13e régiment de tirailleurs sénégalais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

13e régiment de tirailleurs sénégalais
Image illustrative de l’article 13e régiment de tirailleurs sénégalais
insigne régimentaire du 13e RTS

Création 1921
Dissolution 1958
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment de Tirailleurs sénégalais
Rôle Infanterie

Le 13e Régiment de Tirailleurs Sénégalais (ou 13e RTS) est un régiment français.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1921 : création du 3e régiment de tirailleurs sénégalais du Maroc
  • 1923 : devient 13e régiment de tirailleurs sénégalais avec les:
    • 13e bataillon de tirailleurs sénégalais
    • 14e bataillon de tirailleurs sénégalais
    • 130e bataillon de tirailleurs sénégalais
    • 136e bataillon de tirailleurs sénégalais
  • 1923 : renommé 13e régiment de tirailleurs coloniaux
  • 1926 : redevient 13e régiment de tirailleurs sénégalais
  • 1944 : devient 23e régiment d'infanterie coloniale, à la suite du blanchiment de la 9e DIC
  • 1948 : redevient 13e régiment de tirailleurs sénégalais
  • 1958 : change d'appellation, devient 73e RIMa

Colonels/chef-de-brigade[modifier | modifier le code]

  • 1922 - Lieutenant-Colonel Braive
  •  : colonel Joseph-Ernest Perrossier[1].

Historique des garnisons, combats et batailles du 13e RTS[modifier | modifier le code]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

  • 1922 - 3 bataillons stationnés à Alger, Orléansville et Lalla-Marnia
  • 1924 - 1er et 2e bataillons au Maroc
  • 1925 - Opérations contre Abd el-Krim

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1953, il est en Tunisie.

En , le 13 RTS comporte deux bataillons : le 1/13 RTS composé de troupes coloniales est en garnison à Alger (Caserne d'Orléans) tandis que le 2/13 RTS est un bataillon d'instruction pour jeunes recrues.

Il comporte trois compagnies, la 5e Cie en garnison à Tizi Ouzou, la 6e Cie en garnison à Fort National (peloton caporaux et sous officiers), la CCAS en garnison à Fort National. Une section est détachée au col de Tirourda.

À compter du les bataillons sont "éclatés" sur un axe Tizi Ouzou - Fort National - Michelet - Tirourda et participent aux opérations de maintien de l'ordre.

Devise[modifier | modifier le code]

Insigne[modifier | modifier le code]

La carte d'Afrique, portant en rouge les possessions françaises, symbolise le recrutement de l'unité. L'étoile symbolise le Mérite chérifien remis au 3e R.T.S.M. le .

Décorations[modifier | modifier le code]

Mérite chérifien remis au 3e R.T.S.M. le .

Personnalités ayant servi au régiment[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph-Ernest Perrossier est l'auteur de nombreux ouvrages militaires parmi lesquels La commune de 1871 à Narbonne, Lettre à un ancien Zouave

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]