1417 en santé et médecine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chronologies
Années :
1414 1415 1416  1417  1418 1419 1420
Décennies :
1380 1390 1400  1410  1420 1430 1440
Siècles :
XIVe siècle  XVe siècle  XVIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Arts plastiques Musique classique Santé et médecine
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Chronologie de la santé et de la médecine

Événements[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Fl. Albert Loison, précepteur et médecin du dauphin Jean, qu'il soigne à Paris et Compiègne dans sa dernière maladie[3].
  • Fl. Jean de Sept Saulz, barbier à Reims ; il examine une personne suspecte de lèpre[7].
  • Fl. Jean Simon, maître ès arts et licencié en médecine ; consulté à Vienne comme astrologue, avant l'élection du successeur de Jean XXIII[7].
  • 1376-1417 : fl. Abraham Vitalis de Milhano, médecin juif d'Avignon d'une famille originaire de Millau ; en 1376, il succède à son père Vital de Bésiers ; il devient conseiller de la communauté juive en 1417[3].
  • 1388-1417 : fl. Jean de Parme, médecin de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne ; en 1388 et 1417, trois fils qu'il a de Guiotte, sa servante, obtiennent des lettres de légitimation[7].
  • 1401-1417 : fl. Jean de Vouziers, chirurgien juré de la ville de Reims[7].
  • 1411-1417 : fl. Jean de Lugduno, licencié en médecine, étudiant en droit à Paris, réputé dives practicus, bene hereditatus ; en 1417, il obtient réparation de « Bourguignons » qui l'avaient attaqué et grièvement blessé en 1411[7].
  • 1414-1417 : fl. Jean de Monteau, fils de François de Monteau, médecin de Dijon d'origine milanaise, reçu docteur en médecine à Pavie en 1414, revenu à Dijon en 1417[7].
  • 1415-1417 : fl. Michel de Discipatis, prêtre apostat, à Chambéry en 1415, condamné à la prison à vie pour avoir extorqué de l'argent en se donnant pour astrologue et médecin[7].
  • 1417-1428 : fl. Monet Michiel, maître barbier à Lyon[7].
  • 1417-1430 : fl. Arnold de Tricht, recteur de l'université de Rostock, professeur de médecine à Erfurt[3].
  • 1417-1453 : fl. Jean de Lacoste, barbier, à Mézières, de Charles de Bourgogne, comte de Rethel[7].

Décès[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Auguste Mochot, Histoire d'Is-sur-Tille, Dijon, J. Marchand, , 242-LVIII p. (lire en ligne), p. 131.
  2. « Les Médecins juifs au Moyen Âge [sources : Gilbert Dahan, Les Intellectuels chrétiens et les Juifs au Moyen Âge] », L'Écho des carrières : Bulletin de l'Association culturelle des Juifs du Pape,‎ , p. 16 (lire en ligne).
  3. a b c d e et f Ernest Wickersheimer et Guy Beaujouan (éd.), Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge, vol. 1, Genève, Droz, coll. « Hautes études médiévales et modernes » (no 34/1), (1re éd. 1936) (ISBN 978-2-600-04664-0, lire en ligne), « Bellant », p. 66, « Benoît Canet », p. 67, « Henri Carpentin », p. 276, « Albert Loison », p. 16, « Abraham Vitalis de Milhano », p. 5, « Arnold de Tricht », p. 51.
  4. Thierry Grandmougin, Catherine Bourdet et Jean-Marc Gurruchaga, « De la danse de Saint-Guy à la chorée de Huntington : Rappels sur l'émergence d'un concept médical », Histoire de la médecine et des sciences, vol. 13, nos 6-7,‎ , p. 851 (lire en ligne).
  5. Albert Ohl des Marais, « Le Culte des pierres dans la région vosgienne », Bulletin de la Société philomatique vosgienne, vol. 63,‎ , p. 111 (lire en ligne).
  6. Adeline Rucquoi, « Contribution des studia generalia à la pensée hispanique médiévale », dans José-Maria Soto Rábanos (éd.), Pensamiento hispano medieval : Homenaje a D. Horacio Santiago-Otero, Madrid, CSIC, (lire en ligne), p. 21.
  7. a b c d e f g h et i Ernest Wickersheimer et Guy Beaujouan (éd.), Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge, vol. 2, Genève, Droz, coll. « Hautes études médiévales et modernes » (no 34/2), (1re éd. 1936) (ISBN 978-2-600-04716-6, lire en ligne), « Jean de Sept Saulz » et « Jean Simon », p. 484, « Jean de Parme », p. 460, « Jean de Vouziers », p. 502, « Jean de Lugduno », p. 442, « Jean de Monteau », p. 453, « Michel de Discipatis », p. 553, « Monet Michiel », p. 561, « Jean de Lacoste », p. 427.
  8. Gilabert Jofré, Juan (1350-1417), notice BnF no FRBNF13620587.