157e Red Hand Division (Division main rouge)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
157e Red Hand Division (Division Main rouge)
Création 12 Juin 1914
Dissolution 19 Decembre 1918
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Division d'infanterie
Rôle Infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles Champagne-Marne / Offensive Meuse-Argonne
Décorations Croix de guerre (333e, 371e (US) et 372e (US) régiments
Commandant historique Général Mariano Goybet

La 157e Red Hand Division (Division main rouge), unité Française dirigée par le général Français Mariano Goybet , fut connue sous cette appellation car elle a combattu , pendant la première guerre mondiale dans l'Offensive Meuse-Argonne, avec en son sein deux régiments Afro-américain[1], la Red Hand (main rouge) étant le signe emblématique du fanion de Division. En mai 1918, le général Français Mariano Goybet reçut l'ordre de commander la 157e Division d'infanterie française, qui avait été décimée après la troisième bataille de l'Aisne . Le 12 juin 1918, par ordre général No 215. L'infanterie de la 157e fut reconstituée avec le 333e régiment d'infanterie additionné de deux régiments de la 93e division d'infanterie (États-Unis) (parce que l' American Expeditionary Force ségrégratrice ne souhaitait pas que des troupes noires combattent aux côtés des blancs), à savoir le 371e régiment d'infanterie américain ainsi que du 372e (Dont des unités de gardes nationaux[2]) composés, tous deux d'Africains Américains. Cette division, aux côtés de la IVe Armée ,dans l'offensive de Champagne, malgré de lourdes pertes, rompit le front Allemand devant Monthois au cours des Combats du 28 septembre 1918 au 6 octobre 1918. Les trois régiments furent décorés de la croix de guerre ainsi que de nombreux soldats à titre individuel. Le 20 décembre 1918, un ordre du quartier général décrète la dissolution de la 157e Division; les deux régiments noirs Américains sont remis à la disposition de l’armée Américaine[3],[4]


Dans ses neuf premiers jours de combats dans le secteur de Meuse-Argonne, le 372e peut être crédité d'avoir progressé de 8 kilomètres dans une défense très organisée. Dans le processus, il a fait prisonniers 600 Allemands, capturé 15 canons lourds, 20 minenwerfers et environ 150 mitrailleuses, ainsi qu'une quantité énorme de matériel d'ingénierie et de munitions d'artillerie. Le 372e a joué un rôle clé dans l'offensive Meuse-Argonne et subi des pertes de 500 hommes tués, blessés ou gazés dans l'action. Ils se sont battus vaillamment à Verdun, Bussy Ferme (où tous les officiers de la compagnie ont été tués ou blessés, et Séchault. Il a ensuite débordé les lignes et a participé à l’offensive en Champagne[5].


Le 371e régiment d'infanterie américain dans l'offensive Meuse-Argonne a pris la cote 188, Bussy Ferme, Ardeuil-et-Montfauxelles et Trières Ferme près de Monthois. Le régiment a capturé de nombreux prisonniers allemands, 47 mitrailleuses, 8 engins de tranchées, 3 pièces de campagne de 77 mm, un dépôt de munitions, de nombreux wagons et des quantités énormes de matériel. Il a abattu trois avions allemands au fusil et à la mitrailleuse lors de l'avance. Pendant les combats entre le 28 septembre et le 6 octobre 1918, les pertes, pour la plupart dans les trois premiers jours, ont été de 1 065 sur 2 384 soldats effectivement engagés. Le caporal Freddie Stowers s'est particulièrement distingué à l’assaut de la cote 188 près de Bussy ferme[6].


Contexte de la création d'une unité Franco-Américaine[modifier | modifier le code]

Le 6 avril 1917, les États-Unis déclarent la guerre à l'Allemagne, Le président Woodrow Wilson est déterminé à peser sur l'issue du conflit et met en œuvre une politique volontariste qui va permettre de créer en dix-huit mois une armée de 4 millions de soldats.

Le , on dénombrait environ 2 millions d'hommes venus des États-Unis en Europe pour aider la France et ses alliés dans les tranchées, essentiellement dans les rangs de l'United States Army 440 000 hommes effectivement opérationels en Novembre 1918. 59 divisions sont mises en place.[7]


Arrivant de Janvier à Juin 1918, les troupes de combat noires furent les dernières à atteindre la France et les seules à servir avec des armes et des uniformes sous le drapeau Français.


Des 367 710 recrues noires qui ont servi , 89% furent assignées au travail, à l'approvisionement et au service des unités. Seulement 11% des forces militaires noires ont vu les combats tels que les Gardes nationaux et quelques unités de recrues.[8],

Deux unités de combat noires furent crées:

Attaque du 369e régiment d'infanterie américain durant l'offensive Meuse-Argonne[9].


-La 92e Division servant sous drapeau Américain

-La 93e Division, dont les régiments ont servi sous commandement Français, comprenant principalement des régiments de gardes nationaux, à savoir, le 369e (New York) dédié à la 161e Division d'infanterie; le 370e (Illinois) dédié au 26e régiment d'infanterie, le 371e (recrues de Caroline du Sud), et le 372e (Gardes Nationaux de l'Ohio, du Massachusset, du Maryland et du District of Columbia). Les 371e et 372 e ont été rattachés en renforcement de la 157e Division décimée dans la bataille de L'aisne avec le 333e régiment français en Juin 1918. Le général Goybet est chargé de commander cette Division connue sous le nom de 157e Red Hand Division. [10]

Au moment ou deux régiments de couleur nous rejoignent, je m'incline devant leur couleur et je souhaite le meilleur accueil à nos compagnons en arme, Ordre général du général Mariano Goybet N°215, 6 Juin 1918

L'A.E.F refusait de voir des Noirs combattre au côté des Blancs. Son incorporation en tant qu'unité combattante n'allait pas de soi pour la doctrine américaine : elle était prévue pour des travaux d'arrière et il fallut la mobilisation de personnalités comme William Du Bois et Asa Philip Randolph pour la mener en première ligne. Les accords franco-américains prévoyaient le transport à travers l'océan, l'équipement avec le 75, plus performant, la mitrailleuse Chauchat, le casque, les avions, le tout produit par la France, ce qui permettait une rationalisation de l'approvisionnement. En échange le commandement français demanda que les unités s'intègrent aux unités existantes, les pertes enregistrées seraient ainsi compensées, de plus le commandement français n'avait aucune réticence à faire combattre les troupes noires.[11]

Le drapeau de la main rouge (Le Red Hand flag)[modifier | modifier le code]

Drapeau de la 157e division d'infanterie française, dite « Red Hand Division », « division Main Rouge du général Mariano Goybet commandant le 333e R.I. (Français) et les 371e et 372e RI des États-Unis provenant de la 93e Division Américaine [12] ».


Le drapeau de la main rouge a flotté sur la division et ses régiments. Composée du 333e régiment d'infanterie (blanc) et des 371e et 372e infanterie Américaine (de couleur), la composition de la division est montrée dans la fabrication du drapeau , avec un drapeau Américain comme un champ et une main rouge , l'insigne de la division dans le panneau blanc. La main rouge était portée comme insigne sur les épaules des soldats et des officiers[13].


Célébration du 4 juillet avec les troupes Africaines-Américaines[modifier | modifier le code]

L'infanterie de la 157e fut reconstituée avec le 333e régiment d'infanterie additionné de deux régiments de la 93e division d'infanterie (États-Unis), à savoir le 371e régiment d'infanterie américain ainsi que du 372e par ordre général 215 du 12 juin 1918.

Le général Goybet, le 2 juillet a pris note du fait qu'il s'agissait du premier 4 juillet, jour de l'indépendance Américaine, à être célébré par sa division, maintenant franco-américaine.

157e Division Juillet 1918 État-Major Ordre Général No 221

« C'est une démonstration frappante de l'amitié durable et sanglante qui lie nos deux grandes nations. Les fils des soldats de Lafayette saluent les fils des soldats de George Washington qui sont venus se battre comme en 1776, pour une nouvelle et plus grande indépendance. Le même succès qui a suivi les glorieux combats pour la cause de la liberté est sûr de couronner notre effort commun maintenant et d'apporter la victoire finale du droit et de la justice sur la barbarie et l'oppression. »

[14]

Participation à l'offensive Meuse Argonne[modifier | modifier le code]

Croix de guerre 1914-1918 française obtenue par les 3 régiments et de nombreux soldats

La 157e occupe le secteur de la forêt d'Argonne - Vauquois côte 304, jusqu'au moment où elle est appelée à participer avec la IVe Armée à l'offensive générale en Champagne.

Le général Goybet, durant l'Offensive Meuse-Argonne, rompt le front ennemi devant Monthois, fait 600 prisonniers et s'empare d'un matériel considérable dont quinze canons, 150 mitrailleuses, vingt mortiers d'infanterie, du matériel de génie et des munitions d'artillerie, et abat trois avions. La 157e occupe ensuite les Vosges devant Sainte Marie les Mines. Il reçoit alors la Distinguished Service Medal au nom du Président des États-Unis[15], une nouvelle citation du général Gouraud.

Le général Goybet reçut la citation suivante : « Commandement des forces américaines, Cabinet du cdt en chef : Mon cher général, le président m'a délégué pour vous conférer la Distinguished Service Medal au nom du gouvernement des États-Unis. Comme commandant de la 157e DI,371 et 372e RI vous avez été l'un des facteurs importants de la victoire des allies par votre brillante conduite et votre haute technicité. Les officiers et les soldats de la 157e 371 et 372 RI considèrent comme un grand honneur d'avoir servi sous vos ordres dans les opérations que vous avez conduites en Champagne et dans les Vosges.,signé, Général Persing »[15].



Ordre général n ° 234 (8 octobre 1918):

Offensive Meuse-Argonne. La Red Hand Division casse le front devant Monthois

« Je suis fier de vous faire parvenir les remerciements et les félicitations du général Garnier-Duplessix et je le veux en même temps, chers amis de tous les rangs américains et français, pour vous dire en tant que chef et soldat du fond de mon cœur Combien je vous suis reconnaissant pour la gloire que vous avez acquise pour notre belle 157ème division. Dans ces neuf jours difficiles de bataille, vous avez avancé pendant huit kilomètres, combattu une organisation ennemie puissante, capturé près de 600 prisonniers, pris 15 canons légers et lourds, 20 mortiers d'infanterie et munitions d'artillerie et abattu 3 avions au canon. La main rouge de cette division est maintenant en vérité une main sanglante. J'ai lutté contre le Boche à la gorge et l'ai fait crier pour la miséricorde. Nos glorieux camarades qui sont morts sont bien vengés. »

- Le général Goybet, commandant de la 157e division [16]



H. Q., December 15, 1918.

Mariano Goybet commandant la 157e division d'infanterie française, dite « Red Hand Division », « division Main Rouge, comprenant le 333e R.I. (Français) et les 371e et 372e RI des États-Unis provenant de la 93e Division Américaine

157th Division État major Ordre général no 245

« Le 12 Décembre 1918, le 371 et 372 RI ont été placés à la disposition du haut commandement Americain. Avec un profond sentiment d'émotion de la part de la 157e Division et en mon nom personnel, je viens faire mes adieux à nos braves camarades. Durant 7 mois, nous avons vécu comme des frêres d'armes, S'associant dans les mêmes actions, partageant les mêmes épreuves et les mêmes dangers. Cote à cote, nous avons participé dans la grande bataille de Champagne qui a été couronnée par une formidable victoire.'La 157e Division n'oubliera jamais l'indomptable énergie, la charge héroïque des régiments Américains sur la crête d'observation et dans les plaines de Monthois. Les défenses les plus puissantes, les bastions les plus fortement organisés, les barrages d'artillerie les plus lourds , rien ne pouvait les stopper . Ces régiments extraordinaires surmontèrent tous les obstacles avec le plus grand complet mépris du danger, avec leur dévouement permanent. La division "main rouge" pendant 9 jours de combat violent fut constamment un modèle d'exception pour l'avance victorieuse de la 4e Armée. Officiers, sous officiers, et soldats, je salue respectueusement nos soldats qui sont tombés, et je salue vos couleurs, cote à cote avec le drapeau du 333 Régiment d'Infanterie, ils nous ont montré le chemin de la victoire.Chers amis d'Amérique, quand vous serez de retour de l'autre coté de l'océan, n'oubliez pas la division "main rouge".'Notre fraternité a été cimentée dans le sang des braves et un tel lien ne sera jamais détruit. Souvenez vous de votre général qui est fier de vous avoir commandé et soyez sur de sa reconnaissance éternelle. »

Général Goybet Commandant la 157e DIVISION[17]

La dissolution[modifier | modifier le code]

Le 20 décembre, un ordre du quartier général décrète la dissolution de la 157e Division; les deux régiments noirs Américains sont remis à la disposition de l'armée Américaine[18].



Ordonnance générale n ° 248 État-Major

H, Q, 19 décembre 1918

« Les officiers, les sous-officiers, les sapeurs, les soldats, les artilleurs et les hommes de Cavalerie de la 157e division: Le maréchal de France, commandant en chef de l'armée française, a ordonné la dissolution de notre division le 20 décembre 1918. C'est donc le dernier adieu que je vous adresse aujourd'hui, qui est le dernier que j'ai l'honneur de vous commander. Pendant sept mois, vous avez donné tout ce que je vous ai demandé. Vous vous êtes montré fort dans la défensive intrépide et agressive dans le «Coup de mains» magnifiquement courageux et intrépides dans l'offensive. Vous avez glorieusement terminé la carrière de la 157e Division au cours de la grande bataille de Champagne, en rompant une position fortement fortifiée, en progressant dans une lutte féroce de neuf jours pendant plus de huit kilomètres, en capturant de l'ennemi mille prisonniers, plus de 20 canons , plusieurs centaines de mitrailleuses et un énorme matériel.

Au cours de notre vie réciproque, les liens puissants qui nous ont rassemblés ont été resserrés par le chagrin de nos pertes cruelles, ainsi que par la joie de la victoire. Vous m'avez donné votre confiance. À mon tour, je vous ai donné la chose la plus précieuse que je dois donner: MON HONNEUR MILITAIRE. Il a été mis en bonne mains . Avec mon cœur de soldat, je pense à vous. Les éléments des divisions seront distribués dans d'autres organisations. Vous emmènerez avec vous, vos traditions de courage, de discipline et d'affection envers vos nouveaux chefs. Pour ceux qui demanderaient d’où vous venez , vous répondrez avec fierté: «Nous sommes les soldats de la Division Goybet, la Division à la main rouge (Red hand Division) : c'était une belle division! Et vous en témoignerez par votre conduite. Dans la mémoire de nos chers morts, j'embrasse pieusement les plis sacrés de vos bannières. Elles ont été usées dans la bataille; elles flottent maintenant sur les vents de la victoire. »


- Le général Goybet, commandant de la 157e division [19]

Lettre du Colonel Miles dirigeant le 371e régiment US (Extraits)[modifier | modifier le code]

:Medaille de Bronze du 371 régiment sous le commandement de la 157e Division du général Français Mariano Goybet ( dite Division Main Rouge)

Les hommes du régiment étaient très fiers de la Red Hand (Main rouge) et je me souviens que la plupart des hommes et des officiers ont détesté de la retirer (Insigne d'épaule), J'aurai beaucoup aimé l'avoir adopté pour la 93e Division Américaine et je ne crois pas que les 369 et 370 régiments (Américains ) n'auraient émis la moindre objection. Le casque Français qui symbolisait notre service avec les français fut la prochaine bonne chose.

Si la Red Hand (Main rouge) ne fut pas retenu comme emblème de la 93e Division Américaine, malgré le désir des soldats, nous pouvons voir que le casque bleu Français fut adopté en souvenir de la fierté des régiments de cette division pour avoir combattu sous commandement français avec des tenues et un équipement français[20].

US 93rd Infantry Division qui a adopté le casque Français comme insigne de Division

Les régiments et les hommes reconnus[modifier | modifier le code]

Les 3 régiments de la division, ont tous reçu la croix de guerre . De nombreux soldats dont des Africains- Américains ont reçu également à titre individuel cette récompense.

Des monuments furent érigés pour les 371e et 372e régiments Américains.

Freddie Stowers[modifier | modifier le code]

Medal of Honor (Médaille d'Honneur - américaine)

La bravoure des soldats du 371e et 372e de la 157e Red Hand Division (Division main rouge) durant cette période a obtenu plus de reconnaissance avec le temps. En 1991, Freddie Stowers , un caporal du 371e régiment a reçu à titre posthume la medaille d 'honneur pour les actions prises en septembre 1918 devenant ainsi le premier soldat African-Américain à être investi de cet honneur[21].

En 1988, plusieurs membres du Congrès commencèrent une campagne sur la conduite des soldats noirs de la Première Guerre mondiale qui n’avaient pas été correctement reconnus, c’est ainsi que Freddie Stowers reçut la médaille d’honneur Medal of Honor en 1991 sur l’instigation du Congrès et après enquête en France pour avoir agi avec un exceptionnel héroisme le 28 septembre 1918, bien que caporal. commandant une unité dont les officiers avaient été décimés par les Allemands. Les Allemands tenaient une forte position sur une colline, cote 188, près d’Ardeuil en Champagne secteur de la Marne, et par ruse les Allemands avaient feint de se rendre . Les Allemands ouvrirent alors le feu et la compagnie fut réduite de moitié, perdit ses officiers commandants et ses principaux sous officiers. Stowers réunit les troupes, pris en charge le commandement de la compagnie. Il mena celle-ci à l’assaut de nids de mitrailleuses et de mortiers et quand il fut mortellement blessé, il continua à encourager son unité à prendre une seconde ligne de tranchée. Il est le seul soldat Africain Américain de la première guerre Mondiale à avoir obtenu la médaille d’honneur du Congrès, la plus haute distinction des États-Unis. Le 24 avril 1991, les deux sœurs survivantes, Georgina et Mary, reçurent la médaille en cérémonie à la maison blanche du président George H. W. Bush[22].

Les hommes de Washington gagnent les honneurs[modifier | modifier le code]

Insigne de l'armée de la Garde Nationale District of Columbia Washington États-Unis

Au 372e régiment d'infanterie de la 157e Red hand division, était attaché le premier bataillon de la garde nationale du District of Columbia chargé de la défense de Washington et du capitole. Près de 600 hommes de couleur qui étaient avec le 372e régiment, d'ailleurs composé principalement de bataillons de gardes nationaux. Dans ce bataillon, Au moins 200 soldats furent blessés et 33 furent tués. Le sergent Payne est une figure des combattants du District of Columbia. Il est décoré de la croix de guerre.

Le sergent Payne parle modestement de ses exploits. Il dit : Pendant les combats à Sechault, les Allemands abattaient les hommes de mon peloton derrière un buisson. Les Allemands avaient plusieurs mitrailleuses derrière ce buisson et ont continué des tirs meurtriers malgré notre feu nourri de fusil dirigé vers le buisson. Nous avons fait de notre mieux pour arrêter ces mitrailleuses, mais l'objectif allemand est devenu tellement précis qu'ils ont éliminé cinq de mes hommes chaque minute. Nous ne pouvions pas supporter cela, alors j'ai décidé que j'aurai ce petit nid de mitrailleuses et je m'y suis tenu. Je quittais notre compagnie, fis un contournement, et, par une bonne chance, je suis arrivé derrière le buisson. J'ai mis mon fusil en action et "éliminé" deux de ces mitrailleurs allemand. Cela a terminé leur action. Les autres Allemands ne pouvaient pas supporter autant d'agitation. Les Boches se sont rendus, et je les ai emmenés dans nos tranchées en tant que prisonniers.


Un autre héros est Benjamin Butler, un soldat à qui on a décerné la Croix de Guerre. Sa citation se lit comme suit: "Pour montrer le courage et la bravoure et se distinguer dans l'exécution des ordres lors de l'attaque de Sechault le 29 septembre 1918, sous un gros bombardement et un mitraillage. Butler a déclaré : "J'ai fait très peu. Pendant ce combat avec plusieurs autres, j'ai transporté des dépêches dans les tranchées de la première ligne du quartier général. Ils m'ont décoré, je suppose, parce que j'étais le seul à avoir la chance d'échapper à l'élimination[23].



Une mémoire toujours présente[modifier | modifier le code]

Distinghished service medal décernée à Mariano Goybet par le président des États-Unis pour sa conduite lors de la première guerre mondiale de la 157e Division (Red Hand) qui comprenait les 371e et 372e R.I. US

Les unités de la Garde nationale du Connecticut, du Maryland, du Massachusetts, de l'Ohio, du Tennessee et du District de Columbia qui avaient été organisées dans les années 1880 constituaient le 372e régiment d'infanterie, organisé en 1917. À son arrivée en France, le 372e était également attaché aux divisions de l'armée française pour s'entraîner avant d'être affecté à une division - la célèbre 157e division d'infanterie française "Red Hand" - et a participé à la Meuse-Argonne, à la Lorraine et aux campagnes d'Alsace. Les membres du régiment ont eu l'honneur de ne jamais se rendre ou de se retirer, et leur participation à l'avance de Meuse-Argonne a été décisive pour mettre fin à la guerre après que les membres du 372e aient été crédités de prendre près de 600 prisonniers et de conserver de grandes quantités de fournitures d'ingénierie et de munition d'artillerie.Pour ses actions pendant la Meuse-Argonne, le régiment a reçu la Croix de Guerre avec Palme. Bien que le régiment ait été désactivé après la Seconde Guerre mondiale, le 372e est perpétué par le 237e Bataillon de soutien de la Garde nationale de l'Ohio et le 372e bataillon de la police militaire du district de Columbia (Red Hand). [24]

Discours du Président Roosevelt (10-1918)[modifier | modifier le code]

Extrait du discours Américain de l'ancien Président THEODORE ROOSEVELT à Carnegie Hall, New York (traduction Henri GOYBET) le 2 novembre 1918 sur la part des troupes Noires dans la guerre.

" Et bien je remerçie le ciel, nous y sommes allé, et nos hommes de l'autre coté, nos fils et freres de l'autre coté, hommes blancs et noirs, soldats blancs et soldats de couleur ont été si actifs que chaque Américain, maintenant peut marcher en levant la tête et regarder le citoyen de chaque autre pays dans le monde , droit dans les yeux et nous avons la satisfaction de savoir que nous avons joué la part décisive . Je ne dis pas cela dans un esprit d'autosatisfaction, si chacun d'entre vous m' a écouté parler durant les 4 dernières années, vous savez que je ne me suis pas adressé au peuple Américain à la recherche d'éloges." "Mais Sans autosatisfaction, nous pouvons dire que c'était notre action qui a pesé le plus pour la liberté et contre la plus dangereuse tyrannie que le monde n'ait jamais vu. Nous avons agi comme de vrais amis de la liberté par notre action." "Je félicite tous les hommes et femmes de couleur et tous leurs camarades blanc américains sur la vaillance et l'efficacité avec laquelle les hommes de couleur se sont comporté au front et l'efficacité et la détermination de rendre service qui a été montré à l'ensemble des hommes et des femmes de couleur derrière eux dans ce pays. "

Theodore Roosevelt[25]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emmet J. Scott Histoire officielle American negro in the World war 'Homewood Press, 1919. Chapitre sur 372e Régiment et 157e Division
  2. Les unités de gardes nationaux qui sont le noyau du 372e régiment sont composées des plus vieux bataillons de noirs dans le pays avec des racines qui remontent jusqu’à la guerre de Sécession. Les troupes Afro-américaines assuraient la défense du Capitole car considérées comme loyales
  3. Negro Combat Troops in the World War. The story of the 371 St Infantry By Chester D. Heywood, Éditeur Worcester, Mass : Commonwealth Press , 1929 (page 57)
  4. [ Mairie de château thierry base monument du 372e US régiment http://www.mairie-chateau-thierry.net/1418/labase/dosmonum372th_Inf_US_93eDI_octbre1918.pdf | Monument du 372e US regiment]
  5. [Ebony doughboys 93rd Infantry Division https://ebonydoughboys.org/index-1.html]
  6. [ Mairie de château thierry base monument du 371e US régiment http://www.mairie-chateau-thierry.net/1418/labase/dosmonum_371th_RIUS_octobre1918_Ardeuil08.pdf Dossier monument du 371e régiment US]
  7. Extraits article wikipedia sur l'A.E.F.
  8. Byron Farwell : Over there New york : W,W, Norton and co 1999 (page 149)
  9. Ce régiment fait partie des unités « de couleur » rattachées à des unités coloniales françaises. Il a combattu vaillamment dans l'offensive Meuse-Argonne, en étant rattaché à la 161e division française. Il a attaqué derrière un barrage d'artillerie, s'est emparé des tranchées allemandes et a repris le village de Ripont. Le 29 septembre, le régiment a pris d'assaut de puissantes positions ennemies et libéré la commune de Séchault. En dépit de lourdes pertes en vies humaines, le 369e, appelé « Les combattants de l'enfer » par les Français et les Allemands, a continué sans relâche l'attaque à l'aube. Assailli par des mitrailleuses ennemies, ils ont chargé dans la forêt au nord-est de Séchault, contournant et écrasant les positions des mitrailleuses ennemies. L'élan du « Let's Go ! » et l'esprit de lutte indomptable du 369e d'infanterie ont été illustrés tout au long de la bataille. Leur initiative, leur leadership et leur bravoure ont été décorés par la Croix de guerre française remise au régiment. Ils sont à l'origine du Ragtime Ancêtre du jazz. Le Lieutenant James Reese s’était porté volontaire avec ses 99 musiciens du Clef Club de New-York. L’orchestre du 369e jouait sur le pont de l’USS Pocahontas, lorsque le navire transportant le régiment entra dans la rade de Brest le 26 décembre 1917.
  10. American Patriots The story of Blacks in the military from the revolution to Desert Storm (Gail Buckley Random House New york 2001 (page 366)
  11. wikipedia sur 93e Division (Etats-Unis)
  12. Le 28 septembre, le général Mariano Goybet commandant la 157e division d'infanterie Française, a lancé ses troupes dans l'offensive Meuse-Argonne. Il a rompu le front devant Monthois. Deux de ses régiments (les 371e et 372e régiments d'infanterie américains) étaient composés d'Afro-Américains.Ils étaient épaulés par le 333erégiment d'infanterie Français .
  13. Negro Combat Troops in the World War. The story of the 371 St Infantry By Chester D. Heywood, Éditeur Worcester, Mass : Commonwealth Press , 1929 (page 87)
  14. Negro Combat Troops in the World War. The story of the 371 St Infantry By Chester D. Heywood, Éditeur Worcester, Mass : Commonwealth Press , 1929 (page 87et 88)
  15. a et b (en) Chester D. Heywood, Negro combat troops in the world war, , p. 302
  16. Scott'Offficial History of the American Negro in the world war By Emmet J; Scott (special assistant to secretary of war) Chapter The record of 372 ND Chicago Homewood press 1919 page 243 http://www.gwpda.org/wwi-www/Scott/SCh17.htm
  17. [Scott'Offficial History of the American Negro in the world war By Emmet J; Scott (special assistant to secretary of war) Chapter The record of 372 ND Chicago Homewood press 1919 http://www.gwpda.org/wwi-www/Scott/SCh17.htm]
  18. [Histoire du 333e régiment d'infanterie Page 42 Impression 1914-1918. Louis Chaduc; libr. F, Montbarbon (Belley) édition 1921.http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6399988n/f48.item.r=dissolution]
  19. Scott'Official History of the American Negro in the world war By Emmet J; Scott (special assistant to secretary of war) Chapter The record of 372 ND Chicago Homewood press 1919 (page 239-240)
  20. Scott'Official History of the American Negro in the world war By Emmet J; Scott (special assistant to secretary of war) Chapter The record of 372 ND Chicago Homewood press 1919 (page 241)
  21. (en) « Freddie Stowers, Corporal, United States Army »
  22. Tiré de l'article wikipédia Anglais sur Freddie Stowers.
  23. [Scott'Offficial History of the American Negro in the world war By Emmet J; Scott (special assistant to secretary of war) Chapter The record of 372 ND Chicago Homewood press 1919 page 250 http://www.gwpda.org/wwi-www/Scott/SCh17.htm ]
  24. [Spotlight on: African-American History Month Posted on February 27, 2017 by National Guard rom : an original article by SSG Michelle Gonzalez, National Guard Bureau, which appeared in the special features section of National Guard. mil. http://jobs.nationalguard.com/ngb/blog/tag/372nd-infantry/]
  25. [Discours Américain de l'ancien Président THEODORE ROOSEVELT à Carnegie Hall, New York (traduction Henri GOYBET) le 2 novembre 1918 sur la part des troupes Noires dans la guerre issu du livre de Scott .https://archive.org/details/scottsofficialhi00scot]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Scott'Official History of the American Negro in the world war By Emmet J; Scott (special assistant to secretary of war) Chicago Homewood press 1919.
  • Negro Combat Troops in the World War. The story of the 371 St Infantry By Chester D. Heywood, Éditeur Worcester, Mass : Commonwealth Press , 1929.
  • Historique du 333e régiment d'infanterie. Guerre de 1914-1918, Belley, Impr. Louis Chaduc ; libr. F. Montbarbon, , 72 p., disponible sur Gallica.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]