170e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
170e régiment d’infanterie
Image illustrative de l'article 170e régiment d'infanterie
insigne régimentaire du 170e RI
insigne régimentaire du 170e RI

Création 22 juillet 1794
Dissolution 30 avril 1994
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type régiment d'infanterie
Rôle infanterie
Fait partie de 11e division d'infanterie
( en 1940)
Garnison Golbey
Ancienne dénomination 170e Demi-brigade
Devise Terrain conquis, terrain gardé.
Inscriptions
sur l’emblème
Mannheim 1794
Loano 1795
Champagne 1915-1918
Verdun 1916
La Somme 1916
La Marne 1918
Argonne 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Fourragères aux couleurs du ruban de la Médaille militaire
Décorations Croix de guerre 1914-1918
quatre palmes
insigne de béret d'infanterie

Le 170e régiment d’infanterie (ou 170e RI) est un régiment de l'armée française.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • Le 22 juillet 1794 est créé à l'armée du Rhin la 170e demi-brigade formée de 3 bataillons. Le premier de Chaumont (Haute-Marne), Le deuxième du 93e régiment d'infanterie de ligne (ci-devant Enghien) et le troisième du 10e bataillon du Jura.
  • Le 15 avril 1913 : création du 170e régiment d'infanterie avec les 4e bataillons des 21e, 44e, 60e, et 149e RI.
  • En 1914 : À la mobilisation, il met sur pied son régiment de réserve, le 370e régiment d'infanterie.
  • Le régiment est dissous le 6 août 1940 à Limoges.
  • Le 1er juillet 1964 le 170e est recréé à Épinal par simple substitution d'appellation du 7e régiment de tirailleurs algériens rentré au complet d'Algérie en 1962.
  • Le 1er mai 1994 il devient le 1er régiment de tirailleurs.

Colonels/chef-de-brigade[modifier | modifier le code]

  • 1913 : colonel Pichoud
  • 22 janvier 1915 - 18 septembre 1915 : lieutenant-colonel Naulin **
  • 1915-1916 : colonel Bertrand
  • 1916 : lieutenant colonel Lavigne Delville
  • 1916 : lieutenant colonel Beaudenom de Lamaze
  • 1917 : colonel Tisserand
  • 1918 : lieutenant colonel Charlet
  • 1939 : colonel Blasselles.
  • 1964-1965 : colonel de Lardemelle
  • 1965-1967 : colonel Portail*
  • 1967-1969 : colonel Deabriges
  • 1969-1971 : colonel de Chatillon
  • 1971-1973 : lieutenant colonel Bart
  • 1973-1975 : colonel Monnier
  • 1975-1977 : colonel Amblard
  • 1977-1979 : colonel Danigo
  • 1979-1981 : colonel Paulin
  • 1981-1983 : colonel Momon
  • 1983-1985 : colonel Mougenot
  • 1985-1987 : colonel Bouard
  • 1987-1989 : colonel Bodin
  • 1989-1991 : colonel Laforcade
  • 1991-1993 : colonel Richard
  • 1993-1994 : colonel Gendras

(*) Officier qui devint par la suite général de brigade. (**) Officier qui devint par la suite général de division.

Historique des garnisons, combats et batailles du 170e RI[modifier | modifier le code]

Révolution[modifier | modifier le code]

En 1795 et 1796 la 170e demi-brigade participe aux batailles de l'armée des Alpes et de l'armée d'Italie, puis disparaît à la suite d'une réorganisation de l'Armée. À la réorganisation de 1796 (18 nivôse an IV) son premier bataillon entre dans la composition de la 26e demi-brigade de seconde formation, son 2e bataillon dans la 69e, et son 3e bataillon dans celle de la 12e demi-brigade.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1913 ; Casernement : Épinal

1914[modifier | modifier le code]

  • Opérations d'Alsace : Mulhouse (13 août)
  • Premier engagement le 24 septembre à Merviller (Meurthe-et-Moselle). Le régiment perd le premier de ses 2816 tués de la Grande guerre
  • Repos en Meuse : Couzances-au-Bois - Ménil-aux-Bois (16 octobre au 4 novembre)

1915[modifier | modifier le code]

  • Champagne : Cote 196 (début mars), Le Mesnil-les-Hurlus - Bois Jaune Brûlé (13 mars)
  • Meuse : Les Eparges (fin avril-début mai)
  • Artois : Notre Dame de Lorette (mai), Angres et Vingré (juin à septembre)
  • Champagne : Souain, Somme-Py (28 septembre au 23 novembre)

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

  • Aisne : Loivres, bois de Séchamp

1918[modifier | modifier le code]

  • Offensive de l'Aisne (18-28 juillet) Bessiares, Epau, Bétu, Beuvardes. Champagne : Butte de Souain, Ferme Médéah (août) crête d'Orfeuil (octobre) La Recouvrance (29 octobre)
  • Son chef de corps le lieutenant-colonel Charlet est tué à la tête de son régiment en Champagne près de Sommepy le 28 septembre.
  • Les grenadiers de la garde prussienne qui l'ont affronté à trois reprises l'ont surnommé le régiment des « Hirondelles de la mort ».
  • Le 11 novembre, le régiment repasse l'Aisne et s'en va prendre à Trépail un repos bien gagné. Durant ces quatre années ses pertes en nombre de tués sont de 88 officiers et de 2802 sous-officiers et hommes du rang.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Après la guerre de 1914-1918, il tient garnison en Allemagne à Kehl, au titre des troupes d'occupation. En 1930, il retrouve les Vosges et stationne à Épinal - Remiremont et Gérardmer.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • À la déclaration de guerre est engagé sur la frontière allemande en bordure de la Sarre et dans le secteur de Forbach, où il combat jusqu'au 16 mai 1940.
  • Du 8 au 12 juin, il combat sur l'Aisne où l'offensive allemande est stoppée ;
  • 9 juin 1940 : bataille de Croutoy.
  • Puis au sein de sa division le 170e prend sa retraite jusqu'à Limoges où il est dissous le 6 août 1940.
  • Le bilan des combats est très lourd pour le régiment : plus de 1000 tués, blessés ou portés disparus.

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Le 1er juillet 1964 le 170e est recréé à Épinal.
En 1967 Rambervillers pour la compagnie d'appui.
De mars à avril 1967 en alerte pour le nettoyage des plages à la suite de la pollution due au Torrey Canyon.

En Mai juin 1968 pour les évènements : quitte Golbey temporairement pour le camp de Frileuse du 5e régiment d'infanterie stationné à Beynes (78) pour une éventuelle intervention dans la capitale, puis à Fontainebleau pour la 1re compagnie.

insigne de la 1re compagnie (FORPRONU), Oser par cœur, du 170e régiment d'infanterie.

En avril 1993, il constitue le noyau dur du bataillon d'infanterie no 1 de la force de protection des Nations unies pour l'ex-Yougoslavie (FORPRONU, troisième mandat), mis sur pied par la 7e division blindée de Besançon. Au terme de 6 mois de préparation, 250 hommes, armant essentiellement le PC du bataillon, deux compagnies de combat et diverses cellules logistiques et administratives, sont engagés dans des opérations de maintien de la paix pendant 6 mois dans les Krajinas serbes de la Croatie, successivement dans les régions de Gracac et de Glina. Pour cette opération, 170 militaires du rang du contingent s'étaient portés volontaires, permettant la constitution d'une formation à base d'appelés.

Il devient le 1er mai 1994 le 1er régiment de tirailleurs en hommage aux soldats nord-africains et plus particulièrement au 7e RTA.

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment[modifier | modifier le code]

fourragère aux couleurs du ruban de la médaille militaire

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1] :

Drapeau du 170e régiment d'infanterie de ligne de l'armée française, avec ses batailles

(*) Bataille portée au drapeau du régiment.

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 avec palmes (quatre citations à l'ordre de l'armée).

(le 3e bataillon reçu une citation à l'ordre de l'armée ordre général no 617 de la VIe armée du 8 août 1918)

Puis la fourragère aux couleurs du ruban de la "Médaille militaire" par ordre gènèral no 134 F, du 13 novembre 1918. Elle lui est remise par le général Maistre commandant le groupe d'armées du centre.

Devise[modifier | modifier le code]

" terrain conquis, terrain gardé"

Insigne[modifier | modifier le code]

La pucelle (ainsi appelé l'insigne du régiment) est un ovale bleu barré d'une hirondelle en semi-piqué. Auparavant, l'ovale était traversé de haut en bas par une dague.

Chant du régiment[modifier | modifier le code]

1) Chant du Cent-septante :

Refrain

Gloire à toi vaillant Cent-Septante, Ardent, tenace et batailleur ; Ton renom est si grand qu’il tente Zouave, alpin, légion, tirailleur ! Sous le coq gaulois, ton emblème Est un poilu chargeant, fougueux, Hirsute et boueux, maigre et blême ; Ses haillons en font un sublime gueux.

1er couplet

Quand l’alerte sonna, gardien de la frontière Ton poilu n’était au départ Qu’humble « écrevisse de rempart » ; Mais sa haute valeur a bientôt fait litière De tout ce passé sans éclat. L’Écrevisse est lionne au combat ! Salue, drapeau, notre France immortelle ! Salue tous ceux qui en elle ont eu foi, Tous les héros qui sont tombés pour elle, Tous les poilus qui sont tombés pour toi !

Couplet « non homologué » du capitaine Richard (commandant le 3e escadron 1977/1979)

Quant à l’ère moderne, tu fus motorisé Ton soldat devint sans retard Fantassin de haute lignée. En toutes circonstances efficace et sans fard Du camion, de l’hélicoptère Tu descends forcer l’admiration ; D’une puissance nouvelle tu es fier Et te séduit la mécanisation Tu entreprends aussitôt la conquête De la plus superbe réputation.

En 1967, 68 chaque section de combat à sa propre chanson, celle de la 2e section de la 1re cie est une chanson à boire : "Fanchon"

2) Musique : En 1967, 1968 la musique du rgt est : "Salut au 85e" http://www.youtube.com/watch?v=lfmPsgb_01Y

Personnalités ayant servi au régiment[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • À partir du Recueil d'historiques de l'infanterie française (Général Andolenko - Eurimprim 1969).
  • l'Hirondelle journal de l'association des anciens (engagés et appelés) du 170 RI
  • Déclaration à la préfecture des Vosges. Ancien titre : Amicale régionale de Lorraine des anciens des 170e ET 174e RI. Nouveau titre : Amicale des anciens du 170e régiment d'infanterie. Nouvel objet : donner l’occasion à ceux qui ont servi au 170e RI de se retrouver pour maintenir les liens de camaraderie noués pendant leur service et de garder vivants les hauts faits du 170e RI, elle s’attache à conserver des liens avec le 1er régiment de tirailleurs d’Épinal à qui le 170e RI a donné naissance en 1994 par changement de numéro. Siège social : 7, rue Lormont, 88000 Épinal. Date de la déclaration : 16 mai 2008.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]