1664 (bière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 1664 (homonymie).
Logo de la marque 1664 présent sur les bouteilles.

1664 (se dit « seize soixante-quatre ») est l'une des gammes de bière de Brasseries Kronenbourg, brasseur alsacien installé à Obernai dans le Bas-Rhin et appartenant aujourd'hui au groupe danois Carlsberg. Commercialisée dans 70 pays, la 1664 serait la bière française la plus vendue au monde[1]. Elle constitue la marque premium de Kronenbourg.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom « seize soixante-quatre » fait référence à l'année de fondation de Kronenbourg, 1664. La première bière 1664, blonde, a été brassée en 1952[2]. Elle était à l'origine appelée Kronenbourg 1664 et fut renommée simplement 1664 en 1988 pour le marché français ; à l'étranger, le nom de Kronenbourg 1664 est toujours (ou à nouveau) utilisé.

Au cours d'un déjeuner à Bruxelles en présence de François Mitterrand, Jacques Chirac, Helmut Kohl et Tony Blair, François Mitterrand demanda à ses voisins quels étaient, pour eux, les grands tournants de l'histoire ? Jacques Chirac répondit « 1664, Kronenbourg »[3].

Une production qui n'est plus uniquement en Alsace[modifier | modifier le code]

Une campagne de publicité avec le footballeur Éric Cantona vantant le produit[4], a été interdite au Royaume-Uni en février 2014 parce qu'elle laissait croire, à tort, que cette bière était brassée en Alsace. La mention « Brassée au Royaume-Uni » apparaissait mais en petites lettres.

En effet les bières 1664 destinées au marché britannique ne sont pas produites par Kronenbourg à la Brasserie K2 d'Obernai en Alsace mais par Heineken UK, qui dispose de la licence pour brasser cette bière au Royaume-Uni. Heineken s'est défendu, sans succès, en argumentant sur l'histoire de la 1664 et l'utilisation d'une variété alsacienne de houblon, le Strisselspalt[2].

Évolution de la gamme[modifier | modifier le code]

Plusieurs types de bières composent maintenant la gamme 1664 : Blonde, Gold, Blanc, Fruits rouges etc... Cette diversité a pour but tout à la fois de réagir à l'évolution des goûts, d'accompagner la diffusion à l'étranger ou au contraire de rappeler le produit qui fleure bon le terroir et la tradition[5]. À quoi il faut ajouter une bière sans alcool[6]. Une façon, pour les équipes marketing de Kronenbourg, de s'adapter au marché en régression constante[7].

Autre axe marketing, tenté plus ponctuellement, de 2004 à 2006, Kronenbourg a demandé au designer Philippe Starck d'imaginer une collection d'accessoires aux couleurs de la gamme 1664[8] : verre, bouteille, décapsuleur, canette, en tout seize objets[7].

Les bières[modifier | modifier le code]

1664[modifier | modifier le code]

Bouteille de 1664.

La 1664 est une bière de fermentation basse, une lager de type pils de couleur blonde (5,5 %), presque jaune. Elle contient du malt d'orge et du malt de blé. Sa mousse blanche est dense et ses bulles sont fines[9]. Le descriptif commercial évoque un nez dominé par le malt et les houblons aromatiques floraux, ainsi que des notes de fruits jaunes, de miel, de banane et de poivre[9]. Cette bière est marquée par son amertume fine et son arrière-goût long en bouche dû à sa fermentation longue en cave. Sa saveur oscille entre le sucré et l'acide.

Valeur nutritionnelle de la bière blonde 1664 5,5° : 45,1Kcal/10cl - 44,448Kcal/100 g ; Densité de la bière blonde 1664 5,5° : 10,14665g/cl.

La version brassée au Royaume-Uni par Heineken UK titre 5%.

1664 Blanc[modifier | modifier le code]

Bouteille de 1664 Blanc.

La 1664 Blanc est une bière blanche (5 %) et fruitée. Elle est lancée en 2006. Sa saveur est obtenue grâce à l'ajout d'arômes d'agrumes. Le conditionnement est inédit, une bouteille bleue de forme inhabituelle (comparée à l'ensemble des bouteilles du marché). Elle semble plus particulièrement prisée en Grande-Bretagne et en Chine[6].

1664 Rosé[modifier | modifier le code]

La 1664 Rosé est une bière blonde (5,5%) aromatisée à la framboise et à la pêche. Elle est lancée en 2013.

1664 Millésime[modifier | modifier le code]

Bière blonde (6,7%) possédant une robe dorée avec des reflets orangés. Lancée en 2012 et brassée avec du malt de printemps, chaque brassin se veut « unique ». Kronenbourg la positionne comme une bière de dégustation.

1664 Gold[modifier | modifier le code]

La 1664 Gold est une bière blonde (6,1%) possédant une robe dorée avec des reflets cuivrés et une amertume légère. Elle est issue d'une double fermentation. C'est en fait le nouveau nom de la Kanterbräu Gold. Elle existait sous ce nom depuis 1977 et a été renommée 1664 Gold en 2009[10].

Bouteilles exportées.

1664 Fruits rouges[modifier | modifier le code]

Bière blanche aromatisée fruits rouges et framboise, 4,5%. Elle est lancée en 2015.

1664 Sans alcool[modifier | modifier le code]

Bière blonde sans alcool (0,5%).

1664 Bière de Noël[modifier | modifier le code]

La 1664 Bière de Noël est une bière « pression » (5,5%) brassée spécialement pour les fêtes de fin d'année. Sa mousse est dense et abondante, aux bulles fines et régulières. Sa robe est ambrée, d'une couleur presque crème aux reflets orangées. Son odeur est riche en caramel, fruits, houblons avec des notes de miel, ce qui n'est pas sans rappeler les autres bières de la gamme. Sa saveur contient des arômes de caramel et de houblon et oscille en sucrée, amère et acide[11].

1664 Bière de Mars[modifier | modifier le code]

La 1664 Bière de Mars est une autre bière « pression » (5,9%) brassée uniquement en début d'année (avec les premières récoltes de malt et de houblon). L'unique différence avec la Bière de Noël réside dans les notes de rhum brun présentes dans son odeur et ses arômes[12].

1664 Instant Pression[modifier | modifier le code]

La 1664 Instant Pression est une innovation sur le conditionnement de la bière, mise en place par Kronenbourg, qui permet d'évoquer davantage, pour une bière embouteillée, le goût d'une bière « à la pression », grâce à un système de pression intégré dans les boîtes de 33cl. Ce système a été breveté par Scottish & Newcastle, brasseur britannique aujourd'hui disparu et repris par Carlsberg[5]. Il est utilisé aussi par Guinness. Ce conditionnement semble aujourd'hui introuvable.

1664 Brune[modifier | modifier le code]

Bière aujourd'hui introuvable sur le marché, la 1664 Brune (6,3%) fut un coup d'essai pour la marque et ses clients habitués à la 1664 Blonde. Cette bière n'eut pas le succès escompté et Kronenbourg décida d'interrompre sa production.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les Saisons d'Alsace, DNA, « La bière une passion alsacienne », juin 2014, page 95.
  2. a et b AFP 2014.
  3. Les Saisons d'Alsace, DNA, « La bière une passion alsacienne », juin 2014, page 89.
  4. Éric Cantona affirmait dans cette publicité : « Ici, en Alsace (...) les cultivateurs de houblon sont traités comme les footballeurs de Grande-Bretagne ».
  5. a et b Rousseau 2014.
  6. a et b Girard 2014.
  7. a et b Manceau 2004.
  8. Stratégies 2004.
  9. a et b La 1664 Blonde sur le site des brasseries Kronenbourg.
  10. Gold passe sous la marque 1664, sur le site de Romain Colas.
  11. La 1664 Bière de Noël sur le site Kronenbourg.
  12. La 1664 Bière de Mars sur le site Kronenbourg.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Romy Ducoulombier, « Les bières et vins sans alcool peuvent-ils rivaliser ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  • Noémie Rousseau, « Kronenbourg se fait mousser », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Laurence Girard, « Kronenbourg commercialisera une 1664 sans alcool cet été », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • AFP, « GB: une pub Kronenbourg interdite pour "tromperie" sur le caractère français de la bière », Le Point,‎ (lire en ligne).
  • Jean-Jacques Manceau, « Starck change la bière en drink », L'Expansion,‎ (lire en ligne).
  • Rédaction Stratégies, « Kronenbourg s'associe à Philippe Starck autour de 1664 », Stratégies,‎ (lire en ligne).
  • Rédaction Le Monde, « Brasseurs de père en fils depuis 1664, la famille Hatt célèbre le troisième centenaire de la brasserie Kronenbourg », Le Monde,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]