14e régiment de hussards

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

14e Régiment de Hussards
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment de Hussards
Rôle Cavalerie
Inscriptions
sur l’emblème
Dresde 1813
L'ourcq 1914
Mézières 1918
Anniversaire Saint-Georges
Guerres Première Guerre mondiale

Le 14e régiment de hussards est un régiment de cavalerie légère de l'armée française créé à la fin du Premier Empire.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Le drapeau du 14e hussards en 1902.
  •  : Création du 14e Régiment de Hussards
  •  : Dissous
  •  : Recréation du 14e Régiment de Hussards, avec les débris du 13e et 14e Hussards
  •  : Dissous
  •  : 14e Régiment de Hussards, créé avec des éléments des :
  • 1919 : Dissous

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition à la mobilisation[modifier | modifier le code]

  • colonel commandant : Raymond
  • lieutenant-colonel : de Hautecloque
  • commandant le 1er demi-régiment : de Brémond d'Ars
1er escadron : capitaine d'Humières
2e escadron : capitaine de Busnel
  • commandant le 2e demi-régiment : Beny
3e escadron : capitaine Chevalier du Fau
4e escadron : capitaine Badinet
  • commandant les escadrons de réserve : capitaine de Montzey
5e escadron : capitaine Massiet - détaché auprès de la 7e D.I
6e escadron : capitaine de La Brosse - détaché auprès de la 8e D.I

Historique des garnisons, combats et batailles[modifier | modifier le code]

De 1893 à 1914[modifier | modifier le code]

Le 14e régiment de hussards ne quitte pas la métropole et ne participe à aucune campagne avant 1914.

1914[modifier | modifier le code]

le 14e régiment de hussards est mobilisé à Alençon le  : les 4 escadrons actifs et l'état-major embarquent dès le  ; les 5e et 6e escadrons sont embarqués le .

le régiment part en train pour débarquer à Damvilliers (Meuse), le  : il est rapidement engagé dans des reconnaissances vers Spincourt et Longuyon. Le colonel Raymond appelé au commandement de la cavalerie du C.A., le commandement des escadrons actifs passe au lieutenant-colonel de Hautecloque.

Le , au combat de Ethe, le régiment perd 8 officiers, dont le lieutenant-colonel de Hautecloque et 73 sous-officiers et hussards. Le régiment est obligé de retraiter sous le feu de l'artillerie allemande. Dans le même temps, à Virton à l'EM du C.A., le colonel Raymond est blessé d'une balle à la tête : il sera évacué sur Montmédy et fait prisonnier quelques jours après. Mis au repos le , le régiment déplore 175 tués ou disparus depuis le . Ayant reçu des renforts, le régiment est engagé à Nanteuil-le-Haudouin, dès le et passe l'Aisne dans la nuit du 12 au 13 et participe à la bataille de l'Ourcq. Le maréchal des logis Gallet capture 52 allemands cachés dans une grotte et reçoit, pour ce fait d'armes, la médaille militaire.

Le 14e Hussards est déplacé pour participer à la Course à la mer.

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Étendard[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1] :

14e régiment de hussards-drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Personnalités ayant servi au 14e RH[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographies[modifier | modifier le code]

  • ANDOLENKO (général), Recueil d'historique de l'arme blindée et de la cavalerie, Paris, Eurimprim, 1968.
  • Historique des corps de troupe de l'armée française, Ministère de la Guerre, Paris, 1900.
  • Historique sommaire du 14e régiment de hussards. Campagne de 1914, 1915, 1916, 1917, 1918, Paris, H. Charles-Lavauzelle, , 54 p., disponible sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]