des territoires annexés par l'Allemagne en 1871 avaient la possibilité de rester Français, en quittant leur région pour rejoindre la France. Ces personnes, appelées optants, furent estimées au nombre de 50 000, dont 11 200 en Lorraine, et une partie d'entre elles s'installa en Lorraine française, surtout à Nancy, à tel point que le rapport des populations entre Metz et Nancy s'inversa, passant de 2:1 à 1:2. Le rattrapage démographique de Nancy par rapport à Metz, contraint par ses fortifications, avait cependant débuté dès la restauration française et en 1870 les populations des deux villes étaient équivalentes[5].
  • Gustave Steinheil est élu député des Vosges de 1871 à 1872, siégeant à la droite de l'hémicycle.
  • Eduard von Möller est nommé Oberpräsidenten du Reichsland Elsaß-Lothringen. Il occupera ce poste jusqu'en 1879.

Janvier[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

Mars[modifier | modifier le code]

  • 1er mars :

« ... Livrés au mépris de toute justice et par un odieux abus de la force à la domination de l'étranger, nous avons un dernier devoir à remplir. Nous déclarons encore une fois nul et non avenu un pacte qui dispose de nous sans notre consentement. La revendication de nos droits reste à jamais ouverte à tous et à chacun, dans la forme et la mesure que notre conscience nous dictera. Au moment de quitter cette enceinte... la pensée suprême que nous trouvons au fond de nos cœurs est une pensée d'inaltérable attachement à la patrie dont nous sommes violemment arrachés... Vos frères d'Alsace et de Lorraine, séparés en ce moment de la famille commune, conservent à la France absente de leurs foyers une affection fidèle jusqu'au jour où elle viendra y reprendre sa place[8]. »

  • 26 mars : les troupes allemandes pénétrèrent à Bitche par la porte de Phalsbourg où le commandant Teyssier remit les clefs de la place au colonel Kohlermann. Il faut mentionner un fait très significatif mais très important pour décrire l'état d'esprit de la population bitchoise à ce moment-là. Le jour précédant l'entrée allemande, le maire de Bitche, Monsieur Lamberton, avait demandé à ses concitoyens de ne pas huer les Allemands par crainte de représailles. Après avoir été française depuis 1766, la ville de Bitche devenait allemande.

Mai[modifier | modifier le code]

Juin[modifier | modifier le code]

Septembre[modifier | modifier le code]

  • 6 septembre : prise de fonction du président supérieur d'Alsace-Lorraine Moeller[6].

Décembre[modifier | modifier le code]

  • 30 décembre : loi sur l'organisation civile de l'Alsace-Lorraine comprenant le paragraphe dit de la dictature[6].

Naissances[modifier | modifier le code]

Albert Lebrun en 1932
  • 29 juin à Bouzonville en Lorraine : Louis Hackspill (1871-1945), religieux catholique et un homme politique français, décédé le 19 décembre 1945 à Craincourt (Moselle). Il fut député allemand au Landtag d'Alsace-Lorraine de 1911 à 1918, puis député français de 1919 à 1924.
  • 22 août, Nancy : Émile André, issu d'une famille d'entrepreneurs et d'architecte, mort le 10 mars 1933 à Nancy, est un architecte français et un artisan.

Décès[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Tribout de Morembert  : La musique à Metz à travers les âges, in Académie nationale de Metz, 1979 (p. 45).
  2. Jean-Christophe Diedrich: Un loisir urbain, les cafés-concerts en Lorraine allemande et française 1870-1914, in Divertissements et loisirs dans les sociétés urbaines à l'époque moderne et contemporaine, Tours, Presses universitaires François-Rabelais et Maison des sciences de l’Homme, 2005 (p. 225-242).
  3. Fabienne Fischer, Alsaciens et Lorrains en Algérie : histoire d'une migration, 1830-1914, 1999 (ISBN 2906431435 et 9782906431430)
  4. Emile Goré - La Lorraine - p. 43 - Ed Dory à Nancy
  5. René Bour, Histoire de Metz, p. 201, 1979
  6. a b c d et e Alsace Lorraine, histoire d'un pays perdu de 1870 à nos jours - François Roth - Éditions Place Stanislas 2010 - (ISBN 978-2-35578-050-9) - Page 16
  7. Bibliographie de la France, vol. 60, 1871 pg 141 [1]
  8. Extrait de la déclaration des députés de l'Alsace et de la Lorraine à l'assemblée Nationale réunie à Bordeaux le 1er mars 1871 pour ratifier le traité de paix avec l'Allemagne.
  9. Lewel