151e division d'infanterie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

151e Division d'Infanterie
Création
Pays Drapeau de la France France
Branche Terre
Type Division d'Infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1915 - 2e Bataille de Champagne
1916 - Bataille de Verdun
1917 - Bataille du Chemin des Dames
1918 - 2e Bataille de Picardie
1918 - 3e Bataille de l'Aisne
1918 - Offensive des Cent-Jours
(Bataille de Somme-Py)
(Poussée vers la Meuse)

La 151e division d'infanterie est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première Guerre mondiale.

Les chefs de la 151e division d'infanterie[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

  • Infanterie
293e Régiment d'Infanterie de à (dissolution)
337e Régiment d'Infanterie de à (dissolution)
403e Régiment d'Infanterie d' à
404e Régiment d'Infanterie d'avril à
407e Régiment d'Infanterie de à
410e Régiment d'Infanterie d' à
411e Régiment d'Infanterie d' à
120e Bataillon de Chasseurs à Pied d'avril à
  • Cavalerie
1 escadron du 8e régiment de dragons de à
1 escadron du 9e régiment de dragons de à
2 escadrons (puis 1 à partir de ) du 2e régiment de chasseurs à cheval de à
  • Artillerie
2 groupes (puis 3 groupes à partir de ) de 75 du 28e régiment d'artillerie de campagne de à
1 groupe de 80 du 3e régiment d'artillerie de campagne de à
1 groupe de 75 du 3e régiment d'artillerie de campagne de janvier à
102e batterie du 28e régiment d'artillerie de campagne de à
101e batterie du 28e régiment d'artillerie de campagne de janvier à
6e groupe de 155c du 111e régiment d'artillerie lourde de juillet à
  • Génie
compagnies 15/25 et 15/7 du 7e régiment du génie
1 bataillon du 7e régiment d'infanterie territoriale d'août à

Historique[modifier | modifier le code]

Constitution au camp de Mailly entre le 1er et le .

1915[modifier | modifier le code]

  • 13 –  : transport de la D.I. (réduite à la seule 301e brigade), par V.F., dans la région de Longueau, puis repos dans celle de Querrieu. Le , arrivée de la 302e brigade reconstituée.
  •  : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Fricourt et Carnoy :
Guerre de mines au bois Français et à Carnoy ;
 : attaque locale française sur le bois Français.
 : attaque locale française sur le bois Allemand.
 : engagée dans la 2e Bataille de Champagne.
  • 25 –  : retrait du front, et mouvement vers la région de Verrières ; repos.
  •  : transport par camions vers le front ; à partir du , occupation d'un secteur vers la cote 196 et les Mamelles, étendu à gauche, le , au nord des Mamelles.
  • 5 –  : retrait du front et transport par camions vers Saint-Amand-sur-Fion ; repos.
  •  : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers la butte de Souain et la route de Tahure à SommePy, étendu à droite, le , jusque vers Tahure.
 : coup de main allemand vers la cote 198.

1916[modifier | modifier le code]

  • 3 –  : retrait du front et repos vers Châlons-sur-Marne.
  •  : transport par camions dans la région de Givry-en-Argonne, puis mouvement vers celle de Verdun. Engagée, à partir du , dans la Bataille de Verdun, vers le bois d'Haudraumont et la côte de Froideterre.
1er, 8 et  : attaques allemandes.
  • 14 –  : retrait du front : repos vers Combles.
  •  : transport par camions à Verdun, puis occupation d'un secteur vers Marre et Charny.
  • 15 –  : retrait du front ; repos vers Combles, puis transport par V.F. vers la région d'Épernay.
  •  : mouvement vers le nord et occupation d'un secteur vers les Cavaliers de Courcy et les abords est de Reims :
 : coup de main allemand.
 : coup de main français.

1917[modifier | modifier le code]

  •  : retrait du front ; mouvement vers la région de Fère-en-Tardenois ; repos et instruction.
  •  : mouvement vers le front et occupation d'un secteur entre Bétheny et les Cavaliers de Courcy, étendu à droite, le , jusqu'aux abords est de Reims.
15 avril : Bataille du Chemin des Dames vers les Cavaliers de Courcy :
20, et  : actions locales.
  •  : retrait du front ; repos vers Épernay. À partir du , transport par V.F. de la région d'Épernay, dans celle de Noyon ; repos et instruction au camp de Lassigny. À partir du , transport, partie par V.F., partie par camions, dans la région de Fismes ; repos.
  •  : mouvement vers le front, et occupation d'un secteur vers la ferme d'Hurtebise et le plateau des Casemates, étendu à gauche, le , jusqu'à la ferme de la Creute :
 : attaque allemande.
 : attaque française à la ferme d'Hurtebise.
  • 6 –  : retrait du front ; transport par V.F., de Fismes, dans la région Versailles, Saint-Germain-en-Laye : repos.
  •  : mouvement par étapes vers Nanteuil-le-Haudouin, par Montmorency, Luzarches, Chantilly et Versigny, puis le , vers Chavigny ; repos et instruction.
  •  : mouvement vers le front. À partir du 31, occupation d'un secteur vers Chavignon et la ferme Rosay, déplacé à gauche, le , entre le nord de Vaudesson et le bois de Mortier, puis étendu à droite, le , jusqu'au nord de Chavignon.

1918[modifier | modifier le code]

  •  : retrait du front, puis travaux vers Ecuiry.
  •  : mouvement vers le front ; occupation d'un secteur vers Quincy-Basse et le bois de Mortier étendu à gauche, le , jusque vers Coucy-le-Château. Engagée dans cette région, pendant la 2e Bataille de Picardie :
6, 7 et  : combats à Folembray, à Coucy-le-Château, à Quincy-Basse et au bois de Mortier ; repli au sud de l'Ailette. Puis organisation et défense d'un secteur vers le bois de Mortier et Pont-Saint-Mard.
 : front réduit, à gauche, jusque vers Fulleren.
  •  : retrait du front ; repos vers Chèvremont. À partir du , transport par V.F. dans la région de Revigny ; repos et instruction.
 : transport par camions dans la région de Cuperly.

Rattachements[modifier | modifier le code]

6 –
2 –
2 –

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Général Pierre des Vallières est tué le 28 mai 1918, au Chemin des Dames

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).
  • Le Général Pierre des Vallières et la 151e Division - fin par le Général Brécard et le Colonel Karcher (Extrait de la Revue de la Cavalerie de juillet- et tirage de l'Imprimerie Berger-Levrault 1930)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

La 151e DI dans la bataille de l'Aisne (1917)