11e régiment de cuirassiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le domaine militaire
Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

11e régiment de cuirassiers
Image illustrative de l'article 11e régiment de cuirassiers
Insigne régimentaire du 11e régiment de cuirassiers

Création 1803
Dissolution 1999
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment de cuirassiers
Rôle Cavalerie
Fait partie de 1er-11e régiment de cuirassiers
Ancienne dénomination Montlcar-Catalans
Royal Roussillon (1688)
11e Cavalerie (1793)
Devise Du Carabinier au Leclerc... Toujours au chemin de l'honneur
Inscriptions
sur l’emblème
Valmy 1792
Hohenlinden 1800
Austerlitz 1805
Eckmühl 1809
Moskowa 1812
Laffaux 1917
Noyon 1918
Argonne 1918
Vercors 1943-1944
Anniversaire Saint Georges
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Avec olive aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1939-1945
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes
Croix de guerre 1939-1945
trois palmes

Le 11e régiment de cuirassiers est un régiment français dont l'histoire remonte au Royal Roussillon, issu en 1668 (sous l'Ancien Régime) du régiment de Montclar Catalan qui deviendra le 11e régiment de cavalerie. Ses traditions sont aujourd'hui continuées par le groupe d'escadrons 11e Cuirassiers, partie du 1er-11e régiment de cuirassiers.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

En 1791, le régiment Royal-Roussillon prend le nom de 11e Régiment de Cavalerie.

Il est renommé 11e Régiment de Cuirassiers en 1803 ; il participe à des batailles et campagnes de la Révolution à l'Empire.

En décembre 1917, il devient 11e Régiment de Cuirassiers à Pied et est rattaché à la 1re Division de Cavalerie à Pied.

Héritier du "Royal roussillon" et du "Royal carabiniers", le 11e régiment de cuirassiers est l'un des plus anciens de France. Il a participé à toutes les batailles de l'Ancien Régime et de l'Empire.

Durant la guerre de 1870, il est à la bataille de Gravelotte.

Pendant la Grande Guerre, il s'illustre notamment au Chemin des Dames, à Laffaux, à Noyon et dans l'Argonne.

Implanté à Sedan au début de la deuxième guerre mondiale, il se bat courageusement jusqu'à l'armistice du 22 juin et se replie à Lyon d'où il est expulsé par les troupes allemandes en 1942, lors de l'occupation de la zone libre.

Reconstitué clandestinement dans le maquis du Vercors sous les ordres du commandant Geyer la Thivollet, il est l'âme de la résistance dans ce secteur et livre notamment la sanglante bataille de Vassieux en juin 1944.

L'étendard du 11e régiment de cuirassiers est le seul à porter dans ses plis la citation du Vercors.

Dans le cadre de la transformation de l’Armée de terre, les RC 80 deviennent à l’été 2009 des « régiments LECLERC » et perdent donc leur double appellation. Le chef d’état-major de l’armée de terre a décidé de conserver les quatre subdivisions traditionnelles des régiments de chars, représentées chacune par un régiment s’étant particulièrement illustré au XXe siècle.

Le 1er- 11e RC deviendra le 4e régiment de Dragons. Le 6e-12e RC deviendra le 12e régiment de Cuirassiers. Le 1er- 2e RCH deviendra le 1er régiment de Chasseurs. Le 501e- 503e RCC deviendra le 501e régiment de Chars de Combat.

Ces changements de noms prendront effet le 1er août 2009.

Colonels/chef-de-corps[modifier | modifier le code]

  • 1947-1950 : Colonel Bernard Madelin
  • 1991-1993 : Colonel Sechet
  • 1993-1995 : Colonel Jean-Claude Godart
  • 1995-1997 : Colonel Lambert
  • 1997-1999 : Colonel Bart Jean-jacques
l' etendard du régiment Royal-Roussillon
l' uniforme du régiment Royal-Roussillon

Garnisons, campagnes et batailles du 11e cuirassiers[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]

De 1815 à 1848[modifier | modifier le code]

Deuxième République[modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Recréé en 1871, il participe à la Grande Guerre, puis à la campagne de France en 1940, au cours de laquelle son chef de corps, le colonel Labouche est tué.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Article connexe : Seconde Guerre mondiale.

Drôle de guerre[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Drôle de guerre et plan Dyle.

En février 1940 le 11e régiment de cuirassiers constitue la 6e brigade de cavalerie (6e BC) avec le 12e régiment de chasseurs à cheval, la 6e BC faisant partie de la nouvelle 5e division légère de cavalerie (5e DLC), auparavant cette brigade appartenait à la 3e division de cavalerie. Dans le plan Dyle, la 5e DLC doit participer à la manœuvre retardatrice en Ardenne en avant de la 2e armée[1]. Pour cette mission, le 11e cuirassiers fait partie du groupement est de la division[2].

Bataille de France[modifier | modifier le code]

Libération[modifier | modifier le code]

Monument à la mémoire du 11e régiment de cuirassiers à Romans-sur-Isère

Le régiment, reconstitué à l'occasion, participe à la libération de la France :

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1952, le 11e régiment de cuirassiers était en garnison à Orange, au quartier Vienot :

  • 1er et 2e escadrons légers sur Chaffee,
  • 3e escadron chars moyens sur Sherman M4 A1 E 8,
  • 4e escadron chars moyens, cantonné au Camp des Garrigues à Nîmes, sur chars moyens M4A1E8.

Le 4e escadron recevra en 1954 les premiers exemplaires du Chasseur de Char AMX-13. Les 1er et 2e escadrons recevant alors l'EBR Panhard.

Étendard[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[3] :

11e régiment de cuirassiers

Décorations[modifier | modifier le code]

La cravate est décorée :

La fourragère est aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918, avec une olive aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1939-1945.

(Il n’existe pas de fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1939-1945 (vert et rouge dominant), la forme et les couleurs du ruban de celle de 1914-1918 sont maintenues (vert dominant et rouge), par contre une "olive" (vert et rouge dominant aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1939-1945) placée entre le ferret et le nœud à quatre tours permet de la différencier de celle obtenue en 1914-1918).

Article détaillé : Les fourragères françaises.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités ayant servi au 11e régiment de cuirassiers[modifier | modifier le code]

Apparition cinématographique[modifier | modifier le code]

Le 1er-11e régiment de cuirassiers a participé au tournage du film Nos amis les flics et apparait au générique dans les remerciements.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Général de brigade Philippe Peress 31, rue Hoche 49400 Saumur.
  • Musée des Blindés ou Association des Amis du Musée des Blindés 1043, route de Fontevraud, 49400 Saumur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Yves Mary, Le corridor des Panzers : Par delà la Meuse 10 - 15 mai 1940, t. I, Bayeux, Heimdal, , 462 p. (ISBN 2-84048-270-3), p. 34-36.
  2. André Bikar, « La campagne de mai 1940 en Belgique : la 5e division légère de cavalerie en Ardenne, du 10 au 12 mai », sur atf40.fr (consulté le 4 avril 2014).
  3. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007